Murmures de mer et de terre

Biscarrose-Plage Noël

« Au long murmure de la grève

Doux amer,

Par deux infinis, la mer

Et le rêve »

Fernand Gregh

*******

Et la mer

Et la terre

Au point de rencontre

Filet de mer

Filet de terre

Perles de dunes

Perles de lames

Doucement

s’étire

Le jour

Le

Sable

Froid

Les

Pas

Vont tous vers la mer

S’arrêtent

Au liseré

d’écume

Sur le chant

du

Vent

coupant

dans

La chair

des rêves

un élan

et tourner le dos au passé, la dune défigurée, le gazon urbain

je n’ai reconnu

que la mer.

M’a-t-elle reconnue

Sur le sable brûlant

je marchais

dans la

chaleur de

L’été

Temps syncopé

on ne revient

pas

vers le passé

j’aime

l’ardeur sauvage

non muselée

murmure

la mer


Maïté L

12 commentaires

  1. Il est très beau ce murmure, heureusement tu étais là pour l’entendre !
    Ce soleil fait du bien ! Qu’il gonfle et vienne jusqu’ici !!
    Beau réveillon à toi !

  2. Una vera dolcezza di versi di poche sillabe…
    che rendono fluido il tuo poetare, carissima Maïté!
    Dove il mormorare del mare rapporta all’umano quella dimensione divina -ci sentiamo piccini-
    davanti all’immensità e bellezza del Creato!
    Anche a te i migliori auguri per un 2011 pieno di gioia e buona salute!
    Un abbraccio grande
    :-)claudine

  3. @ Lautreje

    La France me paraît coupée en deux et c’est donc pour éloigner la neige et le verglas que je prépare un envoi de ciel bleu et de soleil généreux.
    Belle fin d’année aussi et merci.
    J’ai vu que tu avais écrit une belle histoire. J’irai la lire dès que possible.

  4. @ Claudine

    un grand merci et si mes éclats de mots touchent quelques âmes, m’en voilà ravie.
    Nous aurons toujours le barrage de la langue mais je comprends l’essentiel et suis très touchée.
    Affectueuses pensées, Claudine et votre site est toujours aussi beau et raffiné.
    Meilleurs vœux pour 2011, Claudine et de belles productions artistiques.

  5. Sur la plge abandonnée…
    C »est comme ça que je l’aime la mer,avec un peu de colère,battant le récif,effaçant trace humaine
    sur la plage.
    Au loin quelques chaluts accompagnés d’oiseaux quemandeurs.
    Je rêve évidemment la mer appartient à tous ceux
    qui l’aime et la déclame en de jolis écrits.
    Bises

  6. @ Marithé et Alain
    Comme je te comprends. Elle me manque aussi mais l’avantage c’est qu’elle n’est jamais très loin et qu’elle est toujours dans mes pensées.

  7. @ Omillou

    Chez nous pas de récifs mais ses colères attaquent la dune qui recule, qui recule.
    Du sable fin et un éternel recommencement de beauté.
    Une source d’inspiration pour tous certainement.

  8. La mer te murmure de bien belles choses … paroles d’écume et de sel, perles de silence aussi quand on se perd dans la contemplation !
    Merci

  9. Un murmure d’un horizon vivifiant …
    J’avoue que j’apprécie cette bouffée de luminosité et je la déguste sans modération!…
    Un rêve incessant qui se concrétise parfois …
    Lumière, murmure parfois roulement ou grondement,
    couleurs, odeurs, goût, sac et ressac,
    ondes caressantes de la mer,
    éblouissantes houles de l’océan …
    Un éternel renouvellement …
    J’aime …

  10. @ Chris

    Oui, comme tu le soulignes, les perles de silence sont essentielles pour un corps-à-cœur avec la mer, cette part de nous-même qui aime à se sentir tissée d’océan, vague après vague.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *