Je respire, je suis libre….Mes yeux parcourent sans se lasser…

***

« Le soleil maintenant brûle mon visage, brûle mes yeux. la mer est si belle, avec sa houle lente qui vient de l’autre bout du monde. Les vagues cognent contre la côte en faisant un bruit d’eau profonde. Je ne pense plus à rien. Je regarde, mes yeux parcourent sans se lasser la ligne nette de l’horizon, scrutent la mer balayée par le vent, le ciel nu. Je veux voir arriver le bateau italien, je veux être la première, quand son étrave fendra la mer vers nous … »

Esther/ETOILE ERRANTE/ LE CLÉZIO

***

Plisse complice, et glisse le vent

Rythme les blancs sursauts et

Douce la bruine soupire et s’inscrit

Au-dessus du fronton qui s’élève puis s’abîme

***

***

Ses pointes, ses creux

S’enivrent

S’enchaînent

Ecrivent

VVVVVVVVVVVVV

la vague

***

***

avec plus de discrétion

un petit intermède.

Le Grand Crohot, encore et presque toujours.

Maïté L

***

Cette photo : J L

*******

19 commentaires

  1. jouant à croche-pied
    ou participant à un crochet radiophonique
    en s’accompagnant de cromornes
    les vagues aux doigts crochus
    croquembouchent des croquignoles
    ou croustadent des homards
    au Grand Crohot

  2. Encore et toujours cette belle fascination devant la Vague qui s’éclate, qui s’échoue. J’aime tout particulièrement la première image avec ses riches nuances de la vague qui accoste sur la plage !

  3. La vague est source d’inspiration où se mêle photographie et poésie
    La vague est ton égérie/ La vague est énergie, ui jamais ne s’éteint :
    La vague source infinie de jubilation.

  4. Une symphonie tout en accents et crescendo …
    De préludes en Fugues et Fughettas, jouent les variations,
    Jusqu’à l’apaisement parfois …
    Pour reprendre aussitôt inlassablement …
    Les notes et les accords s’enchainent indéfiniment,
    Jetant écumes et reflets en toute liberté !

  5. Maïté,
    il faut que je te dise : je suis accro à tes photos.
    Tous mes sens sont en alerte quand je vois tes vagues : j’entends l’océan, je goutte son sel, je vois sa lumière, je sens ses saveurs… il me faut toucher la vague comme elle me touche !

  6. @ JEA
    merci pour ces croquenotes marines à l’embouchure des vagues.
    « cromornes » voilà l’instrument et la ligne que je cherchais en vain en dessinant du doigt sans trouver le mot.
    ***
    @Fifi
    moi aussi, j’aime sa délicatesse. elle est sûrement moins spectaculaire que les grands retournements verts mais elle a son charme.
    ***
    @ Sergio
    une énergie, c’est certain; je m’abreuve dans la richesse de ses possibles.Une égérie ou une Égérie…va savoir. Même si j’envisage plus les nymphes au pays des nymphéas.
    ***
    @ Marithé
    l’aspect musical est très présent. il serait intéressant de savoir ce que chacun y entend; ce jour-là c’était parfois tambour et boléro De Ravel avec la montée en puissance de la marée.
    Merci pour ta sensibilité à l’unisson.
    ***
    @Colo:
    tu as compris l’essentiel et ce que tu dis est beau.
    ***
    @ Lautreje
    et ce que tu me dis me touche aussi.Je le ressens avec beaucoup d’émotion.
    Merci.
    ***

  7. J’aime, j’aime énormément comme j’avais aimé « Etoile errante » de Le Clezio

    merci pour cette série de déferlantes.

  8. Des images et un texte divin qui me font attendre avec impatience le moment où je vais enfin venir par chez toi, te rencontrer et voir la mer …
    Je t’envoie tout le soleil doré et rose sur un grand ciel bleu qui se voile … en cet après-midi où je me pose (un cours annulé) … enfin une trêve.
    Plein de bisous

  9. @ Maria-D
    Merci Maria-D. J’ai racheté aujourd’hui le livre Onitsha que j’avais perdu et bien sûr le dernier Le Clézio que je suis impatiente de lire: HISTOIRE DU PIED et autres fantaisies.
    Il reste encore quelques vagues…
    ***

    @ Ladyapolline
    un beau programme que j’attends aussi car tu auras plus vite fait de venir ici que moi d’aller en région parisienne(ce n’est pas l’envie qui manque).

    Belle fin d’après-midi; Ici aussi c’était grand soleil et grande marche pour laisser vagabonder la tête au gré de la ville.
    Plein de bisous aussi.

  10. « La mer est là, qui coule toute grise et qui se brise, en écume blanche, sur les étraves des piliers des ponts, comme des femmes sillage mon front » de Gilles Servat

    Et bien sûr, plus approprié à ces photos

    « Et la mer efface sur le sable, les pas, des amants, désunis »

    Bonne soirée

  11. Les 3 premières photos m’ont immédiatement évoqué un clavier d’où s’échappent des gerbes de notes, d’accords, de trilles … des concertos, fugues et autres merveilles … des envolées harmonieuses s’échappant avec virtuosité des touches d’eau qui jouent inlassablement des musiques qui touchent tous les sens !

  12. @ Frantz

    En excellente compagnie avec Gilles Servat venu du pays de mer par excellence et nostalgiquement, je vous vois sur les pas de Prévert en cette saison qui s’endort alors que la mer, elle dispense ses marées ardentes.
    Bonne journée. Merci de partager vos pensées.
    ***
    @ Marithé
    merci de ce partage d’images. Pour moi aussi la musique est toujours présente accompagné d’un mouvement qui s’apparente à la calligraphie: ce que la mer nous transmet dans ses élans.
    Bonne journée pour toi aussi.

  13. @ Denise
    merci de partager car parfois je me demande si je ne vais pas lasser mes lecteurs mais tout ceci a bien sûr une fonction première de mémoire.
    Merci d’avoir visité mes lieux de coeur.

  14. Sans vraiment chercher j’arrive sur ton site chère Aliénor et je découvre « Je respire, je suis libre … », j’ai parcouru d’un trait ! un enchantement, ces vagues m’interpellent ! ces mots me touchent ! c’est un message que je reçois … Il faut dire que je pensais beaucoup à toi ces jours ci ! à très bientôt !

  15. @ Nicole
    merci de ta visite même si je ne sais par quel chemin tu as abouti ici . Toujours le chemin de l’océan qui nous relie de temps en temps, chacune à un bout de l’Atlantique. En espérant qu’il fait meilleur sur ton île aux fleurs qu’ici où la bruine nous donne de la grisaille.
    Cette arrivée ici est peut-être aussi une manière de sourire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *