Oiseaux de rencontre-2-

Comme nous quittions les grues dans leur champ doré par la lumière du couchant,un peu plus loin, en pleine campagne, en voilà un, sûr de son effet, qui entreprit de traverser la route devant la voiture. Juste le temps d’attraper l’appareil photo.

Solitaire, l’aigrette garzette échafaude sans doute son plan pour convoler;  en période nuptiale, elle porte deux longues plumes sur la nuque.

La spatule, reconnaissable à son bec avec lequel elle balaie le fond de l’eau de droite à gauche et vice-versa ne craint pas les -8 degrés ambiants.Le Domaine de certes a ce jour-là des allures de banquise.

Monsieur le chevalier gambette est un limicole. Au pays des échasses, rien d’étonnant.

En parfaite tenue de reine du givre et de la glace, le vol de l’aigrette, me semble-t-il se confond avec le paysage. Nous ressemblons à des ours polaires . Les réflexes sont un peu amoindris et l’appareil photo a froid mais l’envol est saisi malgré tout.

Une foulque, deux foulques glissent sur l’eau.

Dans l’équation du soir, sur le lac déserté, l’inconnue X ne gardera pas longtemps son masque (ou alors il faudrait lui clouer le bec).

Quelques rides sur l’eau, un survol de mouette rieuse: les poissons  filent doux.

A moins que l’X rieuse ne se laisse doucement bercer par les clapotis du rivage.

Chut! à pas de velours, nous quittons les lieux.

Nous avons hâte de retrouver chez nous notre couple de merles qui a tenu à nous accompagner jusqu’au portail lorsque nous avons quitté la maison le matin.

La photo n’est pas de très grande qualité mais vous imaginez notre surprise. Là aussi, il a fallu sortir l’appareil photo et la prendre à travers le pare-brise.

Nous avons hâte aussi de retrouver nos amoureux qui en profitent souvent pour se bécoter:

Photos: Maïté L

28 commentaires

  1. Prince se pavanant, Stars (du) X, belles gambettes, plumes pré-nuptiales, amoureux roucoulants, aigrette en tenue de camouflage (je l’ai cherchée un moment !!!) pour mieux peut-être surprendre les X plus ou moins inconnus … voilà un tableau qui pourrait vite devenir Hard !!! …
    mais je m’égare !!!!!!!!!!!!!!!
    Des beautés, en tout cas, que tu as bien fait de saisir dans leurs occupations saisonnières !

  2. Comme tu as de la chance Maïté de vivre dans une telle région où les oiseaux sont rois même chez toi avec les deux merles. Que de bonheur 🙂 Tes photos sont très réussies et je me régale…
    Doux dimanche et mes bises 😉

  3. @ Marithé

    le printemps sera mardi à 5h 14…Le tableau des amours est en place!
    Mais je voyais dans l’X une problématique mathématique! Et toi des stars du X? hoho!
    😎

  4. @ Sergio
    en compagnie de peu de témoins, je te l’accorde!Monsieur tourtereau assistant toujours au bain de madame tourterelle pour clore la séance.

  5. @ Denise

    Nous avons en effet quelques réserves et un climat propice aux oiseaux.

    Les merles et les tourterelles viennent dans mon jardin et aux dernières nouvelles, monsieur et madame mésange sont en train de fabriquer leur nid:je les vois transporter des brindilles dans le nichoir. Mais rien ne bouge du côté du nichoir conçu pour le rouge-gorge.Peut-être ne sera t-il pas habité ce printemps.
    Merci Denise pour ton indulgence.
    Bon dimanche et bisessssssss

  6. Magnifiques images … Cet endroit semble si serein, tes images emmènent dans cette sérénité … Une bien belle fin du jour … J’adore tes merles apprivoisés et tes tourterelles …
    Plein de bisous

  7. Bonsoir Apolline

    il y a en fait plusieurs endroits qui sont le théâtre de rencontres: les Landes pour le paon; le Domaine de Certes au bord du Bassin pour l’aigrette, la spatule,les foulques et le chevalier; le lac de Sanguinet pour les mouettes rieuses; et bien sûr mon jardin pour les oiseaux, non pas apprivoisés, mais familiers des lieux. Les merles sont moins craintifs que les tourterelles que j’ai prises en photo depuis l’intérieur de la maison.
    Plein de bisous et bon dimanche pour toi.

  8. @ Mitch
    Bienvenue sur mon site.

    Je suis d’accord avec vous. Ainsi ce matin j’ai pu admirer pour la première fois ici (en pleine ville) une grive musicienne et aussi le retour du verdier.

    J’ai fait un petit passage sur votre blog pour en prendre la tonalité et soyez-en sûre, j’y reviendrai.

  9. Mon Dieu
    moi que je rêve tant d’oublier le temps qui passe et de photographier des oiseaux alors que je ne suis jamais arrivé.
    Admiration.

  10. Buenas noche, comme Armando j’adorerais arriver à les photographier, les enregistrer se dire des mots d’amour ou de petits jurons, pourquoi pas,..ne pas désespérer.
    J’aime beaucoup les photos du vol de l’aigrette et celle de la spatule, mais brrrrrrrrrrrr, tu m’as donné froid.
    Bravo, continue à roucouler de concert, bonne soirée.

  11. Les observer sans déranger,un instant exceptionnelle.
    Un instant de sérénité enviable que nous désirons faire durer.
    Et ses photos bellissimo..

  12. @ Armando

    Tu finiras bien par photographier des oiseaux, comme tu le souhaites, de très belle façon. Parfois, je regrette de ne pouvoir les approcher davantage. mais avec une bonne paire de jumelles, on peu faire des découvertes.
    Ne sois pas admiratif de mes photos: elles n’ont ni le niveau(ni la puissance de l’objectif) d’un photographe animalier; mais elles sont faites de belles rencontres et d’observations. Les observer constitue à la fois un apaisement, souvent quelques notes d’humour et aussi des découvertes de leurs modes de vie.

  13. @ Colo
    Buenas noches, amiga.

    Tu sais, le jardin est un excellent moyen de les approcher car certains, comme les merles, les mésanges et les tourterelles sont fidèles.
    Ce que j’aime, c’est souvent l’imprévu: cet étourneau sansonnet qui me siffle comme dans le temps les garçons sifflaient sur le passage des filles quand je prends soin de mon visage dehors, face à mon miroir. Ce même étourneau qui exécute les claquements de langue en imitant un proche.
    Ce merle qui prend chaque jour son bain et qui est souvent accompagné dans ses ablutions par de petits oiseaux qu’il laisse approcher.
    Cette grive musicienne de passage qui sifflait joliment et contre laquelle un petit oiseau est venu se blottir.
    Mais chuttttttttttt: je crois que les oiseaux sont en train de couver.
    Ce matin, sur l’agglomération, de grands vols de grues sont encore passés très bas.
    Bon dimanche Colo ; je te rassure: aujourd’hui la température était bien meilleurs que certains jours d’été.

  14. @ Omillou
    J’aimerais tant avoir une belle variété d’oiseaux de passage dans mon jardin. Ils se diversifient peu à peu mais il ne faut pas oublier que nous habitons en pleine ville.
    Tu sais, les mésanges ont tendance à penser que c’est LEUR jardin et nous savons distinguer leurs chants de contentement ou au contraire d’agacement quand nous nous trouvons sur leur chemin lorsqu’elles ont faim.

  15. @ Maria-D

    pour moi, les oiseaux sont une découverte assez récente : prendre le temps de les observer n’est pas toujours compatible avec une vie trépidante. Je t’annonce le retour des hirondelles: ça sent vraiment le printemps.

    Etre un oiseau? Maria-D, je t’y verrais bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *