BORDEAUX : Voir la ville autrement grâce à JAUME PLENSA -1-

Souvent l’été, BORDEAUX  au travers de diverses formes d’art offre un jeu de piste inédit qui permet de partir à la découverte des œuvres disséminées dans la ville.

Il y eut notamment OUSMANE SOW, BERNAR VENET et les VACHES.

DSC_4982

Cette année, du 27 juin au 6 octobre, la Ville est devenue la scène privilégiée d’un artiste catalan, mondialement connu : JAUME PLENSA.

Né à Barcelone, JAUME PLENSA est connu  pour ses œuvres monumentales, la  CROWN FOUNTAIN à Chicago, ou L’ÂME DE L’ÈBRE réalisée pour l’Exposition internationale de Saragosse en 2008.

DSC_4995 - Copie

Après Rio de Janeiro, Salzburg ou le Parc de Yorkshire, les  sculptures monumentales ont pris place sur des places emblématiques de BORDEAUX ainsi qu’au Jardin Public. Parmi elles, quatre sont inédites : deux portraits féminins de 7 m réalisés en fonte de fer : PAULA et SANNA, SELF-PORTRAIT, une silhouette enveloppée dans une mappemonde ainsi que MARIANNE et AWILDA en acier inoxydable, faisant partie  d’une grande collection américaine

DSC_5427

Ajoutez à cela l’exposition remarquable de 11 maquettes dans l’Hôtel de Ville et une série d’estampes inédites présentées à la Galerie ARRÊT SUR L’IMAGE.

http://www.bordeaux.fr/e91819

 

DSC_4998

J’ai parcouru ces divers espaces à pied, et je  continue à les parcourir au gré de mes envies, de jour comme de nuit. Déjà, je ressens en moi la sensation de vide que laissera la fin des installations. Une des raisons de cet engouement vient du fait que JAUME PLENSA a préparé bien en amont cette immersion de ses œuvres à Bordeaux en venant s’imprégner à plusieurs reprises de « l’âme de la ville ».Il est venu « respirer » les lieux, a parcouru la ville à pied, a vécu au rythme de la pluie et du brouillard, a  mûri son projet ,en choisissant des petites places à taille humaine, où se tissent habituellement des liens de convivialité comme cela est parfaitement expliqué sur le site de Bordeaux.

DSC_4851

Il a voulu éclairer le quotidien, donner à voir la contemporanéité du travail de la sculpture au travers de l’évolution de sa démarche.

DSC_4987

Il s’ensuit un dialogue entre la pierre des façades, la minéralité des sols, le regard  du passant qui suit la haute envolée des personnages en bronze, en résine, en fonte, notamment les jumelles PAULA et SANNA, un lien qui perce les dentelles d’acier, d’inox pour suivre le ciel alors que résonnent les accords musicaux, les alphabets du monde ou les pensées profondes liées au langage terre à ciel ou ciel à quais, pierre à ciel ou bien arbres à chœur croque notes, croque mots… menant à la poésie, à la méditation, aux jeux de lumière, à la légèreté, voire à nous-même dans son auto-portrait dont on épouse la coquille en miroir, dont on voudrait épouser la beauté intérieure.

Tous thèmes confondus ne pouvaient que titiller ma sensibilité et mon émotion, l’imaginaire étant au rendez-vous, le souvenir aussi, dans la pierre d’AINSA, village espagnol près de HUESCA que j’ai visité à plusieurs reprises.

DSC_4911

Est-ce le passant qui regarde les sculptures ? Ou ces-mêmes sculptures qui nous renvoient notre image à travers les points de vue de la Ville à redécouvrir.

DSC_4790

Le nombre de visiteurs est tel depuis le dévoilement des œuvres que l’écho en retentit partout en France et dans le monde. Une onde de dialogue, une onde d’espoir, des moments apaisants dont je ne me lasse pas.

DSC_4956

C’est volontairement que certaines photos de mon parcours photographique intégreront les passants. Cela permet de donner une idée des dimensions mais aussi de la vie qui se crée autour de chaque sculpture, notamment avec la présence des enfants : cette vie que JAUME PLENSA appelait de tous ses vœux, malgré les interdictions normales : « prière de ne pas monter… »

DSC_5050 - Copie

Je vous convie donc à un parcours multiple, parfois silencieux ou amusé, parfois vibrant ou digressant vers des écrits tant les écharpes de mots sont sans fin, éternellement régénérées dans des va-et-vient de l’esprit en marche.

DSC_4915

A suivre…

********************

12 commentaires

  1. Formidable reportage qui me donne envie de venir, mais ……….quand?
    Ousmane Sow, j’étais venue, j’avais adoré; l’avais revu à Périgueux…………Je retourne lire mieux ton article: M-E-R-C-I!!!
    Bises

  2. Voir les sculptures del señor Plensa artistiquement placées dans ta ville est un vrai plaisir esthétique! Je suis vraiment charmée, ne connaissant ses œuvres que par des photos prises dans des musées je crois.
    Merci, grand merci, j’attends la suite impatiemment.

  3. Bordeaux est une grande ville dont le cadre se prête magnifiquement à cette magistrale exposition. J’imagine aussi l’ambiance à tous les moments du jour et de la nuit, je comprend aussi l’émotion générée par la rencontre d’une ville d’histoire avec les œuvres de l’artiste catalan.

  4. @ Anne

    Jaume Plensa fait l’unanimité, contrairement à d’autres œuvres exposées qui ne rallient pas tous les suffrages. Je suis sûre que cet univers où l’écrit et le langage ont leur place te séduirait, Anne. Mais je comprends: le temps de tout faire et le déplacement sont un problème.
    Bisessssssssss

  5. @ Colo
    ses œuvres sont très variées et ne s’installent pas que dans les musées; bien au contraire!Le parcours est ici essentiellement de plein air.

  6. @ Sergio
    forcément tu as d’autant plus raison pour l’instant que la ville est noire de touristes. On verra si le comportement change lorsque l’automne reviendra.
    Partie consulter des livres d’art sur Jaume Plensa, j’ai encore entendu le souhait que la ville de Bordeaux garde une œuvre… Affaire à suivre…

  7. Cet après-midi j’aurai le temps de faire un tour sur le lien de la ville de Bordeaux. Quel dommage d’être si loin… pour voir « en vrai » ces oeuvres et si cela est permis de les toucher, c’est de cela que j’ai envie en revoyant tes images.
    Merci pour mon petit chat, Maïté ! Je t’embrasse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *