La Dune du Pilat: Jeux de sable–3–

De sable le temps,

de temps le sable

 

à la lisière

où s’enlise

 

un soupçon

d’océan.

GEORGES-EMMANUEL CLANCIER

VIVE  FUT L’AVENTURE

Poèmes, éditions Gallimard

*

DSC_2218

*

DSC_2215

*

DSC_2216

*

DSC_2224

*

DSC_2252

*

DSC_2177

*

DSC_2188

*

DSC_2190

*

DSC_2195

*

Sable

Les grains de sable
surfent sur la dune,
caressent la lande.
Emportés par le vent
sur des vagues de pierre.
Accrochées à des branches d’étoiles,
Les bulles de sable
jouent à cherche-minuit,
au milieu des horloges
où s’incruste la mousse,
dans des sillons creusés
à même la peau.
Des langues de sable
s’allongent sur les ombres,
cathédrales de verdure
où jamais n’iront
ni les nuages
ni les images
ni les certitudes
d’un monde
à l’endroit.

Maïté L

*

DSC_8046

*

19 commentaires

  1. Bonsoir ma chère Maïté,
    Tes photos sont magnifiques. Elles ont une senteur de liberté et j’aime beaucoup cette impression.
    Nous avons une amie, qui nous a expliqué un jour, qu’elle a appris à skier sur ces dunes et ensuite, partie à la montagne, elle est devenue monitrice de ski.
    Ton poème est superbe. Merci.
    Je te souhaite un très beau week-end, doux et serein.
    Gros bisous.

  2. J’aime beaucoup la photo des enfants, comme si elles étaient au-dessus du monde.
    …. cette course gaie et joyeuse de la jeunesse dévalant la dune, et cet air de liberté des hommes-oiseaux vers le grand large …
    merci Maïté pour ce grand souffle, ici la brume …

  3. Magnifique ces jeux, cette exultation des petits et des grands qui s’adonnent au bonheur dans l’ocre et le bleu !
    Merci pour ton beau texte !

  4. La dune du Pilat est bien vivante et son énergie inspire toujours. Que ce soit de la poésie, de l’expression corporelle, du bonheur aussi d’être là, ce lieu magique n’a pas encore dit son dernier mot.
    Merci pour ce très beau reportage.
    Amitiés.

    Roger

  5. @ Denise
    merci Denise. Je revendique ce vent et ce bleu de liberté souhaitée et parfois retrouvée.
    tu me donnes la preuve que la Dune peut engendrer des miracles en passant du « Sablouney », son ancien nom très parlant aux vraies montagnes comme celles qui t’entourent de toutes parts pour y pratiquer le ski.
    Certains, comme CHARLES DANEY dans ses CONTES DE LA MER,DE LA LANDE ET DU VENT, aux EDITIONS LOUBATIERES, n’hésitent pas à voir sous cette accumulation le tombeau des fées » filles du vent et de la mer, nées dans une empreinte de sable garnie d’écume, à marée basse, une nuit de pleine lune. »
    Je te souhaite une excellente semaine.
    Bisessssssssssssssss

  6. @ Maria-D

    voilà mes photos bien résumées; toutes ces tranches de Dune vécues en croquant l’instant un jour d’affluence, puis plus tard dans un matin hors-saison.
    La brume apporte aussi son lot de mystère.
    Merci Maria-D

  7. @ Anne

    tu as raison! Venir chez moi c’est s’approprier l’air du large en pensée et en imagination.Lorsque mon site est né, j’ai vraiment pensé à lui donner des accents marins mais je ne l’ai pas voulu réducteur. Le grand large est là, à épisodes réguliers, comme le refrain d’une chanson.
    Ne m’a-t-on pas écrit récemment que mon prénom(officiel) signifierait »princesse de la mer »? Je ne connais pas les sources… Ai-je vraiment envie de les connaître?Je n’en demande pas tant mais cela me fait sourire…

  8. à Fifi
    Pour toi quelques vers de GEORGES-EMMANUEL CLANCIER

    « Somptueuse magnificence
    Simplement être

    Respirer
    Etre cette vie
    Qui respire
    Face à l’océan
    A son ample et tumultueux
    Respir. »

    Merci…

  9. @ Roger Dautais

    tout d’abord merci d’être passé. Je sais que tu as fort à faire dans la vie de tous les jours, ainsi que pour donner vie à ton art. Merci d’être venu chez moi qui suis une parmi les si nombreux visiteurs de ton site.

    Oui la Dune n’a pas dit son dernier mot. En ce qui me concerne, il y a tant de moments de lumières où je voudrais encore l’approcher mais aussi parce qu’elle plonge ses racines dans un passé très profond qui n’en finit pas de se dévoiler. L’imagination de CHARLES DANEY faisait d’elle un tombeau pour les fées, vieux de 4000 ans.

    Depuis cet hiver, de par l’érosion constante, l’imagination prend pied dans la réalité. A la suite du signalement d’un passant, des archéologues ont découvert une urne funéraire en parfait état datant de 8 siècles avant J-C. Les recherches se poursuivent;les scientifiques pensent au site d’une nécropole. Ils avaient déjà trouvé près du parking une zone d’habitat datant de l’âge du fer.

  10. Oui, simplement respirer au diapason de l’océan. Merci Maïté pour les mots du poète qui évoquent si simplement le bonheur d’être.

    Merci pour tes mots à toi pour mon petit bonhomme dans les nuages !
    Je t’embrasse très fort !!!

  11. Un vent de liberté qui souffle dans la lumière sur fond d’océan!
    Liberté retrouvée dans l’avancement de La Dune…
    Mille et mille et mille et encore… encore…
    et encore… mille et un grains de sable,
    de passés en présent fugitif, jusqu’en avenirs incertains,
    inlassablement, La Dune avance, vivante, fascinante…
    De loin, d’en face, de très près après l’effort,
    généreuse, elle semble offrir son mystère
    tout en gardant bien des secrets qui engendrent nos rêves!!!

  12. @ Ulysse
    N’est-ce pas! Il ne manque plus que le son des cris de joie, des applaudissements!Alors que les deux fillettes étaient toutes à leurs jeux de sable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *