Encore et toujours une histoire de bleu

DSC_0018

« L’homme qui regarde la mer est un enfant passible d’amour »*

*

DSC_0030

*

Le voile nuageux venu d’Espagne était déjà là, se lançant à l’assaut de tout ce bleu, celui que nous attendions en vain dans la grisaille de l’hiver. La température était douce, printanière.

« Étranger, c’est ainsi que l’on nomme celui qui aime les nuages. Mais d’où vient que parmi les siens il circule en pensant toujours à autre chose ? D’où vient qu’il les observe si souvent avec une stupéfaction douloureuse comme issu d’une autre planète où nul n’oserait prendre ses aises à la façon des vivants d’ici ?« *

DSC_9224

*

La plage du Grand Crohot a beaucoup bougé avec les tempêtes.

DSC_9227

*

 Les dunes semblent laminées, stratifiées, comme le moindre monticule de sable au pied des baïnes auxquelles il ne faut pas se fier : les sables y sont mouvants et si elles prennent l’apparence de petits lacs tranquilles,  les courants y sont forts et traîtres.

DSC_0033

 http://www.littoral33.com/baines.htm

*

DSC_9222

 *

Je n’avais jamais vu d’étoile de mer échouée sur le sable et celles-ci paraissaient en difficulté dans la laisse de mer. Une fillette les remettait patiemment à l’eau alors qu’elles semblaient agonisantes sur le sable et parfois mortes. Il est probable que de grands coefficients de marée ou de forts coups de vent les ont arrachées aux grands fonds, emportées, ballotées. Auront-elles la force de reprendre la mer ?

DSC_9225

« Bleue la lumière du jour. Bleu cet espace où chacun marche. Cet air même qu’il respire. La transparence qui baigne  son visage lui fait désirer d’être aimé, immobile, sur le point d’ajouter une larme à la mer qui pousse et accroît sa vague sous la calme surface de son indifférence.

Pourquoi demeurent-ils si longtemps devant le bleu, sinon pour faire face à ce qui fut là avant eux et qui restera toujours après eux : cette question muette, à jamais posée ?… » *

♣ ♣♣

*** Les trois citations sont tirées du livre :Une histoire de bleu suivi de L’instinct de ciel / JEAN_MICHEL MAULPOIX

crédit photo: M et J Ladrat

DSC_0015

 

29 commentaires

  1. A ce que je vois, tu en as pris plein les yeux de bleu et de l’oxygène à plein poumons !
    Après la grisaille de l’hiver, voici donc les premières caresses du printemps.

  2. Étonnantes ces plages qui changent, surprises les étoiles par ces intempéries.
    Que le bleu est doux en cette saison, merci, merci Maïté.
    Je t’embrasse

  3. Cet endroit est magnifique, tellement doux et serein où il doit faire bon de prendre un gros bol d’air sous ce magnifique ciel bleu.
    C’est un beau partage, Maïté, merci beaucoup.
    Je t’embrasse, mes pensées affectueuses.

  4. Merci beaucoup pour ces belles photos emplies d’infini et ce beau texte de JM Maulpoix, et qui me donne envie de le lire plus amplement… j’aime ces grandes plages comme de grandes pages pour accueillir les mots, et j’ai envie de te déposer là ces mots de Jean Dubuffet : « L’homme écrit sur le sable. Moi ça me convient bien ainsi; l’effacement ne me contrarie pas; à marée descendante, je recommence. »

    Beau dimanche chère Maïté

  5. Témoignage réaliste, au 1er degré…
    Les baïnes…
    La plage a beaucoup changé avec les tempêtes…
    Enfin; les étoiles de mer échouées auxquelles la patience d’une fillette sensible offrait une seconde chance… confiante…
    « Mort dorée » du sable…
    Corps physique manifesté sous nos yeux…
    Et bleu du ciel corps céleste ?
    Tout n’est-il pas une proposition de « résilience » animée sous nos yeux afin d’acheminer nos pas… et l’empreinte de l’espérance…
    Merci,
    Marie-Christine

  6. @ Serge
    Oui j’ai profité pleinement de l’instant car les visites à l’océan sont devenues rares.
    Et puis ce galop d’essai printanier nous avait convaincus, avant les vacances scolaires , qui plus est.

  7. @ Colo

    Tu sais le spalges et les dunes sont soumises aux fortes marées et aux tempêtes fréquentes. Récemment, plus au sud le vent a soufflé à 165 km/h. Tout dépens si cela est couplé avec un épisode de fortes marées ou pas.
    Du 18 au 23 février, les coefficients de marée seront très hauts et nous sommes déjà prévenus que les quais de Bordeaux risquent d’être sous l’eau.Hors nous sommes à 80 km de l’océan. C’est te dire la force de la mer.
    J’aime la plage aux saisons intermédiaires, justement pour cette douceur. Je ne photographie pratiquement jamais l’océan en plein été à cause de cette lumière plus crue.
    Je t’embrasse, Colo.

  8. @ Denise

    cet endroit est en effet un de nos deux préférés qui a gardé encore un caractère sauvage, sans urbanisation proche.
    J’aime profiter des bienfaits de l’océan et faire partager mes sensations de la même manière que toi tu peux partager avec moi la montagne et Le Léman.
    Je t’embrasse Denise. Je ne suis pas très présente en ce moment chez toi, chez vous car j’ai été très prise et fatiguée aussi par l’hiver, mais sans gravité.

  9. @ Bonheur du jour

    je suis entièrement d’accord avec vous, d’autant plus que les pieds dans l’eau, il ne faisait pas très chaud; de plus, c’était une affaire de famille car papa et maman collaboraient… Comme nous avons eu envie de le faire lorsque nous aussi avons trouvé une étoile de mer échouée sur le sable: mais hélas, elle était morte.

  10. @ Maria-D

    Ce livre est un peu mon livre de chevet.
    J’aime votre idée de livre de la mer qui reste à écrire. D’ailleurs c’est comme cela que j’aborde chaque fois l’océan. Je ne sais jamais ce que je vais y trouver pour naviguer entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Chaque fois mon regard est attiré, ainsi que mes pensées sur une route d’éphémère qui s’impose à moi au gré des pas.
    Ce que vous en dites à travers la citation de Jean Dubuffet est aussi du domaine de notre landartiste Roger Dautais.
    Belle semaine Maria-D

  11. @ alphathanoromega

    forcément les beaux jours aident à entrer en résilience ou tout au moins à la concrétiser et l’empreinte de l’ espérance s’inscrit chaque jour un peu et encore un peu dans cet espace que nous embrassons bien qu’il nous dépasse et nous force à porter notre regard loin, très loin , le plus loin possible .
    Oui, pour toi comme pour moi, Marie-Christine.

  12. Absente moi aussi les derniers temps du net, pour une simple raison technique de connexion impossible. Heureusement depuis peu elle est rétablie, il a fallu changer le câble qui reliait la borne dans la rue à la maison. Contrariant mais pas grave 🙂

    Il me semble avoir déjà rencontré Jean Michel Maulpoix dans tes pages, dans d’autres billets dédiés au « bleu ». Comme c’est juste cette première citation :
     » L’homme qui regarde la mer est un enfant passible d’amour » Devant l’infini de ce spectacle nous sommes le plus souvent muets, muets et fascinés par cette immensité qui trouve peut être un écho tout au fond de nous ?
    As-tu les yeux bleus Maïté ?
    Coup de coeur pour toutes tes images avec cette belle harmonie des bleus et des ocres !
    Merci chère poète pour la maison bleue !!!
    Je t’embrasse !!!

  13. Moi aussi je suis émue par cette fillette qui remet les étoiles de mer en mer.
    Toutes les plages du nord se ressemblent un peu, cela n’enlève rien à leur naturelle beauté !

  14. La mer est superbe mais les plages souffrent beaucoup de l’érosion depuis plusieurs années. Il n’est pas rare de trouver des animaux marins échoués après les grandes marées.

  15. @ Fifi
    Tu as raison, Fifi, tu as bonne mémoire car oui, tu as déjà rencontré Jean-Michel Maulpoix dans mes pages.
    Ce désir de bleu, d’atmosphère apaisée, je l’ai aussi retrouvé chez toi avec ta maison aux volets bleus à l’heure bleue du crépuscule: une image très séduisante par tout ce qu’elle véhicule, à travers ton art des photos nocturnes.
    La mer, tu as raison se partage entre ces tons de bleus variant selon les heures du turquoise à l’émeraude associés à ces tons chauds et doux des ocres si caractéristiques aussi.
    Non je n’ai pas les yeux bleus, mais marron/vert.Qui sait? Après les traitements lourds, ils auraient peut-être pu changer de couleur 😎 puisque après avoir appartenu pendant toutes les décennies précédentes aux 2% de vraies blondes sur la terre, j’ai du mal à reconnaître ma nouvelle couleur de cheveux et leur texture: de blonde aux cheveux raides je suis devenue châtain foncé aux cheveux ondulés. 😎
    A ne pas y retrouver son latin!
    Je t’embrasse.

  16. @ Tania

    Cet océan si malmené qui affirme ce qu’il est vraiment et qu’il faut respecter.
    J’ai beau être issue de l’intérieur des terres, je porte l’océan en moi.En contemplative car je n’ai même pas le pied marin!
    Les étoiles de mer s’échouent mais aussi les phoques plus au sud: l’impression que tout est sens dessus-dessous.
    Merci Tania.

  17. @ saravati

    n’est-il pas plus facile, même si c’est très encourageant, de trouver spontanément des sauveteurs d’animaux plutôt que d’humains… Parfois je me pose la question.Il est vrai que l’activité de cette famille n’a pas engendré beaucoup d’intérêt de la part des présents sur la plage. Je n’ai pas vu grand monde s’arrêter en demandant ce qui se passait avant de le constater de visu.Indifférence?
    Je ne connais pas la géographie des plages du nord, mis à part un peu de la Manche.Plus haut, j’ai la sensation que j’y serais si bien.
    Je connais mieux celles de ma région: la future « Grande Aquitaine » depuis la Charente maritime jusqu’au Pays basque. Nos plages landaises et girondines se ressemblent certes mais mon regard y trouve cependant toujours son compte, ne serait-ce qu’au travers des saisons, de la lumière, des coefficients de marée: il faut aimer les grands espaces à perte de vue.Je les aime aussi sur la terre .
    Merci d’être venue.

  18. @ Roger Dautais

    tu as trouvé les mots justes:
    « Tout geste qui va dans le sens de sauver la vie, protéger la nature doit être soutenu car il est honorable. »
    Sauver la vie, le sens de la vie, nos origines, la nature d’où nous venons et dont nous nous nourrissons dans tous les sens du terme.
    C’est parole d’homme hautement conscient qui compose régulièrement avec la nature.
    Merci Roger.
    Je t’embrasse.

  19. @ Danièle

    je crois que toi tu fréquentes les bords de mer de manière habituelle et tu peux donc constater ces échouages, les évolutions négatives.
    Je me souviens du film « OCÉANS »de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud…
    Je suis frappée par tout ce que l’océan apporte sur le sable…
    Merci Danièle.

  20. Les ondulations du sable et les formations de dunes mobiles me rappellent la Côte d’Opale et la Côte Picarde, Baie de Somme comprise…
    Je ne m’en lasse pas et ça me fait rêver ! C’est fascinant !
    Le peintre picard Alfred Manessier a réalisé de magnifiques lavis et peintures de ces ondulations des sables et des eaux…
    Une belle respiration que ces horizons… cela m’évoque une certaine tendresse, quelque chose qui touche profondément …

  21. @ Cerisemarithé

    un jour j’espère voir la côte d’opale: rien que son nom nous ravit. Je trouve que les noms de côtes sont un voyage à elles seules: côte d’Argent, côte d’opale, côte picarde,côte fleurie,côte de nacre, côte d’émeraude,,côte de Goëlo, côte des Légendes… côte d’azur…
    Je connais la côte de la Déroute: elle est belle, historique mais dangereuse.
    Quant à Manessier, j’aime tout particulièrement ses tableaux « où la naturee st présente au fond de lui » comme il aime à le dire sous forme d’impressions de sable, de tons fondus, miscibles devant l’œil. As-tu vu son exposition à Arras? Tiens, j’aurais été à mon affaire là-bas!
    L’océan comme toi me touche parfois jusqu’aux larmes. Il va puiser très très loin en moi.

  22. Bonjour
    J’arrive sur ton blog, après un détour chez Brindille. merci pour les commentaires des photos de cet Océan dont je ne me lasse pas.
    Girondine et chauvine, ton nom Maïté-Aliénor a « accroché mon intérêt ».
    je me suis promenée parmi les thèmes que tu traites, ai découvert bien des choses sur ma Gironde natale que j’ignore. Merci à toi.
    Je vais continuer ma promenade, qui, je suis sûre, me réserve bien d’autres surprises.

  23. @ Jacou

    Merci pour ton message et bienvenue ici. Je pense que quelques km nous séparent d’après ce que j’ai pu voir sur ton blog à la belle bannière.
    Beaucoup de surprises sans doute à la lecture et j’en ai pas mal en réserve encore dans mon sac à surprises!
    à bientôt .Je t’ai répondu à la suite de ton autre message à propos d’Aliénor.
    😎

  24. Bonjour Maïté,

    Le hasard d’une recherche et me voilà sur ce merveilleux blog.
    J’ai beaucoup apprécié les articles sur les épouvantails. Mais l’océan, et le grand Crohot, ah la!la! C’est le bonheur total. Ce que j’aime ce bel endroit. Ainsi que le Bassin. Mais cette plage bousculée par les vagues m’a toujours fascinée. Mon mari et moi la voyons chaque année en septembre.
    Merci pour toutes ces belles photos et textes, poèmes. Une bulle zen ! Un instant parfait

    Douce journée Maïté
    A une prochaine fois…
    😉

  25. Merci chère Martine de ta visite.

    Nous avons besoin de bleu, de vert et de coups de cœur pour vivre pleinement et intensément.
    Bonne future promenade pour toi aussi dans les mois à venir au bord de la plage.
    Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *