Souliers en mal de propriétaire

????????????????????????????????????

les souliers tournent comme les ailes d’un moulin

♦♦♦

Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé,
Ils m’ont porté de l’école à la guerre
J’ai traversé sur mes souliers ferrés,
Le monde et sa misère.

2.
Moi, mes souliers ont passé dans les prés,
Moi, mes souliers ont piétiné la lune,
Puis mes souliers ont couché chez les fées
Et fait danser plus d’une.

3.
Sur mes souliers y a de l’eau des rochers,
D’la boue des champs et des pleurs de femmes,
J’peux dire qu’ils ont respecté le curé,
L’pays, l’bon Dieu et l’âme.

4.
S’ils ont marché pour trouver l’débouché,
S’ils ont traîné de village en village,

Suis pas rendu plus loin qu’à mon lever,
Mais devenu plus sage.

5.
Tous les souliers qui bougent dans les cités
Souliers de gueux et souliers de reine,
Un jour cesseront d’user les planchers,
Peut-être cette semaine.

6.
Moi, mes souliers n’ont pas foulé Athènes,
Moi, mes souliers ont préféré les plaines;
Quand mes souliers iront dans les musées,
Ce s’ra pour s’y,s’y accrocher.

7.
Au paradis, paraît-il, mes amis,
C’est pas la place pour les souliers vernis,
Dépêchez-vous de salir vos souliers
Si vous voulez être pardonnés…(Bis)

Felix Leclerc

https://www.youtube.com/watch?v=0wcLjT4nZQo

♦♦♦

En ce moment, et ce, depuis le mois d’août, je suis très souvent sur les routes, les autoroutes, les chemins de campagne. Les kilomètres défilent entre Bordeaux et les Landes, entre Bordeaux et le Bassin d’Arcachon, mais sans jamais apercevoir ce dernier. Même le Chemin des Houx n’accueille plus mes petites promenades. Parfois, j’aperçois un chevreuil dans la lande. Ou bien je comprends que le cerf à l’imposante ramure aperçu par les voisins sous les pommiers,  est venu aiguiser ses bois dans les sapins et à défaut de bois a laissé des branches au sol.

Mais que dire de l’apparition de ces souliers suspendus dans les airs, comme des notes sur la portée du vent.

La première fois que je les ai aperçus, ils taquinaient les fils électriques bien au-dessus d’une petite route de campagne dans les grands champs du nord des Landes… Mais je n’avais pas mon appareil photo ! Depuis, le vent a soufflé si fort qu’ils se sont réfugiés contre les pylônes.

Toutes les hypothèses sont permises : l’individu at-il voulu taquiner les étoiles, conter fleurette à la Fée Electricité ou s’envoler en suivant la course des nuages ? Etait-il sur le dos d’une grue cendrée rentrant prématurément vers le nord ? Peut-être était-ce l’enjeu d’un pari, d’un lancer de basket… Il existe bien des concours de  lancer de tongs !

????????????????????????????????????

Un géant est-il passé par-là?

 

20 commentaires

  1. Maïté, tous les jours, je veux t’envoyer un mail de nouvelles, mais pas du tout le temps; je suis désolée!! Ma maman adorait cette chanson de Félix Leclerc et la chantait, mais ces souliers, moi m’évoquent Les souliers rouges (H.C.Andersen)et ce qu’en dit formidablement et inoubliablement Clarissa Pinkola Estes dans le livre génial Femmes qui courent avec les loups; toi la conteuse, tu adorerais ce gros livre irremplaçable!!!

  2. Poésie totale ! Mystère total !
    Tu ne pouvais pas mieux faire que d’accompagner ces baskets suspendues par Félix Leclerc et sa belle voix. Ce grand poète en voyant ton image aurait pu composer une suite aux aventures de ses « souliers » !
    Merci Maïté de nous avoir rapporté ce coup d’oeil plein d’humour et de poésie !

  3. Il est vrai chère Maïté que l’on peut se poser mille questions sur ces souliers haut perchés! Peut-être qu’un jour de grand vent, ils se retrouveront au sol 😉
    Merci pour la belle vidéo et la magnifique chanson de Félix Leclerc. Quelle jolie chanson.
    Douce fin de journée et je te souhaite un bel automne.
    Gros bisous!

  4. @ Anne

    Le temps file et nous sommes pressées. Impossible de courir plus vite que lui, à moins d’en perdre le souffle.
    Cette chanson de Félix Leclerc, je l’ai découverte pour mes 20 ans. Je ne l’ai jamais oubliée et j’ai continué à découvrir peu à peu son auteur interprète.
    Le livre que tu cites , je dois le lire depuis longtemps. Il faudra bien que je me décide.
    Merci pour ce rappel.

  5. @ Fifi

    merci pour tes visites successives. Je trouve que le funambule de Claire Fo est l’homme de la situation. Bien vu!
    Comme toi, je pense que Félix Leclerc que je regrette tant s’en serait donné à cœur-joie.

  6. @ Denise

    tu as raison: le vent d’automne et notamment le vent du sud , venu d’Espagne, que l’on nous promet pour demain aura peut-être raison de ces baskets des airs.
    Je te souhaite une belle semaine avec des couleurs d’automne comme tu sais les capturer. J’arrive de chez toi et j’ai admiré tous ces regards qui me font rêver. J’avais tant de retard.
    Maintenant j’essaie d’aller à tour de rôle chez quelqu’un et de parcourir tout ce que j’ai raté ces deux derniers mois.

  7. Je penche pour une pluie de souliers: distrait par la lune, le ciel se serait trompé…ça peu arriver à tout monde, non?
    J’adore la voix de Felix, merci.
    je t’embrasse

  8. Je reconnais ces chaussures, ce sont celles de Renaud Lavillenie !
    Merci pour « Moi, mes souliers » de Félix Leclerc, un grand chanteur que j’ai rencontré une fois et avec qui j’ai parlé, grâce à une amie, Anne Vanderlove.
    Biz.

    Roger

  9. Mais qu’ont ils tous à jeter les souliers plus haut, toujours plus haut. Ne devraient ils pas les garder pour les mettre devant la cheminée ? Oui, Félix Leclerc les a chantés mais aussi Guy Béart. Sandy shaw quant à elle déclarait en anglais que « ces bottes sont faites pour marcher…..Bon week end et à très vite. Chinou

  10. @ Colo: une pluie de souliers? Pourquoi pas? Les terriens ou les luniens auraient-ils tous décroché la lune en marchant en chaussettes?
    En tous cas, toutes les propositions sont drôles et poétiques en diable.
    Je t’embrasse aussi.

  11. @ Roger Dautais

    Je comprends! Renaud Lavillenie avait placé la barre un peu haut?
    Tu as de la chance d’avoir rencontré Félix Leclerc; j’aurais aimé. Je n’ai vu que Robert Charlebois et Gilles Vigneault, ce dernier très disponible et sympathique d’ailleurs.
    Quant à Anne Vanderlove… Une amie dis-tu? ohhhhhh! Quelle belle voix! Là tu me fais rêver! Combien de fois ai-je passé (et chanté) en boucle sa « ballade en novembre »  » à toi Lili Marlene » ou « ballade nord-irlandaise »
    QUelle chance tu as de la connaître!
    bisessssssssss et merci d’être passée pour ma faire rêver ici et aussi sur ton site où tu me dédicaces si gentiment tes œuvres.

  12. @ Chinou

    toi, tu sens arriver Noël avec cette histoire de souliers. C’est beaucoup plus poétique de les voir si haut que de les retrouver un lendemain de beuverie plantés dans un tas de fumier comme c’était arrivé à une toute jeune fille très éméchée.
    Merci pour toutes les références.
    Bon we(avec beaucoup de retard, certes…) et merci de ta visite.

  13. Merci d’être venue feuilleter les pages de mon blog. Je suis ravie que tu aies aimé le travail du makila et Arnaga . Cette fois ci le lien vers ton blog se fait facilement . Quand vas tu nous faire une nouvelle publi ? bonne journée et à très vite. Chinou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *