Ballade dans les pas d’une dame des temps jadis -1-

 

En Aquitaine et ailleurs…

 

Dites-moi où, en quel pays

Est La L…, la belle d’Aquitaine

On a célébré le VIIIème centenaire de ma mort à Bordeaux au début des années 2000.

On me dit née dans un village du sud Gironde, du moins c’est ce que dit la tradition orale. D’autres prétendent qu’on ne le sait pas exactement. En tous cas, là-bas on me célèbre au coin des rues et on montre encore la motte où se trouvait mon château. Comment le prouver puisque les archives gasconnes se trouvent dans un autre pays que la France ?

Mon grand-père était un troubadour, le premier dit-on, et je m’entourerai à mon tour d’une cour d’amour.

Mon père qui entretenait une cour de poètes et musiciens est mort d’une maladie foudroyante près de Saint-Jacques de Compostelle, lorsque j’étais encore très jeune.

Je devins donc duchesse à certaines conditions, mon père avait (presque) tout prévu.

Je parlerai plusieurs langues et notamment le patois aquitain, future langue d’Oc.

J’ai marqué de mon empreinte deux régions de France et deux pays.

Ma ville préférée se situe au nord de la Nouvelle Aquitaine.

J’ai été deux fois reine.

Mon premier mariage fut célébré avec éclat à la cathédrale Saint- André de Bordeaux dont on inaugura il y a peu, après remise en état, le portail royal. Dans la pierre des corbeaux est sculpté mon portrait ainsi que celui de mon époux.

J’ai eu dix enfants dont cinq rois ou reines.

Je fus l’ arrière-grand-mère d’un roi célèbre.

Je fus une extraordinaire personnalité politique avec mes ombres et mes lumières.

Qui suis-je ? Qui a déjà entendu parler de moi?

Ce qui fut le palais bordelais de ma famille

Le même endroit au XXIème siècle

8 commentaires

  1. Je n’ai aucun doute la dessus, il s’agit d’Aliénor d’Aquitaine. Son gisant est dans la nef de l’abbaye de Fontevraud que j’ai visité à deux reprises. J’ai lu avec passion cette énigme historique qui retrace le parcours d’une femme 2 fois reine. D’entrée ce nom m’a sauté à l’esprit. Peut-être parce que justement la visite de l’abbaye, nécropole des Plantagenêts m’a marqué.

  2. Oh oui, c’est elle!
    Quel immense plaisir d’avoir eu un grand-père troubadour…cela influence une vie, sûrement.
    Merci amie bordelaise, un beso

  3. @ Serge
    j’en étais sûre! Tu ne pouvais pas ne pas la connaître toi qui sillonnes la France et rends hommage à son patrimoine. J’ai été également marquée par la visite récente de Fontevraud qui représentait beaucoup pour moi.
    *
    @ Anne
    Parfait! Oui quelle vie longue, trépidante et passionnante; ou plutôt quelles vies au pluriel!
    Bisesssssssssss
    *
    @ Colo
    Ton message me fait très plaisir car combien de fois ai-je pu constater, en France, que le nom d’Aliénor d’Aquitaine ne dit rien à la personne ou ne l’intéresse pas. Ce n’est pas dans notre parcours scolaire, en général, que nous en avons entendu parler.
    Forcément, Aliénor a été influencée par la poésie de son grand-père Guillaune IX d’Aquitaine.
    Merci à toi.
    Bisessssssssssss

  4. Eh oui, la Belle Aliénor dont l’influence fut considérable dans de multiples domaines…
    C’est un nom et une personnalité dont j’ai connu l’existence il y a très longtemps… Comment, je ne sais pas… peut-être qu’enfant j’ai entendu son histoire et que celle-ci m’est restée en mémoire telle un conte ou une légende (de fée, de princesse, de reine, d’amour?) et qu’elle a ensuite suscité mon intérêt… Un destin passionnant et une personnalité hors norme avec, comme tu le dis, ses ombres et ses lumières …
    J’ai aussi visité l’abbaye de Fontevraud et je peux te dire que j’y ai ressenti une immense émotion…
    C’est un lieu spécial où règne une atmosphère assez magique…

  5. @ cerisemarithé
    Eh oui, pour toi aussi ce personnage était facile à découvrir. Je peux dater précisément le moment où j’ai connu son existence et j’ai rencontré, au fil des ans d’autres passionnés, mais oui, la plus grande émotion, ce fut à Fontevraud dont je ne manquerai pas de mettre des photos. Cependant, la rencontre avec des lieux qu’Aliénor d’Aquitaine a marqués n’est pas terminée…
    C’est l’occasion ici, d’en donner à voir certains.

  6. La belle Aliénor d’Aquitaine, ta muse ! C’est une amie chère, aujourd’hui disparue, qui a fait résonner son nom et sa riche personnalité dans un cours de français dont je me souviens : j’avais quinze ans, et un nom de femme illustre devenait pour moi une balise dans l’histoire de la langue française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *