Ballade dans les pas d’Aliénor d’Aquitaine -2-

Aliénor duchesse d’Aquitaine 1122- 1204

 

Je ne suis pas historienne et ne souhaite pas donner à lire une pâle copie des écrits longuement et sérieusement documentés ; simplement, ma rencontre avec Aliénor d’Aquitaine et ma passion pour le personnage datent du début des années 70 et je n’ai cessé depuis de m’intéresser à elle et à son époque. Ma première rencontre a eu lieu lors de mes débuts d’enseignante. Il fut un temps où on ne parlait plus d’Histoire et de Géographie mais « d’activités d’éveil » devant s’appuyer sur les ressources locales en lien avec l’Histoire ou la Géographie.

Je me trouvais alors à l’endroit-même où la tradition orale fait naître Aliénor d’Aquitaine en son château de Belin( Gironde). Me vient à l’idée qu’en Gironde on a parfois le terme de château facile, et s’il en existe de grands qui ont marqué l’Histoire, c’est aussi une appellation pour le vin, la propriété n’ayant pas toujours l’aspect féodal d’un château. Alors quid de ce château de Belin?

Depuis les années 70, vinrent d’autres parutions, d’autres lectures, plus actualisées, une conférence « Dans les pas d’Aliénor d’Aquitaine » organisée par Bordeaux Monumental en 2004, à l’occasion du 800 ème anniversaire de sa mort ; des romans grand public firent sensation ; je laissai ceux-ci bien vite de côté, tout comme les BD, intéressantes, distrayantes, sans plus. On commençait à faire feu de tout bois avec le personnage d’Aliénor dont je comprenais qu’il faisait recette.

Je lis, je relis, je suis un peu fâchée avec les dates, tant la longue vie d’Aliénor ou plutôt ses vies successives se révèlent proches d’un tourbillon où dominent l’énergie, la culture, le sens politique, la longévité, le sens de la famille et du territoire et bien d’autres aspects encore…

Je comprends mieux maintenant certains épisodes de sa vie, je m’interroge.

Au fil des ans, certains lieux qu’elle a marqués de son empreinte, s’imposent à la visite ou apparaissent fortuitement au gré des voyages.

Au cours de ma carrière d’enseignante, j’ai aussi rencontré deux petites Aliénor adorables : un prénom difficile à porter, j’en conviens. J’aurais souhaité le donner à ma fille en deuxième prénom. Si nous en avions eu une elle aurait eu pour prénoms Isaline Aliénor… La vie en a décidé autrement et notre fils porte le prénom d’un des dix enfants d’Aliénor.

Lorsqu’il me fallut prendre un pseudo pour écrire sur le net, tout naturellement je choisis Aliénor aussi.

Mais au jour d’aujourd’hui, je suis un peu déçue car on donne ce prénom à qui mieux mieux : le voilà scandaleusement galvaudé car signalant une zone d’activités, une société lamda de nettoyage, de transport, le nom de la Maternité voisine. Hier j’ai même vu sur le journal une entreprise de Pompes funèbres Aliénor… Je pense que loin d’être le reflet d’une passion, il s’agit plutôt de se retrouver en tête des rubriques sur l’annuaire des professionnels. L’appellation la plus noble à ma connaissance, est peut-être celle d’une école de formation de chiens pour aveugles.

Je n’affirmerai donc plus, d’après des écrits datés de 1957, comme je pouvais le faire dans les années 70, qu’Aliénor est née à Belin mais peut-être à Bordeaux ou bien à Poitiers, et je comprends bien que chacun a intérêt d’un point de vue touristique à tirer la couverture à soi. Qu’importe ! Tous ces lieux sont aujourd’hui au cœur de la Nouvelle Aquitaine.

Je citerai mes lectures à la fin de ce thème mais je  m’appuie assez souvent sur les livres de RÉGINE PERNOUD qui cite ses sources en fin du livre « ALIÉNOR d’AQUITAINE » et tient à ajouter ceci soit dans la préface du livre, soit dans sa conclusion :

« Précisons en tout cas que dans les dialogues et paroles rapportées il n’y a pas une phrase, pas un mot de notre invention : tout est tiré des textes du temps ; c’est assez dire que le présent travail ne vise aucunement au roman, et suivant pas à pas une vie romanesque s’il en fut, reste simple étude d’historien. »

Par ailleurs, elle écrit que malheureusement, les études très sérieuses ne sont pas accessibles au public et font l’objet de communications entre historiens dûment patentés.

« Lettres, chartes et rôles de comptes fournissent une foule de détails puisés dans la vie même et révèlent souvent toute une psychologie »

Ainsi que « chroniqueurs et annalistes » d’époque.

« Quoi qu’il en soit, nous nous sommes abstenu de prendre le ton du censor morum, et nous nous excusons de manquer ainsi aux usages. Le lecteur voudra bien y suppléer.

« A moins que, mis en présence de ce que nous apportent les documents, il ne sente, comme nous l’avons été nous-même, moins enclin à juger qu’à comprendre. »

La démarche de Régine Pernoud a tout pour me plaire.

J’ai pu voir, dans l’article précédent qu’Aliénor d’Aquitaine est connue au-delà de nos frontières… J’en éprouve un grand plaisir car en France, cela ne me paraît pas aussi évident.

Le temps est venu pour moi, de lui rendre hommage.

                                                                                         Ces photos ont été prises en 2003. L’aspect du village est encore proche des années 70.

Je commencerai par évoquer ce village de Belin avec deux liens officiels qui nous donnent l’occasion d’apercevoir la butte sur laquelle se trouvait ce fameux château de Belin.

http://www.belin-beliet.fr/index.php/content/view/408/507/

http://www.belin-beliet.fr/index.php/content/view/407/506/

Vous y lirez la réalité d’une charte octroyée par Aliénor aux belinetois, preuve s’il en est qu’elle tenait à ce lieu d’une façon ou d’une autre.

Ce village a changé aujourd’hui de nom ou plus précisément il s’est uni à Beliet pour donner le village de Belin-Beliet . Il s’est réveillé et le nom d’Aliénor y résonne en plein d’endroits.

photo récente

il y a aussi une avenue des Plantagenet.

 

Belin est situé sur le chemin de Compostelle( voie de Tours) et non loin de là, un peu plus au sud se trouve l’église de Mons qui existait du temps d’Aliénor ; l’église de Mons est aussi est au cœur d’une légende : plusieurs compagnons de Roland y auraient été enterrés après le massacre d’Espagne.

l’église de Mons(33)

Nous sommes ici en terre de contes, d’histoires, de légendes… Et lorsque la grande Histoire rencontre les petites histoires…

A suivre…

7 commentaires

  1. Tu n’es pas historienne dis-tu mais tu résumes très bien cette vie pleine et finalement très moderne dans son rythme, son énergie. C’et formidable de savoir ainsi partager une passion. Merci Maïté!

  2. Quelle bonne idée de nous montrer ces lieux ! (C’est vraiment dommage de mettre ce beau nom à toutes les sauces pour des raisons commerciales.)

  3. Pour le moment je me glisse dans le commentaire d’Anne pour te dire ce que je ressens.
    Mais je reviendrai plus tard…
    Merci pour ton beau poème.

  4. Oh chouette, tu m’avais souvent parlé de ta passion, maintenant te lire est et sera un vrai plaisir.
    Une vie, des vies…
    Merci, je t’embrasse

  5. @ Anne
    tu as bien raison de parler de modernité dans la manière d’être de ce personnage, dans les idées souvent visionnaires, dans la vie menée. Pour le reste, car nous ne pouvons ni juger à l’aune du XXIème siècle, ni tout absoudre, il faut vraiment se reporter aux caractéristiques du Moyen Age.
    Merci.
    *
    @ Tania
    Notre région est riche en traces historiques et c’est toujours passionnant de les retrouver.
    Je viens d’acheter le livre « Les mots d’Aliénor » de Katy Bernard et j’ai lu qu’elle arrive au même constat que moi pour l’utilisation du prénom d’Aliénor.
    *
    @Fifi
    Toujours un plaisir de partager et puis ce travail permet de mettre de l’ordre dans les idées, les connaissances et les documents.
    *
    @ Colo
    Te voilà de retour…
    Oui une passion pour laquelle je choisirai quelques éclairages seulement; ceux qui m’ont marquée.
    Merci. Je t’embrasse aussi.

  6. J’ai connu tes billets poétiques signés sous le pseudo Aliénor sur un ancien site de blog dont j’aimais beaucoup le réseau social qui était très vivant. J’ai immédiatement fait le lien avec ce personnage historique illustre. En lisant cette note je comprend que ce pseudo est tout sauf opportuniste. Il existe un lien intime entre toi et cette femme d’exception qui se confirme à la lecture d’un texte précis qui allie rigueur et émotion. J’ai lu il y a quelques décades La femme celte où il citait Aliénor d’Aquitaine mais j’avoue que je ne me souviens pas exactement du propos (à relire). http://a.giscos.free.fr/lecture/JeanMarkale/. Et encore un autre lien sur l’arbre celte où cette fois c’est sa fille Marie de Champagne qui est l’initiatrice du cycle des chevaliers de la table ronde. http://www.arbre-celtique.com/approfondissements/legendes/arthur.php
    En lisant ton texte on voit comment grand-père et mère ont transmis le goût de la littérature à la descendance.

  7. @ Sergio

    merci pour ce commentaire qui m’a fait extrêmement plaisir; Je l’ai lu, relu mais oui en effet, j’avais oublié de répondre. Le terme de femme d’exception pour Aliénor est bien justifié. Il lui va comme un gant: c’est d’ailleurs ce que j’aime en elle.
    Merci pour les liens aussi, toujours intéressants et enrichissants.
    En effet, il y a un lien avec les légendes arturiennes, que nous avons évoquées parfois: tout se tient, pour notre plus grand bonheur littéraire.
    Merci encore et je te demande de m’excuser pour avoir omis de te répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *