Robert d’Arbrissel fondateur de L’Abbaye Royale de Fontevraud-11

Le cloître du Grand-Moûtier

ROBERT D’ARBRISSEL (1045-1116)

 L’abbaye de Fontevraud, et avec elle l’ordre du même nom, ont été fondés par une personnalité à part : ROBERT D’ARBRISSEL, issu d’une famille de prêtres de père en fils.

Il avait une voix tonitruante. Et c’était nécessaire car il s’est fait connaître par une tournée de prédication. Il allait sur les routes, suivi par un grand nombre d’adeptes.

Selon lui chacun pouvait accéder au salut et il pensait que ça valait aussi pour les femmes.

Il prônait la chasteté en couchant à côté des femmes. Cela lui a été reproché et a été assimilé à un péché d’orgueil.

en arrière-plan le clocher de l’église abbatiale

En 1095, il devient ermite dans la forêt de Craon (Mayenne)

En 1101, il fonde une communauté qui s’installe à l’abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire), lieu idéalement situé à l’intersection des régions d’Anjou, de la Touraine, et du Poitou.

Mort en 1116, il est enterré dans le Chœur de Fontevraud. Sa tombe se trouve dans une partie non ouverte au public.

Fontevraud, était un monastère mixte, ouvert à toutes les origines sociales, ce qui était assez extraordinaire pour l’époque.

L’ordre de Fontevraud a perduré jusqu’à la Révolution. La règle  a été édictée par ROBERT D’ARBRISSEL et revisitée notamment par Jeanne-Baptiste Bourbon

du côté de la salle capitulaire

LE POUVOIR AUX FEMMES, LA SALLE CAPITULAIRE EN TÉMOIGNE.

la salle capitulaire

En 1115,ROBERT D’ARBRISSEL nomme Pétronille de Chemillé, première abbesse de Fontevraud. Issue de la noblesse angevine, veuve, elle a rejoint la communauté de ROBERT D’ARBRISSELqui la choisit pour diriger l’abbaye mixte.

Depuis le XIIème siècle jusqu’à la Révolution, 36 abbesses se sont succédé.

D’AUTRES ABBESSES qui ont compté:

Gabrielle de Rochechouart

Au XVIIème siècle, Gabrielle de Rochechouart est nommée abbesse par Louis XV. Elle est la sœur de celle qui deviendra la marquise de Montespan, favorite de Louis XIV. Très cultivée, elle correspond avec des écrivains, traduit « Le Banquet de Platon » et fait jouer « Esther » de Racine.

détails du porche de la salle capitulaire

 Marie de Bretagne, arrive à 33 ans à Fontevraud. Elle redéfinit la règle de l’ordre de Fontevraud dans le sens de l’ascèse.

détails

Julie D’Antin, la 36 ème et dernière abbesse est éduquée à Fontevraud dès l’âge de 3 ans. Elle remet au goût du jour les nombreuses fêtes qu’aimait Gabrielle de Rochechouart. Elle devra quitter Fontevraud en 1792 et l’Abbaye est pillée et vendue comme bien national.12 ans plus tard, l’Abbaye est transformée en prison par un décret napoléonien. Elle l’était encore pendant la deuxième guerre mondiale. La prison, une des plus dures de France sera fermée en 1963.

le carrelage de la salle capitulaire

Louise de Bourbon et Renée de Bourbon

1542, sous l’abbatiat de Louise de Bourbon. eut lieu la reconstruction de la salle capitulaire. Les initiales des Bourbon apparaissent sur le sol, sur le porche…

http://www.cite-ideale.fr/la-salle-capitulaire-ou-la-gestion-collective-de-labbaye-royale/

Détails du porche

A noter que sur les 8 filles du roi Louis XV, 4 furent élevées à Fontevraud. Tout comme deux enfants d’Aliénor et Henri II y furent partiellement élevés : Jeanne(future Jeanne de Sicile) et Jean (Jean Sans Terre).

L’abbaye s’étend actuellement sur une surface de 13 ha et des panneaux explicatifs rendent hommage à l’œuvre de ROBERT D’ARBRISSEL sur les hauteurs du domaine qui offrent un magnifique point de vue.

une vue depuis l’espace Robert D’Arbrissel situé sur les hauteurs

 

 

9 commentaires

  1. Merci pour tout ça, vraiment intéressant. tu parles de la famille de Rochechouart; aux porte du Limousin, à moins d’une heure de chez moi, quand on passe par l’axe Périgueux -Limoges, il faut faire un crochet et voir ce château, sa fresque etc…………J’adore ainsi que ses expos. Si toi- même un jour, tu viens de Bx, fais une halte chez moi!
    bon week-end Maïté!

  2. Merci pour la documentation historique. Les photos choisies sont très belles aussi. J’ai visité Fontevraud mais j’avoue que ton récit me plait beaucoup. Et puis il y a ce tuffeau si caractéristique du val de Loire qui est facile à tailler et qui durcit à l’air. Il donne un si bel habit à cet abbaye. Le point de vue dominant est magnifique. J’aime aussi monter sur le vallon avoisinant qui domine l’abbaye.

  3. Ces salles et voûtes, ces chapiteaux sont magnifiques et ton récit très féminin intéressant.
    La blancheur de la pierre m’étonne et me plaît beaucoup. Ainsi que les deux tableaux de l’abbesse.
    bref, j’ai tout aimé, apprécié:-))
    Je t’embrasse.

  4. @ Anne
    Tu as aiguisé ma curiosité et je suis allée voir sur le net le château de Rochechouart, majestueux et riche de sa collection d’art contemporain. Nous avons des attaches familiales, pas très loin de là alors un jour peut-être…
    Belle semaine à toi.

  5. @ Tania

    le lieu vaut le détour et il faut y prendre son temps. Je m’aperçois que j’ai fait l’impasse sur certains endroits. Il est vrai que j’y reviendrai avec plaisir.
    Bonne semaine, Tania.

  6. @ Serge
    J’aime beaucoup aussi la blancheur du tuffeau que j’avais déjà pu admirer au château d’Angers, associé au schiste pour les tons gris, château qui fut la propriété des Plantagenêt.
    Lors de cette première visite à Fontevraud, je n’ai pu assimiler toute la richesse des informations, malgré la qualité de la visite guidée. De plus, sur le vallon, j’étais si tournée vers l’abbatiale et son chevet (j’adore photographier les jeux de formes des chevets) que j’ai fait l’impasse notamment sur le lieu exposant la vie et l’œuvre de Robert D’Arbrissel, mais pas seulement. Pour écrire cet article, pour en apprendre plus,je me suis notamment appuyée sur le numéro spécial consacré à Fontevraud par Ouest France, un journal que tu connais bien, je pense.Ouest France s’est associé au Courrier de l’Ouest d’ailleurs.

  7. @ Colo
    Cette abbaye est un livre ouvert et riche sur l’histoire des lieux et l’Histoire de France. J’ai bien aimé certains côtés de Robert D’Arbrissel, totalement en avance sur son époque, qui a tant fait dans ses prêches pour la dignité de la femme et le côté féministe de l’aventure du pouvoir. Faire entrer des femmes dans des lieux de prière n’allait pas de soi, leur donner un rôle prépondérant non plus.
    Sais-tu que dans la règle de Fontevraud, est précisée la dose quotidienne de vin pour les hommes et les femmes et cela va t’étonner: »Une hémine de vin pour les hommes =1/4 de litre
    Une chopine ou une pinte pour les femmes= 1/2 litre.
    L’abbaye était entourée de vignes.

  8. Tantôt avant-gardiste avec Robert D’Arbrissel, oscillant entre ascèse, sens des festivités et ouverture culturelle avec certaines de ces Dames de Fontevraud… bien des sujets d’étonnements au fil des siècles !
    Une salle capitulaire plus qu’étonnante aussi ! Un site exceptionnel d’une réelle beauté dans tous ses aspects…
    C’est un bonheur de s’y replonger et de ressentir encore ces atmosphères si particulières qui y règnent encore…
    Merci ! Merci ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *