« A la grâce de l’océan, des étoiles et du vent. »

André Velter (Solitudes)

de sable et d’argent, au loin les vagues

« Une douceur apaisante propice à la rêverie…
Toute une tendresse exprimée dans une lumière quasi irréelle…
L’évasion est au rendez-vous…
L’esprit s’allège dans l’harmonie d’un nuancier irisé…
Les fardeaux régressent en ces instants privilégiés…
Sillons, lignes, effilochées, courbes écumeuses,
Traces délicatement déposées,
Dans les murmures et bruissements
Entre ciel, sable et mer…
Moments de bien-être ô combien précieux ! »

CeriseMarithé

Le Grand Crohot, jeudi 23 novembre 2017

Par une belle journée d’arrière-saison, surtout ne pas résister à l’appel de l’océan : nous marchons sur la plage, presque seuls au monde, dans une atmosphère légèrement brumeuse qui ajoute de la poésie au lieu.

convergence sur la pente menant à l’eau.

Marée basse, quelques vagues au loin, une impression de calme, de sérénité ; peu de personnes, rapidement estompées par le voile de brume.

Jeux de pleins et de vides, frissons de sable, palette brossée à grand coup de pinceaux d’eau.

Mais il ne faut pas s’y fier car sous couvert de calme, nous remarquons des tourbillons formés par les courants contraires.

qui du sable ou de l’eau hésite à regagner la ligne d’écume?

géographie de ruisselets.

pétales de fleurs de sable d’automne, cheveux au vent, mèche rebelle.

Une petite brise très agréable, un soleil voilé et comme la mer s’est retirée assez loin, une plage en creux et monticules et du sable assez dur facilitant la marche.

Points à la ligne, courbes de l’océan au féminin pluriel.

Le ciel est bleu par-dessus la dune où il reste quelques panicauts.

l’oiseau aux ailes déployées

 

La marée, le sable et l’eau font œuvre graphique, tout comme les véhicules qui ont suivi l’estran sur des km ou bien les dessins des semelles des promeneurs, couplées aux traces d’oiseaux.

bécasseaux sanderling?

Et puis il y a ces petits boules de plumes patineuses qui forcent notre admiration par leur vélocité au rythme des vaguelettes : à la pêche d’un œil, à la course toujours gagnée, de l’autre.

land art, art de la mer: c’est cadeau

nuancier du jour, à la grâce de l’océan

Quelques bois flottés mis en valeur : oiseau de bois ou baleine, troncs d’arbre venus de je ne sais où, peut-être d’Espagne.

Nous repartirons en gardant au fond de nous, le plus longtemps possible, le bruit de l’océan alors que la marée commence à vider son seau de vagues avec bruit ; juste avant de plonger sous le couvert de la pinède et regagner la voiture.

baleine échouée

en tutoyant le ciel, habiter une histoire d’ocre et de bleu.

…« Ivres d’embruns, de vent

Nous mordons dans le sable

 

De nos désirs enfouis

Au goût d’algues séchées »

François Cheng ( Le livre du Vide médian).

l’Arena

Cette petite balade nous a conduits quai de la Souys, côté rive droite, quartier des rives de FLOIRAC où nous avons découvert L’ARENA, future salle de spectacle.

plan

Ce bâtiment voisinera dans quelques années avec un nouveau pont reliant FLOIRAC à BORDEAUX et BÈGLES. Son nom est déjà choisi : ce sera le pont SIMONE VEIL, en hommage à cette grande dame qui nous a quittés récemment.

portail d’entrée du chantier

En attendant, le chantier en bord de Garonne, constitue l’envers d’un décor enchanteur.

porte bien son nom.

Il est délimité par 600 m de barrières ; avec la complicité de l’entreprise DUBREUILH, de la Métropole de Bordeaux, de la mairie de Floirac, et le soutien du Ministère de la Culture, une fresque monumentale est née.

Imaginons…

le collectif

L’association ARTELI et les artistes ont mené à bien une mission afin de fédérer les habitants de ce quartier, de la ville, de les impliquer dans ce projet de rénovation urbaine. Les paroles récoltées auprès des habitants, des enfants d’une école et de leurs parents (130 personnes au total) ont été restituées plastiquement par les artistes associés :

MÉLANIE RIBAILLIER, directrice d’ARTELI et plasticienne,

le street artiste JONE,

le sculpteur JEAN FRANÇOIS ANDRÉ

la vedette de la fresque

coucou!

original

Nous avons trouvé là en cette fin d’été, une scène très animée où l’exotisme, l’humain ; le vivant et le rêve apportent leur touche poétique. Un livre à ciel ouvert, comme si artistes, personnages et habitants s’étaient unis pour se donner la main et raconter un futur le plus agréable possible.

La présentation du projet est inclue dans le décor; ici se dessine, se sculpte un paysage urbain entre ciel, terre et eau.

broderie d’or et transparence

 

Les végétaux sont omniprésents parce qu’il est important de leur donner une grande place dans le cadre à vivre. Comme des lianes, ils font lien et sont le fil conducteur des réalisations.

n’est-ce pas?

Des fenêtres mettent en scène l’arrière-plan.

Des sorties de cadre en nous projetant vers le ciel nous font voir le monde ambiant autrement, dans toutes les directions.

vers le pont de pierre

L’envers du décor est-ce le chantier, les abords de la Garonne neutralisés ou bien comme dans ces habits réversibles passons-nous de l’envers à l’endroit avec les belles photos du passé, la construction de l’Arena et du pont, la parole du présent se nourrissant du passé et du futur?

Quel décor voulons-nous pour nous et nos enfants rive droite?

un avenir en bleu?

ou en gris?

ENFIN un avenir émerge pour un lieu en friche ! quartier super, désiré, pluriel, Liaison enfin !

Des lettres et des mots font sens au milieu des animaux, des couleurs, du nom des artistes, du lettrisme toujours.

comme les intervenants, les habitants, les espoirs, les paysages…

Des onomatopées « vraoum » nous rappellent que notre monde est mouvement L’humour est omniprésent. Les expressions joliment illustrées expriment une qualité de vie. J’en ai relevé quelques unes :city zen, zen, cool.

Mais ce qui me paraît très important ce sont ces liens dont le concept de pont s’entoure : complicité, joie, pont, liaison, fleuve, Garonne, échanges, trait d’union, échanges, rive

Merci à ces artistes qui nous enchantent grâce à leur inventivité et à la fraîcheur de leurs réalisations.De plus , je trouve excellente l’idée de rencontrer là un sculpteur.

Merci pour ce trait d’union actuel et celui à venir.

ou

 

ET puis la signature des artistes: sympa!

Merci… Merci…

La fresque est visible jusqu’au 30 juin…2020

Mais où est donc passé le collectif TRANSFERT? Nous l’avons cherché et merci au journal SUD-OUEST qui signalait sa présence ici ou là.

Depuis plusieurs années nous l’attendions chaque été et nous nous régalions de son inventivité, dans des lieux emblématiques comme à Bacalan où dans des lieux voués à la démolition comme l’ancien commissariat de Casteja ou place Gambetta, dans les anciens murs de Virgin.

Cette année TRANSFERT est revenu à ses origines, à la rue, aux murs mais de façon éclatée, non plus sur un lieu unique mais dans plusieurs villes de la Métropole. S’ensuit sans doute une perte de visibilité, en revanche, cela aura peut-être permis de sensibiliser d’autres publics à Bassens ou encore Carbon-Blanc.

Ceux que nous avons choisi de suivre ont pour nom KENDO, ODEG, JONE, ROOBLE, TRAKT, DISKETER, MIOTER, ROPAZE

Pour trouver leurs œuvres, il faut partir du parvis de la gare Saint-Jean,

*

puis, suivre le pont du Guit, admirer au passage la verrière de côté

gare vue de côté

*

et arriver à l’arrière de la gare que nous découvrons, dans le quartier Belcier où nous n’avons jamais l’occasion d’aller.

Là, les artistes ont investi les piles du pont. La présentation des fresques au public s’est perdue dans l’euphorie de l’arrivée de la LGV, début juillet. Sur ces huit fresques, on  voit une évocation de la gare, des trains, des planètes, des visages, des techniques différentes. Pas beaucoup  de recul pour photographier mais TRANSFERT est bien là, même si nous restons un peu sur notre faim par rapport aux années passées.

Un peu plus loin, nous avons rencontré des fresques déjà anciennes sur des maisons qui semblent abandonnées.

Le quartier est en pleine mutation.

quartier Euratlantique en lien avec la LGV

Toujours derrière la gare, rue Terres-de-Bordes, REPAZE et LANDROÏD  nous offrent sur un mur de vieille maison abandonnée elle aussi, un thème inhabituel, une poêle à frire avec son œuf rissolant sur un coin de planète en péril. Un coup de ripolin bleu  pour le fond et le message engagé passe ; le train aussi passe à proximité d’ailleurs ; espérons que les voyageurs jetteront un œil par ici.

Je constate que partout, le bleu domine.

La terre est bleue comme une orange (trop mûre?)

à suivre…