Le Testament d’Aliénor

 

Début juillet, nous avons assisté à la représentation d’une pièce de théâtre conçue par KATHY BERNARD et SANDRINE BIYI et présentée par la SOCIÉTÉ DES AMIS D’ALIÉNOR.

Je n’ai connu ce projet que tardivement, lorsque la date du spectacle était déjà fixée et ceci grâce à un article du journal SUD-OUEST consacré à KATHY BERNARD et son livre « LES MOTS D’ALIÉNOR ».

J’ai réussi à avoir deux places sur le fil du rasoir, juste quelques heures avant le spectacle et j’en remercie KATHY BERNARD et son équipe. Pour rien au monde je n’aurais voulu rater cela.

Kathy Bernard me dédicace le livre

Après une séance de dédicace du livre *« LE NÉANT ET LA JOIE » à laquelle KATHY BERNARD s’est prêtée de bonne grâce, malgré l’imminence du spectacle, nous sommes entrés dans le noir quasi complet de la salle, entourés de brume propice au rêve.

Dans cette ambiance, seul le gisant « vivant » d’Aliénor captait toute la lumière.

Un petit clin d’œil au gisant d’Aliénor d’Aquitaine de l’abbaye de FONTEVRAUD et à sa réplique au musée d’Aquitaine de BORDEAUX.

Nous étions donc en condition, plongés dans une atmosphère spéciale et quasi mystique, pour un voyage dans le temps entre le Moyen-Âge et l’époque actuelle.

Soudain, Aliénor d’Aquitaine revient à la vie, se lève et tout resplendit. Soudain apparaît Jean Sans Terre, son dernier fils (1166-1216) un personnage que je ne connaissais que dans les grandes lignes et sur lequel je ne m’étais pas encore penchée.

Nous avons été pris aux tripes, enchantés, presque cloués sur place par la qualité de l’ensemble, l’audace de ce pont entre les siècles. Nous aurions voulu un spectacle infini. C’est grisant de remonter ainsi le temps.

La mise en lumière, la présence intense des deux acteurs figurant Aliénor et son fils Jean Sans Terre, la mise en musique rock des chansons de Guillaume IX Le Troubadour, grand-père d’Aliénor sont très aboutis. Chaque détail compte.

L’Histoire, ce 6 juillet 2018, était au rendez-vous, la poésie aussi. Grâce aux acteurs, nous ressentions le poids des relations entre la mère et le fils, les tensions, et les conséquences des actes. Les acteurs étaient transfigurés.

Les deux acteurs nous ont emportés dans les dialogues de sourds entre mère et fils, dans le chassé-croisé, dans le jeu scénique, les fuites, l’expression de la colère et du ressentiment, l’amour aussi qui sait pardonner tant d’errements. Jean Sans Terre et Aliénor allaient-ils croiser leur regard au moins une fois, pour un début d’entente ou de pardon ou bien allaient-ils camper sur leurs positions jusqu’à la mort de la Reine ?

Aux deux acteurs FLORENCE COUDURIER et CHRISTOPHE ROSSO, il faut ajouter le talent des membres du THE VERY BIG SMALL ORCHESTRA.

La pièce de théâtre se termine comme elle avait commencé , avec Aliénor retournant à la mort et se fondant dans son gisant. La magie opère jusqu’au bout avec ce passage de la fougue à la lenteur allant jusqu’à l’immobilité et au retour difficile au XXIème siècle.

Il est à noter que le chapitre consacré par KATHY BERNARD à JEAN SANS TERRE dans le livre LES MOTS D’ALIÉNOR, contenait en germe la pièce de théâtre qui en a découlé. KATHY BERNARD avait pris le parti de s’adresser à JEAN SANS TERRE, pour faire connaître ce dernier fils d’Aliénor et d’Henri II, surnommé « Sans Terre » car né trop tard dans la vie du couple royal.et non doté Lors de la capture d’Aliénor, Jean Sans Terre était enfant, il avait 7 ans. Il fut élevé hors de la présence de sa mère qu’il n’avait qu’entraperçue. JEAN SANS TERRE, personnage tourmenté qui ne fut ni tout blanc, ni tout noir eut des raisons pour être mal-aimé de l’Histoire, mais donna aussi des raisons à l’Histoire de garder un souvenir contrasté de son comportement.

 

J’espère que ce spectacle de théâtre-rock, hautement pédagogique, continuera sur sa lancée et sera montré dans les villes et les établissements scolaires de la Gironde. Pour notre part, nous serions partants pour le revoir.

 

*LE NÉANT ET LA JOIE , CHANSONS DE GUILLAUME D’AQUITAINE

édition bilingue occitan-français

Présentation et traduction de KATHY BERNARD

 

entrée dans la citadelle

Blaye, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco dont l’origine remonte à l’époque gallo-romaine, a une très belle devise : » Étoile et clé de l’Aquitaine »

vue depuis l’estuaire

Elle a en effet une position stratégique sur l’estuaire de la Gironde. D’elle, on connaît surtout aujourd’hui la citadelle édifiée sous les ordres de Vauban et typique de ces forteresses défensives en étoile. A l’intérieur de la citadelle, subsistent les ruines du château des Rudel.

Le château initial avait été détruit par le grand-père d’Aliénor,Guillaume IX du temps où Jaufré Rudel était enfant et fut reconstruit durant le règne du père d’Aliénor, Guillaume X.

les remparts

 

Au moment où Aliénor et Louis quittent Bordeaux pour Poitiers en passant par Saintes, puis s’arrêteront au château de Taillebourg tenu par Geoffroy de Rancon, où ils passeront leur nuit de noces, L’Histoire ne nous dit pas quelle route prit le couple royal parti de Bordeaux via Saintes, puis Taillebourg où l’on pouvait franchir la Charente.Louis et Aliénor ont-ils traversé la Garonne vers Lormont où se trouvait le camp royal? Il leur fallait de toute façon encore franchir la Dordogne en absence de tout pont. Ont-ils fait route ensuite directement vers Saintes ou ont-ils fait une halte dans le château des Rudel à Blaye ?

l’intérieur de la citadelle

Durant la deuxième croisade, menée par Louis VII et Aliénor, nombre de chevaliers poitevins prendront la croix dont Geoffroy de Rancon. Parmi la suite du comte de Toulouse, se trouvait le troubadour  poète, Jaufré Rudel,(1100-1148 )prince de Blaye, chantre de cet amour lointain : « Amor de lonh ».

Qui ne se souvient parmi nous d’avoir croisé les vers de Jaufré Rudel et surtout sa légende ? Beaucoup de princes de Blaye s’appelèrent ainsi mais lui semble être le deuxième portant ce nom.

vue sur les toits

Jaufré Rudel , selon la légende,ne revint jamais à Blaye car il serait mort dans les bras de la comtesse de Tripoli (comtesse ou princesse, selon les sources) pour laquelle il se mourait d’amour sans l’avoir jamais vue. iI aurait endossé le rôle de croisé, pour partir sur ses traces,simplement après avoir entendu parler en bien de la dame par les pèlerins qui revenaient d’Antioche.

« Que nul ne s’émerveille de moi

Si j’aime ce qui jamais ne me verra,

Qu’en mon cœur il n’y a joie d’autre amour

Que de celle que jamais je ne vis,

Et pour nulle joie ne m’en réjouis,

Et ne sais quel bien m’en viendra »

 

Au cours de la croisade, malade et dans un état critique, Jaufré Rudel aurait été transporté à Tripoli où apercevant sa bien-aimée il recouvra l’odorat et l’ouïe, juste avant de mourir dans ses bras. Il fut enseveli sur place et elle se fit nonne le jour-même !

 

« Bien sais que d’elle jamais n’ai joui

Ni qu’elle jamais de moi ne jouira,

Ni pour son ami ne me tiendra,

Ni promesse ne m’en fera ;

Ni ne me dit vrai, ni ne me mentit

Et ne sais si jamais le fera. »

la rue principale

Si la vie de Jaufré Rudel a permis de telles suppositions romantiques et la naissance d’une telle légende c’est que contrairement à d’autres biographes ayant écrit sur d’autres troubadours, l’auteur de sa biographie est ici anonyme.

« Le rédacteur de sa « vida » perçut que, pour Jaufré Rudel, le vrai amour, est celui qu’il n’a pas encore vu, celui qui n’est pas encore fixé dans une image, qui échappe à la connaissance pour s’inscrire dans l’éternité d’un désir, dans l’excellence d’un chant. » KATHY BERNARD/ Les Mots d’Aliénor

                                                        *

Pour terminer ce billet, sans doute le poème le plus connu de Jaufré Rudel

Amour lointain

 

Lorsque les jours sont longs en mai

Me plaît le doux chant d’oiseaux lointains

Et quand je suis parti de là

Me souvient d’un amour lointain ;

Lors m’en vais si morne et pensif

Que ni chants, ni fleurs d’aubépines

Ne me plaisent plus qu’hiver gelé.

                           *

Je tiens bien pour seigneur de vrai

Celui par qui verrai l’amour lointain ;

Mais pour un bien qu’il m’en échoit

J’en ai deux maux, tant m’est lointain.

Ah, fussé-je là pèlerin,

Que mon bâton et ma couverte

Puissent être vus de ses beaux yeux !

                           *

Joie me sera quand je lui querrai,

Pour l’amour de Dieu, d’accueillir l’hôte lointain,

Et s’il lui plaît m’hébergerai

Auprès d’elle, moi qui suis lointain,

Alors seront doux entretiens

Quand l’hôte lointain sera si voisin

Que les doux propos le soulageront.

                             *

Triste et Joyeux m’en séparerai,

Si jamais je la vois, de l’amour lointain

Mais je ne sais quand la verrai,

Car trop en est notre pays lointain :

D’ici là sont trop de pas et de chemins ;

Et pour le savoir, ne suis pas devin

Mais qu’il en soit tout comme à Dieu plaira.

                             *

Jamais d’amour je ne jouirai

Si je ne jouis de cet amour lointain,

Je n’en sais de plus noble, ni de meilleur

En nulle part, ni près ni loin ;

De tel prix elle est, vraie et parfaite

Que là-bas au pays des Sarrasins,

Pour elle, je voudrais être appelé captif !

                        *

Dieu qui fit tout ce qui va et vient

Et forma cet amour lointain,

En vérité en tel logis

Que la chambre et que le jardin

Me soient en tout temps un palais.

                       *

Il dit vrai qui m’appelle avide

Et désireux d’amour lointain,

Car nulle joie ne me plaît autant

Que jouissance d’amour lointain.

Mais ce que je veux m’est refusé,

Car ainsi me dota mon parrain,

Que j’aime et ne suis pas aimé.

                         *

Mais ce que je veux m’est refusé ;

Qu’il en soit maudit le parrain,

Qui me dota de n’être pas aimé.

 

Le livre d’or de la poésie/ JEAN ORIZET traduction Albert Pauphilet.

La ville basse vue depuis la citadelle

 

à suivre…

 

 

vue depuis le clocher de l’église Saint-Michel

1-Aliénor et Louis quittent Bordeaux

Suger gardait le visage soucieux car le roi agonisait. Le temps pressait. Il devenait nécessaire d’écourter les fêtes du mariage sans froisser les susceptibilités des invités.

Il fallut quitter Bordeaux.

« …sans doute, si rieuse et si résolue qu’elle fût, eut-elle en se retournant un long regard pour la cité qui lui apparaissait en contre-jour dans le soleil couchant, quand elle eut à son tour traversé la Garonne : Bordeaux avec ses remparts remplis d’ombre et, se découpant sur le ciel doré, les clochers de sa cathédrale et de ses neuf églises, les colonnes de l’antique palais Tutelle* tout proche de la ville et, plus loin, les anciennes abbayes : Saint-Seurin, Sainte-Eulalie, Sainte-Croix, près du rivage — tout ce coin de terre vénérable qu’on pouvait embrasser d’un coup d’œil au creux du fleuve arrondi et paisible… »RÉGINE PERNOUD/Aliénor d’Aquitaine.

Musée d’Aquitaine

Le Port de la Lune depuis le clocher de l’église Saint-Michel

Il s’agit là de la vision du Port de la lune dont on peut admirer encore de nos jours l’harmonieuse courbure. Sur le blason de la ville de Bordeaux la configuration de la Garonne à cet endroit précis est représentée par un croissant de lune argenté sur fond bleu du fleuve. En faisant un bond dans l’Histoire, en nous projetant bien des années plus tard, nous remarquons au centre des armoiries, l’ancien Hôtel de ville (La grosse Cloche) et ses quatre tours disparues, surmontés par le léopard des rois d’Angleterre, en souvenir de la domination anglaise (1150 à 1453).

Richard Cœur de Lion avait pour symbole deux léopards.

NB: Les Piliers de Tutelle, monument de l’époque des Bituriges (peuple celte) ont été localisés grâce à des fouilles, près du Grand-Théâtre actuel .

L’Hôtel de ville de Bordeaux

*

2-Quand Aliénor revint-elle en Aquitaine pendant qu’elle fut reine de France?

En 1141, Louis VII et Aliénor tinrent leur cour en la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

En 1146, ils revinrent en Aquitaine pour lever l’argent nécessaire à leur organisation de la croisade.

-Ils revinrent une dernière fois ensemble à Bordeaux en 1152 (début d’année).

*

 

3-Après son mariage avec Henri Plantagenêt en 1152, quand Aliénor  revint-elle à Bordeaux ?

-A Noël 1156, le roi et la reine tinrent leur cour à Bordeaux.

-En 1156 également, Aliénor confirma les privilèges de l’abbaye de Sainte-Croix à Bordeaux dont la façade romane date de la deuxième moitié du XIIème siècle et fait référence à l’art roman saintongeais. L’abbaye fut l’objet de toutes les attentions sous Guillaume IX qui lui permit de s’agrandir et d’étendre son emprise sur les monastères de Soulac et Saint-Macaire. Les possessions de cette abbaye seront encore agrandies sous Guillaume X.

*

4-L’ Abbaye de Sainte-Croix:

vue depuis le clocher de l’église Saint-Michel

 

L’église Sainte-Croix en 2009. Depuis, le parvis est pacifié: plus de stationnement.

 

 

5- L’abbaye de la Sauve-Majeure:

-En 1156 Le roi Henri II et la reine Aliénor séjournèrent au Palais de l’Ombrière et à l’abbaye de La Sauve-Majeure qui se trouve à une trentaine de km à l’est de Bordeaux. Aliénor offrit à cette abbaye terres et dons pour assurer sa construction qui fut terminée en 1220). La construction de l’abbaye bénédictine de la Sauve-Majeure fut favorisée par Guillaume VIII (arrière- grand-père d’Aliénor). La Sauve-Majeure a été érigée en sauveté par Guillaume IX.

 

Dans le livre de KATY BERNARD LES MOTS D’ALIÉNOR, on peut lire une charte rédigée en faveur de cette abbaye :

  • «… Nous nous sommes rendue, dans ce voyage, au même monastère de la Sauve où nous avons appris par le témoignage de personnes de qualité et dignes de foi et avons vu de nos propres yeux que c’est un lieu saint, tant en son chef qu’en ses membres, et qu’il a grande réputation grâce à leur piété et à leur religion. C’est ce qui a fait que nous nous sommes recommandée à leurs prières, ainsi que les deux âmes des deux rois susnommés* et qu’afin que notre visite ne leur soit pas inutile nous confirmons par ces présentes tous les privilèges et voulons que nos successeurs les confirment et les ratifient. »
  • NB-Les deux rois cités dans la charte relative à La Sauve-Majeure sont Henri II et Richard Cœur de Lion

à son apogée et actuellement, après bien des vicissitudes historiques.

*

6-Aliénor et sa descendance:

  • De 1167 à 1173, Aliénor fit découvrir le duché à son fils Richard.

 

  • A la mort de Richard, elle séjourna à Bordeaux le 1er juillet 1199 afin de faciliter la tâche de son dernier fils Jean sans Terre.

 

  • Elle fit étape à Bordeaux une dernière fois en 1200, à son retour d’Espagne où elle était allée chercher la future femme du futur Louis VIII.

 

  • Ces précisions de dates sont extraites du remarquable livre « HISTOIRE DE BORDEAUX » par ANNE-MARIE COCULA

Au MUSÉE D’AQUITAINE, ON PEUT ADMIRER LA COPIE DU GISANT D’ALIÉNOR D’AQUITAINE. L’original se trouve à FONTEVRAUD.

à suivre.

 

Ce mariage de Louis de France, futur Louis VII et d’Aliénor, duchesse d’Aquitaine, que signifie-t-il en termes de territoires ? Tout d’abord la promesse pour le roi d’exercer une influence directe sur des régions où elle n’est pour l’instant que théorique.

Retournons donc dans  le livre Aliénor d’Aquitaine de Régine Pernoud pour prendre toute la dimension de ces moments importants de l’Histoire de France:

« C’est avec surprise que l’on constate que, si le roi possède trente fermes à Marly, un four de verrier à Compiègne, des granges à Poissy et des moulins à Cherisy près de Dreux, s’il lève une taxe sur le marché d’Argenteuil et sur les pêcheurs du Loiret aux environs d’Orléans, les habitants de Senlis se trouvent quittes avec lui quand ils lui ont fourni, pour ses cuisines, les casseroles, les écuelles, l’ail et le sel pendant ses séjours dans la ville. Ses ressources sont ainsi faites d’une poussière de droits qui souvent nous paraissent infimes… »

Or le domaine aquitain, plus vaste que l’Île-de-France, est plus riche aussi. « Opulente Aquitaine, écrit un moine du temps, Héritier de Lobbes,…douce comme nectar grâce à ses vignes, semées de forêts, regorgeant de fruits, pourvue surabondamment en pâturages. » Largement ouverte sur l’océan, ses ports sont prospères. Bordeaux, de toute antiquité, La Rochelle fondée depuis peu exportent le vin et le sel ; Bayonne s’est fait une spécialité de pêche à la baleine.

Le train de vie en Aquitaine est réputé plus fastueux que celui du roi de France.

La Porte Cailhau, porte de la ville, côté Garonne avec un bout du rempart initial à droite

« Après la cérémonie religieuse à la cathédrale Saint-André un banquet dans le Palais de L’Ombrière rassemble près d’un millier de convives « sans compter la foule de peuple qui, aux alentours et dans les basses-cours du château, allait avoir ce jour-là sa part des énormes quartiers de viandes et des pièces de vin distribués à tout venant, comme c’était la coutume lors des mariages princiers.

Ce palais de L’Ombrière, dont le nom évoquait une fraîcheur rassurante en cet été torride, était situé à l’angle sud-est du grand quadrilatère que formaient les remparts de la vieille cité romaine, entre le cours du Peugue et celui de la Devèze….

à l’angle de la rue Sainte Catherine et du cours Alsace-Lorraine, 2 sculptures représentant le Peugue et la Devèze

Le Palais de L’Ombrière a été construit au début du X ème siècle par les ducs de Guyenne. Au milieu du XIIIème siècle, le vieux château fut remplacé par un nouveau palais

Le Palais de L’Ombrière

C’était une forteresse puissante, dominant les rives de la Garonne des hauteurs de son donjon, « l’Arbalesteyre : une grosse tour rectangulaire (18 mètres sur 14) aux murs épais flanqués de contreforts. L’actuelle rue du Palais de l’Ombrière passe juste au centre de ce qui fut la cour du château, qui subsistait encore au XVIIIème, ainsi que la salle principale, l’une et l’autre entourées d’une courtine longue de cent mètres environ et renforcée de deux tours, l’une en demi-cercle, l’autre en hexagone.

La Place du Palais vue depuis la Porte Cailhau

Place du Palais

détail de la Porte Cailhau

Charpente de la Tour

intérieur de la Tour devenue un musée

Assis auprès de cette éblouissante jeune fille en robe d’écarlate qui était devenue son épouse, Louis, comme les chevaliers qui l’entouraient, se sentait un peu déconcerté par l’entourage ; l’exubérance de la foule, plus hardie, plus court-vêtue que celle qui peuplait les domaines d’Île-de-France ou de champagne, le parler de langue d’oc qu’ils comprenaient mal, les manières plus bruyantes, les exclamations plus chaleureuses- tout cela les laissait un peu interdits, et ce n’est que lentement, au cours du banquet, dans l’atmosphère de joie générale, que se comblait la distance entre gens du Nord et gens du Sud… Toute la gaieté méridionale s’y donnait libre cours sous les yeux de la jeune duchesse d’Aquitaine, très à son aise dans un rôle de maîtresse de maison qu’elle était habituée à remplir à la cour de son père. Elle était belle, elle le savait ; on le lui avait dit souvent en vers et en prose…

Ce souverain se présentait sous l’aspect d’un jeune homme un peu frêle, un peu effacé, mais sympathique. Et Aliénor, très sûre d’elle-même, s’amusait de constater, aux regards que le jeune prince levait sur elle, qu’il était éperdument amoureux.

Les fêtes de mariage allaient se prolonger plusieurs jours, selon la coutume du temps. Le va-et-vient était continuel entre Bordeaux et les hauteurs de Lormont où les tentes dressées pour la suite royale apparaissaient de loin, taches éclatantes piquées dans la verdure. Sans cesse les petites barques qui assuraient le passage d’une rive à l’autre de la Garonne traversaient et retraversaient le fleuve. »

«  Seul, dans cette atmosphère étourdissante, Suger gardait le visage soucieux »…

vue du château du Prince Noir depuis l’autoroute

l’entrée au château

Le château a été réhabilité par Norbert Fradin

majestueux. Au fond le Pont d’Aquitaine

Dans les hauteurs de Lormont, on aperçoit encore de nos jours, le château du Prince Noir. Il surplombe le bourg. Aliénor l’a connu car il a été construit vers 1060 par Guillaume VII, comte de Poitiers et duc d’Aquitaine. Elle y aurait séjourné lors de son mariage. J’ai eu l’opportunité de m’en approcher il y a quelques jours à peine.

vue sur le bourg depuis l’entrée du château.

Sur les hauteurs de Lormont se trouve aussi un magnifique parc d’où l’on peut apercevoir la courbe de la Garonne.

depuis les hauteurs de Lormont

 

« Hier j’ai commencé mes courses par une promenade le long de cet admirable demi-cercle que la Garonne forme devant Bordeaux (…)La colline vis-à-vis, à une demi-lieue au-delà de la Garonne, sur la rive droite, est faite exprès pour plaire aux yeux. Elle vient se terminer du fleuve, au village de Lormont, à l’extrême nord de cet admirable demi-cercle. » 

STENDHAL/ mai 1838

à suivre…

 

« En 1127, un an après la mort de son père, Guillaume X est un bel athlète de vingt-sept ans dont la vitalité brouillonne est entretenue par un appétit insatiable. Malheureusement, son intelligence n’est pas à la hauteur de ses aptitudes physiques. »

Cela n’a pas échappé à son père, Guillaume IX et Michel Dillange dans Guillaume IX, le duc troubadour note aussi qu’au fil des ans,

« Il ( Guillaume IX) se rend bien compte que ce bel athlète, plein de bonne volonté, n’a pas un grand sens politique. Il s’inquiète pour son avenir, comme le montre la chanson XI ».

«…S’il n’est pas très sage ni preux,

Lorsque je vous aurais quittés,

Bien vite ils l’auront mis à bas,

Car ils le verront jeune et faible »…

 

Guillaume X a épousé Ainor ou Aénor de Châtellerault(1100- 1130 qui fut donc duchesse d’Aquitaine alors que sa mère ne le fut jamais ; elle était la fille de  Dangeirosa, vicomtesse  de Châtellerault, maîtresse de Guillaume IX, installée à proximité du palais ducal de Poitiers .

Le mariage célébré entre le fils de Guillaume IX et la fille de Dangeirosa fut une preuve supplémentaire de l’amour qui unissait les deux amants.

Le couple ducal eut pour enfants Aliénor, mais aussi Pétronille et un garçon : Aigret, disparu prématurément peu de temps avant sa mère, en 1130.

L’année précédant sa mort, Aénor de Châtellerault signa des chartes du nom d’Aliénor, curieux non cette valse des prénoms ?

Guillaume X, simple et docile et Aénor de Châtellerault dont la postérité n’a pas retenu grand-chose ont sans doute été dominés par la forte personnalité de Guillaume IX pour l’un et de Dangeirosa pour l’autre.

Guillaume X mourut à 38 ans, en 1137, laissant Aliénor orpheline puisque cette dernière avait déjà perdu sa mère en 1130.

Le jongleur- troubadour Cercamon, qui avait beaucoup d’estime pour le prince, offrit une complainte funèbre « planh » en occitan, en hommage à Guillaume X dit le Poitevin  dont voici un extrait :

Lo plaing comenziradaman

D’un vers don hai  lo cor dolen :

Ir’e dolore marrimen

Ai, car vei abaissar Joven :

Malvestatz puej’e Jois dissen

Depois muric Lo Peitavis.

 

La plainte, je la commence affligé,

En un chant qui rend mon cœur dolent.

J’ai tristesse, deuil et tourment

Car je vois s’abaisser Jeunesse :

Méchanceté monte et Joie descend.

Depuis qu’est mort le Poitevin.

Extrait/ Les Mots d’Aliénor Kathy Bernard

arrivée de l’ouest

 

Aliénor est une riche orpheline puisque son domaine s’étend sur 19 départements actuels, de l’Indre aux Pyrénées atlantiques. A la mort de son père elle est devenue duchesse d’Aquitaine, comtesse de Poitiers et duchesse de Gascogne.

Cercamon dans la même complainte ne parle d’elle que comme « progéniture » : autant dire que tout lui reste à faire pour s’imposer comme duchesse d’Aquitaine et…reine de France.

Le clocher séparé autrefois relié à la cathédrale par des appartements.

Notre Dame d’Aquitaine vue d’entre les toits

la façade ouest est la seule datant de l’époque D’Aliénor

Nous retrouvons donc Aliénor d’Aquitaine, quelques semaines après la mort de son père, le 25 juillet 1137 à la cathédrale Saint-André de Bordeaux où son mariage est célébré avec Louis de France, le futur Louis VII. Louis VI avait vu tout l’intérêt d’une telle union et avait, gravement malade, se sentant mourir avec l’abbé Suger de Saint-Denis à la manœuvre, accepté l’offre de Guillaume X.

Leur avis ainsi que celui des conseillers royaux était unanime : « Il fallait accepter l’offre, y répondre sans tarder, et ne rien ménager pour flatter l’orgueil aquitain et faire honneur à la jeune duchesse. »

« Autant dire que par le mariage avec Aliénor le roi de France exercera une influence directe sur des régions où son autorité ne pouvait qu’être théorique. »

le chœur

Le mariage d’Aliénor fut célébré par l’archevêque Geoffroy du Loroux. Celui-ci participera en 1152 à l’annulation du dit mariage pour cause de consanguinité.

une frise actuellement au-dessus du portail royal sur laquelle on voit peut-être Aliénor, Louis VII et l’archevêque

Aliénor d’Aquitaine (ou Anne d’Autriche?)

Futur Louis VII( ou Louis XIII?)

« C’est au son des cloches de la cathédrale Saint-André de Bordeaux qu’Aliénor d’Aquitaine fait son entrée dans l’Histoire. Ce dimanche 25 juillet 1137, son mariage avec l’héritier du trône de France est célébré en grande solennité. La rumeur d’une foule en fête massée aux abords de l’édifice parvient jusqu’au chœur où deux trônes ont été dressés sur une estrade drapée de velours. Aliénor est assise sur l’un d’eux, très droite dans sa robe d’écarlate ; elle porte le diadème d’or que vient de poser sur sa tête celui qu’elle épouse, Louis, futur Louis VII. Celui-ci, – un jeune homme un peu frêle-, a l’air d’un adolescent grandi trop vite. Il a seize ans. A eux deux, les jeunes époux totalisent une trentaine d’année, car Aliénor n’a guère plus de quinze ans : les chroniques la font naître en 1120 ou 1122. Mais toute son attitude révèle la jeune princesse sûre d’elle-même, sûre d’une beauté printanière dont elle a pu, déjà, apprécier le prestige, et aucunement intimidée d’être le point de mire de tous les regards, ceux des barons, des prélats et du peuple. Elle saura répondre avec aisance aux acclamations lorsque, la cérémonie terminée, elle apparaîtra dans l’encadrement du portail pour prendre, avec Louis de France, la tête du cortège qui les mènera vers le palais de l’Ombrière. Et sur tout le parcours, le long des rues décorées de tentures et de guirlandes, jonchées de feuillages que la chaleur étouffante a desséchés, éclateront les acclamations frénétiques de ses sujets, prompts à l’enthousiasme et ravis de voir une jeune duchesse si gracieuse et de si bonne mine ; tandis que, de son époux, on ira murmurant, d’ailleurs avec sympathie, ce mot qui sera répété sur son passage pendant tout le cours de son existence : » Il a plutôt l’air d’un moine. »

Régine Pernoud/Aliénor d’Aquitaine

Le portail Royal par lequel passèrent Anne d’Autriche et Louis XIII lors de leur mariage en 1615,fermé ensuite jusqu’en… restauré et inauguré en septembre 2015.J’y étais.

A l’intérieur, devant le portail royal, des marches indiquent les différences de niveaux au fil des siècles.

détail du tympan

détail

détail

portail sud

effet visuel

portail nord

détail tympan portail nord.

Devant le portail nord ont eu lieu des fouilles en  2009. Je les ai visitées avec une certaine émotion. Elles ont permis de mettre à jour quatre gros piliers de ce qui était sans doute une tour- porche datée du premier quart du XIIème siècle. Ceci constituait l’entrée principale au temps d’Aliénor d’Aquitaine, l’entrée qui servit au couple royal lors de la cérémonie de mariage. Plus tard, ce porche fut abandonné en raison des affaissements de terrain, la cathédrale étant construite sur un terrain marécageux.

Devant le clocher porche on a trouvé aussi un ossuaire et une nécropoles à sarcophages.

fouilles 2009 Vestiges des piles du clocher-porche sous lequel passa Aliénor.

à suivre…

 

Une petite précision s’impose car dans les titres de mes articles précédents, j’avais choisi de jouer avec les mots et de mettre en avant le terme « ballades » grâce auxquelles une partie de la vie d’Aliénor d’Aquitaine et de ses contemporains est mise en lumière dans des textes et ainsi, est parvenue jusqu’à nous.

« Ballade » dont voici la définition : Au Moyen-Âge, il s’agit de poème lyrique d’origine chorégraphique d’abord chanté, puis destiné seulement à la récitation.

Poème de forme libre ou légendaire.

A partir du XIV ème siècle, poème à forme fixe, composé de trois strophes suivi d’un envol d’une demi-strophe. (exemple : La Ballade des pendus de Villon)

Quant à la « Balade », elle a consisté pour moi au cours de toutes ces années bordelaises à partir en balade sur les traces encore visibles de cette période.

Basilique Saint-Seurin1

 

Mais retrouvons Guillaume IX le grand-père d’Aliénor d’Aquitaine de son enfance à son avènement intervenant à sa majorité (15 ans), un mois après la mort de son père, Guillaume VIII mort à la chasse dans la forêt de Chizé.  « Il ne s’agit pas d’une décision extraordinaire car, si c’est une innovation en Aquitaine, c’est une pratique courante dans la tradition germanique où elle est fixée à quatorze ans ».

La cérémonie d’investiture a lieu à Limoges. Elle sera suivie, quelques semaines plus tard d’un service solennel à Saint-Seurin de Bordeaux.

Cet article est donc émaillé de photos de la basilique Saint-Seurin de Bordeaux.

Basilique Saint-Seurin2

Mais comment le jeune Guillaume est-il devenu comte de Poitiers, duc d’Aquitaine ?

Portrait de Guillaume IX :

« C’est un garçon de taille moyenne, bien découplé, mais qui n’a pas la stature robuste de son père. En revanche, il possède des traits fins et une beauté naturelle que certains trouvent trop délicate, en ce siècle où la virilité brutale est la qualité essentielle des hommes de guerre. Mais il ne faut pas se fier à son aspect trop élégant ; Guillaume sait le cas échéant se faire obéir, et comme il se doit, il fait montre de courage au combat, compensant son manque de force brute par son intelligence et sa souplesse. De plus il se dégage de sa personne un charme personnel assez exceptionnel dont il joue avec bonheur. Les chroniqueurs ont évoqué son pouvoir de séduction sur les femmes ; cependant, il convient de ne pas oublier qu’il a su inspirer des fidélités sans faille parmi ses familiers, même dans les périodes les plus difficiles de sa vie. La loyauté envers son seigneur est la première obligation de la société féodale, mais en ce qui concerne Guillaume, l’attachement de sa personne, au-delà du simple devoir, sera toujours le lien de l’amitié. Il n’est pas exclu d’y voir l’influence de ces récits que les jongleurs de passage racontaient aux veillées, récits qui seront, plus tard, à l’origine des chansons de geste.

Guillaume a été un enfant sensible, d’une intelligence précoce, qui, dès qu’il a su lire, a découvert le monde de l’imaginaire dans les livres qu’avait réunis son grand-père Guillaume le Grand, prince cultivé. »

L’éducation du petit Guillaume fut très complète :

« La formation militaire comprend essentiellement trois volets : l’équitation, la chasse et le maniement des armes d’une part: l’enfant est mis en selle vers l’âge de 4 ans et à 8 ans doit être un cavalier accompli : il faut monter à crû, lancer son cheval au galop, le guider avec les genoux pour pouvoir manier les armes, dresser des chevaux…entraînement à la lutte, à la course, au saut, à l’escalade…

Guillaume apprend le latin, l’occitan, il saura se faire comprendre en français, en espagnol, en italien et sans doute at-il des notions d’arabe.

« Il apprend également à écrire en utilisant des tablettes enduites de cire ou des écorces, car le parchemin coûte cher. Enfin il s’initie au calcul par l’emploi de l’abaque… »

« Sans avoir les connaissances d’un clerc, il aura abordé les arts majeurs et en particulier le trivium. Celui-ci comprend la grammaire, la rhétorique et la dialectique… ». Le chant fait partie de l’éducation de base.

Il n’est donc pas étonnant que Guillaume IX, dont la formation s’inscrit dans cette tradition de culture, se soit révélé comme un excellent artiste, poète, ayant développé les traits de sa personnalité qui, au départ auraient pu être un lourd handicap.

dans le chœur, panneaux d’albâtre racontant la vie de saint Martiel et saint Seurin

Le duc d’Aquitaine mourra le 10 février 1126. A cette époque, son fils Guillaume X, père d’Aliénor était déjà marié.

Toutes les citations et les informations sont extraites du livre de Michel Dillange/ GUILLAUME IX D’AQUITAINE le duc troubadour

trône épiscopal du XVéme siècle

sarcophage mérovingien

tombeau de saint Fort

Pour en savoir plus sur la basilique Saint-Seurin dont l’Histoire relatée dès la fin du VIéme siècle, part de la crypte :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_Saint-Seurin_de_Bordeaux

D’autres balades suivront…

Un grand merci à Maria-D qui m’a permis de connaître les mises en musique des poèmes de Guillaume IX et de les insérer ici.

Guillaume IX, Paris BNF,ms.fr.12473,fol.128

L’histoire des troubadours commence avec Guillaume IX, VII ème comte du Poitou , IX ème duc d’Aquitaine et grand-père paternel d’Aliénor d’Aquitaine. Il est devenu duc à 15 ans et régnera durant 40 ans. Je ne rentrerai pas dans les détails d’une personnalité contrastée en abordant les aspects politiques, sa vie sentimentale agitée, ses démêlés avec l’Église omniprésente à cette époque-là qui avait l’excommunication facile (et limitée géographiquement). Guillaume IX s’est cependant révélé profondément croyant et attaché à cette Église pour laquelle il a été généreux, mais dont il contestait les représentants. C’était un esprit rebelle, mais soucieux des autres, libre pourl’époque, intelligent et sensible. A la fin de sa vie, il s’était considérablement assagi.



L’Histoire des ducs d’Aquitaine:

En 877 l’Aquitaine devient un duché vassal du royaume de France.

« En 886, Guillaume le Pieux, fils du comte d’Auvergne Bernard « Plantevelue »’C’est l’époque des surnoms qui sentent le corps de garde. Plantevelue pourrait se traduire : poil aux pattes. Il est certain que le comte d’Auvergne était ravi de ce surnom), devient le premier vrai duc d’Aquitaine.

Avec lui commence la remarquable lignée des Guillaume comtes du Poitou, ducs d’Aquitaine. Ils seront dix qui, durant deux cent cinquante et un ans, continueront l’œuvre féconde du précédent. Une telle obstination porte évidemment ses fruits.

Les ducs d’Aquitaine s’arrangent pour tenir la guerre loin de leurs gens, excepté au nord, où à chaque génération ou presque, il leur faut en découdre avec les comtes d’Anjou que les terres d’Aquitaine tentent toujours. »

« Après Le Pieux, c’est Guillaume Le Jeune, puis Guillaume Tête d’Étoupe, puis Fier-à-Bras, et puis Le Grand et le Gras et le Hardi. Avec Guillaume VIII c’en est fini des surnoms de soudards glanés dans les camps au soir des batailles. La cour des ducs se raffine de plus en plus : on s’y pique maintenant de peinture, d’architecture et l’on y balbutie l’amour courtois.

Guillaume IX, qui règne quarante ans, est le plus accompli des seigneurs de son temps. Il protège les arts, aime son peuple et, chose plus rare, en est adoré. C’est aussi le plus lettré de tous les troubadours qui donne ses lettres de noblesse à l’amour courtois et à la poésie. Il va même jusqu’à remettre des impôts s’ils sont tenus pour injustes ou exagérés ! Il conduit une croisade et fait hacher son armée en Asie Mineure. Il revient pour se faire excommunier à cause de ses débauches…

Enfin il est le grand-père d’Aliénor pour laquelle il connaît une véritable passion. Il meurt lorsque la petite fille va avoir six ans. Elle se souviendra de lui jusqu’à sa mort, quatre-vingts ans plus tard. »

 extrait du livre:Quand les Anglais vendangeaient l’Aquitaine

D’Aliénor à Jeanne d’Arc

 Jean-Marc Soyez

 

 

Guillaume IX d’Aquitaine, un poète dans un monde féodal (1071-1126) :

Le surnom « Le Troubadour » Lui a été donné tardivement.

« Ce goût particulier pour la poésie chantée a surpris et, peut-être même, choqué ses contemporains qui ont considéré ce penchant comme indigne d’un grand féodal destiné, par sa naissance, à une vocation guerrière. Il est sûr que, si le jeune duc d’Aquitaine n’avait pas montré son courage en de nombreuses circonstances et si la qualité de son œuvre littéraire n’avait pas été aussi évidente, il ne serait pas considéré, aujourd’hui, comme le « père » de la poésie lyrique courtoise. En effet, non seulement son inspiration annonce la fin’amor du siècle suivant, mais il est possible de le considérer comme le premier des poètes de langue romane. »

« Dans ce petit monde qui sera celui des troubadours, Guillaume aurait été le premier à concevoir quelque chose d’essentiel : alors que, jusque- là, les poèmes étaient transmis oralement, il nous paraît plausible de penser qu’il se serait soucié de garder la mémoire de ses propres textes…

« Ainsi nous voyons émerger une poésie lyrique qui fait une place privilégiée au sentiment, à l’émotion et également à l’humour, poésie qui trouvera sa plénitude en célébrant la fin’amor. Celle-ci est essentiellement exprimée dans un genre qui est la canso. L’art poétique se trouve au service de la dame, comme le chevalier l’est à son seigneur. Ce peut être une chanson gaie, dépeignant l’amour heureux. Mais le plus souvent, c’est une chanson triste évoquant l’amant repoussé par la dame sans merci ou le départ de l’être aimé. Elle est souvent un hommage poétique réclamant une protection et parfois aussi, le poète se plaint des médisants qui troublent les sentiments en semant le doute et la jalousie.

« Enfin il faut citer la tenso qui est une sorte de joute poétique entre deux poètes qui se répondent d’une strophe à l’autre sur un sujet parfois scabreux ou amusant. Ces duels verbaux ont dû souvent occuper les soirées du duc d’Aquitaine et de ses compagnons. »

 Michel Dillange dans son livre « Guillaume IX d’Aquitaine le duc troubadour ».



Voici un extrait de Guillaume IX illustrant les propos précédents de Michel Dillange

Per son joi pot malaus sanar

E per sa ira sas morir

E savis hom enfolezir

E belhs hom sa beutat mudar

E-l plus cortes vilanejar

E-l totz vilas encortezir

 

Par sa joie elle peut soigner

Le malade et par sa colère

Le sain tuer, et l’homme sage

Rendre fou, le beau enlaidir,

Le plus courtois avilir,

Et le plus vilain anoblir

Guillaume  IX/ Texte retranscrit et traduit par Kathy Bernard dans son livre abécédaire Les Mots d’Aliénor

un abécédaire par une passionnée

 



La poésie de Guillaume IX a été retranscrite au XIV ème siècle par des moines et est ainsi arrivée jusqu’à nous à travers diverses traductions. Pour ma part, je préfère celles d’Albert Pauphilet dans l’anthologie de poésie française de Jean Orizet. Les extraits en langue originale sont extraits du livre de Katy Bernard. Ces deux poèmes sont les plus connus. Ils nous disent beaucoup de l’époque, du personnage.

un livre de chevet

 

Dans cette chanson ci-dessous (chanson IV), Guillaume IX réussit la prouesse, par ce choix d’approche poétique centrée sur la négation, à dire mieux que personne ce qui lui tient à cœur, entre joie et tristesse et nostalgie du temps qui passe :

 

Farai un vers de dreit nien

 

Farai un vers de dreit nien

Non er de mi ni d’autra gen

Non er d’amor ni de joven
ni de ren au

Qu’enans fo trobatz en dormen

Sus un chivau

 

Je ferai vers sur pur néant,

Ne sera sur moi ni sur autre gent,

Ne sera sur amour ni sur jeunesse

Ni sur rien d’autre ;

Je l’ai composé en dormant

Sur mon cheval.

 

No saien qualhora-m fui natz

No soialegres ni iratz

No soi estranh ni soi privatz

Ni no-n puesc au

Qu’enaissi fui de nueitz fadatz

Sobr’un pueg au.

 

Ne sais en quelle heure fus né

Ne suis allègre ni irrité

Ne suis étranger ni privé

Et n’en puis mais,

Qu’ainsi fus de nuit doté par les fées

Sur un haut puy.

 

No sai cora-m fui endormitz

Ni cora-m veill, s’om no mo ditz

Per pauc no m’es lo cor partitz

D’un dol corau

 

 

Ne sais quand je suis endormi

Ni quand je veille, si l’on ne me le dit

A peu ne m’est le cœur parti

D’un deuil poignant

Et n’en fais plus cas que d’une souris

Par saint Martial.

 

Malade suis et me crois mourir

Et rien n’en sais plus que n’en entends dire,

Médecin querrai à mon plaisir

Et ne sais quel

Bon il sera s’il me peut guérir

Mais non si mon mal empire.

 

J’ai une amie, ne sais qui c’est ;

Jamais ne la vis, sur ma foi

Rien ne m’a fait qui me plaît, ni me pèse

Ni ne m’en chaut,

Que jamais n’y eut Normands ni Français

En mon hôtel.

 

Jamais ne la vis et je l’aime fort,

Jamais ne me fit droit ni ne me fit tort

Quand je ne la vois, bien en fait mon plaisir

Et ne l’estime pas plus qu’un coq

Car j’en sais une plus belle et plus gentille

Et qui vaut bien plus.

 

J’ai fait ce poème, ne sais sur quoi

Et le transmettrai à celui

Qui le transmettra à autrui

Là-bas vers l’Anjou,

Qui le transmettra de son côté

A quelqu’un d’autre.

(traduction : Albert Pauphilet)/ Le livre d’or de la poésie française/ Jean Orizet

***

 

Dans cette chanson XI, qui fut la dernière connue, écrite en forme d’adieu, c’est l’émotion qui est là à fleur de peau. En voici un extrait.

 

Pos de chantar m’es pres talenz

 

Pos de chantar m’es pres talenz

Farai un vers don sui dolenz

Mais non serai obediens

En Peitau ni en Lemozi

 

Puisque de chanter m’a pris l’envie

Je ferai un poème dont suis dolent

Jamais plus ne serai servant

En Poitou ni Limousin.

 

Qu’era m’en irai en eisil

En granpaor, en grand peril

En guerra laisserai mon fil

E faran-li mal siei vezi

 

Bientôt m’en irai en exil

En grande peur en grand péril ;

En guerre laisserai mon fils

Et mal lui feront ses voisins.

 

Le départ m’en est si amer

Du seigneurage de Poitiers

La garde en laisse à Foulques d’Angers

Toute la terre et son cousin.

 

Si Foulques d’Angers ne le secourt

Et le roi dont je tiens mon honneur

Lui feront du mal plusieurs

Félons Gascons et Angevins .

 

Et s’il n’est bien sage ni bien preux

Quand je serai parti de vous

Bientôt ils s’en feront un jeu

Car le verront jeune et chétif.

 

Merci quiers à mon compagnon

Si je lui fais tort qu’il me pardonne

Et je prie Jésus sur son trône

Et en roman et en latin.

 

En prouesse et en joie je fus

Mais je les quitte l’une et l’autre

Et je m’en irai vers celui

Où tout pêcheur trouve la paix.

 

Bien ai été joyeux et gai

Mais Notre Seigneur ne le veut plus

Et plus n’en puis souffrir le faix

Tant je m’approche de la fin.

 

Tot ai guerpit can amar sueill

Cavalaria et orgueill

Et pos Dieu platz tot o accueill

E prec-li que-m reteng’am si

 

J’ai tout laissé ce que j’aimais

Et chevalerie et orgueil

Puisqu’il plaît à Dieu, j’accepte tout

Et prie qu’il me retienne à Lui.

 

Toz mos amics prec a la mort

Que-i-vengan tuit e m’onren fort

Qu’ieu ai agut joi e deport

Loing e pres et en mon aizi

 

Tous mes amis prie qu’à ma mort

Ils viennent tous et m’honorent

Car j’ai eu joie et plaisir

Loin et en mon aître

 

Aissi guerpisc joi e deport

E vair e gris e sembeli.

 

Et j’ai laissé joie et plaisir

En vair, et petit gris et zibeline.

(traduction Albert Pauphilet/Le livre d’or de la poésie française/ Jean Orizet

 

Après la mort de Guillaume IX d’Aquitaine, Eble II de Ventadour, continuera en toute fidélité à rendre hommage à ce premier troubadour, à chanter les chansons de Guillaume IX d’Aquitaine.

***

à suivre…

 

Aliénor duchesse d’Aquitaine 1122- 1204

 

Je ne suis pas historienne et ne souhaite pas donner à lire une pâle copie des écrits longuement et sérieusement documentés ; simplement, ma rencontre avec Aliénor d’Aquitaine et ma passion pour le personnage datent du début des années 70 et je n’ai cessé depuis de m’intéresser à elle et à son époque. Ma première rencontre a eu lieu lors de mes débuts d’enseignante. Il fut un temps où on ne parlait plus d’Histoire et de Géographie mais « d’activités d’éveil » devant s’appuyer sur les ressources locales en lien avec l’Histoire ou la Géographie.

Je me trouvais alors à l’endroit-même où la tradition orale fait naître Aliénor d’Aquitaine en son château de Belin( Gironde). Me vient à l’idée qu’en Gironde on a parfois le terme de château facile, et s’il en existe de grands qui ont marqué l’Histoire, c’est aussi une appellation pour le vin, la propriété n’ayant pas toujours l’aspect féodal d’un château. Alors quid de ce château de Belin?

Depuis les années 70, vinrent d’autres parutions, d’autres lectures, plus actualisées, une conférence « Dans les pas d’Aliénor d’Aquitaine » organisée par Bordeaux Monumental en 2004, à l’occasion du 800 ème anniversaire de sa mort ; des romans grand public firent sensation ; je laissai ceux-ci bien vite de côté, tout comme les BD, intéressantes, distrayantes, sans plus. On commençait à faire feu de tout bois avec le personnage d’Aliénor dont je comprenais qu’il faisait recette.

Je lis, je relis, je suis un peu fâchée avec les dates, tant la longue vie d’Aliénor ou plutôt ses vies successives se révèlent proches d’un tourbillon où dominent l’énergie, la culture, le sens politique, la longévité, le sens de la famille et du territoire et bien d’autres aspects encore…

Je comprends mieux maintenant certains épisodes de sa vie, je m’interroge.

Au fil des ans, certains lieux qu’elle a marqués de son empreinte, s’imposent à la visite ou apparaissent fortuitement au gré des voyages.

Au cours de ma carrière d’enseignante, j’ai aussi rencontré deux petites Aliénor adorables : un prénom difficile à porter, j’en conviens. J’aurais souhaité le donner à ma fille en deuxième prénom. Si nous en avions eu une elle aurait eu pour prénoms Isaline Aliénor… La vie en a décidé autrement et notre fils porte le prénom d’un des dix enfants d’Aliénor.

Lorsqu’il me fallut prendre un pseudo pour écrire sur le net, tout naturellement je choisis Aliénor aussi.

Mais au jour d’aujourd’hui, je suis un peu déçue car on donne ce prénom à qui mieux mieux : le voilà scandaleusement galvaudé car signalant une zone d’activités, une société lamda de nettoyage, de transport, le nom de la Maternité voisine. Hier j’ai même vu sur le journal une entreprise de Pompes funèbres Aliénor… Je pense que loin d’être le reflet d’une passion, il s’agit plutôt de se retrouver en tête des rubriques sur l’annuaire des professionnels. L’appellation la plus noble à ma connaissance, est peut-être celle d’une école de formation de chiens pour aveugles.

Je n’affirmerai donc plus, d’après des écrits datés de 1957, comme je pouvais le faire dans les années 70, qu’Aliénor est née à Belin mais peut-être à Bordeaux ou bien à Poitiers, et je comprends bien que chacun a intérêt d’un point de vue touristique à tirer la couverture à soi. Qu’importe ! Tous ces lieux sont aujourd’hui au cœur de la Nouvelle Aquitaine.

Je citerai mes lectures à la fin de ce thème mais je  m’appuie assez souvent sur les livres de RÉGINE PERNOUD qui cite ses sources en fin du livre « ALIÉNOR d’AQUITAINE » et tient à ajouter ceci soit dans la préface du livre, soit dans sa conclusion :

« Précisons en tout cas que dans les dialogues et paroles rapportées il n’y a pas une phrase, pas un mot de notre invention : tout est tiré des textes du temps ; c’est assez dire que le présent travail ne vise aucunement au roman, et suivant pas à pas une vie romanesque s’il en fut, reste simple étude d’historien. »

Par ailleurs, elle écrit que malheureusement, les études très sérieuses ne sont pas accessibles au public et font l’objet de communications entre historiens dûment patentés.

« Lettres, chartes et rôles de comptes fournissent une foule de détails puisés dans la vie même et révèlent souvent toute une psychologie »

Ainsi que « chroniqueurs et annalistes » d’époque.

« Quoi qu’il en soit, nous nous sommes abstenu de prendre le ton du censor morum, et nous nous excusons de manquer ainsi aux usages. Le lecteur voudra bien y suppléer.

« A moins que, mis en présence de ce que nous apportent les documents, il ne sente, comme nous l’avons été nous-même, moins enclin à juger qu’à comprendre. »

La démarche de Régine Pernoud a tout pour me plaire.

J’ai pu voir, dans l’article précédent qu’Aliénor d’Aquitaine est connue au-delà de nos frontières… J’en éprouve un grand plaisir car en France, cela ne me paraît pas aussi évident.

Le temps est venu pour moi, de lui rendre hommage.

                                                                                         Ces photos ont été prises en 2003. L’aspect du village est encore proche des années 70.

Je commencerai par évoquer ce village de Belin avec deux liens officiels qui nous donnent l’occasion d’apercevoir la butte sur laquelle se trouvait ce fameux château de Belin.

http://www.belin-beliet.fr/index.php/content/view/408/507/

http://www.belin-beliet.fr/index.php/content/view/407/506/

Vous y lirez la réalité d’une charte octroyée par Aliénor aux belinetois, preuve s’il en est qu’elle tenait à ce lieu d’une façon ou d’une autre.

Ce village a changé aujourd’hui de nom ou plus précisément il s’est uni à Beliet pour donner le village de Belin-Beliet . Il s’est réveillé et le nom d’Aliénor y résonne en plein d’endroits.

photo récente

il y a aussi une avenue des Plantagenet.

 

Belin est situé sur le chemin de Compostelle( voie de Tours) et non loin de là, un peu plus au sud se trouve l’église de Mons qui existait du temps d’Aliénor ; l’église de Mons est aussi est au cœur d’une légende : plusieurs compagnons de Roland y auraient été enterrés après le massacre d’Espagne.

l’église de Mons(33)

Nous sommes ici en terre de contes, d’histoires, de légendes… Et lorsque la grande Histoire rencontre les petites histoires…

A suivre…

 

En Aquitaine et ailleurs…

 

Dites-moi où, en quel pays

Est La L…, la belle d’Aquitaine

On a célébré le VIIIème centenaire de ma mort à Bordeaux au début des années 2000.

On me dit née dans un village du sud Gironde, du moins c’est ce que dit la tradition orale. D’autres prétendent qu’on ne le sait pas exactement. En tous cas, là-bas on me célèbre au coin des rues et on montre encore la motte où se trouvait mon château. Comment le prouver puisque les archives gasconnes se trouvent dans un autre pays que la France ?

Mon grand-père était un troubadour, le premier dit-on, et je m’entourerai à mon tour d’une cour d’amour.

Mon père qui entretenait une cour de poètes et musiciens est mort d’une maladie foudroyante près de Saint-Jacques de Compostelle, lorsque j’étais encore très jeune.

Je devins donc duchesse à certaines conditions, mon père avait (presque) tout prévu.

Je parlerai plusieurs langues et notamment le patois aquitain, future langue d’Oc.

J’ai marqué de mon empreinte deux régions de France et deux pays.

Ma ville préférée se situe au nord de la Nouvelle Aquitaine.

J’ai été deux fois reine.

Mon premier mariage fut célébré avec éclat à la cathédrale Saint- André de Bordeaux dont on inaugura il y a peu, après remise en état, le portail royal. Dans la pierre des corbeaux est sculpté mon portrait ainsi que celui de mon époux.

J’ai eu dix enfants dont cinq rois ou reines.

Je fus l’ arrière-grand-mère d’un roi célèbre.

Je fus une extraordinaire personnalité politique avec mes ombres et mes lumières.

Qui suis-je ? Qui a déjà entendu parler de moi?

Ce qui fut le palais bordelais de ma famille

Le même endroit au XXIème siècle

 

Nous n’en pouvons plus des parapluies ! Ils restent à la maison !

A temps humide, son soleil généreux

-Enfin !-

Ses nuages mousseux et son sentier boueux

Aux bulles en bande dessinée

A perte de vue.

-Il a beaucoup plu, vous savez !-

Les ronds d’eau sous nos pieds, les passants en reflets

Et leur zigzag.

La douceur du bleu est toute évanescente.

-Absence du vent

Au bord du Bassin.-

Parfois s’élèvent les cris des oiseaux

Eux font des ronds dans l’air, des glissés

Sur les rides des anciens marais salants

Pêchant de leur long bec, inaccessibles

Pourtant bien présents

Dans le calme, la solitude de leur élément.

Nos pensées entre ciel et eau, entre digues

Et buissons, et la terre qui colle aux semelles.

Suivre du regard le vol de l’oiseau, une mouette

Si je me souviens,

Elle se laisse porter par le courant d’air, elle !

-J’ai failli glisser dans la gadoue !-

Soudain, sur le sentier du retour,

La pluie s’invite et les grêlons…

Ils font d’autres ronds dans l’eau

Sur le sentier du Littoral

Ajoutent des bulles

Aux flaques généreuses.

Les vaches sont grasses. Elles épousent les marais

Impassibles vaches philosophent.

Nous ruminons le retour de la pluie.

Mais pour nous jailliront

L’arc-en-ciel autour de la cabane et des écluses

Toute cette riche palette des nuages

Tout cela vaut bien… une mémorable saucée.

© 04/02/2018