Archive for the ‘estuaire de la Gironde’ Category

Patiras, sur la portée du couchant: « Parole due »-5-

samedi, octobre 27th, 2012

Montée entre ciel et terre

Le chemin est rude jusqu’aux bambous, caresse de saule pleureur .

Cheminer vers les lampes immobiles.

Les flots peuvent bien  s’enrouler autour de leurs cordées de vase

Cheminer et se sentir nu de parole.

Feux, derniers feux ; rayons de miel sur le visage ; la soirée s’alanguit un instant

Cheminer en soi, être aspiré par la mémoire honorant le paysage

Au passage, l’horizontale, avant les mots dressés, scandés, chantés, criés.

Générosité.

Paroxysme.

Parole semée…

 

Soudain le Milan surgit…sur un texte du photographe écrivain MICHEL QUÉRAL

« Migrateur sans frontières : le temps du milan

Début mars. Le ciel de l’estuaire est plombé. Les premières tulipes sauvages balancent leurs flammes jaunes entre les squelettiques pieds de vigne de Tayac où les premiers bourgeons commencent à percer.

Chahuté par le vent d’Ouest qui balaie la rive en rafales, un Milan noir surgit de nulle part. C’est mon « premier de l’année » !…

Mais bien vite l’estuaire nous rappelle et les paroles d’ilouts surgissent en mélopée, lancinantes, mélancoliques …

Sur ses chemins ma vie sauvage(extraits) David de Souza-Armand Florea

« Né(e) sur Sans-Pain né(e) sur Bouchaud

Sur Patiras à l’île verte

Mon papa faisait le bateau

Un papa extraordinaire

Parti trop tôt, parti trop tôt

 

On a vécu comme sur l’eau

Au milieu d’un lit de rivière

Une pièce en bas une pièce en haut

Dans de fortes maisons de pierre

Mais pas à terre mais pas à terre…

***

On grimpait aux arbres, on guettait

Le paysage de la vie

Des cabanes à pique-cerises

L’espace c’est pas ce qui manquait

On s’évadait on s’évadait

 

Le défendu se promenait

Entre la digue, le bord de l’eau

On arrivait à monter là-haut

Tout en haut de la liberté

En bois flotté en bois flotté… »

Chemin faisant les feux empreintes s’interpellent

les lianes s’enroulent autour du poignet

se déposent en offrandes à nos pieds

unis en signe de ralliement

comme le ciel, la terre et les arbres

sous la voûte d’ombre que gagne le noir.

Dernières visions avant le départ.

« Les heures passées au bord de l’eau sont à déduire de celles passées au paradis »

RENÉ FALLET, LES PIEDS DANS L’EAU.

Patiras: » Les chemins de la parole. » Les mains dans les Pioches » – 4-

lundi, octobre 22nd, 2012

«  Je suis les liens que je tisse »

Théodore Monot

Sentinelles sur la digue

Drapeaux rouges de la mémoire

Ne le dites à personne :

 Quand le vent vous visite

Quand les étoiles filantes suivent l’arc ou la voûte

Quand la rosée monte ou le chant des grillons

Quand le village de huttes se met à danser

Ou bien à claquer de ses tissus serpents

Ne dites à personne que dedans égale dehors

Que le mauvais temps égale l’haleine de l’estuaire

Que l’île verte égale toutes les gouttes nuages rideaux tirés

Que vous volez la vedette au phare impassible

Trop haut les marches

Trop haut le flot la magie

Trop haut le bouche à oreille.

Tout se joue contre le grain de la terre

Tout se joue dans la rumeur des arbres

Le cahier des histoires au jour le jour

Une histoire pousse l’autre au jour le jour

Les murs tombent au jour le jour.

Va et vient

La parole.

 

©Maïté L

***

« Elle  lui dit:

Il suffit d’une pensée et la colline est fleurie. Ma pensée est une prière. »

Au Matin De La Parole/ Gabriel MWènè Okoundji/ Dialogue d’Ampili et de Pampou

Patiras: Scènes d’été « Ici, ailleurs ». Impressions -3-

dimanche, octobre 14th, 2012

Je  suis incertaine sur le pont

Qui mène à l’île rêvée, comme toutes les îles,

 Celles que je porte en idéal, avec

 Les jeux de tangage et du vent

Celles qui délivreront les paroles et les chants

A mon cœur qui bat d’impatience.

Tambour contre étrave avant l’île-Refuge,

L’île au phare qui s’annonce en lettres essentielles :

 Patiras.

Et soudain, comme une révélation :

Vous/ Nou(és) les liens du passé et ceux du présent.

Les cordes se croisent, se tendent, se hissent au soleil.

Des champs de maïs.

Dans la transparence des huttes, le faîte prie le ciel de se souvenir de

 L’ici, l’ailleurs, oiseaux plumes musiques, hommes femmes compagnons de besogne

D’esclavage

Noirs.

  Toi, Tu Voues ta passion au milan

Qui plane au-dessus des îliens du rêve, ceux qui sont partis, ceux qui se sont établis

Ici

Ceux venus de l’ailleurs pour quelques instants. Ceux qui, noirs, ont souffert dans leurs chaînes.

Pioche, pioche dans le lopin de terre. Erige des cathédrales sur pilotis

Dans la musique des bambous, frontières abolies, végétal étalement vert sombre

Lumière blanchie tout contre

 Les lèvres de la terre, gonflées de tout le sel

Qui gercent une fois les marées retirées,

Ici

 Gisent les avancées à coup de bois flottés, échoués.
Paroles d’îlouts lancées sur le haut de la berge

Offerte la mélopée d’un soir à l’estuaire :

 A lui, le Maître linéaire qui file pressé devant nous.

La tête bercée aux émotions d’herbe, dernières lueurs paroles et chants reçus

Dans le creux vert tendre de l’agora, à l’ombre

Des continents, paroles et chants de souffrance, d’espoir

Wolof

Sorti veine après veine, de la gangue de l’oubli.

Départ Bateau et Gens d’estuaire. Accueil paroles  de nuit

Chants d’ici.

Pauillac,

Le quai

S’étire

Orange

La nuit

L’emporte

Glisse la nuit

Avec

Ou

Sans étoiles

Je ne sais pas. Pas vu ailleurs mais dans les yeux, oui … l’espace d’un bonheur.

Impression d’été 2012.

©Maïté L

***

***

J’ai choisi de partir par la fin: les images qui se sont installées dans mes souvenirs. J’ai choisi de prolonger un peu le rêve par des mots. J’ai choisi de dévoiler les images peu à peu.

Mes remerciements vont à ceux qui ont fait de cette soirée un ensemble de vibrations, d’émotions, une escale de bonheur:

les Scènes d’été du Conseil général de la Gironde

les associations MC2A (Guy Lenoir) et Musiques de nuit (Patrick Duval) qui ont  proposé une rencontre « Ici, ailleurs », autour de la notion de migrations.

– La mise en espace par le collectif de plasticiens « Les Mains dans les pioches« .

 – La chorale de l’opéra wolof Leena à laquelle participait notamment la chorale de Pessac Croq Notes donnant l’Oratorio de l’Opéra Leena, musiques de El Hadj N’Diaye et Mathieu Ben Hassen

– la lectures des textes de Michel Quéral, auteur naturaliste, accompagné des musiciens présentés par Musiques de Nuit : 5 musiciens du Monde’ Rocher de Palmer) Pascal Lefeuvre,( vielle à roue), Philippe Bayle( tiple), Pedram Khavar Zamini(tombak) et Doudou Cissoko(kora).

-L’ évocation incantatoire de la mémoire des îlouts, portée par la chorale Pianissimo et contée par Davis De Souza.

     »  Un voyage  autour d’un axe migratoire majeur : l’estuaire de la Gironde.
Toutes ces migrations, proches et lointaines : mémoire de la traite négrière, souvenirs des ilouts, passage des oiseaux mis en scène sur l’île de Patiras par différents regards artistiques. »

******* à suivre*******

Rêves perlés d’estuaire -2-

dimanche, octobre 7th, 2012

Rêves  perlés d’estuaire

Bois de rose dans l’or du couchant
Perles de brume à peine voilée
et bleu-gris jeté dans les filets
des carrelets juchés sur leurs pieux
partis à la rencontre de la marée .


quand les rêves de silence
conduisent au bord de l’eau…


Soudain,

tout contre notre cœur frissonnant
 tremblent les reflets émouvants

d’une barque comme posée
sur la ligne des flots…

Les roseaux sur le devant de la scène

 opinent du bonnet et se courbent
en offrande à la brise
compagne discrète des premières virées.

Février descend sur l’estuaire apaisé

Il est temps de suivre les lueurs

Menant à la ville trop tôt retrouvée.

© Maïté L

Les quais de PAUILLAC -1-

jeudi, octobre 4th, 2012

 Pauillac est située à mi-chemin entre Bordeaux et La Pointe de Grave, au bord de l’estuaire de la Gironde.

Son histoire remonte à la préhistoire,mais les quais nous parlent du  XVIIIe siècle et de l’expansion du vignoble qui a façonné l’image de la ville.  Les façades des hôtels en pierre blonde appartenant aux négociants et aux marins attirent d’emblée notre regard .

Aux XIXe et XXe siècles des industries se sont implantées à Pauillac ( hauts-fourneaux, industries pétrolières…).

Assoiffé d’aventures, malgré l’opposition de sa famille,  Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, part de Pauillac dès 1777 pour l’Amérique, sur une frégate affrétée à ses frais, grâce à une avance sur sa fortune afin d’aller défendre les Insurgents.  Une stèle en bronze érigée sur L’Esplanade  de Pauillac commémore cet évènement.

Dans une lettre à sa sœur, il explique son engagement : «Défenseur de cette liberté que j’idolâtre, libre moi-même plus que personne, en venant comme ami offrir mes services à cette république si intéressante, je n’y porte que ma franchise et ma bonne volonté, nulle ambition, nul intérêt particulier; en travaillant pour ma gloire, je travaille pour leur bonheur. […] Le bonheur de l’Amérique est intimement lié au bonheur de toute l’humanité ; elle va devenir le respectable et sûr asile de la vertu, de l’honnêteté, de la tolérance, de l’égalité et d’une tranquille liberté» (Lettre du 7 juin 1777).

Il a 19 ans quand il débarque à Georgetown le 15 juin 1777. Un an plus tôt, les Insurgents, bien qu’en minorité dans les Treize Colonies anglaises d’Amérique du nord, ont proclamé unilatéralement leur indépendance.

Depuis la fin du Moyen-Age les navires qui voulaient gagner Bordeaux avaient recours à d’incontournables marins pauillacais .

 En 1789 il y avait là 200 bateaux de pêcheurs.

Pauillac est connue pour ses grands vins mais aussi pour l’agneau à consommer au printemps.

La prochaine fois je vous emmène au bord de l’estuaire à la tombée de la nuit et puis ensuite vers une île proche.

à bientôt.

Maïté L

 

En avant la musique -3-

mercredi, juillet 11th, 2012

Et nous voici à bord du bateau pour le retour.

Au début, tout le monde a trouvé sa place: il y a les inconditionnels des balades à l’air libre qui ont pris place à l’arrière du bateau et ceux qui , curieusement se pressent plus nombreux dans la cabine spacieuse : le temps s’est singulièrement rafraîchi et le ciel se fait de plus en plus menaçant comme nous prenons la direction de Bordeaux.

certains sont fatigués et ne résistent pas à l’appel de Morphée dans un petit coin bien à eux. D’autres appellent de leurs vœux un café salvateur pris au comptoir, point de rencontre animé durant toute la traversée à l’aller comme au retour.

Et soudain, surgit une guitare et l’envie de chanter.

Le répertoire s’enrichira à la demande et bientôt, une partie des choristes et du public sera unie dans les rires, l’ambiance colonie de vacances et le chant où excelleront une fois encore les solistes.

Inutile de dire que dans ces circonstances, le paysage deviendra secondaire,

tout juste sentirons-nous les remous provoqués par les cargos venus du port industriel de Bassens et regagnant le large. Seul le nouveau Pont Bacalan-Bastide dont le nom définitif est à l’étude attirera notre regard avec l’importance de son chantier.

Après cette aubade improvisée qui nous fit trouver le retour bien rapide,

était venu le temps de nous séparer momentanément.

Nous allions nous retrouver le soir pour une ultime partie de campagne autour d’une excellente paëlla.

Ce serait encore l’occasion de fêter Anne-Marie,

de l’entendre chanter avec ses petits-enfants

et d’écouter  retracer par différents acteurs de ces deux décennies de chorale les évènements vécus notamment en Roumanie où chaque minute apporta son lot de contretemps qui, avec le recul nous font mourir de rire ou bien au Québec où encore une fois le fait de loger chez l’habitant allait multiplier les expériences et générer des souvenirs à pleurer à force d’en rire.

Et comme l’esprit chantant était forcément invité en chacun de nous, les derniers convives se séparèrent en chansons nées spontanément.

Nous ne pouvions manquer de nous séparer sur ce qui fait nos racines: notre chère culture occitane traduite  en accents gascons, béarnais..

.Aquéros mountagnos qui tant hautas son… et De cap tà l’immortéla , une chanson de LOS DE NADAU qui sert de fil rouge à la chorale Croq’Notes:Elle ne se sépare jamais sans la chanter au moins une fois!

http://www.youtube.com/watch?v=OP2TjDZNwO8

Mais ce n’était qu’un aurevoir!

Car la chorale ne prend pas encore ses quartiers d’été. Elle se produira sous la houlette de GUY LENOIR metteur en scène du formidable opéra urbain en langue wolof LEENA qui avait été donné au ROCHER DE PALMER et au PALAIS DES SPORTS à guichet fermé. La chorale CROQ’NOTES faisait partie des chœurs en présence.

http://www.opera-bordeaux.com/detail-spectacle/concert-3/leena-415/10-11-6.html

Une bonne nouvelle: la chorale CROQ’NOTES se produira donc dans ce cadre le 20 juillet à TARTAS, dans les Landes

le 21 juillet sur L’ÎLE NOUVELLE

et le 22 juillet à L’ÎLE PATIRAS(j’ai d’ores et déjà les billets pour cette destination et je suis impatiente de réécouter avec une certaine proximité les chants de LEENA…. Et puis sur une île de l’estuaire: hummmmmmmmmmmmmm!où j’irai pour la première fois…

http://www.youtube.com/watch?v=2xd30GLKR0o

En attendant, voici le lien chantant vers la SÉRÉNADE interprétée par la chorale CROQ’NOTES:

http://www.youtube.com/watch?v=VKoI_WpooZ8&feature=fvwrel

et puis voici le lien vers des extraits de son CD.

https://sites.google.com/site/croqnotespessac/Accueil-croqnotes-pessac/musique-cd

Maïté L

 

 

En avant la musique -2-

mardi, juillet 10th, 2012

Une fois monté le raidillon menant en haut de la ville, une fois passée la Porte, il fallut installer le matériel sous la Halle.

La première Halle fut construite en 1535 au cœur de la ville. Elle connaît sa forme actuelle depuis 1867 avec ses 14 colonnettes de fonte, son soubassement en pierre et son toit en ardoise.

Le concert commença très simplement.

Les portes des magasins autour s’ouvrirent et les vendeuses s’installèrent sur leur pas-de-porte.

 

D’autres suivirent depuis la fenêtre de leur maison à l’étage. Des touristes s’arrêtèrent et reprirent en chœur les chants qu’ils connaissaient.

Les anciens choristes reprirent aussi leur place dans leur pupitre respectif.

Et pas question d’être indisciplinés:

On se tenait par le cou. l’ambiance était bon enfant.

Il s’agissait presque d’arrêter le temps sur ces moments joyeux.

Par moments l’interprétation me procura des frissons dans le dos.

 Je suis une inconditionnelle des choix musicaux d’Anne-Marie et des interprétations très harmonieuses de la chorale qui bénéficie d’ un chœur d’hommes important,mais je me fais toujours surprendre par l’intensité de mon émotion lorsque j’entends notamment « Dios te salve María ».

Car la voilà ma chanson fétiche:

 

http://www.youtube.com/watch?v=d1aH1XXHlDM

j’aime l’interprétation qu’en donnait MICHELLE TORR:

http://www.youtube.com/watch?v=X_WRcxJHHMo&feature=related

 J’aime l’interprétation qu’en fait la chorale Croq’Notes.Cette chanson  révèle une part de l’Espagne.

GUY LENOIR, metteur en scène dont je reparlerai plus loin était aux anges.

Puis vient une première surprise de la journée avec les chants préparés sous la houlette de Patrick appartenant aussi au groupe MELOCOTON.

Cette fois-ci, l’émotion arriva de plein fouet sur Anne-Marie, très attentive, touchée, heureuse.

L’aubade vit  quelques danseurs émérites valser, dont madame MARIE LE MARCHAND, chargée de la culture

et les solistes donnèrent le meilleur d’eux-mêmes.

Mais toute bonne chose a une » faim » et il était temps de penser au pique-nique.

Le groupe se dirigea donc vers les bords d’eaux, franchit une porte et s’établit au pied des remparts, sous les peupliers.

Evidemment, comme nous sommes en pays de vin, le vin vint à nous sous forme d’une sympathique dégustation. la famille MERCIER s’installa sur l’herbe pour faire goûter les produits de son terroir.

Le déjeuner sur l’herbe fut certes un peu sous l’emprise du vent au ras du fleuve.

Il suffit de remonter  tout en haut des remparts et de déambuler dans la ville pour se sentir bien plus près du soleil et porter son regard au loin en direction de l’océan.

Mais voici les canons de la Place du District. Cette place est ainsi nommée  car Bourg était le chef-lieu du District en 1790.

Les deux canons datant de 1784 sont ici depuis 1898. François Daleau, découvreur de la grotte ornée Pair-Non Pair les a fait installer pour commémorer le statut de Bourg, ville fortifiée.

Nous n’aurons pas le temps ce jour-là de parcourir davantage la ville de Bourg,

 

mais nous nous promettons de revenir par la voie des eaux de l’estuaire. La marée n’attend pas… Quoique…je ne peux en dire plus… mais une » personne importante » au moins était aux abonnés absents au moment de lâcher les amarres…Je ne vous dis pas l’accueil facétieux des 199 présents qui bien sûr s’étaient ligués pour lui faire une aubade …qui n’avait rien de musical… Il ne s’en est d’ailleurs pas laissé conter: il avait  « ses » raisons!

 

 

Nous voilà à bord de L’Aquitania: parés pour le retour? 😎

…à suivre!

                           Maïté L

En avant la musique-1-

lundi, juillet 9th, 2012

J’ai été sollicitée par EUTERPE pour donner ma musique de l’été.J’ai choisi de faire partager un évènement  singulier avec quelques billets au pluriel.

Je triche un peu parce que je suis plutôt classique que variétés et je ne suis pas trop au courant des nouveautés. Mais, mon coup de cœur ira à la chorale CROQ’NOTES que j’ai plusieurs fois  photographiée en concert. Le 10 juin, était un jour très particulier, chargé d’émotions qui allait nous mener jusqu’au petit matin.

 

Avant de partir,

il faut embarquer le matériel musical à bord!

La chorale en a vu d’autres; elle qui s’est produite en Roumanie dans ses premières années dans des péripéties dignes d’ aventures abracadabrantesques, elle qui se produisit aussi au Québec pour le 400 ème anniversaire…

 

Alors, en avant la musique!Anne-Marie rayonne!Comme toujours!

Il faisait beau ce matin-là, le lion de Stalingrad s’en souvient encore!Quelques choristes descendaient du tram.

Nous avions rendez-vous rive droite pour une remontée sur l’estuaire de la Gironde en direction de BOURG.

200 personnes , choristes, anciens choristes, amis, proches,allaient  embarquer à bord de l’Aquitania pour une journée de fête à l’occasion des  20 ans de direction d’ANNE-MARIE GARCIA à la tête de la  chorale CROQ’NOTES de PESSAC.

Dès l’installation sur le bateau, les photographes se régalaient de la vue inhabituelle de la ville de Bordeaux depuis le Port de la Lune. Façades XVIII ème des quais,

Pont de Pierre, préparatifs de la Fête du Vin

passaient très vite devant nos yeux quand le nouveau Pont Bacalan-Bastide fut franchi;

puis nous passâmes sous le Pont d’Aquitaine

La Vigie veillait

et à nous l’estuaire avec tantôt ses installations industrielles, tantôt ses rives médocaines.La traversée fut l’occasion  de joyeuses conversations, de chants improvisés à la gloire d’Anne-Marie, queen du jour!

mais Bourg n’était plus loin.

Bientôt les 200 personnes furent accueillies à leur descente de l’Aquitania par la représentante de la Culture pour la ville de Bourg.

La chorale Croq’Notes et ses accompagnants partirent à l’assaut de la Ville

 

  pour donner l’aubade sous la Halle.

En face de la Ville nous apercevions l’île d’Ambès.

Quelques photos d’un concert passé ici:

http://alienor.multiply.com/photos/album/306/306

 et bien sûr ce billet est:

à suivre…

Maïté L

Frêle et vaporeux automne sur l’île Nouvelle-4-

dimanche, octobre 17th, 2010

 

Empreintes palustres à l’île Nouvelle-3-

dimanche, octobre 17th, 2010

Entre la terre et l’eau le baiser du vertige.