Archive for the ‘le château Lescombes’ Category

Danièle Marteau au Château Lescombes: Foultitude

jeudi, juillet 24th, 2014

DSC_6426

Ces sculptures à figures humaines, sont autant d’énigmes. Ces personnages intitulés « PROFILS » de 55 cm de haut font partie d’une série de 60 pièces, des visages modelés dans le grès et juchés sur des blocs de terre.

DSC_6430

L’exposition se tenait  au Château Lescombes , à Eysines où Danièle Marteau voisinait avec Danielle Bigata.

DSC_6433

. « Autant d’expressions différentes qui me sont venues en travaillant » dit l’artiste.

« Cette foultitude est surprenante. Ils sont tous différents. Certains sont beaux, d’autres moins, voire beaucoup moins, presque laids. Certains suscitent de la sympathie, d’autres, du rejet. J’ai décidé de tous les garder. Ainsi va la vie ».

 « Mon travail trouve son origine dans les rencontres humaines » 

Interview de Danièle Marteau dans le journal Sud-Ouest 10/01/2014.

***

DSC_6434

Cette foultitude m’a inspiré quelques mots parce que dans son œuvre autour de laquelle j’ai longuement tourné, j’ai ressenti des émotions, des interrogations, des pensées mouvantes selon l’axe d’approche, cette force de l’expression associée au dépouillement.

DSC_6440

***

DSC_6448

***

DSC_6447

***

à Monique

à qui ma poésie manquait…

Foultitude

Sarabande vertige

Tourbillon

De la foule

JE

En soltitude

Va-et-vient

Aux portes de l’autre

Frôle l’aura

Freine l’ange

Au chuchotis

Dans le brouhaha

Passe  repasse

Glisse

Ou s’enlise

La tête haute

Le dos courbé

Belle beauté

Enlaidie

A l’ombre des JE.

Le jeu des évitements

Le miroir des télescopages

 Mais Qui parle ?

Qui voit le regard croisé

L’absence

Le repli

Le dialogue qui n’aura pas lieu ?

Ainsi la guerre

Fratricide

Homicide

L’ailleurs sans voix

La bouche mutique

JE tire les tangentes

Trace les parallèles

Au cordeau.

Ses pensées intimes

Mises en équations,

Il n’en reste plus rien

De grès en force

Du passage à vide

 A la Vie d’ange déchu

Le salut ou la pluie

Viendront-ils du ciel ?

Seul Je s’arrête, suspend son verbe

Viendra ?

 Viendra pas

Ce cri du corps nié

Où seule la tête grave

Le billet du jour blond

Le vent, le poids des âges courbe

Lutte

Frontalement aux autres.

Qui détient la vérité

Dans l’incertitude

Des attitudes ?

La pâle ouate de la convergence

Emerge

De la plume

Du mot

Lisse le JE

Dans la négation des oripeaux.

 Avec  le Silence

Aux yeux trop grands

Le nez prend le vent

 L’Ange ou démon

 Dans sa fenêtre convaincue,

JE parle à JE en pied-de-nez

Rumeur, rumeur, rumeur,

 Humeur de  JE,

JE à l’honneur malmené.

Qui se fond dans la ville ?JE

Qui s’oublie dans la ville ?JE

Qui se meut dans la ville ?JE

Qui se meurt dans la ville ?JE

Quel poids ou quelle insouciance

Charrie la foultitude des  JE ?

Maïté Ladrat

***

DSC_6444

***

La MATERNITÉ YAO par DANIELLE BIGATA –7–

dimanche, mai 18th, 2014

 La Maternité Yao, sous le signe de la tendresse.

DSC_6406

Madones, Vierge à l’Enfant occupent une place importante dans l’iconographie et la peinture occidentale.

A partir de la Renaissance, les personnages gagnent en humanité lorsque transparaît l’intimité dans des scènes mêlant poésie et sensualité.

La Renaissance italienne quant à elle introduit la notion de décor naturel apportant une touche d’intemporel.

Le concept glisse doucement vers la prise en compte de la condition humaine en général chez les peintres flamands :  la Vierge et Jésus deviennent une mère et son enfant placés dans un décor naturel.

DSC_6410

Chez DANIELLE BIGATA, nous sommes au cœur du thème profane avec un souvenir de voyage cueilli dans le monde du travail, dans les rizières du Vietnam.

DSC_6408

Le décor de cette Maternité Yao  est celui que l’artiste lui  donne maintenant, tantôt décor intérieur de musée, tantôt décor et théâtre de verdure comme au parc Laurenzanne à Gradignan.Mais il y a comme un sentiment religieux chez ces deux-là, la mère dégage une énergie qu’elle nous transmet par le regard; l’enfant a les yeux tournés vers le monde, tout en étant dans la chaleur de sa mère. Les deux rayonnent en nous, vers nous.

DSC_6907

« L’ethnie Yao vit dans les terres montagneuses de tout le sud-est asiatique. La patine du bronze valorise le contraste entre les matières et met en scène l’imbrication entre la mère et l’enfant. La maternité n’est plus ethnique mais universelle. »/Danielle Bigata

 

Une berceuse sud-vietnamienne douce et envoûtante envoyée par Cerisemarithé

DSC_6424

DANIELLE BIGATA plante le décor dans lequel elle a recueilli cette vision avant de nous la faire partager :

« Quand on voit les femmes Yao éparpillées dans les rizières, avec leurs coiffes rouges, on a l’impression d’un champ de coquelicots. Comme les femmes africaines, elles privilégient le contact physique rapproché avec leur enfant enserré dans des voiles au plus près de leur corps. »

DSC_7135

J’avoue que cela me permet de faire le lien avec cette saison de coquelicots , notamment lorsque j’en rencontre lovés en cœur à cœur dans mon jardin.

DSC_7106

Ethnie des Dzao rouges ou yao

Les femmes Yao

« les femmes plus distantes sont plus grandes et plus distinguées, elles portent un amoncellement de foulards rouges empilés sur la tête, dont les bords se terminent par des franges au bout desquelles sont cousues des pièces et des perles.

Leur coquetterie : elles se rasent tout le devant du crâne pour faire apparaître un immense front dégagé sous le turban. »

DANIELLE BIGATA/AKUNA MATATA

DSC_6423

Je ne résiste pas au plaisir de la tendresse  mise en mots et susurrée à l’oreille des enfants par des mères aimantes. Berceuses de tous pays, chacune ayant son charme.

BERCEUSE  DOGON

 

Où est partie la mère du petit ?

Partie puiser de l’eau

Pas revenue de puiser de l’eau

Partie piler la feuille de baobab

Pas revenue de piler la feuille

Partie préparer les plats

Pas revenue de préparer les plats

Sur la falaise, sur la falaise

Un œuf de poule est suspendu(1)

Berceuse populaire chantée dans la boucle du Niger, quand un enfant, porté sur le dos, pleure.

(1)       Allusion au derrière du petit enfant suspendu dans le dos de la mère

/ Trésor de la poésie, anthologie de Pierre Menanteau

DSC_6407

 

Akatombo
berceuse du Japon
Dans le ciel au coucher du soleil,
Libellule rouge
Tu volais pendant que je rêvais
Sur le dos de maman
Je m’endors pendant que vient la nuit
Sur la plaine mauve
En planant ton aile vient fermer
Mes paupières doucement

DSC_7087

un petit intermède musical sur le thème, envoyé par Maria-D

https://www.youtube.com/watch?v=L9PJZrRWs6k

Don Quichotte faunesque par DANIELLE BIGATA–6–

lundi, avril 28th, 2014

Mon coup de foudre, mon coup de cœur:

DSC_6479

«  En El Quijote el pensamiento fundamental, la parte para todos interesante, el humanum, consiste en el contraste perpetuo entre el espíritu poético y el de la prosa ; entre el alma que solicita heroicas aventuras y el cuerpo que de ellas se cautela ».( Miguel Antonio Caro)

DSC_6480

Il aurait pu n’être que Don Quichotte héros mythique de Cervantes.

Homme rêveur, chevalier des grandes causes, parcourant les grands espaces de la Manche, dans la poussière et les mirages, dans le vent et la musique des ailes des moulins à vent.

DSC_6482

Vous pouvez le suivre ici,

chez Colo :

http://espacesinstants.blogspot.com.es/2013/04/rossinante-et-le-peche-de-la-chair.html

http://espacesinstants.blogspot.com.es/2013/04/ou-sancho-panza-conte-un-conte-donde.html

DSC_6481

A mon oreille, résonne aussi la chanson   « La Quête »  immortalisée

par Jacques Brel :

 

« Rêver un impossible rêve

Porter le chagrin des départs
Brûler d´une possible fièvre
Partir où personne ne part

Aimer jusqu´à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D´atteindre l´inaccessible étoile

Telle est ma quête,
Suivre l´étoile
Peu m´importent mes chances
Peu m´importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l´or d´un mot d´amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon cœur serait tranquille
Et les villes s´éclabousseraient de bleu
Parce qu´un malheureux

Brûle encore, bien qu´ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s´en écarteler
Pour atteindre l´inaccessible étoile ».

DSC_6900

 

Mais voilà…notre Don Quichotte  a dû, un jour ou l’autre, croiser la route de l’artiste DANIELLE BIGATA qui l’aura surpris dans ses œuvres de Faune à « l’heure fauve » de Mallarmé

http://patachonf.free.fr/musique/debussy/mallarme.php

DSC_6425

 

Ou bien use-t-il ses semelles sur les longues lignes droites des Landes girondines avant de s’enfoncer sous le couvert de nos bois de pins et de chênes, peuplés de légendes. Et pourquoi pas au milieu des chênes lièges, plus au sud, non loin des plages que les faunes modernes apprécient tout particulièrement.

https://www.youtube.com/watch?v=F5A4CkUAazI

DSC_6412

 

 

Ainsi, lorsque je le vis, Don Quichotte avait-il pris, à la croisée des chemins, les attributs de quelque représentant de la Faune fantastique et, mi-homme, mi bouc, s’était-il paré  de paillettes dorées, offrande de la lumière que j’imagine de fin d’été.

DSC_6413

C’est comme cela qu’il nous apparut au Château Lescombes ou bien au plus près de la nature, entre boutons d’or et printemps, en compagnie des oiseaux venus se percher sur son auguste tête dans le  parc de Laurenzanne.

ASC_0194

Partons donc sur les traces d’Arthur Rimbaud

pour  donner Au Don Quichotte une dernière note poétique :

  Tête de faune

« Dans la feuillée, écrin vert taché d’or,
Dans la feuillée incertaine et fleurie
De fleurs splendides où le baiser dort,
Vif et crevant l’exquise broderie,

Un faune effaré montre ses deux yeux
Et mord les fleurs rouges de ses dents blanches
Brunie et sanglante ainsi qu’un vin vieux
Sa lèvre éclate en rires sous les branches.

Et quand il a fui — tel qu’un écureuil —
Son rire tremble encore à chaque feuille
Et l’on voit épeuré par un bouvreuil
Le Baiser d’or du Bois, qui se recueille ».

DSC_6414

Mais je laisse le mot de la fin

à DANIELLE BIGATA :

La métamorphose du personnage, mi-homme mi-bouc, et sa quête inassouvie sont ici matérialisées par le traitement de la matière tout en hérissements et en tensions. « Ma représentation de ce Don Quichotte, est volontairement décalée. II est âgé, marqué par tous ses rêves et fantasmes déçus. »

Mais qu’est-ce qu’il est beauuuuuuuuuuuuuu!

L’île de Pâques / Danielle BIGATA / L’homme-oiseau- 5-

mardi, avril 15th, 2014

DSC_1561

Dans son très beau livre d’art FACE A FACES qui prend la forme d’un carnet de voyages où les dessins de l’artiste côtoient  la préface de JEAN VAUTRIN, DANIELLE BIGATA écrit :

«  Je sillonne la planète à la recherche de ces rencontres extraordinaires, en me faisant la plus humble possible, la plus discrète, face à la générosité de ces gens qui peuvent nous apprendre la relativité de la gravité, de l’urgence, mais aussi surtout, l’accueil et l’échange ! »

DSC_1576

ÎLE DE PÂQUES, 2004

«  Cette destination faisait partie de mes rêves et de mes fantasmes… »

DSC_6416

l’homme-oiseau, bronze, vu au château Lescombes

RAPA NUI, L’HOMME- OISEAU

« J’ai pu assister à la compétition de l’homme-oiseau, qui perdure, même si elle a heureusement perdu son caractère de jeu mortel. Cela m’a fortement impressionnée et inspiré la sculpture du même nom.

DSC_6417

Ecoutez les données du challenge :

Imaginez une falaise abrupte de plus de cinquante mètres de hauteur. Il s’agit de plonger, c’est l’envol, puis de parvenir sur le rocher distant d’un kilomètre dans une mer toujours déchaînée et infestée de requins…

Comme nos enfants dans les jardins… C’est la chasse aux œufs de Pâques qui est ouverte, en l’occurrence  aux œufs de sterne. Le vainqueur doit ramener l’œuf ENTIER, après avoir escaladé la falaise…

Sportif, non ? »

DSC_6418

L’Homme-oiseau, pour ma part je l’ai croisé dans l’exposition du château LESCOMBES,

DSC_6420

 

dans le musée de plein air de LAURENZANNE, voir ci-dessous

DSC_6908

mais aussi plus récemment dans le musée GEORGES DE SONNEVILLEDANIELLE BIGATA expose ses dessins de voyages jusqu’au 11 mai.Ce musée se trouve aux ruines de Cayac, près du Pèlerin de Compostelle.

DSC_6855

J’ai d’ailleurs pu la rencontrer à cette occasion. Cette rencontre faisait partie de mes rêves les plus fous. Danielle est venue à ma rencontre, par le biais de mes billets déposés au fil des mois, ici-même. Ce fut une belle entrevue, pudique, chargée d’humanité, d’émotions partagées. D’emblée, j’ai ressenti la force et la détermination de l’artiste, citoyenne du monde. D’ores et déjà, rendez-vous est pris pour qu’un jour prochain nous nous retrouvions dans son atelier de SAUCATS.

DSC_6854

A l’occasion de cette exposition, DANIELLE BIGATA nous fait un beau cadeau : elle nous offre la possibilité de télécharger gratuitement son livre AKUNA MATATA.Rendez-vous sur son site.

http://www.bigata.com/

 

« AKUNA MATATA est un regard merveilleux porté sur la tolérance et le respect des différences.

A travers ces notes et ces croquis de voyages, je voudrais vous faire partager les rencontres, les joies, les peines, les impressions, les visages, les amusements, les coutumes, les émerveillements, les dangers, en un mot : ma vie, aux quatre coins du globe, pendant quelques milliers de kilomètres… »

J’ai donc téléchargé ce livre sur tablette et lorsque je l’ai ouvert, je n’ai cessé ma lecture qu’avec le mot FIN. J’y ai retrouvé DANIELLE BIGATA en baroudeuse, bien plus baroudeuse que je ne l’imaginais au volant d’une 4L, au guidon d’une moto HONDA 250, en avion, avionnette , pirogue, camion, en compagnie des lions, éléphants, partageant sa nuit avec une hyène… et toujours avec comme sésame ouvrant la porte des rencontres, son carnet de dessin, ses dessins offerts, comme un langage universel, qui, c’est injuste, devrait nous être un peu donné à nous aussi ! J’ai souvent éclaté de rire, j’ai sué sang, eau et moustiques avec  elle ; j’ai attendu en pleine chaleur que le chef de village vienne l’accueillir ici ou bien qu’on vienne la sortir de l’endroit où elle avait « bourbé ». Bref, j’ai parcouru en une soirée ces milliers de visages au fil des destinations et je me suis identifiée à elle, moi la voyageuse parfaitement immobile.

DSC_6853

 

Avec l’aimable participation de DANIELLE BIGATA, photographiée près d’une œuvre en 3D.

Aïda, une femme dans le déchirement /Danielle Bigata–4–

mardi, avril 8th, 2014

Danielle Bigata et le personnage d’Aïda:

ASC_0192

Au château Lescombes,nous avons pu admirer un buste d’Aïda, alors que dans le PARC  LAURENZANE à GRADIGNAN où je vous emmènerai plus tard, se trouve une  autre sculpture saisissante du même personnage.

ASC_0191

L’opéra de Giuseppe VERDI met en scène, au temps des pharaons,  Aïda. Esclave éthiopienne et fille du roi Amonastro elle se débat avec son amour impossible pour ’un officier égyptien Radamès qui  combat son père et son peuple :

ASC_0190

« Jamais sur terre il n’y eut de cœur plus cruellement déchiré. Ces mots sacrés, père, amant : ni l’un ni l’autre je ne peux prononcer. Pour l’un, pour l’autre, je pleurerai et je prierai ».

DSC_6398

 

Dans le PARC  LAURENZANE, Aïda est représentée assise, en position de soumission mais son corps et son visage expriment le  déchirement. Ses yeux ont cette expressivité au plus près des sentiments, alors que Danielle Bigata est allée en Ethiopie  rencontrer et dessiner des femmes pour être au plus près de la représentation sculptée.

Il y a aussi une étude pour la tête d’Aïda:

ASC_0176

 

DSC_6399

 

Medici TV: la soprano AMARILLI NIZZA parle d’AÏDA:un personnage intemporel selon elle

« Pour moi le personnage d’Aïda est d’une extrême modernité, c’est vraiment une femme d’aujourd’hui parce que c’est une femme à qui l’on demande de faire revivre et d’incarner des valeurs très fortes comme la patrie, la famille. A une époque où ces valeurs se font plutôt rares, mettre sur le devant de la scène une femme comme Aïda qui porte en elle ces valeurs solides et qui est prête à mourir pour elles, c’est extrêmement moderne et actuel.”

“D’autant que la situation des femmes dans les trois quarts des pays de la planète est comparable aujourd’hui à celle d’Aïda.”

« Un rôle que la chanteuse lyrique connaît très bien car c’est celui qu’elle a le plus interprété dans sa carrière.Pourtant, chanter Aïda reste un défi à chaque représentation ».

“C’est un rôle très varié, avec de multiples facettes, et cela requiert beaucoup de technique : beaucoup de “couleur” dans la voix, de “chiaroscuro” (clair-obscur), un grand phrasé et il faut jouer sur le legato. Cela peut être, par moments, très lyrique et élegiaque et à d’autres, dramatique et incisif : donc il faut disposer d’un bagage technique très solide pour respecter les indications que Verdi a inscrites sur sa partition, et c’est loin d‘être une tâche aisée.”

DSC_6421

https://www.youtube.com/watch?v=F7V4WfwY1gQ

DSC_6422

 

Au château Lescombes, « Elles » étaient à l’honneur –3–

vendredi, mars 28th, 2014

DSC_6450

LES ENFANTS

Tous les enfants, vous le savez, sont des navires
qu’un proverbe pareil aux brises les plus douces
conduit, syllabe après syllabe, au continent
où les pingouins dorés murmurent des poèmes.

Tous les enfants, vous le savez, sont des bouleaux
qui, dans la nuit, en demandant pardon, écartent
leurs branches, leur écorce, et vont jusqu’au vertige
danser sur la grand-place au milieu des poulains.

Tous les enfants, vous le savez, sont des comètes
venues nous rendre hommage au nom d’un autre azur,
d’une autre vérité, d’une autre fable, et nous,

adultes par défaut, saurons-nous les convaincre
de s’attarder ici le temps d’un bref bonheur,
avant de repartir chez les étoiles folles?

Alain Bosquet.

DSC_6456

DSC_6462

Au château Lescombes, au sein  de cette exposition d  « ’ELLES »,  j’avais hâte de retrouver les œuvres de   DANIELLE BIGATA , à qui l’on doit notamment « Le Pèlerin de Compostelle ».

http://www.eclats-de-mots.fr/2013/02/17/le-pelerin-au-repos-des-ruines-de-cayac/

DSC_6458

DSC_6463

Voici tout d’abord cette salle où DANIELLE BIGATA exposait quatre sculptures  d’enfants, êtres  croqués sur le vif avec leur palette de sentiments: visage d’enfant curieux, boudeur, malin,attentif .

Ils ne sont pas sans rappeler « La petite châtelaine » de CAMILLE CLAUDEL.

http://www.roubaix-lapiscine.com/publications/113/la-petite-chatelaine.html

DSC_6460

DSC_6467

Ces quatre visages, empruntés au quotidien, empreints de fraîcheur  entraient en dialogue avec des dessins de personnages hors du commun rapportés  des lointains voyages dont DANIELLE BIGATA est coutumière.

DSC_6461

Enfance

En ce temps-là

je portais toute ma force dans mon cœur

C’était l’orgueil

celui du premier prince magnanime

de la première victoire

du drapeau bleu flottant sur la terre du juste

C’était la colère

l’impétueuse

flammes inoubliables

frissons de sang en prismes de pardon

C’était le désir agile

prenant pied dans la découverte

créant les îles de cristal

réinventant la magie blanche

C’était le péché de perle

mon vrai péché

la coupable bonté

l’admirable confusion d’amour

Je portais toute ma force dans mon cœur

sans cuirasse de mensonges

comme un enfant invulnérable

Achille Chavée

DSC_6465

En nos enfants grandis tressaillent les voiliers d’impatience. Nous écarter pour leur ouvrir passage, c’est leur faire don d’une autre naissance.

Notre place n’est plus où commence leur combat singulier.

Andrée Chedid

DSC_6466

Au château Lescombes : un chat au musée et quelques chats-mots –2–

samedi, février 22nd, 2014

« Petit à petit les chats deviennent l’âme de la maison »

Jean Cocteau

DSC_6468

 Il était une fois un chat-Le CHAT du château-  qui gravit en catimini l’escalier et vint à l’étage du musée, histoire de voir peut-être l’invisible au plus près de chaque tableau.

« Le plus petit des félins est une œuvre d’art.  »
Leonard de Vinci

Voulait-il écrire un nouveau chat- pitre dans l’histoire de cette exposition ?

« Il n’y a pas de chat ordinaire.  »
Colette

DSC_6469

 il s’enquit des visiteurs en se frottant à nos mollets, curieux d’accompagner les « Elles », les cinq artistes représentées, de son air concentré comme tout un chat- qu’un. Il rencontra bien sûr une amie des chats qui lui parla et lui demanda très poliment de poser devant l’œuvre de son choix.

DSC_6471

Il fit beaucoup mieux car de tableau en tableau, il prit le temps du détail,  désireux de chat-part-der quelque faune invisible peuplant  les espaces des cimaises…

DSC_6472

« Les chats sont malins et conscients de l’être.  »
Tomi Ungerer

DSC_6473

Ce chat féru d’art, s’arrêta donc,  inspiré devant les œuvres de l’étage, allant jusqu’à se mettre debout, ou ressentant la nécessité de chat-sser à distance une  vue d’ensemble, chat-loupant sur la rambarde assurément pas très large de la galerie…donnant sur le vide …

DSC_6475

DSC_6477

 

Avec le pas assuré de celui qui n’en est pas à son coup d’essai. Chat- peau le chat qui n’a pas le vertige !

DSC_6478

« Je crois que les chats sont des esprits venus sur terre. Un chat, j’en suis convaincu, pourrait marcher sur un nuage.  »
Jules Verne

Les chats ont souvent été les complices des artistes, écrivains… Certains les adulaient. Je terminerai donc ce moment de grâce, sur une citation qui en dit long :

« Dans un incendie, entre un Rembrandt et un chat, je sauverais le chat.  »
Alberto Giacometti

DSC_6474

Au château Lescombes (Eysines) , un peu d’Histoire –1–

jeudi, février 20th, 2014

03  04 2011 067

J’aime aller régulièrement au château Lescombes devenu un centre d’art contemporain depuis 1998 lorsque le lieu a été acheté par la Ville. C’est un lieu où je me sens bien, un lieu à taille humaine où il n’y a jamais foule et qui permet de profiter au mieux des expositions offertes.

DSC_6498

 

Le château de Lescombes , bâti au milieu du XVIème siècle a été victime d’un incendie et reconstruit au siècle suivant.

DSC_6506

DSC_6507

Une borne de juridiction, devant l’entrée principale du château délimitait la juridiction de Bordeaux, figurée par 3 croissants, d’avec la seigneurie du  Thil . La décision datait de 1297 sous le règne du  roi Philippe Le Bel. Placée au bord de la route elle ne dépassait du sol que de 80 cm

03  04 2011 072

03  04 2011 048

Le parc abrite aujourd’hui un parc paysager, un potager pédagogique, un pigeonnier classé du XVIème siècle, un musée des outils du maraîchage et un centre d’art contemporain.

Le pigeonnier est bâti au-dessus du puits du château. Il permettait de notifier l’appartenance à la noblesse de son propriétaire.

Son utilité première était d’abriter les pigeons nichant dans des corbeilles d’osier, chargés de débarrasser  les vignes des pucerons, chenilles…En 1794, le propriétaire d’alors, Pierre Duret a décidé d’utiliser le pigeonnier pour moudre son grain avec « un moulin  à bête ».

Le pigeonnier accueille le musée du maraîchage, activité  agricole encore présente de nos jours à Eysines.

DSC_6490

Autour du château, chaque visiteur peut apprécier le calme, la variété des essences de plantes et les arbres  multi séculaires remarquables.

DSC_6491

Ici , un sophora japonica aux proportions remarquables offre dans ses hauteurs, le gîte à des fougères.

DSC_6502

 

 

DSC_6495

 

DSC_6504

Au fil de la plume, au nom de la rose

jeudi, avril 4th, 2013

Multiply a définitivement fermé, emportant dans les limbes de ses choix commerciaux avec l’Asie tous nos blogs, plusieurs années de notre investissement que nous avions eu la naïveté de croire pérenne. Mais le net se compose, décompose, recompose à grande vitesse.

Mon premier blog, s’appelait VOYAGE EN POÉMIE. il avait accompagné mes premiers pas sur le net en 2006.

Parce que je ne veux pas que ce nom se perde, parce que je suis toujours dans le même état d’esprit depuis la création d’ECLATS DE MOTS, l’introduction à mon premier blog a toute sa place ici.

 

Voyage en poémie

Je ne sais pas dessiner…Alors pour garder en mémoire l’Instant,

 je photographie- simplement-

-Naturellement-

Quant à mes mots….
Est-ce bien de ma faute?
Si l’envie me vient de les croquer
Comme on croque un zeste de peau.
Si j’ai envie de les flûter
Sous votre nez.
De les moduler, en coup de vent,
De les éparpillonner
Dans une sauce mêlée de tendresse,
De les border chaque nuit durant,
Pour qu’au matin ils éclosent sentiments,
Et que, bien campés sur tous leurs pieds
Ils se moquent des rimes- Gentiment-

Ce n’est pas de ma faute

S’ils bullent de clins d’œil
S’ils rebellent le dictionnaire
Et dédaignent les conventions…

Ce n’est pas de ma faute

S’ils fondent sous la langue
S’ils tire-bouchonnent le fil des jours
S’ils se perdent dans un océan de douceur.

Maïté L 2006

Voilà pour le fil de la plume qui n’est jamais rompu qu’il se pose ici ou là…

*******

DSC_0032

J’ai visité récemment au château LESCOMBES, à EYSINES(33),  l’exposition consacrée à MICHEL DANTON, une rétrospective de ses œuvres intitulée POROS.

Poros; les passages maritimes,

J’espère qu’il ne m’en voudra pas de prolonger le fil de sa rose et de son rosier par des extraits de ses peintures calligraphies. Autant vous dire que j’ai eu l’impression d’être en terre connue, et de savourer chaque tableau dans son approche de matières, de couleurs, de fil d’Ariane

DSC_0054

 MICHEL DANTON éprouve la jouissance, communicative, de dérouler le fil du nom du rosier trouvé dans un dictionnaire du XIX ème siècle,  en tableaux abstraits aux noms significatifs.

DSC_0063

Il reproduit LE TEXTE de mémoire depuis 1991, ce qui laisse libre cours à la main. Ce qui aussi nous fait penser à certains autres peintres ou plasticiens.

DSC_0065

Ses créations graphiques se jouent de l’espace,des sous-espaces, du temps musical, du jazz,des mélanges de matières, des couleurs, des signes et des symboles. il intègre les lettres, les herbiers,il les fond sans les annihiler, il les propulse au premier plan, pleins de sens et non-vides d’espace, écriture automatiquement harmonieuse.

DSC_0056

Cherchez la rose,le signe, le symbole, le sens, cynorrhodon,parchemin, rosa canina, papier marouflé,rose des poètes et rose des bouquets de lettres qui explosent et vous emplissent de joie.

DSC_0092

Peinture et écriture sont liées depuis longtemps, Poésie et peinture aussi. Peintures et musique aussi.Jusque dans les titres. Poros! Poros! Que ce symbole de pont me plaît!

DSC_0093

De plus MICHEL DANTON parle très bien de son travail. Vous pouvez le retrouver ici:

http://vimeo.com/17853395    En marge d’un herbier et autres peintures.

Il reste quelques jours encore pour visiter cette exposition dans un très beau lieu consacré aux expositions successives d’art moderne.

Jusqu’au 10 avril.

DSC_0112

Et si vous regardez par la fenêtre depuis l’escalier conduisant au premier étage, vous ne manquerez pas d’admirer sur le mur d’un bâtiment extérieur, cette fresque qui continue à vous transporter ailleurs…

*******************

Tous les extraits de tableaux sont des peintures de MICHEL DANTON que j’ai pu photographier.Je remercie le musée et Michel DANTON.

La dernière photo, je l’ai saisie à travers la vitre.

*********************************