????????????????????????????????????

le sable muselé?

????????????????????????????????????

pas à pas la mousse

????????????????????????????????????

petit poisson et main secourable

????????????????????????????????????

si légère

Un printemps en hiver

Une bulle douce – Un chuchotis à mon oreille

Sur le chemin de la dune – Sur le bois qui bat la cadence

Chaud le sable emprisonné s’enfonce – Les pas dans les pas

Puis le roulis, la mer bigoudi- la mer sourire, la mer à découvert

Du bleu – Ciel mon hiver- Ce sera demain sur le calendrier

Et puis caresser les couleurs- Goûter les odeurs

Sur la palette des bleus- Le ciel -La lune s’invite sur la portée

Des tracés – les lignes des avions- Recti- Lignes

Et fauve la mer- si petit poisson abandonné –La  marée

S’en est retournée sans lui- Remis à l’eau : se sauvera-t-il ?

Ballet limicole, les gravelots en tenue de neige

Glissent, courent après le ressac- Minuscule vie

Doux le fil de la mousse brillante-Abandonnée, bousculée

Les pas sur le sable- à perte de vue-Se perdent dans la brume

Léger le temps du rêve –le soleil baisse déjà à l’horizon

Vif argent du contre-jour- Au retour je marche à l’envers

Du décor  –Uniformément lumineux- Argent du soir

A l’endroit, la mer s’émeraude au creux des boucles

Se brise, explose en écume lointaine- très lointaine

Les vagues du jour-Calme la marée s’efface

Sauf si elle nous rattrape par le mollet- Sauf si je l’oublie

A écrire l’hiver sur le sable-Calligraphie du jour

Mon amie la plume-De mer- D’oiseau –Quel oiseau ?

L’oiseau de mer ? L’oiseau de terre ? L’oiseau de papier

Dans le ciel- S’envole- S’en va l’oiseau de terre

Fin du roulis- S’efface sur le sable, l’éphémère calligraphie.

Dans la tête, Noël au printemps, L’hiver et la marée

La marée, je l’ai emportée – Sur les lèvres- Au fond du cœur.

21 décembre 2015

????????????????????????????????????

bleus de ciel, bleus de mer, brume douce mousse

????????????????????????????????????

à la pêche

????????????????????????????????????

à la course

????????????????????????????????????

un printemps en hiver.

????????????????????????????????????

Hep! Père Noël c’est par ici les petits souliers!

***

Le sens des marées

Nuages au ciel nuages en mer bleu au ciel bleu en mer

une tache blanche celle du pêcheur de loin je la regarde

les heures passées en mer passées au soleil en mer

la houle à portée de main la brise me pousse à rentrer

Peaux noires peaux blanches le ciel réunit les deux mondes

tout autour montagnes d’automne l’océan est au milieu

longtemps les marées ont rythmé la vie

Au centre un point rouge des vêtements noirs troués de rouge

blancs des mille teintes de la nuit on entend le souffle de l’eau

les sentiers demeurent invisibles en dehors de la marche

La mer et la terre se rejoignent aux falaises de Xodre

entre les racines en plein sable l’une et l’autre se marient

silence et ressac comme réveil au matin

contempler cela donne le sens des marées

NICOLAS KURTOVITCH/ Inédit 2010

OUTREMER TROIS OCÉANS EN POÉSIE

***

***

Feuille après feuille pianote la vague

Sur la Morte, la saison

Aux couleurs de l’automne

Automne ment, dans un souffle du vent

Gémit et crève l’arpenteur du temps

D’espoir,  des espoirs

 Où s’accrochent dans un bouillon nuage d’enfer

Marrons et malachite présence cuivrée.

***

***

Tatoue le sable et t’emporte l’ocre

Ocre ment cependant,

Occulte ton visage, ton sourire, tes dents de loup

Ta peau salée, tes doigts rubans, tes yeux fermés.

Tremble la lie de tes pensées

Le rien, le vide sans cesse recommencé.

Marée sous le couvercle au front muselée

 Ses cheminées et soubresauts touchent la cale

Remuent sable et cristaux, coquillages et couteaux.

De l’eau atone, brisée au couchant et aux tempes grisées

Vois les images nous défier, les vagues feuler, trouer, vriller

Les heures du passé et le refrain lancinant en bouche avorté.

Inutile ment.

***

***

 L’océan ne va pas plus loin que nos pieds et nos rêves

Deux mains apposées et la douceur du coton d’aimer

Quand l’ Ira  est Apaisée.

Au loin l’horizon inaccessible.

Le ciel inaccessible.

Le soir enterré

Au pied de la dune.

Paix  à lames    le courant   les mots   à la dérive…

Maïté L

***

***

Et puis aussi pour le plaisir, chez Armando:

http://www.nuagesdephotos.com/2011/12/04/pour-maite/

*******

DIS-LEUR

« Un oiseau passe

éclair de plumes

dans le courrier du crépuscule

VA

                    VOLE

                                                          ET DIS-LEUR

Dis-leur que les marées

ouvrent la serrure de nos mémoires

que parfois le passé souffle

pour attiser nos flammes

car un peuple qui oublie

ne connaît plus la couleur des jours

il va comme un aveugle dans la nuit du présent

dis-leur que nous passons d’île en île

sur le pont du soleil

mais il n’y aura jamais assez de lumière

pour éclairer

nos morts

dis-leur que nos mots vont de créole en créole

sur les épaules de la mer

mais qu’il n’y aura jamais assez de sel

pour brûler notre langue

VA

              VOLE

                                      ET DIS-LEUR »

….

ERNEST PÉPIN/ GUADELOUPE/OUTREMER TROIS OCÉANS EN POÉSIE

ÉDITIONS BRUNO DOUCEY

***

***

Dis-leur

 Que de la vague Venise

Le carnaval marin masque l’amer

Les yeux, la crête la gorge tremblent

Sur l’enclume se forge le bras de fer au marteau de l’amarrée.

***

***

Dis-leur…

 Que chutent lisses les eaux sans retenue

Les vagues  au coude à coude.

***

***

Dis-leur…

Que Gemme l’Agate au cœur

Dis-leur que je cherche la lumière

Dans le passé

Dans le présent.

***

Maïté L

***

« Le soleil maintenant brûle mon visage, brûle mes yeux. la mer est si belle, avec sa houle lente qui vient de l’autre bout du monde. Les vagues cognent contre la côte en faisant un bruit d’eau profonde. Je ne pense plus à rien. Je regarde, mes yeux parcourent sans se lasser la ligne nette de l’horizon, scrutent la mer balayée par le vent, le ciel nu. Je veux voir arriver le bateau italien, je veux être la première, quand son étrave fendra la mer vers nous … »

Esther/ETOILE ERRANTE/ LE CLÉZIO

***

Plisse complice, et glisse le vent

Rythme les blancs sursauts et

Douce la bruine soupire et s’inscrit

Au-dessus du fronton qui s’élève puis s’abîme

***

***

Ses pointes, ses creux

S’enivrent

S’enchaînent

Ecrivent

VVVVVVVVVVVVV

la vague

***

***

avec plus de discrétion

un petit intermède.

Le Grand Crohot, encore et presque toujours.

Maïté L

***

Cette photo : J L

*******

 

RAFAEL ALBERTI

 

Si mi voz muriera en tierra,

Llevadla al nivel del mar

Y dejadla en la ribera.

***

Llevadla al nivel del mar

Y nombradla capitana

De un blanco bajel de guerra.

***

¡Oh mi voz condecorada

Con la insignia marinera:

Sobre el corazón un ancla

Y sobre el ancla una estrella

y sobre la estrella el viento

Y sobre el viento la vela!

***

 

 

TRADUCTION DE JEAN-MICHEL MAULPOIX

Si ma voix meurt à terre

Portez-la au niveau de la mer

Et laissez-là sur le rivage.

***

Portez-la au niveau de la mer

Et nommez-la capitaine

D’un blanc bateau de guerre.

***

Oh ma voix décorée

D’un insigne maritime:

Sur le cœur une ancre

Et sur l’ancre une étoile

Et sur l’étoile le vent

Et sur le vent la voile!

***

***

Aujourd’hui pourtant c’était une belle journée d’automne.

Et dans le chêne tant d’oiseaux en concert de pépiements

Mais l’appel de la vague est le plus fort.

Il tatoue le cœur de poésie

et s’en vient

s’immiscer

au fil

du jour.

***

Photos Maïté L/ Le grand Crohot

Elles valsent…

***

***

Ces vagues

qui se pressent vers le rivage

 En fils de transparence cousus d’aiguilles.

Quand leur falaise joue la haute-contre

Ou

Le pendulaire anis de la vague qui ne sait

Si son encorbellement, sa facture d’écume

 S’échouera sur le sable.

***

***

 Crève soudain leur turbulente

Et translucide mémoire tubulaire.

 

 

Vagues jetées à notre face.

***

Dans les ténèbres j’imprime entre mes paupières

Leurs coulures et leur partition : tous ces verts mêlés

Ces voix de basse sur tout,

 Jointes au perpétuel ensorcellement.

L’abîme du regard possédé par la vague, les paumes en avant,

Je vertige le vert tango, dans un souffle j’exhale le bleu

Et puis le vert fourreau encore me vient à la peau

Mène à la danse ses sortilèges, insuffle sa fièvre

Où l’apparente immobilité s’engouffre dans l’infime présent.

***

***

Maïté L: Le Grand Crohot

*******

  ***

http://www.dailymotion.com/video/xdkqyv_raconte-moi-la-mer-jean-ferrat_music#rel-page-2

***

***

Raconte-moi la mer
Dis-moi le goût des algues
Et le bleu et le vert
Qui dansent sur les vagues
***

***

La mer c’est l’impossible
C’est le rivage heureux
C’est le matin paisible
Quand on ouvre les yeux
C’est la porte du large
Ouverte à deux battants
C’est la tête en voyage
Vers d’autres continents
***
***C’est voler comme Icare
Au devant du soleil
En fermant sa mémoire
A ce monde cruel
La mer c’est le désir
De ce pays d’amour
Qu’il faudra découvrir
Avant la fin du jour

***
***Raconte-moi la mer
Dis-moi ses aubes pâles
Et le bleu et le vert
Où tombent des étoiles

***
***
La mer c’est l’innocence
Du paradis perdu
Le jardin de l’enfance
Où rien ne chante plus
C’est l’écume et le sable
Toujours recommencés
Et la vie est semblable
Au rythme des marées
***
***C’est l’infinie détresse
Des choses qui s’en vont
C’est tout ce qui nous laisse
A la morte saison
La mer c’est le regret
De ce pays d’amour
Que l’on cherche toujours
Et qu’on n’atteint jamais

***
***Raconte-moi la mer
Dis-moi le goût des algues
Et le bleu et le vert
Qui dansent sur les vagues

Paroles: Claude Delecluse. Musique: Jean Ferrat

***

***

photos Maïté L Le Grand Crohot

*******

***

La vague la plus belle est celle qui viendra après: dans quelques minutes, quelques heures passées bien campées sur le sable , demain ou un jour.

La vague est fascination lorsque le regard rentre en elle.

***

***

Vague de vague l’automne

A cris du vert, du bleu

 Vrombit du blanc et du sable

En gros bouillons-choc-

Dans le chaudron de la mer-lame

de l’été indien la crème, la mousse-rousse-

Lie la langue à l’émeraude-vertige-tangue-

Et dentelle glisse de l’épaule-casse

 la vague-du mur retombe-dégouline-

Déferlante la lame-en barre

à la lèvre-vague à perle-

Au corps de l’œil-rouleau-

 Roulis-tambour-à l’assaut-fracas-

Se brise, s’aiguise, s’immisce le regard

Vague, vague vaga-bonde

Choc-vertige toujours

Irrespectueuse et glauque-verte cadence

 franchit le mur de son

  de la nuit- Et toujours verte à bleue

Cavalerie, à compter

les dos, les creux- Tensions en clair semées de blanc

au ressac du soir, marée- furie ou paroxysme-bonheur.

Maïté L

***

 ***

Le Grand Crohot(33)

*******

 

***

Sur un tableau de Cerise-Marithé(65×46), un prolongement en mots.

Mes remerciements vont à celle qui sait donner des couleurs à mes rêves.

http://cerisemarithe.wordpress.com/

***

La Vague

 Intrépide elle frémit

 Comme en liesse

Vient à la rencontre

Du ciel limpide,

Comme timide.

 Elle creuse

Façonne les parois

Du vertige,

Attise  son élan, joue ses gammes

Tout en nuances.

Elle danse

Toujours plus haut, la gueuse.

Dans sa main de rosée, coquille boudeuse

Elle jette ses lèvres et des baisers plume,

D’écume.

Sitôt née, elle dit adieu

De son corps de féline moisson

Souple, joyeuse et nacrée.

Tendue vers le ciel jaillit la tentation

En échos diaprés.

Le sel goutte à goutte réveille la clarté

D’aurore

Venue pour  la chevaucher en

Ailes au cœur de pierre

La belle précieuse.

La Vague

Elle surgit à sa guise

Jamais aucun humain ne l’a prise

Jamais, dans ses mains il ne l’a tenue.

Elle s’élève jusqu’au paroxysme

Et puis se fond en glissant dans l’oubli.

La suivante sera plus sauvage, plus rugissante

Ou plus docile, plus captive

Plus ensorceleuse aussi.

Les forces abyssales  ou célestes

Garderont la mémoire  lilas de la lumière

Et le parfum du  sable mêlé aux frissons

Des profondeurs  vertébrées d’émeraudes.

Elle va, elle vient

Vague après vague

Elle divague

De ciel en mer

La Vague

L’unique

Celle de l’instant.

Maïté L

                      Le Rêve

« Bulles de temps. bulles légères. A peine un souffle et l’eau se gonfle de secret, se détache, s’envole. A peine un souffle, et la mélancolie part en voyage. Un peu plus haut, les frontières s’effacent, un peu plus loin. Les peines s’apprivoisent dans l’espace. La terre devient bulle et la bulle une terre. »

PHILIPPE ET MARTINE DELERM

***

MON  RÊVE

De mon  voyage sans valise

Au  bout  d’une terre promise,

 Mes pas semblent effleurer  le sable

Aux contours impalpables.

Vibrations d’été…

 Parfois,  dans la clarté tissée

 De fils d’or et d’or blanc,

 S’élèvent les frémissements

De mon ombre sur la voie de l’éclat.

 S’enroulant de-ci de-là

Autour de la ligne d’horizon,

Ou surlignant mes désirs d’évasion,

Au loin les eaux pétillent

 De leur saveur menthe ou bien vanille.

***

***

« Il rêve, il a l’esprit perdu dans le monde incompréhensible.On le voit souvent seul au sein des foules actives, courbé sous des retours, son mystère et ses larmes. Soit qu’il songe au passé d’une vie qui s’effeuille et tombe, mystérieuse, inconnue, sur son corps qu’elle opprime, soit qu’un tourment l’accable,soit qu’un mal d’infini l’élève encore au faîte des aspirations humaines, à l’extrême désir des heures suprêmes et inespérées, il rêve, il rêve toujours. Il a les yeux fixés sur les plus beaux nuages et regarde, sans cesse, du plus haut de ses songes, l’éclat immaculé d’une merveilleuse féerie. »

ODILON REDON/ NOUVELLES ET CONTES FANTASTIQUES

***

***

Peu importe aux amoureux de ces paysages que l’eau se retire si loin;il y a toujours un filet d’espoir venant vers la plage, un chenal qui capte le regard, s’accroche à la promesse qu’ELLE reviendra.Je me souviens de l’étonnement d’un ami venu de très loin qui n’en revenait pas de voir ces étendues de sable,de vase et de prairies aquatiques mises à nu, semblant propulser l’esprit à travers ces contrées immobiles. Il y a toujours ceux qui cherchent refuge dans les ombres et sous les pins agités par la brise. Et puis il y a ceux qui ne résistent pas et qui chargés de seaux et d’épuisettes s’en vont à sa rencontre , là-bas où glissent les bateaux.Souvent leur chemin passe par la vase et on les reconnaît à leurs pieds noirs et leur maillot maculé de boue.

Les QUINCONCES, c’est un peu de tout ça, au bout du sentier blanc et des prunelles.

***


 LES QUINCONCES

Foi de mouette planante,
ou d’hirondelle, frôlant
la basse langue de terre.
Accrochez des virgules de ciel bleu
parsemant le sable blanc.
Les voiles au loin et les cygnes
glissent sur la marée.
Minuscule plage sauvage,
à écouter les clapotis
des vaguelettes, crevant
sur les touffes d’herbes salées.
La tête renversée sur l’été,
Abandonnée dans le ciel bleu,
Découpant la cime du pin
Chargé de pommes vertes,
De pommes sèches.
Vent frais du soir,
sur simple peau d’orange.

***

*******

 » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours ! »

LAMARTINE