Archive for décembre, 2011

Cœur mêlé

Mercredi, décembre 28th, 2011

Cœur mêlé dans le tapis sinueux

 Des Passe-racines tressées par nos aïeux

 

La rose des vents.

***

***

***

 

Sur les chemins de lumières menant

Des cimes froissées par les marées du vent

Au fleuve de lune pointant les lignes des toits

Les rives  s’ouvrent aux lueurs-étoiles, aux fleurs de camélia.

***

***

 

Givre corolles, orgues de sucre glace.

***

***

 

Jardins des vignes, graves cailloux aux soirs cuivrés

 Les oiseaux perchés sur le clocher familier

La fanfare du 14 juillet au kiosque montée

Le Pont soupire sous le poids de  ses lucioles humaines

Et la nuit unit les deux rives et leurs déclinaisons  urbaines.

 

Flonflons d’eaux douces, fleur de sel.

***

***

 

  Au loin le ciel festonné par les balbutiements de la nuit

Ecoute des brames et des glapissements, la mélodie,

L’eau de la rivière emporte le sable et se fait claire

Sous le regard attentif et la mémoire de la mère

***

 La mère et l’enfant.

 

 L’enfant dodeline, l’oiseau lance ses trilles

Les arbres doucement devant l’hiver se déshabillent.

Dans le miroir, côte à côte les heures s’égrènent

 Au son des voix, rauques ou babils se file la chaîne humaine.

Cheveux noirs, cheveux blonds mêlés, grandes mains

Petits pieds potelés, doigts effilés pianotent de joyeux lendemains.

 

 Sur l’écrin des rives aborde la douceur.

***

« Dans la nuit de l’hiver
Galope un grand homme blanc
Dans la nuit de l’hiver
Galope un grand homme blanc
C’est un bonhomme de neige
Avec une pipe en bois,
Un grand bonhomme de neige
Poursuivi par le froid.
Il arrive au village.
Voyant de la lumière
Le voilà rassuré.
Dans une petite maison
Il entre sans frapper ;
Et pour se réchauffer,
S’assoit sur le poêle rouge,
Et d’un coup disparaît.
Ne laissant que sa pipe
Au milieu d’une flaque d’eau,
Ne laissant que sa pipe,
Et puis son vieux chapeau.

 Jacques Prévert

***

 JOYEUSES FÊTES A TOUS. MEILLEURS VOEUX POUR

2012

Maïté L avec la complicité de Marie-Neige, passionnée de fractales

  les illuminations habituelles du Pont de Pierre, du Port de la Lune,

les illuminations de Noël du kiosque et de l’église de Parentis-en-Born,

ainsi que sur la route des Landes, de l’Hôtel de Ville de Marcheprime.

Remerciements aux deux maisons illuminées de Parentis-en-Born que j’ai pu admirer.

Et toujours Jacques Prévert.

*******

Pour la nuit de NOËL…

Vendredi, décembre 23rd, 2011

En attendant NOËL, qui sera , cette année une fête dans la maison, autour des petits pieds, des petites maisons et des grelots qui tintent, j’ai ressorti les calendriers :gling , gling, c’est déjà l’hiver.

Voyons dans la poche du 23 la comptine du jour!Je vous la donne plus bas.

En nous souvenant que nos ancêtres déposaient un sabot au pied du sapin pour recevoir une orange. Sabots de paysans, sabots de lutins, sabots de petite file qui se tordait les chevilles.

Classique cette année, du rouge et du vert et des ciseaux magiques pour des flocons de neige d’ailleurs, tous différents.

Tout doucement le soir descend sur la maison où dès l’abord les guirlandes vous accueillent. Petites lumières dans la nuit: c’est ici.

Vous l’aurez compris, je me consacre à de petits pieds explorateurs qui partent à l’aventure de la maison , des petites mains, des joues câlines et des rires aux éclats. Ici, on aime les éclats: de mots, de lumières, de joies, d’amitié. Aussi, je remercie tous ceux qui passent ici un jour ou l’autre et qui laissent des empreintes dans ces pages. Je vous souhaite de bonnes fêtes. Je suis, par voie de conséquence moins présente à la lecture des différents blogs. J’arrive à les visiter peu à peu mais je laisse moins de traces.

J’ai attendu cet instant pendant des mois. Je pense qu’il me faudra attendre pour qu’il  revienne… donc voilà.

Amitiés à tous.

Père Noël surpris sur ma route

***

une des petites comptines de NOËL de ma collection lorsque dans une vie antérieure, je pratiquais de la sorte avec les enfants:

Pour que la nuit de Noël

Soit encore plus belle,

Tout le monde a besoin

D’un ami, d’un copain…

Même les sorcières, les lutins,

Les fées, les diablotins,

Et par-dessus tout les grands loups,

Que l’on chasse de partout.

La comptine appartient à la tradition orale. Bien à vous: Maïté L

*******

Liberté, liberté…

Dimanche, décembre 18th, 2011

***

Il y a quelques jours à peine:

Elles vont et viennent les feuilles du cerisier

derrière les grilles

L’automne s’approche de l’hiver à pas roussis

de l’or, des oranges et des soupirs de vent

De douces musiques, imperceptibles facettes diamant.

« Il y a des êtres qui font d’un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi qui font d’une simple tache jaune un véritable soleil. »/PICASSO

***

***

Lui,

Mort-vivant

fidèle, dans sa lande solitaire

en danseuse

cambrée

tout le temps

Je le vois

de loin

Je l’aime

si fragile

Joachim part

Lui toujours là

Jusqu’à quand?

« Sous le ciel il n’y a rien qui soit stable rien qui ne dure à jamais » CONFUCIUS

***

***

Liberté, liberté

Des oliviers

à la fin

de l’été

Je rêve

de ces paysages

visages de l’été

que je ne verrai jamais.

« L’impossible nous ne l’atteignons pas, mais il nous sert de lanterne »/RENÉ CHAR /Feuillets d’Hypnos

***

Cerisier en décembre et arbre solilande: Maïté L

Bords de mer de rêve :cadeau LV

*******

MELOCROQ= CROQ’NOTES + MELOCOTON

Lundi, décembre 12th, 2011

 

***

http://sites.google.com/site/croqnotespessac/

***

***

***

Pour écouter la chorale:

http://sites.google.com/site/croqnotespessac/Accueil-croqnotes-pessac/musique-cd

***

et aussi:

http://www.youtube.com/watch?v=d1aH1XXHlDM

***

LA SIGNIFICATION DU MUR QUI TOMBE:

En référence à la chanson »The Wall » des Pink Floyd que nous avons chantée, et qui fut ce soir-là, une de nos passerelles  musicales.

Nous voulions abattre celui qui existe entre la chanson et le rock, étendre à toutes les musiques et surtout donner à penser à tous ces murs qui existent dans le monde et qui finiront peut-être comme celui de Berlin… Qui sait?

C’était notre ambition et notre message »

Anne-Marie



Pour en savoir plus sur la chorale Croq’Notes et le groupe Melocoton qui se sont unis pour un spectacle nouveau le 2 décembre:

http://alienor.multiply.com/photos/album/306/306

photos  Maïté L

 

Sans interdit la marée

Dimanche, décembre 4th, 2011

***

Le sens des marées

Nuages au ciel nuages en mer bleu au ciel bleu en mer

une tache blanche celle du pêcheur de loin je la regarde

les heures passées en mer passées au soleil en mer

la houle à portée de main la brise me pousse à rentrer

Peaux noires peaux blanches le ciel réunit les deux mondes

tout autour montagnes d’automne l’océan est au milieu

longtemps les marées ont rythmé la vie

Au centre un point rouge des vêtements noirs troués de rouge

blancs des mille teintes de la nuit on entend le souffle de l’eau

les sentiers demeurent invisibles en dehors de la marche

 

La mer et la terre se rejoignent aux falaises de Xodre

entre les racines en plein sable l’une et l’autre se marient

silence et ressac comme réveil au matin

contempler cela donne le sens des marées

 

NICOLAS KURTOVITCH/ Inédit 2010

OUTREMER TROIS OCÉANS EN POÉSIE

***

***

Feuille après feuille pianote la vague

Sur la Morte, la saison

Aux couleurs de l’automne

Automne ment, dans un souffle du vent

Gémit et crève l’arpenteur du temps

D’espoir, des espoirs

 Où s’accrochent dans un bouillon nuage d’enfer

Marrons et malachite présence cuivrée.

***

***

Tatoue le sable et t’emporte l’ocre

Ocre ment cependant,

Occulte ton visage, ton sourire, tes dents de loup

Ta peau salée, tes doigts rubans, tes yeux fermés.

Tremble la lie de tes pensées

Le rien, le vide sans cesse recommencé.

Marée sous le couvercle au front muselée

 Ses cheminées et soubresauts touchent la cale

Remuent sable et cristaux, coquillages et couteaux.

De l’eau atone, brisée au couchant et aux tempes grisées

Vois les images nous défier, les vagues feuler, trouer, vriller

Les heures du passé et le refrain lancinant en bouche avorté.

Inutile ment.

***

***

 L’océan ne va pas plus loin que nos pieds et nos rêves

Deux mains apposées et la douceur du coton d’aimer

Quand l’ Ira  est Apaisée.

Au loin l’horizon inaccessible.

Le ciel inaccessible.

Le soir enterré

Au pied de la dune.

Paix  à lames    le courant   les mots   à la dérive…

Maïté L

***

***

Et puis aussi pour le plaisir, chez Armando:

http://www.nuagesdephotos.com/2011/12/04/pour-maite/

*******