Le Pont de Pierre-2- l’objet de toutes les attentions.

« On ne peut se figurer l’image un peu archaïque du port de Bordeaux, au moment où les trois-mâts arrivaient de Terre-neuve. Ils se plaçaient en file indienne au milieu du fleuve, à toucher le pont de pierre, les voiles pliées avec soin. C’était une forêt de longs mâts, de vergues, sous le ciel pommelé de Bordeaux…

Que de fois je fus sur le point de partir, mais autrefois, la mer avait mauvaise réputation ! Je fus un marin à l’ancre et à l’encre, comme disait, je crois, Cocteau. »

JEAN CAYROL

***

Sous l’œil impassible du Lion de VEILHAN,bleu cieltourné vers la Garonne, place Stalingrad, lorsque nous posons le pied sur le sol de La Bastide, nous ne pouvons plus imaginer ce va-et-vient de navires attendant un appontement, ce va-et-vient de gabares avant même la construction du pont.Les bateliers étaient d’ailleurs mal vus car ils escroquaient les clients, notamment les pèlerins en route vers Compostelle qui devaient de plus, éviter les tripots mal famés habituels en zone portuaire. Le Pont fut le bienvenu. pour relier les deux rives: on y payait  un sou à l’octroi comme piéton et cinq sous comme cavalier.

Lion parodie ou Lion aux multiples facettes, venant taquiner le ciel bleu ou donner de la couleur à la grisaille, aucun passant n’y est indifférent.Il est la première œuvre déposée sur le trajet du tram, soulignant le côté contemporain des lignes de l’architecture nouvelle de La Bastide. il est là, monumental, dans l’axe du Pont de Pierre, marquant de son empreinte l’évolution et l’identité de ce quartier.C’est du moins ce que j’en pense car je l’aime bien.

 

***

Burdigala est le lieu qui m’a vu naître : Burdigala où le ciel est clément et doux ; où le sol, que l’humidité féconde, prodigue ses largesses ; où sont les longs printemps, les rapides hivers, et les coteaux chargés de feuillage. Son fleuve qui bouillonne imite le reflux des mers…

AUSONE

Ausone aurait aimé s’il avait vécu quelques siècles plus tard  gravir les marches de la Porte Cailhau, comme je l’ai fait et depuis cette entrée monumentale  commémorant la gloire de Charles VIII contempler le Pont et la vue sur le quartier de La Bastide , du côté de la caserne de pompiers.

***

« J’aime le combat que se livrent ici, en un tournoi arbitré par le pont de Deschamps, le tumultueux liquide venu de l’océan, verdâtre et colérique, et les douces eaux qui portaient Montaigne d’une estacade de Cadillac en sa mairie, ou en sa maison de la Rousselle, à bord de quelque gabarre où piaffait son cheval. »

JEAN LACOUTURE

***

Mais , si tout cela paraît bien calme, le Pont a connu quelques attentions particulières. Il lui fallait une toilette  approfondie. C’est ainsi qu’il a progressivement disparu aux yeux des passants caché sous les échafaudages, car il est l’objet de toutes les attentions pour continuer à traverser les âges. Les équipes de la CUB ont procédé à la réfection des ancrages des garde-corps, puis à la peinture:  deux couches pour protéger les rambardes  et la dernière pour la touche couleur: bleu nuit, couleur du mobilier urbain de Bordeaux.

 Après le gros œuvre,ce fut  la réfection des joints en résine destinés à protéger les pieds de la rambarde des infiltrations d’eau.

Pour finir les candélabres sont traités par la Mairie Les 38 lampadaires sont déposés,un à un, repeints dans les ateliers et remis en place au rythme d’un par semaine.Chaque lampadaire pèse 3 tonnes!

Vive le Pont de Pierre nouveau!

Aller à Garonne

aller à Pont sur Garonne

à cheval sur l’eau

Humer le vent

Aller sous le temps suspendu au Pont

Les feuilles en tremblent

jaunissent

S’en vont où vont les flots

à dos de Garonne

Sur les flots

à cache cache entre les piles

tantôt portées vers l’océan

tantôt refluant

et passant

pétiole dessus, nervures dessous

à marée basse, le pont se découvre

Jetant son tablier

aux passants pressés.

Ecoutez-le vibrer de toutes ses couleurs

Sous l’œil des réverbères

il s’habille de lumière.

à suivre…

ses ardeurs…

Maïté L

23 commentaires

  1. La photo 2010 44 L’immeuble en opposition avec les maisons et immeubles d’époque brise l’élégance des lignes et des tons. Les urbanistes auraient du s’inspirer de la photo 2049 ! La vue d’ensemble sur la garonne est très belle car elle aspire l’espace. 029 est très belle, certainement la plus poétique. C’est un endroit que je ne connais pas mais je suis certain qu’il me plairait beaucoup ! Je suppose aussi que pour le photographe patient le pont de Pierre est un sujet d’inspiration qui se renouvelle à l’infini.

  2. Tu aimes ta ville Maïté ! Un lieu de vie est tellement chargé d’émotions, de souvenirs pour chacun d’entre nous. Et c’est un rapport, pas seulement en vertu de nos rencontres humaines mais bien aussi des lieux que nous fréquentons et qui font partie de notre intériorité au même titre que nos rapports humains. Mes images préférées: le roi lion avec lequel tu ouvres ta page, la cinquième image où la ville fait « coucou » à travers l’arche, la septième du candélabre sur fond de ciel bleu et la dernière sur fond de ciel moutonneux (j’aurais personnellement cadré le lampadaire au tiers de l’image pour cette dernière) Merci Maïté pour ta promenade en images et en mots sur ce pont dont tu nous racontes l’histoire avec passion !

  3. J’aime beaucoup ton poème  » Aller à la Garonne  » ! …
    « S’en vont où vont les flots
    à dos de Garonne
    Sur les flots
    à cache cache entre les piles  »

    Apollinaire ne t’aurait pas désavouée ! …
    Et tu sais quoi ? Tes mots prennent de la bouteille ! … Une épaisseur, une densité …
    Comme si tu avais pu prendre le temps de les laisser croître … C’est beau Maïté, ce que tu écris.

    J’espère revoir bientôt ce Pont de Pierre magnifique et cette vieille ville que j’ai vraiment beaucoup aimée …

    Plein de bisous à toi.

  4. Photos magnifiques et un texte travaillé et superbement écrit. Je ne connais pas Bordeaux mais j’aimerais découvrir cette ville à 2 h 30 de chez moi.

  5. D’arche en arche, Il saute Garonne,
    Quelle soit haute ou basse,
    Verte, bleue ou mordorée,
    Bravant l’espace, les eaux et les reflets …
    Il respire la vie !
    Toutes les alliances le magnifient …

  6. @ Sergio
    le bâtiment dont tu parles est la caserne des pompiers.Elle a été construite en 1954 par l’architecte Ferret avec un parti-pris contemporain qu’affectionnait monsieur Chaban-Delmas: un bâtiment face au Bordeaux du XVIIIème.La caserne comporte quelques spécificités comme un plateau surélevé de circulation, situé sous les logements et menant directement aux garages;des circuits montrés et non cachés, une tour pour le séchage des tuyaux, des terrasses et escaliers aériens pour les exercices d’entretien, des couleurs qui choquent toujours autant:jaune citron pour les avancées des chambres, rouge « corsaire » pour les loggia…des pilotis pour un semblant de navire, des hublots… mais voilà, le bâtiment a mal vieilli!
    Je le confirme: le Pont pousse à l’observation, à la méditation et a ses admirateurs.
    Merci pour la pertinence de tes remarques.

  7. @ JEA

    bien vu.
    Il s’agit ici d’une parodie de monuments: lu lion de Belfort ou la Place Denfert-Rochereau à Paris
    et la Place Stalingrad a été ainsi renommée en 1947 en souvenir de la bataille de Stalingrad (2ème guerre mondiale).

  8. @Fifi

    J’aime en effet ma ville adoptive devenue ma ville de cœur et je la connais sans doute davantage que les lieux qui m’ont vue naître.
    Pour la dernière photo, tu as sans doute raison. J’avance au feeling et j’ai ici aimé le ciel par-dessus tout; le ciel pouvant changer rapidement.
    Merci de visiter ma ville par photos interposées.

  9. @ Apolline

    Merci Apolline. Je voudrais que tu aies raison…Mais…
    Ce qui est sûr: je ne cours pas après les mots. je ne prémédite pas: ni l’écriture de mes sujets ni ma propre écriture. Je me mets à l’écoute de la chanson des mots après avoir collecté les éléments de connaissance qui accompagneront le sujet. Cela naît d’un besoin, d’une envie, d’une rencontre, d’un fil dont je ne sais, lorsque je commence où il me mènera.
    Le Pont de Pierre t’attend.
    Moi aussi.
    Bisous ma chère Apolline.

  10. @ Martine

    Bordeaux est une étape sur le chemin de Compostelle.Mais je me souviens que tu avais repris le chemin, plus bas, vers le sud.
    Bordeaux est inscrite au Patrimoine de l’UNESCO depuis 2007.

    Bordeaux a toujours été une ville de rencontres. Je te souhaite vivement de la visiter: tu sauras y trouver des aspects qui te séduiront, j’en suis sûre.2h 30, ce n’est pas la Garonne à boire!

  11. @ Marithé

    Le Pont mérite la poésie qu’il inspire et tu sais si bien le voir dans son élément d’eau et de ciel.
    Merci et rendez-vous pour d’autres sensations au fil des heures du jour.

  12. Moi aussi j’aime le ciel dans ta dernière photo et le candélabre donne une touche solennelle à sa douceur ! Je recadre souvent mes images une fois sur l’ordinateur ou bien pour rapprocher le sujet ou le situer au tiers de l’image comme il est d’usage pour le mettre en valeur. Il existe un tas de logiciels gratuits qui permettent de façon ludique d’ajuster la prise de vue qui est souvent faite dans l’urgence: la lumière change très vite. Si tu as envie de t’amuser il y a « picasa » ou photofiltre entre autres… C’est une autre étape dans la photo numérique mais on peut très bien se contenter du coup d’oeil d’origine.
    Tes photos sont belles et montrent toute ta tendresse pour ta ville !
    Merci pour ton coucou chez moi ! Bisous de bonne journée Maïté !!!

  13. @ fifi

    Mes photos sont toujours très proches de la prise de vue. De la photo argentique, j’ai gardé peut-être l’envie d’avoir la photo espérée , d’emblée. Il m’arrive de rectifier la luminosité ou le contraste, parfois de rogner un détail superflu mais je suis très peu adepte des manipulations informatiques. J’aime comme tu le dis: le coup d’œil d’origine, l’instantané pris parfois dans l’urgence. Je photographie des domaines très variés. J’aime cette variété qui m’oblige par ailleurs à m’adapter très vite(pas forcément toujours bien). Ensuite, je peux aussi être anti conventionnelle en diable, mais avec une écoute des remarques et une humilité face à ceux qui savent.
    Bonne soirée Fifi et merci.

  14. Bonjour Maïté, j’ai lu avec bonheur ton poème au-dessous du candélabre. Il est très beau et doux.
    Quant à la Garonne, elle me fait rêver. Je ne connais pas ta ville mais elle doit être très belle sans aucun doute 🙂
    Bisous!

  15. @ Denise

    Merci pour ton appréciation.
    Ma ville est belle dans ses divers visages qui vont de l’Antiquité au Moyen-Âge en passant par le XVIIIème siècle pour arriver à nos jours. Forte aussi de sa diversité, de ses quartiers souvent bien différents, elle s’étale autour de la Garonne qui moi aussi me fait rêver, comme tous les fleuves. Je suis une « collectionneuse » d’impressions de fleuves différents et l’été dernier, j’ai été si heureuse de pouvoir m’imprégner de la vision du Rhône naissant dans ton pays.
    Bisous à toi qui nous fait découvrir de si belles photos.

  16. Reste « anti conventionnelle en diable » Maïté, le plaisir de la photo est à ce prix. Je ne sais pas grand chose tu sais 🙂 L’essentiel est dans la joie de fixer l’instant !
    Merci pour ton poème !!!
    Belle journée à toi !

  17. @ Fifi

    Quand je vois la qualité de tes photos, je pense que j’ai beaucoup à apprendre, tu sais.Je suis quelqu’un qui se remet toujours en question.
    Plus qu’anti conventionnelle j’aurais sans doute dû dire que j’étais ouverte à beaucoup de choses, notamment en art.
    Bon we pour toi, sans doute dans la neige.
    Nous avons un sursis…

  18. @ Lali
    à force de chanter « sur le pont d’Avignon » peut-être quand nous étions enfants 😎

    Des ponts, il en existe de toutes sortes: des petits, des grands, dans tous les pays et surtout dans celui de notre enfance. Je ne suis pas étonnée que le pont soit dans le thème de tes favoris: tu es toi-même un pont.
    Vois ce poème qui m’est cher:

    La ronde autour du monde (Paul Fort)

    Si toutes les filles du monde voulaient s’donner la main,
    Tout autour de la mer elles pourraient faire une ronde.

    Si tous les gars du monde voulaient bien êtr’ marins,
    Ils f’raient avec leurs barques un joli pont sur l’onde.

    Alors on pourrait faire une ronde autour du monde,
    Si tous les gens du monde voulaient s’donner la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *