Archive for avril, 2012

Bordeaux:Au-delà du miroir d’eau -2-

Samedi, avril 21st, 2012

Le Miroir d’eau et Le Belem dans le port de la Lune

Boire la nuit jusqu’à faire tinter l’or des voiles et des clochers.

Soudain une trappe s’ouvre sur le monde d’en bas.

L’escalier se dévoile tandis que sur le miroir fusent des dialogues d’eau

Comment  marche le plus grand miroir d’eau du monde et ses 3450m2?

C’est d’abord un grand hangar souterrain qui me fait penser à la Base sous-marine

une machinerie hydraulique

des vannes, des tuyauteries impressionnantes

une gestion de l’eau recyclée et traitée pour l’hygiène

900 injecteurs

des travaux antirouille, colmatage des brèches…chaque année.

Mais nous approchons de l’immense bassin où l’eau est stockée avant de recommencer le cycle brouillard/brume en surface

Voyez l’échelle qui y conduit.

L’eau est stockée en sous-sol dans un réservoir de 800 m3. Elle remonte en surface à l’aide de pompes, remplit une centaine de canalettes disposées sous la dalle puis déborde à travers les joints pour se répandre sur toute la surface. Au bout d’une durée programmée par ordinateur, un système d’électro-vannes permet à l’eau de redescendre dans le réservoir afin qu’elle reprenne sa bonne température . C’est alors que peut s’enclencher l’effet brouillard.

Le bassin se remplit. Nous n’avons pas eu besoin de bouée ni gilet de sauvetage car nous nous sommes tenus prudemment en haut de l’échelle.

Au-dessus de nos têtes, on attend impatiemment le prochain cycle: c’est pour bientôt!

 et dans la profondeur du hangar souterrain où ce que vous voyez là n’est qu’un petit aperçu de toute la machinerie, on se prend à rêver de ce qui se passe au-dessus de nos têtes:

la dalle et son mystère révélé par le fontainier de la ville amoureux de ses fontaines: je l’en remercie. Il ne saura jamais comme j’aime ces balades souterraines: la deuxième du genre.

Dis papa, mon regard tout de rêve et d’attente

ma découverte de la fleur de brume

des gouttes jaillies des entrailles de la ville

Dis papa j’avais déjà une ombre

j’ai maintenant un reflet des orteils jusqu’au bout du nez.

La voile à peine éclose du soir

tu souris, tu te penches

ce reflet sous la lune

et les flonflons de la fête

est-ce toi Belle Endormie qui pars

Est-ce toi belle danseuse qui me donnes ton reflet

Toutes voiles dehors sous le vent

Le soir d’orient surgit s’élève

se dessine entre Garonne et desseins sublimés

La rose d’indigo de François Cheng a rejoint l’arc-en-ciel.

Il y eut ce soir-là un orage mémorable

Sur le miroir d’eau;

Toutes voiles dehors, la ville et le Pont se firent d’or

Saint-Michel et sa flèche

Le Belem pour quelques heures encore

Entre brume et lune

la nuit

de rose indigo

la nuit de vraie poésie

l’indicible

miroir

celui qui mêle les rives

du rêve

pures rives

roses eaux

Brins de fièvre

mémoires d’or.

Maïté L

Bordeaux:Brumes et reflets-1-

Mercredi, avril 18th, 2012

***

« L’être voué à l’eau est un être de vertige. Il meurt à chaque minute, sans cesse quelque chose de sa substance s’écoule…

L’eau coule toujours, l’eau tombe toujours, elle finit toujours en sa mort horizontale. »

Bachelard/L’Eau et les Rêves

***

***

Lorsque l’architecte-urbaniste Michel Courajoud a réalisé en 2006  cet espace constitué de dalles  de granit entre la Place de La Bourse et la Garonne, il ne pensait pas que le miroir de cette belle fontaine susciterait un tel engouement. Petit clin d’œil à Venise et à la Place Saint-Marc, désir de faire que la ville se dédouble dans son miroir jour et nuit et s’ouvre au monde de l’imagination en tutoyant le ciel, le concept allait enchanter les spectateurs au-delà de toute espérance et porter aux quatre coins du monde cette parole d’eau, de fraîcheur  et d’humanité se dégageant de ce paysage urbain.

***

***

 

Aujourd’hui, plusieurs villes françaises comme Nantes et Nice mais aussi étrangères comme Québec ou Brasilia souhaitent bâtir un projet similaire. Des pays comme la Chine ou la Russie s’informent.

Le miroir d’eau fonctionne en dehors des périodes hivernales, en l’absence de gel et de vent signalé par le biais de capteurs.

***

***

Sur la dalle sèche aux couleurs d’ardoise, de 130 m sur 42m, se met en place un cycle de 15 mn conduisant à l’effet magique. Un chuintement caractéristique annonce les volutes de brume ; elles sortent d’abord des buses de la dalle jusqu’à produire un brouillard donnant une dimension nouvelle au  paysage tout comme aux personnes attirées ici, comme par des aimants. Puis, la brume s’estompe, bientôt deux centimètres d’eau  recouvrent les dalles de granit pour cet effet de miroir d’eau qui s’accompagne d’un aspect hautement ludique pour petits et grands.

***

 ***

Le miroir d’eau est le passage obligé des touristes venus admirer les reflets de  la Place de la Bourse de jour comme de nuit. Il est aussi l’accroche du regard des bordelais qui se promènent sur les quais si agréables depuis leur réaménagement.

***

Michel Suffran se désolait que le brouillard ait déserté Bordeaux : 

« Ces journées hors du temps dans les feuillages duveteux, sont à ranger, elles aussi, au rang des vieilles lunes. »

C’était avant la sublimation de la ville dans sa fontaine d’exception  le jour ou bien lors des nuits de complicité avec la lune, si près du Pont de pierre, sous l’œil des lanternes aux reflets changeants.

***

***

***

Malheureusement ces derniers temps, la proximité du miroir d’eau a été entachée par la disparition tragique de jeunes hommes, par la présence de tous ces jeunes fortement alcoolisés qui en ont fait un lieu de rassemblement à la nuit tombée alors que la Garonne n’est qu’à quelques pas. Il est devenu un problème de sécurité publique et cette situation préoccupe édiles et bordelais.

***

***

 Mais, sous cette dalle, en sous-sol, se cache un mécanisme complexe et sophistiqué permettant d’alimenter le pavage en eau : ce sera l’objet d’un prochain billet.

***

***

Maïté L

*******

A la mode de…

Mercredi, avril 11th, 2012

***

Un merle sur l’appentis haut perché

Tenait en son bec des propos printaniers.

Gonflant ses plumes par la pluie froissées

 Et se secouant sans arrêt, comme un prunier,

Il lui importait d’être  bien plus que princier,

De convier dans son royaume, haut et fort

La belle promise à plusieurs couvées

 Et de ses amours se faire le troubadour.

La girouette à tous les vents capricieux vouée

Faillit en perdre l’équilibre et le nord.

Le merle plein ouest ouvrait grand le bec

Gonflait sa gorge, piétinait et d’audace

Trillait, sifflait, et s’assoiffait sur la scène

Avant de redevenir un simple oiseau du jardin.

Il lui fallut bien redescendre au ras des pâquerettes

Boire à petites gorgées répétées car il s’était démené

Et s’ébrouer généreusement dans le baquet  prévu à cet effet.

Devant un public ravi, et qui ne ménagea pas ses compliments,

Il décida qu’on l’y reprendrait à venir réchauffer l’atmosphère

Des jours mouillés d’un temps pas toujours grisant.

Maïté L

 

 

***

*******

Photos  à la mode de  chez nous.

Verts printemps

Mardi, avril 3rd, 2012

Un petit vert, ça va

Deux petits verts, ça va

Trois petits verts, bonjour Printemps!

***

CONVERSATION

 

Comment ça va sur la terre ?

-        Ça va, ça va, ça va bien.

 

Les petits chiens sont-ils prospères ?

-        Mon Dieu oui, merci bien.

 

Et les nuages ?

-        Ça flotte.

 

Et les volcans ?

-        Ça mijote.

 

Et les fleuves ?

-        Ça s’écoule.

 

Et le temps ?

-        Ça se déroule.

 

Et votre âme ?

-        Elle est malade,

Le printemps était trop vert

Elle a mangé trop de salade.

 

Jean TARDIEU