Raconte-moi la mer -2-

  ***

http://www.dailymotion.com/video/xdkqyv_raconte-moi-la-mer-jean-ferrat_music#rel-page-2

***

***

Raconte-moi la mer
Dis-moi le goût des algues
Et le bleu et le vert
Qui dansent sur les vagues
***

***

La mer c’est l’impossible
C’est le rivage heureux
C’est le matin paisible
Quand on ouvre les yeux
C’est la porte du large
Ouverte à deux battants
C’est la tête en voyage
Vers d’autres continents
***
***C’est voler comme Icare
Au devant du soleil
En fermant sa mémoire
A ce monde cruel
La mer c’est le désir
De ce pays d’amour
Qu’il faudra découvrir
Avant la fin du jour

***
***Raconte-moi la mer
Dis-moi ses aubes pâles
Et le bleu et le vert
Où tombent des étoiles

***
***
La mer c’est l’innocence
Du paradis perdu
Le jardin de l’enfance
Où rien ne chante plus
C’est l’écume et le sable
Toujours recommencés
Et la vie est semblable
Au rythme des marées
***
***C’est l’infinie détresse
Des choses qui s’en vont
C’est tout ce qui nous laisse
A la morte saison
La mer c’est le regret
De ce pays d’amour
Que l’on cherche toujours
Et qu’on n’atteint jamais

***
***Raconte-moi la mer
Dis-moi le goût des algues
Et le bleu et le vert
Qui dansent sur les vagues

Paroles: Claude Delecluse. Musique: Jean Ferrat

***

***

photos Maïté L Le Grand Crohot

*******

17 commentaires

  1. Victor Hugo himself :

    – « Quand les yeux sont remplis d’un excès de beauté et de lumière, c’est une volupté de les fermer… »

  2. Raconte nous encore la mer
    ses douceurs, ses colères.
    ses envies de marin
    à partir toujours au loin.
    Le COEUR happé par la vague
    que même la raison divague.
    par tes clichés et mots mouillés
    encore raconte moi la mer.

  3. Autant que l’on puisse dire,

    Tout est dit et même peut-être,

    Un rien d’indicible.

    J’avais oublié cette chanson, je ne sais pas pourquoi.
    Merci de l’illustrer et de lui redonner vie, aux confins
    étranges de la mémoire…

    Bonne soirée,

    Frantz

  4. Comme je suis loin de la mer, c’est dans mon parc (mi parc-mi bois) que je vais prendre le large. Tout comme toi, je ne me lasse pas de ce lieu. Tout change en permanence pour nous rappeler combien il est nécessaire d’être dans le présent.
    Tes photos sont superbes, bel hommage !

  5. Magnifiques illustrations de la chanson de Jean Ferrat que je viens d’écouter. Je ne peux m’empêcher de penser « raconte-moi la mère », raconte-moi:
    ce pays d’amour
    Que l’on cherche toujours
    Et qu’on n’atteint jamais »

  6. Subjuguée par la 7ème et la 8ème Vagues … Elles sont « Ma Préférence », même si toutes ont leurs particularités et leurs charmes ! …

  7. @ Armando
    nous sommes faits de la même étoffe: de sable, d’embruns, de bleu et autres couleurs associées aux odeurs et aux sons.
    Si j’ai donné quelque bonheur, tu m’en vois très heureuse.
    ***

    @ JEA
    et il avait bien raison. Emporter avec soi ce bagage de sensations et le prolonger par la pensée est un luxe qu’il est agréable de s’offrir.
    ***

    @Colo
    c’est tout cela et un je ne sais quoi qui fait que cela tourne à l’émotion forte.
    ***

    @Omillou
    je n’y manquerai pas. Avec le nombre conséquent de clichés, n’auras-tu pas une indigestion? Moi jamais!
    ***

    @ LadyApolline
    belle chanson, souvenir du chanteur. Comment l’oublier lorsque l’océan se pare de si belle façon.
    ***

    @ Frantz
    vous m’en voyez heureuse aussi.La mémoire est ainsi faite que nous semblons oublier avant de recroiser la route de ces richesses de notre patrimoine musical.
    Bonne fin de semaine, Frantz
    ***

    merci Jeandler
    J’aime l’océan, et il me le rend bien.Et pour te répondre et répondre à Claude Roy, la mer n’est jamais loin du cœur.
    ***

    @ Lautreje

    j’apprécie ta visite à sa juste valeur car je sais que tu es très prise.
    Merci
    ***

    @ Fifi
    comment ne pas glisser d’un sens à l’autre. Pour moi la « mère » s’impose aussi, la marque du début de la vie.
    ***

    @ Marithé
    Ton choix m’intéresse car, tu le sais, je suis mauvais juge dans la mesure où je ne peux me passer d’une grande partie de l’ensemble de mes clichés.Parfois j’ai un faible pour les verts, parfois pour les sculptures d’écume, d’autre fois encore pour les couleurs inhabituelles comme sur la 6 ème et son vert foncé, presque bronze.
    ***

  8. J’aurai l’occasion de t’en reparler pour d’autres clichés, mais je suis fascinée par les transparences que tu as su saisir dans toutes leurs nuances … et par les éclats d’écume dans l’explosion de leur mouvement …

  9. @ Marithé
    c’étaient les objectifs que j’avais fixés sur l’instant en voyant l’aspect de ces vagues: il faut se mettre dans leur rythme, anticiper leur éclatement, leur trajectoire, comprendre comment agissent les courants et le vent, tenir compte de la course du soleil, essayer de ne pas se retrouver les pieds dans l’eau!J’ai quand même réussi à prendre plus de 800 clichés au plus près de la mer sans me faire asperger!
    Je pense qu’un jour ou l’autre, ces vagues titilleront ton pinceau comme elles l’ont déjà fait.

    http://cerisemarithe.wordpress.com/2011/08/24/la-vague/

    http://www.eclats-de-mots.fr/2011/08/23/la-vague-sur-un-tableau-de-cerise/

  10. J’aime tes photos comme soufflées jusqu’à nous, j’en prend une bonne bolée à chaque fois et cela me console de ne jamais la voir, au passage, j’ai bu la tasse, c’était bon et bien salé, merci Aliénor !

    Pensées à l’ode-pluie vespérale …

  11. @ Veronica
    « ode-pluie vespérale » qu’on voudrait voir finie!
    J’aime bien l’idée de souffler des bulles de mer, des cartes embruns, des grains de sel et d’écume.

  12. Un enchantement au fil des vagues, on se laisse bercer et éblouir par leur pureté, mais aussi par leur impétuosité.

    La mer me manque… merci du partage, ça me fait du bien!

    Bisous! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *