DésaCorps, une exposition remarquable de l’EHPAD La Maison de Fontaudin à Pessac

DésaCorps

Désaccords entre le corps qui vieillit et la tête qui ne perd pas une miette de son enfance ; Des accords malgré tout parce que le résultat est époustouflant.

et si l’on dansait

Des corps à corps ; des corps à cris ; des corps à vivre, à supporter, à sourire et à rire le plus souvent possible.

duo

Oui, bien sûr parfois la mémoire s’en va laissant des bulles de vide, des blancs, des points d’interrogation, des points de suspension. Silences toujours.

Et puis soudain du mouvement, du projet où dansent les corps, aux mains qui s’affairent, semaine après semaine, mois après mois… PUIS surgit la parole.

en avant la musique

Celle de Yves, Madeleine, Paulette, Reine, Marie-Josée, Félix, Christiane, Edith ; précieuse dans ce qu’elle imagine, ce qu’elle dit et ne dit pas, ce qu’elle cache du naufrage de la vieillesse et celle qui dit le bonheur d’être là, de vivre.

swing

en accord

tous réunis

C’est tout cela que l’on ressent en entrant dans l’exposition DésaCorps à la médiathèque Jacques Ellul de Pessac (Gironde). Tout à coup nous voilà en proie à l’émotion, alors que la musique d’antan nous accompagne. Nous entrons dans l’intimité de ces personnes de L’EHPAD La Maison de Fontaudin, toujours à Pessac ; nous entrons dans le projet de leurs accompagnants qui y ont cru et l’ont mené à son terme.

attentive

Il s’agit là d’un projet de longue haleine où les mains ont pétri, façonné, malaxé, où les acteurs se sont confrontés à la difficulté de la réalisation, celle qui crée un abîme entre le corps vécu, imaginé, représenté en deux dimensions par le biais de la photo avant de parvenir à le traduire en trois dimensions. Mais il y avait aussi le corps à saisir en mouvement au cours du bal festif: difficulté supplémentaire!

au piano

Il y a aussi les « petites souris » qui ont guetté chaque instant et nous donnent à voir l’album de l’avancement du projet, toutes les expressions et la concentration des acteurs.

chaque histoire est singulière

face à face

Justement, ces fameux traits du visage, ces particularités de la silhouette, il fallait les croquer et faire émerger la beauté du geste, la beauté intrinsèque à chacun. Avoir habillé chaque sculpture avec les habits portés par leur double humain nous projette dans une tranche de vie ; le décor soigné, coloré, chaleureux est aussi un témoignage des jeunes années de nos anciens.

D’aucuns ont compris l’importance du regard « Tant que ses yeux ne parlent pas, on ne peut saisir qui elle est ». Ce regard qui nous caractérise, qui n’appartient qu’à nous et nous accompagne jusqu’au dernier jour, laisse entrer la lumière, la joie et restitue au centuple ces précieuses expériences de vie.

Il me reste à saluer aussi bien ceux qui font bouger la vie à l ‘EHPAD avec un projet d’une telle sensibilité et d’une telle ampleur ainsi que les participants.

L’exposition se termine à la médiathèque Jacques Ellul mais elle ira réveiller d’autres consciences ailleurs.

Merci.

Il y eut ceux de passage qui se prirent au jeu du dialogue, du mouvement:

on se connaît?

tu te rappelles le bon vieux temps?

20 commentaires

  1. « Exposition remarquable » tout comme ton reportage ! J’aime tout particulièrement les images très lumineuses grâce aux vitres et celles animées joyeusement par un couple de visiteurs souriants et joueurs 😉
    Un grand bravo aux instigateurs, animateurs qui ont accompli ce travail avec les résidents !
    Merci Maïté pour ce partage lumineux !

  2. Bonjour ma chère Maïté, merci pour ton remarquable billet où tout est beau. C’est une ambiance merveilleuse et une magnifique initiative pour dire que la vie est belle.
    Je pense bien à toi et je te souhaite une douce soirée avec toute mon amitié et de gros bisous ♥

  3. @ Nikole
    Merci d’avoir mis en parallèle cette autre expérience tout aussi touchante et intéressante afin de cultiver la mémoire lorsqu’elle peut devenir défaillante.
    C’est le cas ici puisque ces personnes font partie de l’unité Alzheimer je pense.
    Merci d’avoir laissé une trace ici.

  4. @ Danièle

    Merci.

    Ce travail sur le temps et l’espace est très intéressant aux deux bouts de la chaîne; avec des enfants chez qui on aide à structurer leur perception et à faire travailler la mémoire ou bien chez des personnes souffrant d’un handicap dû à l’âge ou à la maladie pour garder présente la vie le plus longtemps possible.

  5. @ Fifi

    J’ai eu la chance d’être tenue au courant de la mise en place de ce projet et de visiter l’exposition un jour de grand soleil.
    C’était encore plus gai dans cette pièce lumineuse située dans la partie la plus ancienne de la médiathèque: une chartreuse bâtie dans une maison du XVII ème siècle donnant sur le parc de Camponac que l’on voit en arrière-plan.
    Merci Fifi d’être au rendez-vous de la sensibilité.

  6. @ Denise

    merci d’être venue saluer ce projet d’envergure parfaitement mis en lumière par les différents partenaires de l’EHPAD de la Maison de Fontaudin.
    Cette théâtralisation des œuvres obtenues au terme d’un long investissement dans le temps était à voir. J’espère qu’elle sera réinstallée dans d’autres lieux et qu’elle donnera des idées à d’autres EHPAD d’en faire autant ou de montrer leurs réalisations.
    En tous cas, comme tu le dis si bien, vive la vie.
    J’ai particulièrement aimé aussi lire les paroles des participants : elles sont émouvantes et suscitent beaucoup de réflexions aussi par la richesse de leurs sous-entendus, des mots-valise…

  7. @ Anne
    Merci d’être passée.

    oui, c’est de l’artisanat hautement psychologique accroché à la vie . parfois le rire, le sourire sont les meilleures armes permettant de tenir la nostalgie à distance.

  8. Oh, j’arrive ne retard…mais ce billet est intemporel, tout comme ces personnages à qui on a envie de serrer la main, de sourire, voire danser avec eux!
    Un tout grand merci à toi, à tous.
    Baisers joyeux, à bientôt!

  9. @ Colo
    Tu as raison de souligner le côté intemporel et nous avons ressenti la même envie que toi à la lecture du billet, de nous associer à la dynamique créée par cette installation.
    Merci à toi…
    à très bientôt! Si la brume se décide à laisser place au soleil, j’irai cet après-midi faire des photos pour toi.
    Bisesssssssssss joyeuses aussi. ♪☼♫

  10. Tu peux imaginer mon émotion devant cette découverte…
    Une humanité qui me bouleverse, particulièrement dans ce contexte et qui me parait tout à fait universelle…
    Des tranches de vie qui se partagent, des espaces et des temps qui entrent en résonance, des sensations et sentiments qui se diffusent, des intérêts qui s’éveillent… Des yeux qui s’ouvrent et des regards qui s’échangent…
    Vraiment de magnifiques émotions…
    Un article qui devrait être publié dans chaque EHPAD !!!

  11. @ CeriseMarithé

    merci pour ton message qui dit si bien le ressenti à la découverte de ce projet.

    Comme je le disais plus haut, il y aurait tout intérêt en effet à ce que la communication des projets réalisés sorte des EHPAD et ne se cantonne pas aux proches des résidents.
    Lorsqu’il y a projet et que la vie en EHPAD ne consiste pas seulement à une mise en sécurité des résidents… A ma connaissance, ça existe aussi, hélas!
    Aussi faut-il saluer bien haut le travail des intervenants lorsque de tels projets sont menés à bien et ne sont pas seulement une vitrine à travers l’exposition mais s’appuient sur un travail profond et de longue haleine bénéfique aux participants.Ce travail en amont me paraît essentiel.
    Merci pour ton commentaire sensible dont je mesure toute la pertinence.

  12. Les Ehpad travaillent pour apporter de la sécurité et de l’humanité à leurs résidents. Le personnel est très professionnel et en juste empathie. Il est parfois difficile de créer de l’animation dans certaines unités de soins pour ressusciter l’intérêt de la vie. Dans d’autres cas plus heureux, des résidents sont là pour assurer leur sécurité en l’absence de proches. Ces résidents sont des mémoires vivantEs même si elle peut être de temps à autre défaillante. Ce projet est remarquable dans sa conduite et le résultat époustouflant de vérité. Je suis convaincu que les participants y ont trouvé une satisfaction incommensurable. Comme par exemple la conscience d’être écouté, d’être utile, de pouvoir exprimer leur sensibilité.
    Comme tu le soulignes, cette réalisation est une référence à faire découvrir à tous les Ehpad. Il faut cependant souligner qu’il y a souvent une gestion à la corde de ces centres d’hébergement qui ne facilite pas la mise en œuvre de projets créatifs de cette ampleur.
    En résumé, quel beau billet, tout en sensibilité sur le sujet des Ehpad qui est souvent éludé ou commenté par ignorance. Non : Ces établissements ne sont pas des mouroirs ! Oui, les résidents ont besoins d’attention, de bon soins, de dignité et d’animation. Ce projet en est une démonstration éclatante.

  13. @ Sergio

    merci, Sergio, pour ta contribution remarquable. Je suis contente de te revoir sur un sujet qui te tient à cœur, qui peut tous nous concerner.

    Non les EHPAD ne sont plus des mouroirs comme j’ai pu en connaître dans les années 70. Cependant, ils ne peuvent, d’après les témoignages qui me sont rapportés être tous placés au même niveau; tout dépend du contexte urbain ou rural, et en fait de leur statut: sont-ils un lieu unique public ou privé? Sont-ils rattachés à un énorme maillage national? international?qui dépend de fonds de pension (américains)? Dans ce dernier cas, ces établissements diversifiés où l’on paie très cher la sécurité et l’humanité des résidents sont souvent une vitrine dès l’abord et le reste ne suit pas, du moins par ici.
    Si la gestion dans de tels établissements est faite à flux tendu… c’est un choix de rentabilité avant tout! Après tout la « silver économie » ne durera peut-être pas de nombreuses années encore!
    Comme tu l’as bien noté, ce projet relève d’une autre manière de procéder, plus en accord avec l’éthique attendue de la part d’un EHPAD ainsi que son professionnalisme.
    Côté espoir, Il existe aussi une nouvelle « génération » d’EHPAD qui partent des constats de ce qui ne marche pas dans certains établissements pour repenser et mener un projet innovant en relation avec les locaux conçus en fonction des objectifs définis,des familles, dans des lieux qui se veulent ouverts sur la vie; le tout, bien sûr centré sur le bien-être des résidents.
    Pas simple tout cela…

  14. Merci Maïté pour la « Brume » en poésie !! Comme toujours tu sais faire alliance de belle façon avec une image ♥

    Je vais envoyer ton billet à une amie, une autre Maïté attentive depuis longtemps aux EHPAD et qui a consacré des années de travail à embellir ces lieux de vie par un partage photographique de grande envergure et renouvelé au fil des saisons…
    Elle saura apprécier le beau travail réalisé ici.
    Merci encore pour ton partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *