Invitation au rêve

Invitation au rêve

Elle était là

Esseulée

En bleu du ciel

Elle nous attendait.

Eprise des clapotis sombres sur clair

Aux heures pré-crépusculaires.

Simplement balancée

Sans à-coups

Sans regrets

Sans apprêts.


A l’écouter, la barque amarrée

Nous parler turquoise

Silences et battements au cœur de l’été,

La passante a cru chavirer.

Rêves en creux. Rêves de lèvres closes

Prêtes à attiser les envies de dune

Au loin si blonde, parée de ses  forêts .

Et la transparence, se jouant des  flots

Vague opaline à vague regard

La barque à l’imperceptible volte-face

Se livre,

S’efface… Le courant passe

Et danse la barque

S’enflamme au vent dardé.


Immobiles pensées et subjuguée

Sur la rive abordée

La passante

Reste à feuilleter un à un

Les arcanes de la marée

Et la barque

Sur le sable repoussée

Ne joue plus.

Elle

Attend

En

Grand

Secret

Les bras

Saphirs

De la marée.

Maïté L



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *