Fragments oubliés

Fragments ici et là.

Papier monnaie du temps qui passe.

Caramel ou anthracite

Bronze craquant sous les semelles

Qui connaît les matins de brume

Accrochés aux pinèdes ?

Plus réelles que les flammes du couchant

Les aiguilles mikado de notre enfance

Enfilez, filez les aiguilles de bois

Et nos mains et nos rêves

Déchiffrent le langage des signes

Le feu dans la gorge

Et au fond la peau tatouée résine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *