La légende de l’orme de Biscarrosse(40)

Mes remerciements vont à  Pierrette Ronteix-Chevody, auteure des livres Parentis-en-Born I et Parentis-en-Born II aux Editions  Sutton, qui a accepté de publier ces cartes postales faisant partie de sa collection personnelle.

Première photo: l’orme au début du XIXème siècle.

Deuxième photo: l’orme après la dernière  guerre.


Il y a parfois des rendez-vous ratés. Ma dernière rencontre souhaitée avec l’orme fait partie de ceux-ci. Je regrette d’être passée si près de lui sans avoir pu prendre le temps de le photographier une dernière fois.

Le journal Sud-Ouest a publié ces jours derniers un article en forme d’adieu. L’orme est mort, victime de la graphiose qui le rongeait depuis quatre ans. Il s’est endormi l’hiver dernier et ne s’est pas réveillé au printemps.Cet arbre vieux de six siècles porte en lui une partie de l’Histoire et des légendes  gasconnes.

Cette histoire  se passe au temps du Prince Noir…Vainqueur à Poitiers en 1536, il règne en seigneur sur l’Aquitaine…

La légende de l’orme*

« Vers 1450, Adeline jeune et jolie bergère, promenait en ces temps moyenâgeux son troupeau. Vers midi, lorsque le soleil invitait au repos, elle conduisait ses brebis là où l’eau limpide de la lande leur permettait de s’abreuver. Elle s’étendait volontiers là à l’ombre des jeunes chênes et y croquait paisiblement son pain de seigle au fromage blanc.

Déjà bien des bergers tournaient autour d’elle mais son cœur avait déjà fait son choix. Pierre qui poussait aussi parfois son troupeau sur les rivages du Pit vers le Nord, non pas parce que l’herbe y était grasse, mais parce qu’il y avait Adeline.

Tandis qu’elle faisait quenouille, Pierre du haut de ses échasses, surveillait les deux troupeaux. Ils étaient heureux et venaient là oublier l’oppression de l’occupant anglais. L’automne vint et Pierre dut partir avec son troupeau vers la vallée de l’Adour où les pâturages étaient moins sensibles aux rigueurs de l’hiver. Avant son départ, il promit à Adeline de revenir pour Pâques et de l’épouser à la Saint Marc. Mais durant cette absence, un bel officier anglais se montra très, intrépide à faire la cour à Adeline qui restait insensible à toutes ses avances. Mais les langues commençaient à jaser. L’Anglais ne parvenant pas à ses fins, décida de se venger. Il affirma avoir vu Adeline en flagrant délit de taillis.

En ces temps très sévères sur les mœurs, toute fiancée qui fautait encourait de graves châtiments allant jusqu’au déshonneur public. La calomnie fait toujours son chemin, elle s’insinue et pénètre les esprits semant le doute et l’incertitude. Adeline fut traduite devant le conseil des Anciens. Malgré ses protestations et ses serments rien n’y fit l’Anglais persistait.

Adeline fut condamnée à rester trois jours exposée nue sur un tonneau contre l’orme de la place. Trois jours à subir les moqueries et sarcasmes des passants. La sentence fut du Samedi Saint au lundi de Pâques. Pierre, de retour, entend parler de ce qui se passe à Biscarrosse. Il décide de revenir vite et parvient au pied d’Adeline attachée sur le tonneau devant l’orme. Elle lui crie son innocence. Tout à coup sa tête retombe sur sa poitrine. La honte vient de la tuer.

A ce moment là, juste au-dessus de sa tête à même le tronc de l’arbre apparaît miraculeusement une couronne blanche symbole de l’innocence.
Depuis une couronne blanche fleurit tous les ans au mois de mai au même endroit. »

*inspirée de la légende orale recueillie par l’abbé Lapeyre.

L’orme en 1975

Bien sûr, vous pouvez, comme dans chaque article, cliquer sur les photos pour les voir à la taille normale.

Et vous retrouverez cette légende ainsi que des photos de l’orme  en suivant les liens:

http://www.biscarrosse.com/La-legende-de-l-orme

http://krapooarboricole.wordpress.com/2009/04/24/le-vieil-orme-de-biscarosse-landes-la-couronne-de-fleurs-legendaire/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *