Le Plateau de Californie à l’est du Chemin des Dames-4-

En cliquant sur cette première photo,ou sur n’importe quelle autre vous verrez toutes les photos du sujet en diaporama.Il suffit de cliquer sur »fermer » et vous revenez dans le sujet. Merci G…… pour cette nouvelle fonctionnalité du site.

********

Lorsque nous arrivons sur le Plateau de Californie, nous sommes happés par le silence lourd, poisseux et nous gravissons sans barda les marches qui conduisent à cette sculpture de 4 m érigée en 1998  sur le Plateau de Californie par le sculpteur français Haïm Kern pour célébrer le 80 ème anniversaire de l’armistice de 1918. Lionel Jospin, alors premier ministre, inaugura le monument et rendit hommage aux soldats fusillés pour l’exemple.

« le 27 novembre, à la nuit, étant dans une tranchée face à l’ennemi, les Allemands nous ont surpris, et ont jeté la panique parmi nous, dans notre tranchée, nous nous sommes retirés dans une tranchée arrière, et nous sommes retournés reprendre nos places presque aussitôt, résultat: une dizaine de prisonniers à la compagnie dont un à mon escouade, pour cette faute nous avons passé aujourd’hui soir l’escouade(vingt-quatre hommes) au conseil de guerre et hélas! nous sommes  six pour payer pour tous, je ne puis t’en expliquer davantage, ma chère amie, je souffre trop…. »témoignage de 1914. mais on pourrait en trouver des semblables en 1917…

Jean Blanchard, réhabilité le 29 janvier 1921 PAROLES DE POILUS


Le Plateau de Californie est situé dans la partie orientale du Chemin des Dames. Il est, comme Verdun, un lieu emblématique de la Première Guerre mondiale.Il domine le village de Craonne et tire son nom d’une maison de plaisirs de style américain située à cet endroit avant la guerre.

Le Plateau de Californie, truffé de galeries, de cavernes fortifiées est associé à l’offensive dramatique du Général Nivelle et aux mutineries de 1917.


Après la guerre, les lieux furent classés en zone rouge avec interdiction de cultiver. Qui se promène en lisière des bois comprend qu’on n’en aura jamais fini avec les vestiges des combats.

Le village de CRAONNE était situé au cœur de la bataille du Chemin des Dames. Sa population fut déplacée et il fut complètement rasé en 1917.Il est resté célèbre et associé pour la postérité à la CHANSON DE CRAONNE et au souvenirs des « mutins » de 1917.

http://www.chanson.udenap.org/paroles/chanson_de_craonne.htm

un des refrains:  …Adieu la vie, adieu l’amour,
Adieu toutes les femmes.
C’est bien fini, c’est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C’est à Craonne, sur le plateau,
Qu’on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C’est nous les sacrifiés !…

***

et un autre refrain:Ceux qu’ont l’pognon, ceux-là r’viendront,
Car c’est pour eux qu’on crève.
Mais c’est fini, car les trouffions
Vont tous se mettre en grève.
Ce s’ra votre tour, messieurs les gros,
De monter sur l’plateau,
Car si vous voulez la guerre,
Payez-la de votre peau !

Je remercie Marithé pour la photo d’époque et le panorama sur le village de Craonne reconstruit

et pour son accompagnement précieux tout au long de l’élaboration de ce compte-rendu en 4 volets de notre visite dans ces lieux chargés de tant de poids et de larmes. Les murs parlent à ceux qui savent les entendre. Les paysages aussi. Quant aux silences, ils sont souvent si lourds de peines, d’injustices, de fourberies, d’intérêts et de vies arrachées, de familles décimées. La Der de der. Nous savons ce que cela veut dire pour les siècles à venir.

Pourquoi la guerre? Le sujet sera-t-il clos un jour?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *