Charles Perrens fête ses 120 ans:Jean-Jacques Valleton-2-

La nuit tombe doucement sur Charles Perrens et nous sommes tout un groupe prêt pour la première visite son et lumière. Nous grimpons vers la chapelle et là, surprise…

Surgit en contre-haut l’architecte Jean-Jacques Valleton, originaire de Bergerac, (1841-1916), en costume d’époque.

Il est là pour nous faire vivre l’émergence de son projet de  « La Maison de santé, au Château Picon, conçu pour les dames, sur le Chemin de la Béchade ».

Dans la chapelle où, un peu plus tôt  a retenti  le concert  Mozart, au plafond, une rosace perpétue le souvenir de notre architecte. Maintenant la chapelle est livrée aux jeux de lumière et aux déclarations enthousiastes de Jean-Jacques Valleton.

Lumière, lumière et ombres sur la Chapelle.

La foule cueillie sur le parvis de l’église…



Valleton a construit son projet en collaboration étroite avec le Médecin-Chef , monsieur Taguet, en relation avec l’évolution des idées aliénistes de l’époque. Ce sera donc un ensemble de bâtiments orienté d’une part Nord-Sud en partant du Château Picon  puis un autre ensemble Est-Ouest où de chaque côté d’une galerie s’ouvriront des pavillons  disposés en forme de peigne,au nombre de 12 et ouvrant sur des cours intérieures.Avec des bâtiments à étages pour les malades légers, des bâtiments bas pour les pathologies lourdes.Des squares viennent ajouter leur touche de verdure: le square Haut-Brion, rappelant le domaine vinicole du même nom, le square des palmiers et le square des platanes sans oublier l’Allée du Peugue menant au Petit Bois.


L’ouvrage de  Jean-Jacques Valleton puise ses sources dans les formes du Moyen-Age (voir par exemple la Tour du Château d’Eau). L’ouvrage doit offrir des gages de solidité et de sécurité. L’emploi de la fonte et du métal d’une part et d’autre part des motifs ornementaux discrets(une trop grande richesse des motifs risquant de perturber les esprits dérangés!) décorant le bâtiment principal et la Chapelle. Une horloge sur le fronton de la façade principale, une autre sur la façade postérieure et 3 cloches rythment la vie.


A l’époque  existent des classes de pension qui vont de 55F à 12 F par personne. Le prix expliquant la différence de train de vie.

Actuellement 1500 personnes  travaillent dans l’enceinte de Charles Perrens. 80 corps de métiers y sont représentés.L’hôpital est en pointe dans les secteurs de l’addiction, dans les maladies maniaco dépressives et la bi-polarité. Le séjour moyen est d’un mois et il y a  25000 consultations de jour.

516 lits, 325 places et Les missions actuelles du Centre Hospitalier Charles Perrens s’étendent de la prévention à la post-cure des maladies mentales.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *