Le Domaine de Certes: le ballet d’avant la nuit-6-

NEUF ECLATS DE GESTE

« se détacher du temps comme une fleur

de sa tige


qui griffe la lumière

fait durer

la courbe


à l’angle d’envol

tirer son corps

vers le bleu


c’est la boule du monde

qui libère

l’horizon »

ZENO BIANU/ Infiniment proche

****************************************************************************************************

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Sur la scène, le rideau de branchages et de roseaux s’écarte lorsque le vent frappe les trois coups.

Jeu de cache-cache.

Comme  au théâtre, l’un entre en scène puis s’efface: le galbe d’un cygne, puis un autre.

Silence. Le souffle suspendu.

Et le ballet commence.

Jeu de cache-cache.

Glisse sans but précis. Lisser le plumage, apprêt en accord paysage.

Chacun pour soi.

Semble-t-il.

Et puis

la mélodie harmonieuse du silence.

Soudain, les danseurs de la lagune immobile

se rejoignent

et vont de concert en concert.

Une seconde en éclat de geste sépare chaque envol

parallèles au couchant

ils tracent les chemins du soir

ne laissant aux roseaux que des perles d’eau

bien vite effacées par l’instant

du fruit d’une blanche beauté parfaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *