L’enfant et la rivière

« Prendre un enfant par la main
Pour l’emmener vers demain.
Pour lui donner la confiance en son pas
Prendre un enfant pour un roi.
Prendre un enfant dans ses bras
Et pour la première fois
Sécher ses larmes en étouffant de joie
Prendre un enfant dans ses bras. »

Yves Duteil

***



***

La valise ouverte, négligemment posée,

Regorgeant de jouets pour un temps désuets,

abandonne  au courant, les pensées de l’enfant,

sur la berge et les mirages de l’onde vagabonde.

De ricochet en ricochet, les cailloux du Petit Poucet

bondissent sur la peau de l’eau et  de son cœur

Et taquinent les reflets des herbes et du serpolet.

Où vas-tu mon  enfant , Les mains en avant

Dans ces remous animés de cercles  et de  gouttes

Qui zèbrent d’impatience ton rire en cascade

et tes petites bottes d‘ogre si  fringant,

à croquer la vie qui s’échappe au fil du courant?

L’eau si pure, si transparente te fascine

Lorsqu’elle caresse les algues mouvantes

Et cache dans ses replis, les petites preuves de vie

Qui frétillent au printemps si ardemment.

Mais toi- toi- tu aimes l’eau et les flaques,

Les rives et les vaguelettes de terre ou de mer.

Au kaléidoscope du soleil et de tes  rêves,

Quand tu seras grand, tu reverras le petit homme,

Celui qui posait sa valise dans l’herbe ou sur le pont,

Sans souci de l’heure ou des grands qui grondent.

Tu trouveras gravé dans ta mémoire

Celui qui courait à la rivière, celui qui courait vers l’eau.

Maïté L-2007

***

pour écouter le poème:

http://alienor.multiply.com/music/item/1/1

***

Merci à tous les acteurs involontaires de ce billet: l’Enfant et sa maman, Yves  Duteil et bien sûr Pelf qui m’avait fait  cette  belle surprise.

*******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *