La mésaventure de Claouey/ Jane de boy

***

« Regardez bien sa carte. Le Bassin est un grand livre qui se lit comme les lignes de la main. C’est un système sanguin qui palpite au rythme des marées et qui unit pour l’essentiel sudistes et nordistes, face à ceux qui voudraient encore opposer leurs clochers. Un temps des puristes ont imaginé de le débaptiser. Baie, baie, baie, ont fait quelques moutons. Pour l’heure, chacun rivé sur la ligne bleue et verte d’Arguin, s’inquiète d’être un jour obligé- oh ! dans combien de siècles !- de l’appeler lagune. »

Jean-Claude Garnung, préface du livre «  Je vous écris du Bassin d’Arcachon »

***

***

Lorsque nous sommes allés à Arès, c’était avec l’espoir de nous faufiler entre les Prés-Salés afin d’atteindre par le sentier du littoral Jane de Boy et Claouey.  Mais il faut être vigilant avec les heures de marées et si l’eau n’était qu’un liseré semblant toucher Arcachon au loin, il fallut se rendre à l’évidence : la plupart des marcheurs étaient sur le retour et l’eau gagnait du terrain. L’eau affleurait sous les semelles alors que quelques instants auparavant les chemins étaient encore secs. Le paysage prend une autre dimension qu’ il vaut mieux le contempler depuis le petit pont de fer ou depuis la partie du sentier qui surplombe ces zones mouvantes.

***

***

Aussi, le lendemain, nous avons joué la carte de la facilité et de la sécurité en nous rendant directement au petit port de Claouey d’où nous pourrions aisément, en passant par la plage, aller jeter un œil du côté de Jane de Boy, intrigués que nous étions par ce drôle de nom dont on ne connaît pas avec certitude l’origine. Toponymie d’origine  anglaise? Il ne faut pas rêver ! Alors… boy est-il peut-être le bois en gascon ? La seule certitude : La famille de Boy est une vieille famille de Lège
et dans les archives on trouve plusieurs Jean de Boy. Notre imagination faisant le reste, nous n’allions pas être déçus : non pas que le lieu fut transcendant mais plutôt parce que nous allions être définitivement classés dans la catégorie des terriens ignorants du Bassin. Nous avions pourtant  pris soin, avant de partir, de consulter les horaires de marées.

Nous étions en hiver et n’allions pas rencontrer âme qui vive à l’exception d’un travailleur de la mer pour lequel nous fûmes transparents.

 La marée était basse. Nous prîmes notre temps pour contourner la première plage, puis la seconde et comme une marée ne reste pas basse bien longtemps, nous avions déjà remarqué, à hauteur de la deuxième plage que l’eau s’approchait des pontons. Pour ma part, je veille toujours à ménager mes arrières et je prenais déjà des repères au cas où : une dune boisée  à escalader si la marée venait jusque là et un escalier menant à un portail permettant aux imprudents de regagner la terre ferme…

***

***

Déjà Jane de Boy se laissait deviner. Nous pouvions continuer à flâner tranquillement. Un dernier virage et nous arrivâmes.

C’est sans doute le port le moins organisé et les cabanes ne retinrent pas notre attention. Mais jamais nous ne perdîmes de vue les cabanes d’Arès qui au loin ressemblaient à des dents posées sur le Bassin. Partout de très jolies barques attendaient leur heure de retrouver la mer.

***

***

Et la mer n’en finissait pas de monter au point que nous avons repris le chemin du retour mais passé le virage une surprise nous attendait  sur la plage très rétrécie. La dune dite « des journalistes » était très haute et nous ne la monterions qu’en dernier recours (et en plus elle est grillagée !)car il nous apparut que renoncer au bord de mer voulait dire des km à pied par la route ! Restait la solution de l’escalier et du portail qui à notre grande surprise n’était autre que la sortie sur la plage d’un camping. Combe de malchance, le vent se renforçait !

Mais un camping a aussi une entrée sur rue qui pour nous serait une sortie salvatrice ! Que nenni ! Un camping municipal au mois de janvier est fermé à double, triple et quadruple tour !

Escalader les portails ? Je ne pus m’y résoudre ayant peur d’être prise pour une cambrioleuse de mobil homes ! Restait à longer toute la palissade pour tenter de trouver une issue. Je ne pus résister à la vue en surplomb du Bassin, à hauteur de ce fameux portail pour  voir ce piège qui s’était refermé sur nous. Que la municipalité me pardonne ! Le vent était devenu si fort que je ne pus jamais refermer ce fichu portail convenablement ! Pendant ce temps, l’Homme cherchait l’issue qu’il finit par trouver dans les broussailles. Elle fit l’affaire et nous descendîmes en pente raide, jusqu’à la route, entre les ronces, les arbousiers, les pins et les tapis de mousse.

***

***

Revenus à notre point de départ, nous avons savouré le calme du petit port de Claouey. Le soir venait doucement entre les bateaux. Ce soir-là, comme c’est bizarre ! je n’ai pas rapporté de photo des installations ostréicoles de Claouey. Je restai simplement les yeux dans les yeux avec les eaux facétieuses du Bassin ! Le Bassin est peut-être un grand livre qui se lit comme les lignes de la main mais la méthode de lecture est en supplément non fourni !

***

Maïté L

*******

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *