A l’abordage

Calice de crépon, en transparence.

L’apparence d’un élan

caché sous ses jupons.

 Des gestes de soie, naît la danse,

 La romance de feu, l’orange à flots.

Virevoltant voile semblant froissé,

 La caresse de poudre l’ombre,

Puis jaillit  la flamme liqueur d’ambre.

 Le Voleur de couleur à la Monet

Lui, l’oriflamme du printemps,

tatoué du sceau de la beauté

Offre la transe transversale :

Son humble sacrifice au vent.

Vermillon papillon,  jusqu’aux senteurs d’été,

 Vermillon pirate des prés, éclaboussure de liberté,

De son œil noir le coquelicot et ses fulgurances.

Maïté L

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *