Les Paysages2017 vus par un grand nom du Land Art lié à la ville de Bordeaux :Richard Long-3-

Ce parcours-ci je ne l’aurais raté pour rien au monde. C’est grâce au CAPC que j’ai découvert RICHARD LONG et j’étais heureuse de découvrir chacune des trois œuvres présentées , à chaque fois dans un très beau lieu symbolique.

Bien sûr , j’ai eu une pensée pour Roger Dautais, notre landartiste préféré…

RICHARD LONG est venu plusieurs fois à Bordeaux. Déjà en 1981 le CAPC, sous la houlette de Jean-Louis Froment, lui consacrait une importante exposition.Il était là cette année lors de la présentation de son œuvre à l’Hôtel de Ville.

« Marcher, c’est comme dessiner le temps qui passe ».Richard Long

La démarche de RICHARD LONG consiste à parcourir les lieux puis généralement à l’issue d’une longue marche à produire une installation simple à partir des matériaux trouvés sur place.

GARONNE MUD CIRCLES, GARONNE BLACK MUD CIRCLE, 1990

C’est ainsi qu’au CAPC ces deux cercles de boue se font face sur deux murs du Café du musée. Ils ont été réalisés par RICHARD LONG en 1990, à la fin du chantier de rénovation de l’Entrepôt Lainé, proche du fleuve. L’un est composé de quatre cercles concentriques de boue de la Garonne, directement appliquée sur la cimaise, l’autre d’un seul cercle, plus large, sur un fond de peinture noire.

« Je choisis la ligne et le cercle parce qu’ils font l’affaire ».Richard Long

Sur la terrasse du second étage, on peut voir la « Ligne d’ardoise » constituée d’une longue ligne d’ardoises d’un côté et d’une longue ligne de calcaire blanc « White Rock Line » provenant des carrières de Bourg-sur-Gironde de l’autre. L’œuvre (18 tonnes) a été réinstallée il y a peu et inaugurée en présence de l’artiste.

« L’œuvre de Richard Long tire son sens du passage entre nature et culture. Par l’expérience directe qu’il fait du monde, à la fois naturel (la matérialité de la boue prélevée aux environs du musée) et culturel (l’inscription au sein d’un lieu de création et de mémoire humaines), il propose une réflexion sur le sens même de l’œuvre d’art. » site du CAPC

Cette année, Le CAPC s’associe à la saison artistique « PAYSAGES » en présentant trois des dix œuvres qui lui appartiennent.

« SNACKE CIRCLE », un cercle de pierres levées dans le salon Mémorial du Palais Rohan(l’Hôtel de Ville). Rien n’annonce, à ma connaissance, sur place, l’endroit où se trouve l’œuvre. Dommage, cela risque de la rendre confidentielle

« STONE FIELD » en marbre blanc des Pyrénées, le rectangle minéral aux côtés biseautés prend ses aises dans l’Espace Saint-Rémi, autour d’un pilier de l’ancienne église médiévale devenu lieu d’expositions temporaires.

CORNWALL SLATE LANE » dessine un chemin d’ardoises dans le hall du Grand-Théâtre.

Ne vous fiez pas à la photo, l’ensemble pèse 7 ou 8 tonnes.

Ces trois œuvres sont accessibles gratuitement mais pour profiter pleinement de la vue de la dernière, il faut tout de même accéder à l’exposition payante dont je me ferai l’écho plus tard.

« Pour chaque pièce, nous avons un protocole qui laisse de la marge à l’interprétation ou à l’erreur… Pour « Snacke Circle », par exemple, nous savions simplement que le cercle devait mesurer 4 mètres de diamètre et qu’il fallait harmoniser les pierres de différentes tailles. » ANNE CADENET , responsable des collections du CAPC

Pour alimenter la discussion sur le paysage, il faut lire le billet de TANIA , extrêmement documenté, comme toujours .

à suivre…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *