Aliénor d’Aquitaine et le futur roi quittent Bordeaux après leur mariage- 7-

vue depuis le clocher de l’église Saint-Michel

1-Aliénor et Louis quittent Bordeaux

Suger gardait le visage soucieux car le roi agonisait. Le temps pressait. Il devenait nécessaire d’écourter les fêtes du mariage sans froisser les susceptibilités des invités.

Il fallut quitter Bordeaux.

« …sans doute, si rieuse et si résolue qu’elle fût, eut-elle en se retournant un long regard pour la cité qui lui apparaissait en contre-jour dans le soleil couchant, quand elle eut à son tour traversé la Garonne : Bordeaux avec ses remparts remplis d’ombre et, se découpant sur le ciel doré, les clochers de sa cathédrale et de ses neuf églises, les colonnes de l’antique palais Tutelle* tout proche de la ville et, plus loin, les anciennes abbayes : Saint-Seurin, Sainte-Eulalie, Sainte-Croix, près du rivage — tout ce coin de terre vénérable qu’on pouvait embrasser d’un coup d’œil au creux du fleuve arrondi et paisible… »RÉGINE PERNOUD/Aliénor d’Aquitaine.

Musée d’Aquitaine

Le Port de la Lune depuis le clocher de l’église Saint-Michel

Il s’agit là de la vision du Port de la lune dont on peut admirer encore de nos jours l’harmonieuse courbure. Sur le blason de la ville de Bordeaux la configuration de la Garonne à cet endroit précis est représentée par un croissant de lune argenté sur fond bleu du fleuve. En faisant un bond dans l’Histoire, en nous projetant bien des années plus tard, nous remarquons au centre des armoiries, l’ancien Hôtel de ville (La grosse Cloche) et ses quatre tours disparues, surmontés par le léopard des rois d’Angleterre, en souvenir de la domination anglaise (1150 à 1453).

Richard Cœur de Lion avait pour symbole deux léopards.

NB: Les Piliers de Tutelle, monument de l’époque des Bituriges (peuple celte) ont été localisés grâce à des fouilles, près du Grand-Théâtre actuel .

L’Hôtel de ville de Bordeaux

*

2-Quand Aliénor revint-elle en Aquitaine pendant qu’elle fut reine de France?

En 1141, Louis VII et Aliénor tinrent leur cour en la cathédrale Saint-André de Bordeaux.

En 1146, ils revinrent en Aquitaine pour lever l’argent nécessaire à leur organisation de la croisade.

-Ils revinrent une dernière fois ensemble à Bordeaux en 1152 (début d’année).

*

 

3-Après son mariage avec Henri Plantagenêt en 1152, quand Aliénor  revint-elle à Bordeaux ?

-A Noël 1156, le roi et la reine tinrent leur cour à Bordeaux.

-En 1156 également, Aliénor confirma les privilèges de l’abbaye de Sainte-Croix à Bordeaux dont la façade romane date de la deuxième moitié du XIIème siècle et fait référence à l’art roman saintongeais. L’abbaye fut l’objet de toutes les attentions sous Guillaume IX qui lui permit de s’agrandir et d’étendre son emprise sur les monastères de Soulac et Saint-Macaire. Les possessions de cette abbaye seront encore agrandies sous Guillaume X.

*

4-L’ Abbaye de Sainte-Croix:

vue depuis le clocher de l’église Saint-Michel

 

L’église Sainte-Croix en 2009. Depuis, le parvis est pacifié: plus de stationnement.

 

 

5- L’abbaye de la Sauve-Majeure:

-En 1156 Le roi Henri II et la reine Aliénor séjournèrent au Palais de l’Ombrière et à l’abbaye de La Sauve-Majeure qui se trouve à une trentaine de km à l’est de Bordeaux. Aliénor offrit à cette abbaye terres et dons pour assurer sa construction qui fut terminée en 1220). La construction de l’abbaye bénédictine de la Sauve-Majeure fut favorisée par Guillaume VIII (arrière- grand-père d’Aliénor). La Sauve-Majeure a été érigée en sauveté par Guillaume IX.

 

Dans le livre de KATY BERNARD LES MOTS D’ALIÉNOR, on peut lire une charte rédigée en faveur de cette abbaye :

  • «… Nous nous sommes rendue, dans ce voyage, au même monastère de la Sauve où nous avons appris par le témoignage de personnes de qualité et dignes de foi et avons vu de nos propres yeux que c’est un lieu saint, tant en son chef qu’en ses membres, et qu’il a grande réputation grâce à leur piété et à leur religion. C’est ce qui a fait que nous nous sommes recommandée à leurs prières, ainsi que les deux âmes des deux rois susnommés* et qu’afin que notre visite ne leur soit pas inutile nous confirmons par ces présentes tous les privilèges et voulons que nos successeurs les confirment et les ratifient. »
  • NB-Les deux rois cités dans la charte relative à La Sauve-Majeure sont Henri II et Richard Cœur de Lion

à son apogée et actuellement, après bien des vicissitudes historiques.

*

6-Aliénor et sa descendance:

  • De 1167 à 1173, Aliénor fit découvrir le duché à son fils Richard.

 

  • A la mort de Richard, elle séjourna à Bordeaux le 1er juillet 1199 afin de faciliter la tâche de son dernier fils Jean sans Terre.

 

  • Elle fit étape à Bordeaux une dernière fois en 1200, à son retour d’Espagne où elle était allée chercher la future femme du futur Louis VIII.

 

  • Ces précisions de dates sont extraites du remarquable livre « HISTOIRE DE BORDEAUX » par ANNE-MARIE COCULA

Au MUSÉE D’AQUITAINE, ON PEUT ADMIRER LA COPIE DU GISANT D’ALIÉNOR D’AQUITAINE. L’original se trouve à FONTEVRAUD.

à suivre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *