Bordeaux et le Pont Chaban-Delmas en poésie -1-

 

DSC_0007

***une photo prise le 19 mars ***

Bordeaux et le Pont Levant

Sous le Pont Levant où coule la Garonne

De sauvages eaux friponnes

S’engouffrent comme des lionnes

 Entre ses si  hautes colonnes.

***

Et sur le Pont Levant

***

 

Sous le Pont Levant aux allures de géant

S’en vont fiers les navires au vent

Vers la  courbe des roseaux et le couchant

 Mettant le cap sur le large et l’océan.

***

 

Et sur le Pont Levant…

Dans un tourbillon de passants

***

Sous le Pont Levant, malgré les apparences

Les poulies déchirent le silence

A chaque jour sa peine immense

La valse du temps épouse l’absence.

***

Et sur le Pont Levant…

Dans un tourbillon de passants…

Le regard s’abandonne en rêvant…

***

Sous le Pont levant se cachent les pieux

Floconnent en force les eaux parfois bleues

Coule le souvenir des hommes besogneux

A la porte  de la Lune, au balcon des cieux.

***

Et sur le Pont Levant…

Dans un tourbillon de passants…

Le regard s’abandonne en rêvant…

 Sur La Ville et son Croissant…

***

 

Maïté Ladrat

***

DSC_0037

23 commentaires

  1. Bravo Maïté… Belles images, joli texte, comme d’habitude ! J’ai pensé à toi la semaine dernière, nous étions en vacances en Vallée d’Aspe, aux paysages merveilleux (propices aux photos) et à la tranquillité reposante (propice à l’écriture). C’est ce que nous avons fait d’ailleurs, avec les enfants et les amis : balades, repos, photos… et ateliers d’écriture les jours de pluie ! Tu devrais avec Jacky parcourir cette région… Bises

  2. Admirative devant la conception de ces ouvrages exceptionnels, toujours singuliers…
    Belle et douce harmonie pour le regard… Les rêves s’engouffrent dans les pensées…
    Fière allure, liens pour ailleurs…
    Pont, tel un nouveau centre du monde,
    Tout se réorganise aux alentours…
    Pont, tel un passage vers d’autres cieux attirants…
    L’espace les accueille avec bonheur et l’horizon s’en trouve autrement habillé…

  3. Il est beau ce pont si simple, léger….ET tes mots funambules entre les « balcons du ciel »…………..Bises d’Ariège!

  4. Entre le ciel et l’eau, les colonnes font le lien…Impressionnante vision de ces colonnes qui semblent soutenir leurs doubles de nuages… au ciel !
    Magnifique poème, Maïté !!!

  5. @ Jean-Marc

    Merci d’être passé ici et d’avoir pensé à moi la semaine passée… Nous avons aussi pensé à vous.Par le passé, nous avons passé beaucoup de vacances dans les Pyrénées,du Pays basque jusqu’aux Pyrénées orientales.Nous avons parcouru la vallée d’Ossau,jusqu’aux edelweiss, fait des incursions dans la vallée d’Aspe, parfois en vélo, par le col de Marie Blanque, avec une demoiselle cocker prénommée Mirabelle, sur le porte-bagage! 😎 A l’époque, je faisais des photos argentiques. Nous faisions du vrai camping à la ferme,avant l’heure, dans un pré, allant chercher de l’eau dans des bidons de lait que les propriétaires nous prêtaient.Nous étions dans un village nommé « le nid d’aigle ».Nous avons beaucoup de bons souvenirs là-bas.Nous avons fait des défis « vélo », visité les vaches dans les alpages , organisé des soirées chant, des excursions dans les vallées voisines…
    Nous aimerions bien retourner dans les Pyrénées que nous avons délaissées depuis trop longtemps.
    Bisessssssssssss

  6. @ CeriseMarithé

    Tout ce que tu dis est juste. ce pont est devenu, à juste titre la nouvelle coqueluche bordelaise.Il le mérite.

  7. @ Anne
    « merci pour l’expression des « mots funambules » qui à son tour me fait rêver. Les mots permettent ce que les limites du corps nous opposent.
    Un pont « simple » : cette impression vient de son harmonie, de son dépouillement.
    Un pont « léger »: il l’est devenu grâce à la technique dont je parlerai bientôt.

  8. @ Fifi

    merci pour cette vision qui m’avait aussi frappée ce jour-là, puisque je le voyais terminé pour la première fois, avec un ciel animé comme je les aime…malgré la menace de la pluie.

  9. @ Maria-D

    les couleurs sont absolument naturelles.

    Les nuages s’amoncelaient allait jusqu’à nous faire croire un peu plus tard à la possibilité d’un orage.
    Et puis un unique rayon de soleil se mit à dorer les eaux et la ville bâtie ainsi que les eaux.

  10. Le pont est un ouvrage hors norme, il fait désormais partie des signes identitaires de Bordeaux. Il manquait à cet ouvrage gigantesque une interprétation humaine pour une nouvelle compréhension des lieux. C’est désormais chose faite, avec ce joli texte qui mixe l’ouvrage avec les eaux de la Garonne, parle des fiers navires qui s’en vont vers le couchant et l’océan toujours proche . Et quelque part sur le pont levant il y a le tourbillon des passant et Ce Regard qui s’abandonne en rêvant écrivant de si jolis mots.

  11. Tes deux photos sont magnifiques et la dernière est de toute beauté avec les nuages annonciateurs d’orage. La luminosité est superbe. Et que dire ce cette oeuvre grandiose. Ce pont est beau et une pleine réussite.

    « Sous le Pont levant se cachent les pieux
    Floconnent en force les eaux parfois bleues
    Coule le souvenir des hommes besogneux
    A la porte de la Lune, au balcon des cieux. »

    Merci ma chère Maïté de ces mots et de tout ton poème. Vraiment très beau.

    Je t’embrasse et te souhaite un tout bon dimanche.

  12. @ Breith Shot/Sergio

    merci pour tout. Je sais que tu as salué la naissance de ce pont, toi aussi.Il laisse aisément passer le Bélem, comme j’ai pu le constater sur les photos de Frantz, un habitué de ces pages.

    Avec ses promenades piétons/cyclistes en site propre, ce lieu est propice à la méditation, naturellement modeste de ma part mais le simpressions s’imposent, parfois longtemps après avoir parcouru l’ouvrage.

  13. @ Marinelou

    Tant de gens, dont en premier lieu ceux qui ont « fait » ce pont savent si bien en parler aussi.
    J’ai essayé de traduire l’émotion bien palpable ressentie les premiers jours après l’ouverture du pont au public. Une sorte de ferveur s’est emparée des visiteurs.
    Bon dimanche pour toi aussi(malgré la bruine!).

  14. @ Denise

    Je voulais au départ que mon poème ait une forme rappelant celle d’un chant avec son refrain… Puis j’ai attendu de dérouler le fil des mots au moment voulu.
    Bon dimanche pour toi aussi et pour tous les visiteurs.
    Bisessssssssssss et merci.

  15. @ Ulysse

    merci

    Ce pont mérite un poème mais encore faut-il être à sa hauteur! 😎
    Il a placé sa barre haut,pardon, son tablier!

  16. As-tu ce livre : Naissance d’un pont de Mayliss de Kerangal !
    C’est à ce livre que j’ai pensé en regardant ce nouveau pont que j’ai aperçu comme toi, au mois de mars en passant sur l’autoroute…
    Bonne semaine !
    A bientôt

  17. Merci Maïté pour « randonneur », ses femmes éclairées…et le « Don quichotte attendu ! 🙂
    Je t’embrasse !

  18. @ Enitram
    merci de ta visite.

    Non seulement j’ai tenu à lire ce livre mais je le citerai dans un prochain billet.
    Bonne semaine pour toi aussi.
    à bientôt.

  19. Voilà, un petit moment que je pensais fêter l’événement. Et puis je ne suis pas très courageux par ce temps de chien, qui se dévoile un peu sur un autre plan, mais je suis de plus en plus étonné par la manière de penser de nos contemporains.

    Deux trés beaux sujets sur cet nouveauté de marque… et utile de surcroît. Félicitations et amitié

    PONT d’ARCHE

    Arche vive de l’estuaire, passe port sur icelles,
    Maraude Garonne. Gorgones adonnent es iles
    Au vent, bonne allure, sus Cyclope Cordouan
    Per Médoc et côteaux, aux roseaux éloquents.

    Toile faseyante Bellem déborde pointe de Grave,
    Salut l’océan et arrondit près le cap Ré d’Oléron.
    Babord ébène rugit chante le poète docteur Fanon,
    Même Morphée oublie de nuit le passé d’entraves.

    Point du jour, fleuve estuaire mer, tous se fondent.
    L’Arche veille debout silhouette étrange sentinelle
    Avenir offert au passant éphémère reflet, de l’onde.

    Tendue, elle réveille Bordeaux esbaudie de Gironde.
    Quais, flèches, Montaigne écarquillent les prunelles.
    La ville, les vivants et les morts, tous, se confondent.

  20. @ Frantz

    Ce temps en effet nous coupe l’allant, mais je vois que vous fêtez superbement ce PONT D’ARCHE.
    Formidable texte, Frantz: un régal.
    Grand merci à vous et félicitations aussi.
    Le sujet est en marche car de pont en pont…
    Puis-je mettre votre poème en avant dans un sujet spécifique?ainsi que les photos envoyées?
    J’espère que votre we est bon malgré le temps pourri.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *