Surprise au jardin

le rosier dans la lumière

Le rosier avait une première floraison abondante et de toute beauté. Nous ne nous lassions pas d’admirer chaque rose à nulle autre pareille tant la nature se plaît à mélanger les tons en nous démontrant qu’avec une palette de quelques couleurs et beaucoup de lumière, les combinaisons se font à l’infini. Un bel hommage aux impressionnistes.

Mais voilà, les premières roses commençaient à faner et l’Homme monta sur la plus haute échelle pour faire un brin de ménage. Il s’y employait ardemment lorsqu’il fut arrêté dans son élan ! Entre les croisillons du mur et une branche de rosier : un nid… Dans le nid, un oiseau figé, qui ne bouge pas d’un pouce durant toute l’observation. Notre oiseau a eu chaud car le sécateur est arrivé à trente cm environ de son bec. L’Homme interdit s’arrêta in-extremis et finit par déclarer l’oiseau mort dans son nid.

Les premières photos furent infructueuses

Est-ce un oisillon qui avait viré tous ses frères et sœurs avant de décéder ?

La nuit porta conseil et le lendemain, nous partîmes en pèlerinage : on ne peut pas laisser un oiseau mort dans le nid !

apparition d’une queue noire.

Surprise : l’oiseau avait bougé pendant la nuit et nous offrait maintenant une belle queue noire puis apparut une tête qui nous dévisageait…

la clé du mystère

L’oiseau dit-mort n’était autre qu’une oiselle, une merlette en pleine couvaison.

Avec les chaleurs de ces derniers jours, elle souffrait, avait parfois le bec grand ouvert mais restait stoïque à son poste ne descendant qu’à la tombée de la nuit pour prendre plusieurs bains dans les sous-pots à la disposition des oiseaux dans le jardin.

J’ai d’ailleurs saisi au vol un autre merle venu se poser à côté de ma voiture et qui semblait « agoniser » alors que le thermomètre avoisinait les 35 degrés. Il était venu prendre un bain de terre sous les arbustes. J’ai eu juste le temps de sortir l’appareil photo du sac.

 

Pour ce qui est de notre fait divers du jardin,m’est revenue alors en tête l’attitude d’un merle dans les parages du rosier, il y a quelque temps déjà ; il était passé devant moi en me rasant et en faisant grand bruit. Avais-je dérangé en toute innocence l’installation du nid alors que je m’appliquais à photographier ces fameuses roses ?

En tous cas, maintenant, nous regardons de loin et je pense que la taille des roses fanées devra attendre. Nous notons l’intelligence des merles dans le choix du positionnement du nid :

le cadre tout d’abord : nid abrité par l’avant-toit, l’abri de jardin et le chêne à proximité, situé en hauteur et dans un endroit inaccessible aux chats, le choix du ravissant rosier des peintres (qui porte bien son nom), pourvu de piquants  conséquents, juste à côté du seringat double et des acanthes…

il tutoie la gouttière

fleur d’acanthe et ses feuilles si caractéristiques que l’on retrouve dans les motifs des bas-reliefs médiévaux

le parfum du seringat double alors que le simple a fini de fleurir.

tout contre le rosier

Parfois la merlette se met debout dans son nid pour se dégourdir les pattes

Affaire à suivre mais nous sommes ravis que notre jardin soit choisi par les merles.

Hier soir la merlette faisait respecter son territoire et fuir un merle intrus. Il semble qu’un nouveau merle chanteur soit sur son territoire… qui accessoirement est aussi un peu chez nous. 😎

 

Et pour toutes les photos impossibles à faire afin de ne pas perturber la couvaison, vous pouvez jeter un œil sur ce lien conseillé par Fifi que je remercie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags:

21 Responses to “Surprise au jardin”

  1. Pastelle Says:

    Une série vraiment très sympa, une jolie histoire.
    Et merci de me faire penser à remettre de l’eau pour les oiseaux !

  2. fifi Says:

    Une belle histoire de roses, de jardin, de merlette, de nid….
    Trouvée sur le net une vidéo qui va te parler. Tu verras la merlette dans la même position que sur la troisième photo :https://www.youtube.com/watch?v=Y7JVbiqtHc8

    Une belle occasion de faire le tour de ton jardin et de t’imaginer dans ce cadre 🙂

    Tu nous raconteras la suite…
    Je t’embrasse !

  3. Denise Says:

    Bonjour ma chère Maïté, ton billet est très poétique avec de magnifiques roses, différentes fleurs et la cerise sur le gâteau, la jolie merlette qui couve 🙂 Que cette nature est belle tout en poésie.
    Je crois que je vais aussi avoir un nid dans un arbuste car je vois une merlette faire des aller-retour, on verra!
    Il fait aussi très chaud chez nous.
    Bel après-midi avec toute mon amitié.
    Je t’embrasse ♥

  4. Anne Says:

    tout mon message envolé…………erreur?

  5. cerisemarithe Says:

    Qui de l’homme ou de l’oiseau était le plus surpris?
    Le premier s’avançait sans se douter,
    Le second le surveillait calmement, restant discret
    mais sûrement le cœur battant…
    Une rencontre du « 5ème type », en toute bienveillance
    et grand respect…
    Un domaine partagé, un cadre enchanteur,
    Et bientôt de nouveaux locataires
    qui auront à tout apprendre de la vie…
    Le coin est accueillant !
    On s’y installerait aussi volontiers !…

  6. Colo Says:

    Ça s’appelle « tomber sur un bec »!;-))

    Merci pour la belle histoire de votre jardin et des merles en chaleur…Superbes vos fleurs, Maïté!,vraiment. Ici aussi les roses sont superbes mais pas de fleurs d’acanthe…

    Une suite? Voyons…

    je t’embrasse

  7. Alienor Says:

    @ Pastelle
    merci d’être venue.
    Oui, l’eau est importante pour les oiseaux familiers de nos jardins.Nous leur en mettons à disposition toute l’année et ils sont habitués à venir boire et se baigner toute l’année, même quand il fait froid. Des pierres de rocaille à proximité leur servent d’endroit de séchage, souvent avant de retourner au bain! Les tourterelles, les merles et autres petits oiseaux y viennent.Nous avons remarqué qu’en principe, le merle est toujours accompagné d’un petit oiseau qui fait comme lui et cela quelque soit l’année.

  8. Alienor Says:

    @ Fifi
    merci d’avoir apporté avec toi toutes ces explications contenues dans le lien que je vais mettre d’ailleurs dans l’article.
    Dommage! Nous sommes sur le trajet de départ de la merlette et donc nous ne pouvons pas nous approcher davantage puisque le nid est dans un renfoncement de terrain entre le garage, l’abri et le mur de séparation d’avec les voisins. Nous ne pouvons pas faire plus de photos. Ainsi le reportage proposé est une mine d’explications. Il n’y a qu’un point sur lequel je ne suis pas tout à fait d’accord: le merle chanteur, me semble-t-il n’est pas le merle du couple…même s’il se la coule douce dans son rôle de superviseur de la couvaison, il semble qu’il ne chante pas. Le merle qui chante aussi bien dans la vidéo que chez nous est un autre en recherche de partenaire. Les merles chantent surtout au temps des amours. ensuite ils sont crevés lorsqu’ils prennent en charge la nourriture des petits. A la fin de l’été merlettes et merles sont en piteux état.
    Je t’embrasse fort.

  9. Alienor Says:

    @ Denise

    je savais que ce billet te plairait, toi qui aimes tant la nature. J’irai voir chez toi s’il y a des nouvelles du côté des merles aussi, eux qui ne se trompent pas en choisissant leur lieu de nidification.
    Merci à toi et bonne fin de semaine, chaude, froide, c’est selon les jours mais à coup sûr, la pluie est bienvenue, surtout lorsque la grêle ne s’invite pas.
    Je t’embrasse fort.

  10. Alienor Says:

    @ Anne
    Dommage… Il y a tant de causes qui peuvent faire envoler le message!Dommage que je n’aie pu te lire.

  11. Alienor Says:

    @ Cerisemarithé

    merci pour cet instant poétique bien tourné que j’apprécie à sa juste valeur, sachant aussi combien ton temps était compté.
    Merci aussi pour le clin d’œil sur » le coin accueillant » où on s’installerait bien volontiers. 😎

    Un jardin est un monde en miniature où il se passe beaucoup de petits événements qui font notre quotidien.
    Je t’embrasse.

  12. Alienor Says:

    @ Colo

    merci pour ton à-propos avec cette superbe expression laissant deviner ton amour de la langue.
    Une suite? je l’espère… Si nous avons la joie discrète de pouvoir approcher ; mais comme je l’ai expliqué plus haut, les merles ne pouvaient pas rêver endroit plus stratégique pour s’installer!Ils ont des leçons à nous donner en la matière.Rien à voir avec les mésanges qui me semblent beaucoup moins armées face aux prédateurs.
    Je t’embrasse.

  13. Sergio Says:

    La merlette voit la vie en rose. La description de l’instant vécu est remarquable. Tu nous fais entrer dans ton jardin. La vidéo s’allie parfaitement au texte : Que de belles séquences. Le printemps est une fête !

  14. fifi Says:

     » A la fin de l’été merlettes et merles sont en piteux état. », pas simple la vie de parents 🙂

    Pour le plaisir des yeux, je t’envoie un autre lien vers le site de Guy Thomas. : http://www.thomasguy.fr/

    Il a mis en place un abreuvoir pour les oiseaux, (voir les photos de 2015) ce qui lui permet de superbes images de baignades.

  15. fifi Says:

    ainsi qu’une vidéo 🙂

  16. Alienor Says:

    @ Sergio
    A ce jour, la merlette est toujours sur son nid, elle en est au 18 ème jour de couvaison…Les petits vont-ils jouer les prolongations pour sortir de l’œuf?

    Merci Sergio…

  17. Alienor Says:

    @ Fifi

    évidemment, son abreuvoir , c’est autre chose que nos sous-pots 😎 mais le résultat est le même… Les oiseaux prennent grand plaisir à venir se baigner, puis à se sécher sur les pierres.
    Merci Fifi. Voir les photos de Guy Thomas et ses films me passionne toujours.

    Tu peux aussi voir mes archives dans la catégorie » oiseaux »:

    http://www.eclats-de-mots.fr/category/oiseaux/page/2/

  18. Maria-D Says:

    La Beauté est à portée d’oeil et de main
    pour qui sait regarder et saisir avec le coeur

    J’aime.

  19. Alienor Says:

    @ Maria-D

    j’aime aussi cette attitude d’attention émerveillée.
    Merci à vous.

  20. sergio Says:

    Un carnet du jardin la narration de l’observation patiente est un régal. J’ai déjà vu et photographié l’écaille dorée. Mais ici en Bretagne son apparition n’est pas fréquente. J’ai des merles dans le jardin, mais ils font la raziza sur mes baies rouges. Les grives musiciennes sont fabuleuses, elles font également une razzia mais d’escargot. En plus elles sont très familières.

  21. Alienor Says:

    @ Sergio
    merci pour ta visite et la description de tes visiteurs. Ici j’ai aperçu une seule fois une grive musicienne, sans doute de passage.Il y aurait pourtant beaucoup d’escargots pour elle!

Leave a Reply