Archive for the ‘BORDEAUX’ Category

Du musée à la rue: des tableaux en rappel – 3-

mercredi, septembre 14th, 2016
????????????????????????????????????

L’historique façade de Castéja

L’ancien Hôtel de police de Castéja à Bordeaux avait retrouvé une vie trépidante  lors de l’été 2015 avec l’exposition de street art TRANSFERT5. Cet été, nouvelle initiative de street art mais sur les murs extérieurs : ils sont ornés de figures géantes empruntées à trois tableaux du MUSÉE DES BEAUX-ARTS.

http://www.musba-bordeaux.fr/

 

Il s’agit cette fois d’amener le musée dans la rue. L’artiste JULIEN DE CASABLANCA, photographe et cinéaste  a donné une deuxième vie artistique à cet immeuble imposant qui sera réhabilité dans un futur proche par Gironde Habitat.

Les trois fresques de 20 m de haut ont été collées et dureront ce que durera l’été. Lorsque je les ai photographiées, le temps avait fait son œuvre (et/ou les passants) . Les personnages ont été photographiés, détourés , découpés en une vingtaine de parties agrandies et collées sur du papier.

Ce travail de photographie et de collage  des personnages originaux  mesurant entre  cinquante centimètres et un mètre fait partie d’un projet intitulé OUTINGS PROJECT déjà expérimenté à San Francisco, Hong Kong et Genève mais aussi à Angers en France.

http://www.outings-project.org/about

Julien de Casablanca a choisi

1-LE VIEUX CARRIER d’ALFRED ROLL

????????????????????????????????????

Le vieux carrier

????????????????????????????????????

impressionnant

2-Un personnage extrait des HÉRITIERS de JEAN-EUGÈNE BULAND

????????????????????????????????????

le personnage des Héritiers est déjà très abîmé en bas d’immeuble.

Et

3-Une FEMME NUE de GEORGES DORIGNAC

????????????????????????????????????

peu visible mais la taille du passant donne l’échelle de grandeur.

Vous pouvez vous faire une idée des originaux sur ces liens trouvés ici ou là:

http://art.rmngp.fr/fr/library/artworks/alfred-roll_le-vieux-carrier_1878

http://peinturesetpoesies.blog50.com/archive/2010/04/05/jean-eugene-buland-1852-1926.html

https://www.flickr.com/photos/magika2000/26138128935

La saison d’été 2016 à Bordeaux étant très riche, il me reste encore à me faire l’écho de plusieurs visites.

 

La Base sous-marine, JR, Ellis : Chemins croisés de la mémoire -2-

dimanche, septembre 4th, 2016
????????????????????????????????????

Un mur de visages nous accueille. Ce n’est qu’un début.

J’avais fait connaissance avec quelques œuvres photographiques de l’artiste de street art  JR au château Labottière et j’imaginais déjà l’ampleur de son travail partout dans le monde.

DSC_3627

Le voici pour quelques jours encore à la Base sous-marine avec son film court-métrage de 15 mn si particulier puisque le film poignant se reflète dans le bassin d’une alvéole de la Base.

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Dès notre arrivée, nous sommes mis en condition et happés par tous ces visages de bordelais, de visiteurs accourus dès les premiers jours de l’exposition pour se faire tirer le portrait et entrer dans  le fameux projet « Inside out » de JR. 700 photos ont été ainsi collées.

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

DSC_3661

Les visages sont partout sur les murs de la forteresse en béton, sur les piliers de soutènement, sur le sol. Ils nous ouvrent le chemin et nous conduisent en croix vers la salle de projection.

J’ai vu le film la semaine dernière et j’ai été happée par la force de ce lieu  qui accueillit  à Ellis Island, à New York, des migrants de 1892 à 1954.

15 minutes suffisent pour raconter le point de passage obligé de tous les migrants. JR a travaillé à partir des archives et installé pour faire revivre la mémoire des lieux une vingtaine de collages.

Que de contrastes entre nos visages souriants et ceux qui ont hanté ces lieux sinistres!

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Nombreux sont ceux qui ont essayé

????????????????????????????????????

Des milliers de personnes sont passées par ici

Que de similitudes entre cette Base sous-marine où je ne pénètre jamais sans avoir une pensée pour tous ces prisonniers et exilés qui la construisirent sous la férule des allemands et payèrent souvent de leur vie liée pour certains à tout jamais au béton. Une stèle à la mémoire des Républicains espagnols nous le rappelle au dehors.

La Base sous-marine attire et repousse.
Les expositions d’une grande qualité y sont toujours gratuites.

Le film de JR fait partie d’un projet plus vaste : « Unframed Ellis Islands »   pour lequel je mets des liens à la fin de l’article.

????????????????????????????????????

A tous ceux qui ont réussi

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Je suis le fantôme de ceux qui n’y sont jamais parvenus

J’ai beaucoup aimé ce court-métrage si actuel ; j’ai ressenti une grande émotion en pensant à ces flots de migrants qui jamais ne se tarissent tant il y a des foyers de conflits dans le monde. La personnalité de Robert de Niro avec sa sobriété et les mouvements lents happés par les reflets se marie à merveille au scénario d’ Éric Roth.

La magie de JR consiste à faire se rencontrer des espaces improbables avec des personnages incisifs, le tout  au service de l’Histoire et des grandes causes que l’on ne défend jamais assez joue à plein. C’est poignant, beau dans l’horrible suggéré : c’est une expérience unique. J’en ai été troublée.

Aussi ai-je souhaité revoir le film et parcourir la galerie de portraits locaux encore une fois aujourd’hui. Cette deuxième lecture m’était nécessaire pour m’imprégner encore plus de l’atmosphère

Il neigeait sur Ellis Island quand le film a été tourné : c’est un monde que je n’oublierai pas.

????????????????????????????????????

clap de fin.

Remarque: j’ai pris aujourd’hui quelques photos du film dans un coin de la salle, volontairement, pour ne pas gêner les spectateurs.

http://www.jr-art.net/fr

 

http://www.jr-art.net/fr/news/unframed-ellis-island

????????????????????????????????????

Mémorial des Républicains espagnols

????????????????????????????????????

Devoir de mémoire

 

 

La Nao Victoria à Bordeaux: le souvenir de Magellan

vendredi, octobre 23rd, 2015
????????????????????????????????????

La caraque et le Pont de pierre

Bordeaux le 17 octobre 2015

La Nao Victoria est arrivée à quai depuis quelques jours déjà. Nous avons encore dans la mémoire l’image de L’Hermione et la première impression sera la surprise. Nous avons affaire à la réplique d’un bateau de 28 m parti naviguer en 1519, soit 2 siècles avant l’Hermione. La Nao Victoria est une caraque, vraie coque de noix de par ses petites dimensions et sa coque arrondie se terminant par une poupe effilée, qui ne l’ont pas empêchée de faire le tour du monde sur les traces de son aînée. Ses trois-mâts supportent 286 m2 de voile à déployer à la force des poignets. , Toutes les manœuvres se font à la main, comme au XVIème siècle avec 15 membres d’équipage seulement.

????????????????????????????????????

une coque de noix

La première Nao Victoria du nom était partie de Séville, en 1519, au sein d’une flotte composée de 5 navires et 240 hommes sous le commandement de Magellan et Faleiro nommés capitaines par Charles 1er, futur Charles Quint . L’objectif fixé consistait à découvrir la route occidentale des îles aux épices (en Indonésie). Les équipages étaient constitués de plusieurs nationalités : des espagnols, portugais, italiens, grecs ou encore français…

????????????????????????????????????

la proue

 

????????????????????????????????????

la ligne effilée de la poupe

En 1522, seuls 18 hommes reviendront à bord de la Victoria après de nombreuses péripéties, mais sans Magellan tué lors d’une attaque par une flèche empoisonnée. Les instruments de l’époque : astrolabe, bâton de Jacob et cadran étaient utilisés pour mesurer la hauteur du soleil au-dessus de l’horizon et déterminer la position des bateaux. Pour mesurer la profondeur des fonds marins, on utilisait une sonde ou plomb de sonde.

????????????????????????????????????

la noire Victoria dans le port de la lune

Il faudra attendre 58 ans pour connaître le 2 ème tour du monde  à la voile. Le Détroit de Magellan, ouvrant le passage vers le Pacifique, quant à lui, sera abandonné pendant plusieurs siècles.

????????????????????????????????????

au plus près de la coque

L’ensemble du voyage est connu grâce à des documents d’époque, notamment Le Journal de Magellan rédigé par un des survivants.
La réplique de la Nao Victoria a été présentée à l’exposition universelle à Séville en 1992 après 8 mois de travaux intensifs. En 2006, après 2 ans passés sur les mers du globe, la Nao Victoria devient la première réplique de navire à avoir fait le tour du monde.

620px-Magellan_Elcano_Circumnavigation-fr.svg

carte trouvée sur le net

????????????????????????????????????

La hune d’un mât

Fernand Magellan à l'honneur

Fernand de Magellan à l’honneur

????????????????????????????????????

silhouette de la Nao Victoria

Nous avons eu la chance de pouvoir monter à bord et de pouvoir faire quelques photos malgré l’affluence bien compréhensible. Sur le navire, une exposition retrace l’aventure avec panneaux explicatifs, fac-similés de documents, visite des différents ponts et de la cale, reconstitution des lieux de vie.

????????????????????????????????????

la cabine du commandant de bord

????????????????????????????????????

Les couchettes des hommes de bord dans la cale

J’étais très heureuse d’avoir pu monter à bord mais je suis décidément une femme de terre ; je n’ai pu profiter à plein de la visite car la Nao Victoria bougeait; surtout sur le pont supérieur… Alors j’ai imaginé le tour du monde avec le plancher courbe, le roulis, le tangage…

????????????????????????????????????

aiguillot et gouvernail

« Je me suis embarqué sur un vaisseau qui danse
Et roule bord sur bord et tangue et se balance,
Mes pieds ont oublié la terre et ses chemins
Les vagues souples m’ont appris d’autres cadences
Plus belles que le rythme las des chants humains. »

écrivait Jean de la Ville de Mirmont… Je ne suis pas faite de cette étoffe-ci: mes pieds n’avaient qu’une hâte: retrouver la terre ferme.

????????????????????????????????????

ancre et cordages.

photos M et J Ladrat

 

Fin de l’été métropolitain:un loup de plus dans la ville

lundi, septembre 7th, 2015

Rue Abria, mercredi 2 septembre, dernière rencontre de ZARB avec le public.

????????????????????????????????????

?la dernière main?

????????????????????????????????????

l’art des volutes

????????????????????????????????????

harmonie du geste

????????????????????????????????????

gros plan

????????????????????????????????????

planètes bille

????????????????????????????????????

les dents de la fenêtre

????????????????????????????????????

mouvement inexorable

????????????????????????????????????

tout est parti d’ici

Les yeux dans les yeux avec le loup

Quand le loup n’y est pas, éclate le jour comme une orange bien mûre

Et le mur fait des bulles, des billes pétillantes, roulant vers l’infini.

Le jour est blanc, et son trop-plein de lumière se réfléchit dans le miroir

 Il est acidulé au goût de citron éclaboussé ; il flamme, il enflamme

Il fume poussière et volutes, génie ourlé de dentelle issu de la bouteille

De l’arc-en- rêve s’élève l’arbre au bord des bancs où les amoureux

Se retrouvent, seuls au monde dans l’été métropolitain finissant.

♥♥♥

Soudain le loup surgit ; de là-haut il a quitté son étoile

Ou à peine ébauché il avait tracé son paradis.

Est-ce ta truffe brodée au point de velours

Qui te donne l’odeur d’un monde délétère

Est-ce ton regard en amande, délicatement souligné

Qui nous interroge, nous fouille, nous met au pied du mur ?

Pauvre loup perdu dans la ville, matrice du bien,

 Matrice du mal, tu  as la puissance de ton mythe.

J’ai cru voir couler une larme

Une seule

Face

à

La

Folie

Humaine.

♥ Maïté L/ 07/09/15

 

«  Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !

Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,

C’est vous qui le savez, sublimes animaux !

Et ton dernier regard m’est allé droit au cœur !(Alfred de Vigny/ La mort du loup)

????????????????????????????????????

le loup et les flammes

????????????????????????????????????

le loup dévoilé. Ma bouche comme un ô!

????????????????????????????????????

Magie du regard. Regard blessé.

Le lion surgit dans sa robe de feu –4–

samedi, août 29th, 2015

samedi 29 août

la fresque rue de Buhan est maintenant achevée.

????????????????????????????????????

surprise?

Sous la patte de Zarb et sa signature a surgi la bête sauvage qui vient apprivoiser ce coin de mur.

????????????????????????????????????

le lion a-t-il quitté l’arc-en-ciel pour une prison?

 

Après l’arc-en-ciel , il est là ,sacré lion, plein de bonté, happant au passage le regard du spectateur. Si beau et un rien triste…

????????????????????????????????????

face à nous humains pas si humains; face à nous spectateurs voyeurs.

 

« Alors, avec une stupeur émerveillée, où, instant pas instant, se dissipait ma crainte, je vis dans le regard que le grand lion du Kilimandjaro tenait fixé sur moi des expressions qui m’étaient lisibles, qui appartenaient à mon espèce, que je pouvais nommer une à une : la curiosité, la bonhomie, la bienveillance, la générosité du puissant. »

Joseph Kessel/ Le Lion

????????????????????????????????????

Les yeux dans les yeux

 

 

Zarb sur l’échelle de l’arc-en-ciel, rue Buhan –3–

lundi, août 24th, 2015

Bordeaux,mercredi 19 août :

Le secret du 2 ème mur avait été bien gardé jusqu’au dernier moment aiguisant  la curiosité de ceux qui s’étaient pris au jeu « d’un mur, un soir ».

« L’espace pictural est un mur mais tous les oiseaux du monde y volent librement.

A toutes profondeurs »NICOLAS DE STAËL

????????????????????????????????????

premières volutes sur le mur en bois  passé au blanc puis mis en panneaux de couleurs

Le deuxième mur proposé pour la rencontre avec le public, rue Buhan était très accessible, situé en centre-ville et très différent du mur précédent rive droite. Une réalisation aperçue depuis le tram alors que nous approchions du lieu, me sembla avoir quelque similitude avec le style de ZARB.Je le montrerai plus tard.

????????????????????????????????????

le décor est planté. La performance commence.

En parcourant la rue Buhan dont nous ne connaissions qu’une partie, nous aperçûmes également une réalisation  de ZARB.

????????????????????????????????????

Vive l’été métropolitain

????????????????????????????????????

en haut, en bas.

20h : ZARB était déjà  à l’œuvre , tout au bout de la rue Buhan,devant un petit comité composé et recomposé au fil de la soirée. Bien sûr le lieu avait le désavantage de la proximité d’un feu tricolore : les automobilistes pouvaient ainsi découvrir fortuitement un grapheur à l’œuvre et nous, faire le plein de particules. Mais les murs autorisés ne courent sans doute pas la ville. Celui-ci, appartenant à un propriétaire privé, avait auparavant été graphé par ZARB ; il changeait donc le décor à l’occasion de cette performance menée dans le cadre de « L’été métropolitain »

????????????????????????????????????

pause pour Zarb. à sa droite, Flora Stich/ The Desk

Parmi les spectateurs se trouvait FLORA STICH de THE DESK impliquée dans l’organisation de ces initiatives et lorsque ZARB fit une pause, la discussion s’engagea tout naturellement.

????????????????????????????????????

le tracé s’enrichit de nuances

La soirée fut un moment de pur bonheur qui nous transporta loin, très loin dans un monde de calme, d’harmonie, de couleurs, de volutes, de savoir-faire et de partage. Partage avec ceux qui connaissent le travail de ZARB depuis longtemps, ceux qui le découvrent, ceux qui parfois ont hanté le quartier et le connaissent comme cet ancien SDF qui  a trouvé travail et logement et s’est arrêté pour serrer la main de ZARB. Partage aussi avec cette dame de 86 ans qui s’intéresse au street art, art qui fut longtemps synonyme de rejet.

????????????????????????????????????

instants successifs

ZARB est un artiste très accessible, d’une grande gentillesse et disponibilité et d’un calme… Il accepta de répondre aux questions qui doivent lui être posées mille fois, tout naturellement, tout en étant à l’écoute des spectateurs.

????????????????????????????????????

proximité avec l’artiste

????????????????????????????????????

zoom et odeur de bombe

Autant, avenue Thiers, nous étions restés observateurs, prenant la température de la soirée sans oser nous immiscer dans ce qui nous apparaissait comme un parterre initié et assez jeune et parce que nous étions somme toute assez ignorants, autant là, le cocon du centre-ville, la taille plus réduite du mur, favorisait la rencontre avec l’artiste et les échanges entre spectateurs.

????????????????????????????????????

précision du tracé et maîtrise du geste admirables

Cette soirée fut un moment fort.

????????????????????????????????????

au carrefour de la rue Buhan et du cours Victor Hugo

ZARB est un artiste urbain d’une grande sensibilité qui met en adéquation le lieu, le contexte et le temps. Il prend les pulsations de la ville et a bien compris que ce qui manque le plus ce sont les couleurs de la vie, les vibrations qu’elles apportent, servies par des mouvements harmonieux.

Il se dit autodidacte, ce qui lui donne une fraîcheur d’approche. Il aurait aimé avoir une formation. Mais qui dit autodidacte, ne dit pas vierge de connaissances.

????????????????????????????????????

elle fait souvent partie du jeu

La force qui est en ZARB se nourrit de nombreuses recherches personnelles et son improvisation, sans maquette préalable, est l’aboutissement d’une longue, très longue maturation, d’une évolution au fil du temps.

????????????????????????????????????

à cache-cache

Pour ma part, durant cette soirée, je ne pus m’empêcher de rapprocher le travail de ZARB de celui du landartiste ROGER DAUTAIS ;  chacun à leur manière investit l’Espace-Temps. C’est d’ailleurs le titre de la dernière composition que ROGER m’a dédiée le 13 août

 http://rogerdautais.blogspot.fr/

????????????????????????????????????

voir dans le tableau

Espace-Temps : tout un programme. Espace urbain où les hommes-fourmis se glissent pour ZARB des vagues, des chimères, des visages… espace  terre-mer et ciel pour ROGER où l’infiniment petit et harmonieux au regard de l’espace s’inscrit dans les saisons à côté du théâtre de tragédie où se meut le monde.

????????????????????????????????????

sous tous les angles

????????????????????????????????????

J’aime et me laisse envoûter

« Chaque citoyen, sur l’horloge tournante de la terre, se sent comme délégué à la représentation d’un fragment de la durée, à la garde fugitive d’une seconde, à la manœuvre d’un éclair particulier,- et c’est l’ensemble de ces points lumineux, bougeant et s’entrecroisant comme les signaux d’une gare dans la nuit, qui compose les heures successives de tous les hommes. » JEAN TARDIEU/ La part de l’ombre.

????????????????????????????????????

vision juste avant de quitter le lieu sous les réverbères

DSC_0839Samedi 22 août, nous guettons l’avancement.

DSC_0845

un détail… Et la suite pour bientôt, le 3 ème mur ayant été dévoilé.

Achèvement de la fresque n° 1 de Zarb: le rêve à portée de regard–2–

dimanche, août 23rd, 2015

dimanche 23 août, avenue Thiers

????????????????????????????????????

admiration. Jubilation.

il fallait retourner sur les lieux pour voir la fresque terminée par ZARB.

????????????????????????????????????

l’équilibre dans les transversales aussi

 

Elle s’est étoffée au fil des jours et nous transporte au gré de ses planètes, de sa vague, de son regard vers un paysage-visage, arbre, ciel de la connaissance où le jour et la nuit loin de se téléscoper se retrouvent dans cet entre-deux.

????????????????????????????????????

l’iris se visite au rythme des continents

L’œil voit, l’œil se laisse voir…

Lune, soleil, ciel étoilé sont là pour nous donner le nord tandis que la vague surgit en trompe-l’œil. Plans réels, cubes braqués sur le rêve, yin et yang, face d’ombre, arbre chimérique, face solaire où ZARB croque de façon gourmande et généreuse dans l’orange.

????????????????????????????????????

entre l’homme et l’arbre, tant de parenté

????????????????????????????????????

sur la voie lactée

La signature FULLCOLOR côtoie les cieux, pour le meilleur.

????????????????????????????????????

nous sommes ici mais aussi ailleurs, plus au sud, ou bien en nous, l’horizon est chimérique.

????????????????????????????????????

avec le ciel pour témoin.

Bravo l’artiste! 

à très vite, sur le mur suivant!

 

Zarb plante le décor: il graphe le mur en bonne compagnie–1–

mercredi, août 5th, 2015

Mardi 28 juillet 2015, avenue Thiers

Ce sera une demi- journée consacrée au street art, mais je parlerai de l’après-midi plus tard.

Pourtant ce soir-là, il fallait s’armer de patience pour arriver au rendez-vous rive droite depuis Bordeaux rive gauche: le tram décharge tous ses voyageurs 2 arrêts plus loin que celui où nous montons: panne d’une rame… Heureusement, une navette sous la forme d’un bus articulé et rapidement bondé car loin d’avoir la capacité du tram prend la relève: c’est une chance quand même! Il faut descendre bien avant l’arrêt où le tram reprendra son périple et marcher un bout de chemin: cela ne nous fait pas peur! Le franchissement de la Garonne ne nous permettra pas d’admirer le Pont de pierre tant nous sommes serrés, compressés… Mais nous finirons par arriver. et découvrirons le presque aboutissement du travail de Zarb.

????????????????????????????????????

Zarb se repose. Nous admirons.

L’ambiance est bon enfant et nous essayons de deviner qui est Zarb dans ces divers groupe de discussion.

Zarb, appartient au collectif FullColor. Cet artiste originaire de la rive droite, a eu 15 jours pour réaliser une performance sur  le mur à l’angle de l’avenue Thiers et de la rue Antoine-Monier.

????????????????????????????????????

Un arbre magique a poussé en quelques jours

 

????????????????????????????????????

une chimère

????????????????????????????????????

ombres, lumière, mouvement: le décor est planté

La fresque n°1  en cours de réalisation était visible tous les jours depuis la route et la ligne A du tram qui relie les deux rives de la Garonne.

La performance  placée sous l’égide de Bordeaux Métropole, dans le cadre de L’été métropolitain 2015  offre au public la possibilité d’assister à l’élaboration de l’œuvre en direct et de rencontrer l’artiste.

Deux mois, deux lieux, deux murs… L’un rive droite, l’autre rive gauche, (nous attendons que soit dévoilé le lieu)l’un en juillet, l’autre en août, et six occasions privilégiées de le rencontrer (3 rencontres en juillet, 2 en août, 1 en septembre).

????????????????????????????????????

Zarb manoeuvre avant de s’équiper.

Ce soir-là, le vent est de la partie lorsque Zarb prend place dans l’élévateur électrique.Nous pourrons ensuite admirer la précision et l’élégance de son geste.

????????????????????????????????????

ce soir Zarb revient à son amour de bombe

????????????????????????????????????

précision, flou orchestré…

????????????????????????????????????

Jeux d’ombre et d’ambre des derniers rayons

Zarb graphe depuis une quinzaine d’années et aime  changer de décor. Aussi intervient-il ici en recouvrant une de ses propres réalisations.

????????????????????????????????????

Je est un autre

????????????????????????????????????

c’est haut, très haut!

????????????????????????????????????

concentration

https://fr-fr.facebook.com/fullcoloriginal

????????????????????????????????????

jeux de main

Lorsque nous quittons les lieux, à la nuit, Zarb fait à nouveau une pause, s’éloigne pour apprécier ce qu’il vient d’ajouter, pour juger de ce qui reste à faire, prend ses repères sur l’espace mur vu dans son ensemble, reprend sa discussion avec les uns, les autres.

On avance dans la découverte du street art…

Murs de rêve. Le skatepark à Bordeaux

mardi, juillet 28th, 2015

au skatepark

Bordeaux, au Skatepark, sur les quais.

Ils sont là avec leurs roues-soleil…

 

Mais je cligne des yeux et

Que vois-je : le vélo silencieux

 

Quitter le mur où il était au repos

Le voilà parti par monts et par vaux

 

Ne laissant que son empreinte

Entre les obstacles urbains déjà il feinte

 

Il caresse les bosses, disparaît dans les creux

S’envole soudain vers les cieux

 

Il n’a que faire de la marée

Venue de son écume irisée

 

Lécher les prémices de son élan magique

Et fendre l’air de sa douce  musique

 

Après le mur où il s’adossait

Un autre mur semble l’arrêter

 

Mais rien n’est insurmontable

Pour une monture redoutable

 

Mur après mur, dans les creux, sur les crêtes

Hardiment lancé il poursuit de l’espace sa quête

 

L’artiste semble s’accrocher, persévérer

Avec un cœur d’enfant et par l’engin emporté

 

Le voilà comme un point à l’horizon

Le rêve a pris le relais de la passion.

Maïté L

 

http://urbstreet.fr/07/arts/streetart/street-art-fullcolor-x-skatepark-bordeaux/

 

Au Jardin de la Béchade, les épouvantails et la surprise du lundi matin ! –2–

jeudi, juillet 2nd, 2015
????????????????????????????????????

je suis dans le vent

????????????????????????????????????

la grenouille se marie avec un épouvantail…

Si quelqu’un en doutait encore, les épouvantails ont une vie après la journée en compagnie des jardiniers et des promeneurs, mais pas celle à laquelle j’avais pensé dans mon billet précédent.

????????????????????????????????????

moi « Drôle d’Oiseau »… Il y a pire!

Les nuits des épouvantails ne se ressemblent pas ;  aux conciliabules avec les oiseaux du petit parc il a fallu ajouter la bêtise humaine et l’instinct de destruction de drôles d’oiseaux de passage!

????????????????????????????????????

Pauvre oiseau en miettes!

Ils ne se sont pas sentis en empathie avec le « Drôle d’oiseau » à moins que ce dernier ne leur ait renvoyé en miroir ces mots drôles qui leur allaient comme un gant (de boxe).

????????????????????????????????????

ça swingue par-ici!

A croire que tous ne sont pas poètes et qu’un peu plus de poésie dans notre monde serait bienvenue. Mais ils sont incapables d’autres actions que celle d’instiller du sable dans les rouages de la société !

????????????????????????????????????

épouvantail carnacavaleur

????????????????????????????????????

N’œil?

Comme si cela pouvait résoudre leurs problèmes existentiels de détruire le calme et la beauté, l’amitié et le partage !

????????????????????????????????????

lui non plus n’a pas été épargné

????????????????????????????????????

sexy girl

????????????????????????????????????

tu surveilles les artichauts?

J’étais de passage ce lundi matin pour glaner je ne sais quelle photo supplémentaire lorsque j’ai pu constater que la consternation régnait à l’entrée des Jardins de Bacchus : les épouvantails avaient dans le meilleur des cas échappé à l’arrachage, prenaient un air penché où avaient abouti en miettes loin de leur place d’origine… Quand ils n’avaient pas tout simplement disparu!

????????????????????????????????????

j’éponge les soucis!

????????????????????????????????????

gros plan

Je suis  contente de pouvoir témoigner par mes photos du travail accompli car si les vandales s’attendaient à voir  les personnes découvrant le saccage baisser les bras, ce fut peine perdue ! Aussitôt les petites mains déployèrent leur énergie pour effacer le passage des indésirables.

????????????????????????????????????

je prends mes aises en guise de haie

????????????????????????????????????

tu fais l’avion?

Dans le petit jardin

j’entre presque en catimini

Pour ne pas déranger les jardiniers

Cachés derrière les épouvantails.

C’est soudain la valse des arrosoirs

Ou le nuage de bouillie bordelaise.

Le partage de saveurs

Le partage d’informations.

Tandis que les  verveines de Buenos Aires

S’agitent au vent

Les capucines font la cour

A Sire Bacchus sur sa caisse en bois.

Les artichauts perchés tout en haut

S’éclairent doucement au soleil du matin

Les pois chiches et les souvenirs d’un ailleurs

Les légumes de saison

Montrent que Les Jardiniers

Jonglent avec le calendrier lunaire

et la météo de ce petit coin de terre.

Ils  réapprennent le contact avec la nature,

Ils  participent à la vie de ce poumon vert

Bien agréable en ville .

C’est un petit coin calme

Qui la nuit s’endort-en principe-

Il laisse derrière ses grilles

Les rumeurs, les peines et l’affolement de la ville

C’est une parenthèse heureuse

Une bulle bienfaisante

Entourée de ses grands arbres.

????????????????????????????????????

un rien de bonhomie et de naïveté

????????????????????????????????????

balai brosse unijambiste?

Me revient alors  ce refrain de Jacques Dutronc :

« De grâce, de grâce, monsieur le promoteur,

De grâce, de grâce, préservez cette grâce

De grâce, de grâce, monsieur le promoteur

Ne coupez pas mes fleurs »

????????????????????????????????????

la bouche en coeur

Quelle chance nous avons de tenir à distance l’homme amoureux des parpaings

????????????????????????????????????

Tu faisais quoi, toi?

« un homme qui au revers de son veston

Portait une fleur de béton »

Jacques Dutronc

Longue vie aux jardiniers, à leurs épouvantails et que le grand Cric croque les croquants de la nuit malintentionnés dont le passage ne laisse pas de trace de toute manière.

????????????????????????????????????

ouf, sauvé, l’Anatole!

Un bel été à tous les visiteurs et que les légumes et les épouvantails continuent à danser au clair de lune.

????????????????????????????????????

épouvantail au féminin, très élégante

 

Maïté L