Archive for the ‘oiseaux’ Category

Chez les foulques macroules

Samedi, janvier 12th, 2013

Lors de la promenade au bord d’un lac de haute montagne,

nous avons d’abord aperçu le ballet des foulques macroules défendant leur territoire énergiquement tout autour des roselières où se trouvaient leurs nids. Les intrus, en l’occurrence ici des canards n’avaient plus qu’à filer doux, loin de leur progéniture.

DSC_0476

Trois petits esseulés, mais pas pour longtemps.

DSC_0477

Bien vite réunis!

Qu’il est doux pour moi, poussin reconnaissable à ma couleur rouge sur la tête, d’être contre mon parent!

DSC_0479

DSC_0480

Pas de problème, vous pouvez m’admirer!

Corps trapu,couleur gris foncé petite tête ronde noire avec bec et plaque frontale blanche.

DSC_0483

Me voici dans le vent.

DSC_0484

Un petit tour sur la berge

Mais

DSC_0490

Bien vite il me faut aller à la pêche: mes poussins piaillent car ils ont faim!

Je plonge avec un petit saut et ressors rapidement; dans le bec de la verdure arrachée aux profondeurs.Le temps du nourrissage est venu: chacun son tour.

DSC_0486

Toutes les photos ont été prises en été, au bord du lac de Morgins (Suisse).

Pour en savoir plus:

 

http://www.oiseaux.net/oiseaux/foulque.macroule.html

A la mode de…

Mercredi, avril 11th, 2012

***

Un merle sur l’appentis haut perché

Tenait en son bec des propos printaniers.

Gonflant ses plumes par la pluie froissées

 Et se secouant sans arrêt, comme un prunier,

Il lui importait d’être  bien plus que princier,

De convier dans son royaume, haut et fort

La belle promise à plusieurs couvées

 Et de ses amours se faire le troubadour.

La girouette à tous les vents capricieux vouée

Faillit en perdre l’équilibre et le nord.

Le merle plein ouest ouvrait grand le bec

Gonflait sa gorge, piétinait et d’audace

Trillait, sifflait, et s’assoiffait sur la scène

Avant de redevenir un simple oiseau du jardin.

Il lui fallut bien redescendre au ras des pâquerettes

Boire à petites gorgées répétées car il s’était démené

Et s’ébrouer généreusement dans le baquet  prévu à cet effet.

Devant un public ravi, et qui ne ménagea pas ses compliments,

Il décida qu’on l’y reprendrait à venir réchauffer l’atmosphère

Des jours mouillés d’un temps pas toujours grisant.

Maïté L

 

 

***

*******

Photos  à la mode de  chez nous.

Oiseaux de rencontre-2-

Vendredi, mars 16th, 2012

Comme nous quittions les grues dans leur champ doré par la lumière du couchant,un peu plus loin, en pleine campagne, en voilà un, sûr de son effet, qui entreprit de traverser la route devant la voiture. Juste le temps d’attraper l’appareil photo.

Solitaire, l’aigrette garzette échafaude sans doute son plan pour convoler;  en période nuptiale, elle porte deux longues plumes sur la nuque.

La spatule, reconnaissable à son bec avec lequel elle balaie le fond de l’eau de droite à gauche et vice-versa ne craint pas les -8 degrés ambiants.Le Domaine de certes a ce jour-là des allures de banquise.

Monsieur le chevalier gambette est un limicole. Au pays des échasses, rien d’étonnant.

En parfaite tenue de reine du givre et de la glace, le vol de l’aigrette, me semble-t-il se confond avec le paysage. Nous ressemblons à des ours polaires . Les réflexes sont un peu amoindris et l’appareil photo a froid mais l’envol est saisi malgré tout.

Une foulque, deux foulques glissent sur l’eau.

Dans l’équation du soir, sur le lac déserté, l’inconnue X ne gardera pas longtemps son masque (ou alors il faudrait lui clouer le bec).

Quelques rides sur l’eau, un survol de mouette rieuse: les poissons  filent doux.

A moins que l’X rieuse ne se laisse doucement bercer par les clapotis du rivage.

Chut! à pas de velours, nous quittons les lieux.

Nous avons hâte de retrouver chez nous notre couple de merles qui a tenu à nous accompagner jusqu’au portail lorsque nous avons quitté la maison le matin.

La photo n’est pas de très grande qualité mais vous imaginez notre surprise. Là aussi, il a fallu sortir l’appareil photo et la prendre à travers le pare-brise.

Nous avons hâte aussi de retrouver nos amoureux qui en profitent souvent pour se bécoter:

Photos: Maïté L

Oiseaux de rencontre

Mardi, mars 13th, 2012

La route est à nous les  bernaches du Canada!

Promenade au bord de l’eau des oies à tête barrée.

L’ ouette d’Egypte a bien dressé ses petits

Le grand chic: pattes et bec roses

A grands coups de trompette et de sifflements, veuillez-vous mettre en rang!

 Le ballet aquatique peut commencer!

Il existe des arbres à papillons et des arbres à cormorans.

Et des escadrilles de canards suisses

Et puis il y a les solitaires

les boudeurs,

les fatigués

Les étourdis

Ceux qui perdent leur maman dans la foule

Ceux qui font semblant d’être étourdis

fatigués

Le printemps s’écrit aussi dans le ciel: les grues cendrées

Samedi, mars 3rd, 2012

L’automne 2011 n’en finissait pas d’ étirer sa douceur , aussi les cortèges de grues cendrées  prenaient leur temps pour passer au-dessus de l’agglomération bordelaise .

Quand nous entendions les « krrou, krrou » caractéristiques de leur passage haut dans le ciel, nous sortions pour constater leurs vols en grand nombre et nous restions en admiration devant leur organisation en « V » et leurs  passages des relais.

Mais à l’approche de l’hiver 2011, les grues passèrent jusqu’à fin novembre avec un bon mois de retard par rapport aux années précédentes.

Parfois, nous les entendions de nuit  aux alentours de 22h et je me prenais à rêver.Peut-être avaient-elles du retard et ne pouvant gagner leur escale nocturne, allaient-elles se poser non loin de mon domicile, sur quelque endroit dégagé. Mais bien vite leurs cris cessaient et la rencontre avec elles ne serait pas encore pour cette fois…

L’hiver passa et  dans les conversations revenait la preuve de leur présence ici ou là, dans les Landes de Gascogne.

 

Nous étions au début février lorsqu’en circulant dans le nord des Landes, j’aperçus dans les grands champs dévolus à la culture du maïs une multitude de taches blanches .Je compris assez vite de quoi il retournait.

 

L’appareil photo n’étant jamais loin, si ma vue ne me permettait pas de me faire une idée précise(mais le rêve  pallie aux  manques), j’immobilisai la voiture et je partis vers le champ: des grues étaient là en très grand nombre.J’ai assisté à leur repas et à leur envol .

 

Bien sûr, la distance entre elles et moi était grande et je n’ai pu faire mieux.La grue cendrée a beau être l’un des plus grands oiseaux d’Europe, elle est très prudente. A voir sa taille dans le champ, vous pouvez imaginer la distance nous séparant. N’empêche! J’étais comblée!

 

Nous passons chaque semaine dans le coin et autant vous dire que les semaines suivantes,  j’ai ralenti espérant que le miracle allait se reproduire….Nous avons aperçu des sujets  isolés mais plus de groupe aussi dense.

 

Cependant,la chance m’ a souri une seconde fois lorsqu’un soir ensoleillé, sur la route du retour(une route différente empruntée à dessein) trois grues cendrées s’alimentaient dans les grands champs,en gardant un œil à tour de rôle sur  nous.

 

Une hirondelle ne fait pas le printemps, dit-on, mais les grues cendrées assurément nous préviennent en passant au-dessus de nos têtes que l’hiver arrive ou bien que le printemps n’est pas loin…

 

 

Et bon an, mal an nous les regardons avec émotion lorsque leurs vols se succèdent dans un ciel  si bleu.

un reportage en Champagne-Ardennes:

http://www.youtube.com/watch?v=xOMpeKeaUp0

 

Les oiseaux voyageurs

Les oiseaux voyageurs ont leurs îles,
Leurs enchantements, leur liberté.
Ils planent dans les courants,
Et de leurs figures éphémères trouent le silence
Des hauteurs ouatées de leur univers.

Les oiseaux voyageurs cherchent
Le sable blanc et le beau temps,
Les remous de marée et les planctons dorés.
Ils aiguisent leurs becs dans l’écume du vent,
Et font de leurs pattes un ballet mouvant.

Les oiseaux voyageurs dessinent des rubans
Qu’ils déroulent chaque an, en grand mystère.
Princes des nuages et des nids jamais oubliés,
Ils voyagent sans bagages aux antipodes
Avec le ciel bleu comme seul horizon.

Les oiseaux voyageurs revêtus des rêves des hommes,
S’élèvent cependant légers, emportant nos pensées les plus folles.
De leurs ponts invisibles, alliés du nord, alliés du sud,
Ils tissent le fil des voiles fébriles du printemps
L’éternelle bulle du temps allant de l’avant.
Maïté L

 

Brèves de jardin-2-Rencontres fortuites

Mercredi, juin 15th, 2011

***

Conversation d’hirondelles moustachues sur un fil.

 

***

***

Fin des billets sur les oiseaux.

en guise de conclusion,

Les moineaux nous offrent leurs bons becs.

*******

photos Maïté L

*******

Brèves de jardin -1-

Mardi, juin 14th, 2011

***

Le verdier, lui préfère se percher sur la mère des milliers et s’y balancer.La photo n’est pas très bonne car prise derrière la vitre,et à contre-jour comme souvent; elle est caractéristique de son rituel d’arrivée sous la véranda.

Le verdier est devenu plus farouche: a-t-il rencontré quelque prédateur dans les parages ou bien tout simplement a-t-il en grandissant développé quelques instincts de survie normaux? Peut-être l’ai-je surpris en sortant un peu vite de ma cuisine.

Pour le photographier, même derrière la vitre, il faut se fondre dans le décor; il détecte le moindre geste.

***

***

caché derrière l’asparagus, il s’apprête à s’envoler après avoir décortiqué quelques graines de tournesol.Il ouvre la coque en 2 et voilà. Au début il était très organisé: les déchets d’un côté, les graines fermées de l’autre, mais avec le temps, il est devenu moins attentionné ou plus conscient qu’il faut faire vite.

***

***

Ici,dans le prunus, en sécurité, il peut pousser son cri caractéristique, qui ressemble à un sifflement étouffé. parfois nous l’imitons et nous avons l’illusion qu’il nous répond.

Depuis quelques jours nous ne le voyons plus, même si nous l’entendons parfois.Il est probable que  nous sommes à nouveau en période de couvaison.

***

***

Cette photo a été « volée  » au merle alors qu’il s’était introduit dans un buis en pot taillé en boule. Nous avons compris ce qu’il y cherchait quand nous avons aperçu dans son bec un escargot.

Et détail insolite et fortuit de la photo car le merle lui aussi ne s’éternise plus, sans doute pour les raisons évoquées plus haut, j’intitule cette photo:

LE BAISER AU COQUELICOT.

*******

Photos Maïté L

Je précise pour les visiteurs du blog qui aimaient parfois emprunter des photos que cela est toujours possible sur demande mais qu’en raison des abus, notamment de certains journalistes ou de la prolifération des photos livrées au pillage du net, j’ai dû mettre -un peu-, le hola, avec l’aide de Sergio. ceci ne concerne en rien mes amis.

*******

Les mésanges: génération1, génération2…génération3: quand on aime, on ne compte pas!

Dimanche, juin 12th, 2011

***

La mère des milliers ( Kalanchoe daigremontiana, « Mother of Thousands » une plante grasse de la famille des succulentes), vous connaissez? certes elle est un peu défraîchie, car elle fleurit depuis les premiers jours du printemps mais avec sa longue tige et ses fleurs au sommet, elle est soit un point de chute, soit un endroit où m’accrocher lorsque les intrus s’annoncent.

***

***

Lui et ses congénères arrivent en faisant du bruit, des ombres et ils veulent me voler ma nourriture alors, complètement tétanisée…

***

***

je m’accroche comme je peux à cette bonne mère des milliers.

***

***

même si ça balance comme par grand vent

***

***

Ce jour-là, moi, Crapouillette 1 ou 2, j’ai eu si peur que je me suis réfugiée sous la table après avoir lâché la mère des milliers!

***

 

 

***

Allez-vous le croire? ELLE a fait le ménage à grande eau car nous nous oublions parfois et elle n’a pas remis la boîte à sa place sur l’étagère! Quelle étourdie! Nous avons cherché la nourriture partout, même dans les pots de fleurs et la boîte était sur la table!

***

 

***

C’est mieux sur l’étagère, non? Cachée derrière le bégonia qui s’en va rejoindre le plafond,je peux prendre tout mon temps.

***

***

Et je m’envole, mais je reviendrai bientôt, moi ou bien l’autre moi ou bien la crapouillette 1 ou bien la dernière Crapouillette qui a peur de tout sauf des humains et qui prend son temps dans la boîte…excepté si les intrus arrivent! Ils sont même venus me voler mon bout de noix dans le rosier: j’ai tout abandonné car je sais qu’ELLE a tout vu et qu’elle m’en préparera d’autres: en tout petits morceaux s’il vous plaît!

***

Vous connaissez leur dernière invention? UN PERCHOIR! Pour se poser en douceur, se balancer ou attendre son tour! Il paraît qu’ils ont même pensé à nous donner des tickets! En attendant, que je sois Crapouillette 1 ou 2 ou mésange confirmée, j’adore me balancer, surtout quand ELLE a posé son appareil photo et qu’elle a les mains mouillées!

*******

Photos Maïté L

Geai 1, geai 2, j’ai deux geais dans mon jardin en juin

Lundi, juin 6th, 2011

***

Le geai commence à explorer les lieux. Alors que durant la saison froide, il venait aux alentours du chêne chercher des glands, il se familiarise avec le jardin. Il a essayé la baignoire favorite du merle et a fini par trouver, au pied du chêne, un bain qui lui est personnel: dans une jardinière allongée où il  prend ses aises. Seule la tête dépasse et il écoute mon discours: je lui dis qu’il est beau, surtout quand il choisit de se percher sur un pot assorti aux couleurs de son plumage.

***

***

Un geai…Deux geais: voilà le couple; mais madame geai est plus méfiante et je n’ai pas réussi à les prendre les deux ensemble. Madame geai semble apprécier le mur des voisins qui attend…depuis la tempête d’être réparé! Elle surveille ainsi le bain de son compagnon qui lui a également trouvé une boîte avec des cacahuètes! Il adore mais ce n’est pas facile avec son gros bec de les saisir! Il martèle la boîte , qui une fois renversée livre tout son contenu!

Monsieur geai est connu pour sa petite mémoire. Contrairement aux écureuils, il cache ses provisions par prévoyance…mais oublie ses cachettes et ne les retrouve  que par hasard!

***

***

Bonjour monsieur le geai!

Vous avez osé vous approcher de la maison et l’Homme se trouvait là! Il vous a immortalisé!Si vous saviez quel plaisir vous nous faites!Pour la peine, nous vous aiderons cet automne: nous ferons des petits tas de glands ici et là.

Vous voyez, nous affinons notre aide car conscients que les glands sont votre nourriture favorite, nous les avions laissés et maintenant, il a poussé des petits chênes partout: nous devons les arracher, mais ce n’est pas grave, nous saluons les fleurs et les arbustes et à l’occasion, nous pensons à vous!

Vous n’avez pas fini d’explorer le jardin et vous semblez aimer vous percher sur la remorque! C’est donc là que vous trouverez de temps à autre quelques gâteries sous forme de glands ou de cacahuètes. Malheureusement il faudra vous dépêcher à les prendre car les mésanges voient les cacahuètes partout où elles se trouvent!

***

***

Dites, monsieur geai: quand nous montrerez-vous votre huppe?

*******

Les deux dernières photos sont de J.L

Chronique d’oiseaux:Les mésanges: une histoire au long cours

Vendredi, juin 3rd, 2011

La mésange :

une vue de lynx, beaucoup d’intelligence  et une vie de mère nourricière d’enfer !

***

***

Revenons vers le prunus, où le nichoir fabriqué maison, orienté vers l’est, nous avons attendu, attendu et même désespéré de le voir habité. Un jour, n’y tenant plus, nous l’avons ouvert : un nid était à l’intérieur. Nous avons prestement refermé en espérant ne pas avoir découragé la mésange.

Nous avons  aimé le moment où pour la première fois nous avons vu une mésange rentrer dans le nichoir comme une fusée, avec dans le bec quelque lichen.  Les jours suivants, il y eut des tas d’allées et venues puis  tout mouvement apparent cessa. Silence radio. Nouvelle inquiétude. Et puis, le ballet du nourrissage s’est mis en place et nous avons entendu enfin  des gazouillis discrets.

***

***

LA mésange elle aussi s’est familiarisée avec les lieux. A l’automne, elle s’est d’abord alimentée exclusivement  en position acrobatique classique au cylindre de cacahuètes et puis elle s’est aperçue de l’existence d’une réserve de graines et boules de graisse  sous la véranda. Donc elle est venue dans l’intention de prélever directement à la source non sans avoir tenté d’ouvrir devant nos yeux incrédules un  pot ou de percer un emballage en plastique.  Par conséquent, avec notre complicité amusée,  un nouveau restaurant en  libre service pour mésange astucieuse  a ouvert.

***

***

 

D’ailleurs,  la mésange  servant d’exemple et a été suivie au fil des mois, sur la table, par un rouge-gorge, puis par  notre  merle préféré ; ensuite, nous avons eu la visite d’un bébé merle tout ébouriffé,  qui semblait bien penaud et qui penchait la tête pour mieux observer comment maman mésange s’y prenait. Il a, en penchant la tête, regardé comment faisait maman mésange, puis il pris lui aussi une graine et est reparti d’un vol encore incertain… tandis que les  pinsons du printemps piaffaient d’impatience trouvant la place prise.

***

***

Du côté du nichoir, fin avril, ça pépie. Nous sommes frustrés de ne pouvoir suivre en direct l’évolution des becs que nous imaginons toujours largement  ouverts. Après avoir repéré les moments du nourrissage, l’Homme a placé l’appareil photo en position caméra sur un dispositif spécial fabriqué à partir d’une échelle : L’essai n’a pas été concluant : pour 23 mn de film, la mésange n’a fait qu’une entrée et sortie du nichoir à partir de la 21ème minute! Mais il faut voir l’Homme s’approcher parfois du nichoir à pas de velours et écouter les tendres gazouillis des bébés afin d’essayer d’évaluer leur nombre.

Depuis la remarque d’une amie, je me suis penchée sur le sort de la mésange. J’ai un peu revu à la baisse son rôle de femelle surexploitée ! Il se peut en effet qu’elles soient un couple mais difficile de le prouver. Au comportement,  je dirais qu’UNE  est plus hardie et vient volontiers sur le rebord de la fenêtre où j’ai mis les graines pour elle. Elle part ensuite dépiauter sa  graine sur le rosier, tandis que l’AUTRE file directement sur le lagerstroemia placé un peu plus loin et est plus méfiante : il faut dire que lorsque je fais la cuisine, une vitre seulement nous sépare. Ma distinction entre mâle et femelle s’arrête là avec cependant l’impression que j’ai plus souvent affaire à la femelle.

***

***

En ce moment, il y a de l’énervement dans l’air. Ce matin j’ai pourvu abondamment verre et sous-pot en graines de tournesol; mais voilà que les pinsons, sont de plus en plus nombreux à venir se goinfrer. Hier la mésange était marrante à voir car, avec la pluie, elle s’ébrouait avant de se ravitailler, mais ce matin ce n’est pas la même chanson: elle choisit ses graines et en met partout! Comme les pinsons! Mais je rêve ! Ils deviennent difficiles ou quoi! Je dois faire un grand nettoyage de la table chaque jour car il y a des graines, des enveloppes, des crottes partout: dessus, dessous et entre les lattes de bois de la table! Alors je sens que je vais me fâcher ! L’Homme dit que les petits énervent leur maman mésange ! Ah moins que ce ne soit le temps orageux! Ou bien les pinsons copieurs! Enfin, rien ne l’arrêtant, elle vient maintenant chercher les graines sur le rebord de la fenêtre! Tout juste si elle fait mine d’avoir un peu peur! Bon la nuit tombe et tout ce petit monde est couché. Les oisillons affamés se sont tus. Il y aura un répit jusqu’à demain matin!

Car, oui, ce soir, J’ai fini par me fâcher à cause du tri fait par ces « enfants gâtés » et j’ai sévi: les pinsons ont désormais leur nourriture dans le jardin et j’ai mis les graines pour les mésanges dans des couvercles, plus accessibles sur le rebord de la fenêtre. La mésange vient de zinzinuler tout près de moi: cette fois-ci, on ne peut croire à un hasard! Récemment, elle a été enfermée dans la maison et lorsque je suis entrée, la pauvre bête voletait partout. Plus morte que vive, je lui ai progressivement ouvert les portes en lui expliquant ce que j’étais en train de faire. Elle s’est calmée, s’est posée sur le haut du buffet et a attendu avant de retrouver sa liberté. Le lendemain, en venant comme chaque jour se poser rituellement sur une lampe qu’elle semble avoir adopté comme terrain d’atterrissage, par deux fois, alors que j’étais dans ma cuisine, elle a chanté à gorge déployée avant de prendre une graine .J’avais déjà pris ce chant inhabituel  à cet endroit, comme un remerciement. Je persiste, ce soir, à croire aux échanges complices avec les oiseaux de nos jardins.

L’Homme a pitié de LA mésange, surtout depuis qu’il a appris qu’en deux nichées par an, elle peut avoir jusqu’à 12 petits. Il suggère même qu’il pourrait l’aider: pour lui éviter des voyages,  il pourrait dépiauter les graines de tournesol et les déposer près du nichoir! Elle aurait moins de chemin à faire pour accomplir son rituel : quelques mètres évités pour venir jusqu’à la véranda, et gain de temps. Voyez plutôt : elle sort en trombe du nichoir, se perche sur le prunus, se pose le plus souvent sur la lampe, puis prend sa graine, va dans le rosier pour la  décortiquer et repart vers le nid. Les cacahuètes c’est pour elle ; Les graines autres, pour les petits et en plus il lui faut chercher des insectes dans le rosier, dans le lierre  et au sol! Quel rythme d’enfer et cela de la pointe du jour à la tombée de la nuit !

L’Homme  en est venu à la conclusion qu’il ne se verrait pas père de quintuplés….

Notre rôle d’humains inclut aussi la surveillance contre les prédateurs ;  car l’autre matin, en me réveillant, j’ai encore vu le chat noir des voisins à la fourche du prunus. Vous auriez vu ses yeux ronds, sa tête pateline ! il lorgnait à la fois vers le nichoir où ça piaille beaucoup et dans ma direction! Il devait saliver à l’idée d’un possible festin ! Mon sang n’a fait qu’un tour! J’ai bondi comme une furie mais il avait déjà filé. Faudra-t-il barbeliser le prunus  pour assurer les premiers pas des petites mésanges? Nous sommes fin avril : verrons-nous ces dernières lors de leur premier envol,  ce qui ne saurait tarder?

***

***

En effet, cela n’a pas tardé. Nous avons d’abord aperçu un bec puis une tête par le trou d’accès, puis une tête curieuse et la petite mésange aventureuse a dû tomber du nid car j’ai failli l’écraser dans l’herbe.

***

 

***

Première remise au nid par l’Homme qui sera suivie de trois autres avec la peur qu’un chat soit plus rapide que nous. Visiblement la pauvrette n’est pas encore prête à s’envoler mais râle chaque fois  qu’elle se retrouve dans le nid ! Avec ses pattes écartées sur lesquelles elle tient à peine, son bec bordé de jaune et son duvet sur la tête, l’Homme l’a surnommée Crapouillette ! Il est probable que Crapouillette-qui-veut-voir-le-monde va récidiver ! Dans chaque nid y a-t-il un élément hyper actif, pressé de prendre l’air à ses risques et périls ?

***

***

Le surlendemain: plus rien! Silence radio! Les mésanges sont parties sans dire au revoir! Les deux semaines au nid étaient écoulées, mais les pauvrettes sont parties au moment où le temps se mettait à l’orage. Le nichoir des mésanges est vide! Les parents ont-ils profité de notre absence pour sortir la famille du nichoir ?
Le ballet de nourrissage par les parents est terminé ; mais nous avons la visite plusieurs fois par jour des parents mésanges sur le rebord de la fenêtre : ils viennent chercher quelques graines de tournesol,  des cerneaux de noix et une noisette coupés en petits morceaux.

Après réflexion, nous ne savons plus si nous avons eu raison ou tort de remettre Crapouillette dans le nid: le temps de découvrir le monde était sans doute arrivé pour elle. Crapouillette était-elle une nichée de crapouillots qui faisaient leurs essais d’envol! Nous les humains, en voulant trop bien faire ne comprenons pas toujours les signaux.

Y aura-t-il une autre couvée d’ici l’été ?  Ou bien l’année prochaine ? Nous l’espérons.

***

***

Cette chronique terminée fin avril aura une suite car l’aventure continue.

Textes et photos Maïté L

et ceci étant une affaire de famille, les mosaïques sont de J L

*******