La Base sous-marine à Bordeaux: à la rencontre de l’Histoire

En 1940,Hitler et l’amiral Raeder décidèrent de construire une  base sous-marine baptisée Betasom. Beta pour Bordeaux et som pour sommergibili, sous-marin en italien.

Impressionnant vestige de la Seconde guerre mondiale, la Base sous-marine fut construite de 1941 à 1943 pour abriter la 12e flottille de sous-marins de la marine de guerre allemande.

Reconvertie depuis quelques années en équipement culturel par la mairie de Bordeaux, la Base sous-marine accueille des expositions temporaires, des spectacles d’arts vivants ou des soirées événementielles. Sur les 42 000 m2 de cette imposante construction, 12 000 m2 environ sont aujourd’hui ouverts au public.

La base sous-marine est composée de:

-onze alvéoles qui servaient d’abri

-un large couloir équipé d’une voie ferrée de 245 m

-un toit de 7 m d’épaisseur avec un système de double paroi faisant office de pare-bombes.

-600000m3 de béton et une tranchée antichar

-des chambres d’explosion pour lutter contre les bombardements aériens

6500 ouvriers ont travaillé pour réceptionner le ciment, le bois et l’acier venus par voie ferrée de France et d’Allemagne.

Un ouvrier sur trois seulement était allemand.

Un manœuvre sur vingt-six seulement était allemand.

50 ouvriers espagnols, prisonniers républicains ont été ensevelis lorsqu’un coffrage a cédé.Plus de 3000 républicains espagnols ont été contraints de travailler là.

Quelques soldats allemands sont tombés « accidentellement » dans le béton frais au cours de la construction.

Quarante-trois submersibles étaient affectés à Bordeaux.L’édifice a  reçu de nombreux sous-marins allemands, italiens et japonais pendant le conflit.

Lorsque la base sous-marine abritait un musée de plaisance,un collectionneur de bateaux prétendit avoir entendu des cris de détresse. Tous les fantômes du passé ne sont-ils pas définitivement morts?

On ne s’approche pas de la base-sous-marine sans appréhension et lorsque la lumière est parcimonieuse, le noir y est encore plus noir.

La lumière , qu’elle soit chemin menant à 6 milliards d’autres ou bien éclairage des piliers et reflets colorés rend le lieu plus fantomatique.

Certains se sentent mal dans ce lieu. Peut-être faut-il l’aborder  avec une pensée pour le Passé en souhaitant délivrer toutes les âmes errantes pour qu’elles trouvent la paix.

La Ville de Bordeaux a fait le pari d’un vécu culturel à la Base sous-marine. ce lieu ne laisse pas indifférent et je vous laisse parcourir certains de ses recoins éclairés ou non.

http://www.u-boote.fr/bordeaux.htm


Sans lumière


Ou avec quelques lumières pour nous rassurer…

Voir les images telluriques de Jean-Michel Fauquet jusqu’au 5 décembre est un moment exceptionnel .

Vous êtes hors du temps et de l’espace et les objets détournés vous parlent comme les voix qui accompagnent vos pas.

Entre photos, peintures, dessin, noir, blanc, vous plongez dans un monde qui prend racine en vous entre absence et présence.

http://www.aquitaineonline.com/actualites-en-aquitaine/gironde/jean-michel-fauquet-mystere-intemporalite-en-exposition.htm

mes sources: Bordeaux secret et insolite, La face cachée du port de la Lune

Philippe Prévôt

Vous pouvez cliquer sur chacune de mes photos pour les voir en taille originale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *