Le Grand Crohot:Voici venir la dune…-2-

***

 

Lorsque nous approchons de la dune ,nous sommes toujours saisis par la même émotion. Comme si c’était la première fois. Une sorte de communion auprès de l’autel primitif. Boire à la lumière; boire au vent; boire à la matrice d’océan.

***

Lorsque nous approchons de la dune, il y a tout d’abord l’AVANT. L’approche par le pouls de la forêt où cogne l’écho du cœur de l’océan. Puis  les pieds luttent contre le sable, rencontrent les aides à la montée, lorsqu’elles n’ont pas disparu sous quelque assaut du vent. De chaque côté le blond, le blanc et les ombres des palissades, faibles rempart contre les éléments, les plantes couvre-sol et la chanson du géant qui grandit, grandit avant de nous envelopper dans son fourreau du jour.

***

Puis il y a LE POINT ESSENTIEL, celui où apparaît le bleu, l’émeraude, le calme ou l’agitation et les tourbillons. Le moment le plus attendu pour celui qui revient voir la mer. Le point de rencontre.Le terme d’océan en devient interchangeable. Il se fait sauvage ou lit de douceur de la mer; il oscille au gré des marées.

***

Enfin, il y a LA DESCENTE. Perpendiculaire à l’eau elle est salut, déférence, émotion; Elle est souvent sans mots.

Alors pourra commencer la marche latérale…Viendra la communion et l’avancée solitaire, chacun dans son rapport à l’océan. Vers le nord, bouquet d’émeraude, soleil dans le dos et suivre le déroulé des rouleaux. Vers le sud, marcher à contre-soleil, pour argenter la croupe des vagues et les voir se poursuivre inlassablement.

***

***

Parfois, quelques arrêts sur image ponctuent la balade: le regard balaie l’infini et aime  s’arrêter sur le détail insolite, étonnant, sur le bout de sable  où les pas dessinent un halo.

Une vague efface l’autre, un pas efface l’autre. Au soir  sur la plage sera écrit le livre du jour.

***

 

Maïté L

*******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *