Rêves zébrés à marée basse: Ô temps! suspends ton vol…

                      Le Rêve

« Bulles de temps. bulles légères. A peine un souffle et l’eau se gonfle de secret, se détache, s’envole. A peine un souffle, et la mélancolie part en voyage. Un peu plus haut, les frontières s’effacent, un peu plus loin. Les peines s’apprivoisent dans l’espace. La terre devient bulle et la bulle une terre. »

PHILIPPE ET MARTINE DELERM

***

MON  RÊVE

De mon  voyage sans valise

Au  bout  d’une terre promise,

 Mes pas semblent effleurer  le sable

Aux contours impalpables.

Vibrations d’été…

 Parfois,  dans la clarté tissée

 De fils d’or et d’or blanc,

 S’élèvent les frémissements

De mon ombre sur la voie de l’éclat.

 S’enroulant de-ci de-là

Autour de la ligne d’horizon,

Ou surlignant mes désirs d’évasion,

Au loin les eaux pétillent

 De leur saveur menthe ou bien vanille.

***

***

« Il rêve, il a l’esprit perdu dans le monde incompréhensible.On le voit souvent seul au sein des foules actives, courbé sous des retours, son mystère et ses larmes. Soit qu’il songe au passé d’une vie qui s’effeuille et tombe, mystérieuse, inconnue, sur son corps qu’elle opprime, soit qu’un tourment l’accable,soit qu’un mal d’infini l’élève encore au faîte des aspirations humaines, à l’extrême désir des heures suprêmes et inespérées, il rêve, il rêve toujours. Il a les yeux fixés sur les plus beaux nuages et regarde, sans cesse, du plus haut de ses songes, l’éclat immaculé d’une merveilleuse féerie. »

ODILON REDON/ NOUVELLES ET CONTES FANTASTIQUES

***

***

Peu importe aux amoureux de ces paysages que l’eau se retire si loin;il y a toujours un filet d’espoir venant vers la plage, un chenal qui capte le regard, s’accroche à la promesse qu’ELLE reviendra.Je me souviens de l’étonnement d’un ami venu de très loin qui n’en revenait pas de voir ces étendues de sable,de vase et de prairies aquatiques mises à nu, semblant propulser l’esprit à travers ces contrées immobiles. Il y a toujours ceux qui cherchent refuge dans les ombres et sous les pins agités par la brise. Et puis il y a ceux qui ne résistent pas et qui chargés de seaux et d’épuisettes s’en vont à sa rencontre , là-bas où glissent les bateaux.Souvent leur chemin passe par la vase et on les reconnaît à leurs pieds noirs et leur maillot maculé de boue.

Les QUINCONCES, c’est un peu de tout ça, au bout du sentier blanc et des prunelles.

***


 LES QUINCONCES

Foi de mouette planante,
ou d’hirondelle, frôlant
la basse langue de terre.
Accrochez des virgules de ciel bleu
parsemant le sable blanc.
Les voiles au loin et les cygnes
glissent sur la marée.
Minuscule plage sauvage,
à écouter les clapotis
des vaguelettes, crevant
sur les touffes d’herbes salées.
La tête renversée sur l’été,
Abandonnée dans le ciel bleu,
Découpant la cime du pin
Chargé de pommes vertes,
De pommes sèches.
Vent frais du soir,
sur simple peau d’orange.

***

*******

 » Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours ! »

LAMARTINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *