Voile noire, voile blanche

 

***

« Battements d’ailes de feu

Au-dessus des battements de vagues-

Soleil…Soleil. »

GUILLEVIC

***

Voile noire, voile blanche

Voile pas si noire, effet lumière

Voile noire est passée

D’un port au suivant

Zébrant les flots

Et la marée montante scintille

Scintille sous la brise.

 Immobile Voile blanche

Semblant dompter les clapotis

Immobile bateau faisant

Des ronds sur l’eau.

Sur la scène de l’été

Pianotent les reflets

Les roseaux s’égrènent

La mer fait le gros dos

Et les poissons viennent toucher

Le bout de la terre endiablée

Par l’ombre des pins

Et les sentiers.

Voile noire, voile blanche

Ont glissé et sont rentrées

Le soir s’en est allé le long de la digue

Chercher un dernier instant à flâner

Le long des cabanes où affluait

Le fruit de la journée à écailler.

***

***

Ce jour-là sur la plage des Quinconces, la marée s’appliquait à peigner les roseaux, toujours dans le même sens: ça montait sans à-coups, ça clapotait sans effrayer ni les roseaux, ni les passants; ça poussait vers la plage et vers les pins; ça semblait si naturel.

***

***

Restait l’épine dorsale des roseaux et les vaguelettes qui leur grattaient le dos.Comme ça, tout simplement. Avec l’air de ne pas y toucher. Avec l’assurance tranquille d’un temps réglé sur quelques heures. Qui jamais ne s’épuise à recommencer son travail de marée, de lune, de sable et de soleil. Sous les yeux fascinés des rêveurs.

***

Il faut malgré tout écrire le mot FIN,pour ce soir; même avec des roseaux qui tremblent dans les flots et ne savent que faire de leurs plumes.

***

Toujours au même endroit, les mots, les flots et les voiles, sur le Bassin, à Andernos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *