Sur le sentier du Littoral: des cygnes et peu d’hommes

***

Sur fond d’été retrouvé

Impassibles les cygnes se laissent porter

Les roseaux sont coiffés

De plumes parsemées

Qui attendent d’être libérées

Par les eaux rampantes de la marée.

***

***

« Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
Avec soleil et pluie comme simples bagages
Ils ont fait la saison des amitiés sincères
La plus belle saison des quatre de la terre

***

Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
Et la fidélité des oiseaux de passage
Dans leur cœur est gravée une infinie tendresse
Mais parfois dans leurs yeux se glisse la tristesse … »

Françoise Hardy

***

***

Chez nous

Ils savaient qu’ils pouvaient entrer

Pour déposer leurs bagages

Et de leurs soucis se délester.

Cependant

Certains ont bien vite oublié

Les longs mois à se refaire une santé

Ils ont pratiqué la politique de la terre brûlée.

Qu’importe !

Je n’ai jamais vraiment voyagé

Cherchant au cœur des reflets

A percer l’intime et l’humanité

Dans les yeux des êtres rencontrés.

Mes amis des lointaines contrées

Je ne vous verrai peut-être jamais

Et pourtant vous m’ êtes familiers

Depuis de nombreuses années.

D’autres  avec nous aiment toujours à partager

Le gîte, le couvert et les paysages

Ils sont toujours là en filigrane, en pointillé

Nous avons fait un sacré bout de chemin ensemble

On ne l’oubliera jamais.

Pas de rancœur, la sagesse l’interdirait

Mais des pages tournées…

Ainsi vont des saisons les trajets

La terre n’arrête pas de tourner.

Aujourd’hui, la maison est vidée

Tous les oiseaux s’en sont allés.

On n’entend plus bruire dans l’été

Les rires de la jeunesse encanaillée.

D’autres viendront cueillir l’harmonie de pensée

Sur les chemins d’Aliénor, d’Aquitaine et des marées.

Et si le destin avance solitaire désormais

Ce n’est que juste pendant des heures affairées.

Sur le tableau blanc restent les lettres assemblées

De l’amitié, la vraie qui ne cherche pas à dominer.

Il y aura toujours de solides amitiés

Que seule la mort viendra briser.

***

***

Comme la marée sans cesse coud et découd ses colliers d’algues, modifie les paysages, les chemins serpentent; faits de fausses routes et d’avancées sablonneuses, de traces et d’indices au royaume des oiseaux de passage. Entre Andernos et Arès, quelques pas tranquilles  à recueillir des images, des mots, des souvenirs;et si le vent ramène vers nous le bruit des plans d’eau surpeuplés, c’est pour mieux nous faire apprécier le calme de ces lieux

Maïté L

*******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *