Boïens et Boïennes des bords de l’Eyre à Biganos

***

N’y a-t-il pas matière à réflexion quand on sait que les habitants de Biganos s’appellent les Boïens et que ce nom à traversé l’Histoire pour arriver jusqu’à nous.

 Les Boïates(probablement apparentés aux  Boïens, peuple d’origine celtique) s’ étaient  installés autour du bassin d’Arcachon vers la fin du IIIème siècle après J-C.

Boios, cité gallo-romaine (probablement située sur la commune de Biganos) se trouvait entre Losa(Sanguinet) et Burdigala(Bordeaux).

Biganos se trouve à la croisée du Sud -Bassin et du Nord-Bassin.

***

***

A noter  dans la région,une forte densité de lieux terminés en » os », ce qui  signifie le plus souvent(mais pas toujours) « domaine de »: par exemple Andernos est le domaine d’Anderne. Qu’en est-il de Biganos: je n’ai pas trouvé de certitude dans le livre :

« TOPONYMIE gasconne » de Bénédicte et Jean-Jacques Fénié.

***

***

Le port de Biganos est le seul port en eaux profondes  situé au bord de l’Eyre , en plein delta de cette rivière qui alimente le Bassin en eaux douces.Le port  vit au rythme des marées.Les bateaux viennent se lover dans ses divers canaux et il n’est pas rare d’apercevoir des kayaks sur l’Eyre (communément appelée la Leyre).

***

***

L’Eyre est le résultat de la confluence dans le département voisin des Landes de la Petite Leyre et de la Grande Leyre.

***

***

Les cabanes que l’on peut  admirer ici sont  très colorées. A leur origine, elles étaient construites  en bois de récupération, d’épaves, en branchages recouvertes de verdure(probablement des fougères, de la brande ou des genêts). Abris précaires utilisés selon la richesse du lieu en pêche elles ont été aménagées en pin lorsque les pêcheurs se sont sédentarisés et que l’activité ostréicole s’est développée.

***

***

Situées sur le domaine maritime, ces cabanes faisaient l’objet d’une concession et étaient attribuées pour usage professionnel exclusivement.Il semble que leur transformation en  habitation, interdite au début, fut ensuite tolérée à la belle saison.

***

***

***

CHARLES DANEY,

auteur des Contes de la Mer, de la Lande et du Vent,

aux éditions Loubatières

nous livre un « vrai-faux témoignage », afin de nous faire rêver.Dans le conte  » Gwen, légende celte« , il a su se souvenir des Boïens; d’Is, la ville engloutie, le vieux Roi serait venu confier son bien le plus précieux, sa fille aux Boïens: Gwen aux cheveux verts.

Et s’il situe l’action aux abords d’Arcachon, il termine son conte sur ces mots:

« Prenez garde d’oublier Gwen et ses  verts cheveux.Tant qu’elle les gardera, la ville se blottira sous les arbres, les dunes vertes l’emporteront sur les blondes et nos ancêtres les Boïens nous protègeront de la fureur des flots ».

***

***

Notre promenade boïenne se termine sur ce dialogue d’oiseaux.

*******

crédit photo : Maïté L à l’exception de la carte du Bassin d’Arcachon trouvée sur le net.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *