D’Arès à Bordeaux: femmes de légendes

***

 Un jour de tempête et d’orage, un Lutin devint un peu fou : il parlait aux arbres, aux cailloux ; il courait en tous sens. Puis lui vint l’idée d’un piège et il s’empara de

la Demoiselle

qu’il enferma dans la Cabane du Résinier. La Demoiselle trouva bien vite le moyen de se délivrer et grâce au chant des oiseaux elle reprit le chemin de son Royaume. Désormais, la Demoiselle ne se montra plus sous sa vraie apparence. Aujourd’hui, ne reste que la Cabane du Résinier pour s’informer sur les pratiques du gemmage des pins.

La Demoiselle, devenue femme, hante-t-elle toujours les pins  dont François Mauriac disait :

« Mais qu’ils sont calmes aujourd’hui entre le sable et l’azur! Chacun porte sur son écorce une cigale pour l’endormir. A l’horizon, leur foule pressée sur la crête des dunes pâles sépare les eaux et le ciel…. »

A quelques kilomètres des dunes, elle n’a sûrement pas entendu beaucoup de cigales cet été : l’été fut vraiment trop bref et trop arrosé.   Dans son royaume Vert, situé sur la réserve des Prés Salés d’Arès le souvenir de la Demoiselle ne se dévoile qu’en secret, sur quelque bout de parchemin ou dans l’oreille du vent.

Ne reste plus qu’à méditer là où la terre, l’océan et le ciel ne font qu’un, sur les petits chemins de végétation rase où la marée s’insinue à l’approche de la nuit, petits chemins qu’il faut connaître sous peine de se retrouver prisonniers aussi de la marée.

Et puis face au Bassin, au bout des cabanes d’Arès, nourrie d’embruns et de traits de lumière

la Femme Océane

ondule, douce, sensuelle; femme liane, souvenir de la forêt tropicale, montant à l’assaut du ciel, elle fait vague, elle fait corps, elle fait peau.

Niangon

est son nom et son cœur rose bat au rythme des saisons. Au baiser du soleil répond la caresse ; à la caresse, la fluidité des eaux, les doigts et les frissons; aux eaux, la matrice, l’aventure de la coquille ; à la coquille, les pieux, le sel et les pierres ; Les pierres acérées et la laine; les pierres aiguisent leurs dents au gré du vent et rafraîchissent la laine étendue sur l’océan.
Les moutons ont chevauché l’accord des dernières vagues à l’assaut des prés.
Filez écheveaux de laine, parsemés sur la conche. Plus près des cieux, une touche de blanc mousseux sur ciel d’argent.
Et quand la pierre de laine habillera ses échos, tous les chevaux du monde écumeront les mugissements d’avant silence. Au loin les cabanes de chasseurs, le petit pont, les petites et les grandes rivières. La nuit viendra  en demi- teintes où la Femme Océane tentera quelques touches d’or.

 Bordeaux,

ce matin, le hasard de la rencontre. Si près de  l’hôpital, le square où suinte la maladie, la souffrance et soudain,

Femme Euterpa

Pao Rosa

s’élance, entre les arbres. Femme d’air, femme d’eau, même combat de douceur encore. Une si belle rencontre qui vague dans la ville, qui vague dans la ville de la ville, une muse des pavés, dans la compagnie des arbres et des vélos : un hommage aux soignants : ce n’est pas si courant. Une bulle de soie. Les veines apparentes et la main serpente.

Femmes, il vous aime, IL vous love au creux de nos paysages.

   Les lieux: Arès, port ostréicole

Bordeaux:esplanade du CHU

Le sculpteur: PIOS

http://dominique.pios.pagesperso-orange.fr/exposition.htm

 

http://dominique.pios.pagesperso-orange.fr/presentation.htm

Et en toute liberté, sur la base de l’histoire de la Demoiselle lue un jour: Maïté L

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *