Rouge clin d’œil d’automne -2-

« Accepter ne se peut

comprendre ne se peut

on ne peut pas vouloir accepter ni comprendre

***

on avance peu à peu

comme un colporteur

d’une aube à l’autre »

PHILIPPE  JACCOTTET/ POESIE 1946-1947

***

Petits cœurs rouges déployés. petites mains de l’été. Rouge verte opposition des contraires illuminés; constance.

***

***

L’œil a traversé les années; de fleur en fleur il a accompagné neige et fleurs d’été. L’œil d’Alysse parfumée; elle gagne sur l’allée.

***

***

Une à une guettées. ce n’est pas la confiture ou le sorbet mais la langue et le palais gourmets.

***

***

Bonnet rouge raccommodé. Le poids des années et le goût du clin d’œil d’une aube à l’autre.

***

***

Derniers feux généreux avant fantôme d’hiver; ardent.

***

***

Savamment disposé, feuillage panaché, une potée de toute beauté.La vieille dame a la main verte: c’est une fée.

*******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *