Histoires au coin des bancs.

Cette chaise en pénombre

Ce banc isolé

Sur le quai d’une gare

Sur la plage abandonnée.

***

Ils en ont vu des « je t’aime »

Des « je m’en vais »

Des « je te laisse »

« Viens me retrouver ».

***

La nuit blafarde

Les jambes croisées

Sur un quai de fleuve

Le cœur tout givré.

***

En plein vent, là-bas

Sous le souffle des tamaris

L’été, les fourmis se régalent

Au pied des bancs des pas perdus.

***

Une chaise de guingois

Au siège si froid

Aux souvenirs lourds

De tant de désamours.

***

Un banc, deux tourtereaux

Assis sous le soleil

Je médis le passé décomposé

De l’été de velours.

***

Mais d’autres chaises viendront

Et d’autres bancs encore

Qui, au détour d’une allée,

Qui au bord de la marée.

***

Dans le jardin de l’été

Mine de rien, faut pas s’y fier,

Ils écouteront s’éloigner

Les fantômes pressés.

***

Les enfants entre deux jeux

leurs petits goûters moelleux

Leurs cris, leurs rires et le journal

Lu d’un œil sur deux, c’est normal.

***

Tous traversent

De bois, de pierre ou de fer

Muets, rêveurs, parfois amers

Nos pauvres destins passagers.

***

Et si leurs pieds s’emmêlent

C’est que quatre temps

C’est bien plus qu’il n’en faut

Pour chanter les quatre saisons.

***

Je médis le passé décomposé

De l’été de velours.Le clou

Le rouillé, le tordu qu’on entend gémir

Lorsqu’il manque au pied d’un banc.

***

Mais quand revient le printemps

La chaise redresse son guingois

Le déjeuner sur l’herbe

Occupe alors le tableau.

***

L’automne habille banc et chaise

D’ors, de rouge sang, de jaune ardent.

L’hiver et ses notes cotonneuses

Les livrent aux oiseaux.

***

Quand nous serons bien vieux

A petits pas, à souffle court

Sur le bord du chemin il y aura

Un banc, un autre blanc…ou bien une chaise…

© Maïté L

L’homme au chapeau méditant sur le banc en compagnie de l’oiseau est l’œuvre de FOLON et se trouve dans le parc du château de la HULPE, en Belgique.

La femme blanche entourée de moutons ou de canards, selon l’année est l’œuvre de GEORGES SEGAL et se trouve dans le parc de la Fondation GIANADDA à Martigny, en Suisse.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *