A Bordeaux, Jaume Plensa, House of Knowledge n°2—7—

Avec la complicité involontaire des passants que je remercie.

La porte ouverte à leurs regards, leur admiration, leurs caresses, leur escalade.

***

DSC_5559

Le penseur croqueur de façade du XVIII ème siècle

***

DSC_5564

***

« Il y a une porte ouverte

Et pourtant il faut la forcer.

 

Nous ne savons ce qu’il y a derrière,

Mais de là vient l’appel.

 

Nous pouvons aller ailleurs,

Mais nous venons d’ailleurs.

 

Nous sommes dehors et le savons,

Mais peut-être que tout est dehors.

 

Toujours nous cherchons cette porte

Mais elle devrait être fermée.

 

Ici l’ouvert est infranchissable.

Comment franchir ce qui n’existe pas ?

 

Il faut fermer l’unique porte

Afin peut-être de pouvoir entrer. (VI, 104) »

ROBERTO  JUARROZ

***

DSC_4978

***

DSC_4980

***

DSC_5570

Dialogue avec les Trois Grâces

***

« Le jeu du dedans

Se fait parfois complice

Du jeu du dehors

Et tel ou tel des deux

Utilise les marionnettes de l’autre,

Les masques, le hasard et les pièges de l’autre.

Ainsi les deux jeux se fondent

En un jeu cynique

Où peut aller jusqu’à disparaître le joueur.

 

Serait-ce que pourrait aller jusqu’à disparaître du jeu

Le jeu lui-même (VI,100) »

ROBERTO JUARROZ

***

DSC_5567

***

DSC_5566

***

DSC_5573

***

DSC_5568

***

DSC_5577

***

DSC_5579

dans les bras du penseur

***

DSC_4968

*** à suivre***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *