Murs de rêve. Le skatepark à Bordeaux

juillet 28th, 2015

au skatepark

Bordeaux, au Skatepark, sur les quais.

Ils sont là avec leurs roues-soleil…

 

Mais je cligne des yeux et

Que vois-je : le vélo silencieux

 

Quitter le mur où il était au repos

Le voilà parti par monts et par vaux

 

Ne laissant que son empreinte

Entre les obstacles urbains déjà il feinte

 

Il caresse les bosses, disparaît dans les creux

S’envole soudain vers les cieux

 

Il n’a que faire de la marée

Venue de son écume irisée

 

Lécher les prémices de son élan magique

Et fendre l’air de sa douce  musique

 

Après le mur où il s’adossait

Un autre mur semble l’arrêter

 

Mais rien n’est insurmontable

Pour une monture redoutable

 

Mur après mur, dans les creux, sur les crêtes

Hardiment lancé il poursuit de l’espace sa quête

 

L’artiste semble s’accrocher, persévérer

Avec un cœur d’enfant et par l’engin emporté

 

Le voilà comme un point à l’horizon

Le rêve a pris le relais de la passion.

Maïté L

 

http://urbstreet.fr/07/arts/streetart/street-art-fullcolor-x-skatepark-bordeaux/

 

Au Jardin de la Béchade, les épouvantails et la surprise du lundi matin ! –2–

juillet 2nd, 2015
????????????????????????????????????

je suis dans le vent

????????????????????????????????????

la grenouille se marie avec un épouvantail…

Si quelqu’un en doutait encore, les épouvantails ont une vie après la journée en compagnie des jardiniers et des promeneurs, mais pas celle à laquelle j’avais pensé dans mon billet précédent.

????????????????????????????????????

moi « Drôle d’Oiseau »… Il y a pire!

Les nuits des épouvantails ne se ressemblent pas ;  aux conciliabules avec les oiseaux du petit parc il a fallu ajouter la bêtise humaine et l’instinct de destruction de drôles d’oiseaux de passage!

????????????????????????????????????

Pauvre oiseau en miettes!

Ils ne se sont pas sentis en empathie avec le « Drôle d’oiseau » à moins que ce dernier ne leur ait renvoyé en miroir ces mots drôles qui leur allaient comme un gant (de boxe).

????????????????????????????????????

ça swingue par-ici!

A croire que tous ne sont pas poètes et qu’un peu plus de poésie dans notre monde serait bienvenue. Mais ils sont incapables d’autres actions que celle d’instiller du sable dans les rouages de la société !

????????????????????????????????????

épouvantail carnacavaleur

????????????????????????????????????

N’œil?

Comme si cela pouvait résoudre leurs problèmes existentiels de détruire le calme et la beauté, l’amitié et le partage !

????????????????????????????????????

lui non plus n’a pas été épargné

????????????????????????????????????

sexy girl

????????????????????????????????????

tu surveilles les artichauts?

J’étais de passage ce lundi matin pour glaner je ne sais quelle photo supplémentaire lorsque j’ai pu constater que la consternation régnait à l’entrée des Jardins de Bacchus : les épouvantails avaient dans le meilleur des cas échappé à l’arrachage, prenaient un air penché où avaient abouti en miettes loin de leur place d’origine… Quand ils n’avaient pas tout simplement disparu!

????????????????????????????????????

j’éponge les soucis!

????????????????????????????????????

gros plan

Je suis  contente de pouvoir témoigner par mes photos du travail accompli car si les vandales s’attendaient à voir  les personnes découvrant le saccage baisser les bras, ce fut peine perdue ! Aussitôt les petites mains déployèrent leur énergie pour effacer le passage des indésirables.

????????????????????????????????????

je prends mes aises en guise de haie

????????????????????????????????????

tu fais l’avion?

Dans le petit jardin

j’entre presque en catimini

Pour ne pas déranger les jardiniers

Cachés derrière les épouvantails.

C’est soudain la valse des arrosoirs

Ou le nuage de bouillie bordelaise.

Le partage de saveurs

Le partage d’informations.

Tandis que les  verveines de Buenos Aires

S’agitent au vent

Les capucines font la cour

A Sire Bacchus sur sa caisse en bois.

Les artichauts perchés tout en haut

S’éclairent doucement au soleil du matin

Les pois chiches et les souvenirs d’un ailleurs

Les légumes de saison

Montrent que Les Jardiniers

Jonglent avec le calendrier lunaire

et la météo de ce petit coin de terre.

Ils  réapprennent le contact avec la nature,

Ils  participent à la vie de ce poumon vert

Bien agréable en ville .

C’est un petit coin calme

Qui la nuit s’endort-en principe-

Il laisse derrière ses grilles

Les rumeurs, les peines et l’affolement de la ville

C’est une parenthèse heureuse

Une bulle bienfaisante

Entourée de ses grands arbres.

????????????????????????????????????

un rien de bonhomie et de naïveté

????????????????????????????????????

balai brosse unijambiste?

Me revient alors  ce refrain de Jacques Dutronc :

« De grâce, de grâce, monsieur le promoteur,

De grâce, de grâce, préservez cette grâce

De grâce, de grâce, monsieur le promoteur

Ne coupez pas mes fleurs »

????????????????????????????????????

la bouche en coeur

Quelle chance nous avons de tenir à distance l’homme amoureux des parpaings

????????????????????????????????????

Tu faisais quoi, toi?

« un homme qui au revers de son veston

Portait une fleur de béton »

Jacques Dutronc

Longue vie aux jardiniers, à leurs épouvantails et que le grand Cric croque les croquants de la nuit malintentionnés dont le passage ne laisse pas de trace de toute manière.

????????????????????????????????????

ouf, sauvé, l’Anatole!

Un bel été à tous les visiteurs et que les légumes et les épouvantails continuent à danser au clair de lune.

????????????????????????????????????

épouvantail au féminin, très élégante

 

Maïté L

 

Les épouvantails de La Béchade à la fête — 1 —

juin 26th, 2015

« Tel un épouvantail il ne fait peur que de loin. »

Proverbe égyptien

????????????????????????????????????

par Chantal

Mes promenades dans le quartier me conduisent souvent au Jardin de la Béchade

Ce petit parc proche du stade Chaban-Delmas et du CHU, abrite depuis son origine, de nombreuses espèces de chênes et des plants de vigne (proximité de crûs célèbres comme Château Haut-Brion ou Château Pape Clément)venus s’ajouter aux arbres tricentenaires sur cette ancienne propriété privée appartenant maintenant à la Ville de Bordeaux.

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

L’année dernière, sont nés à leur tour les jardins partagés qui portent le nom de « Jardins de Bacchus ».

????????????????????????????????????

par Chantal

Pour fêter le premier anniversaire des Jardins partagés une fête champêtre et un concours d’épouvantails ont eu lieu ce mois-ci.

????????????????????????????????????

l’homme de paille

Dans nos campagnes livrées aux pesticides, dans nos jardins on ne voit plus guère d’épouvantails, sensés assurer l’intérim des jardiniers et paysans lorsque ceux-ci sont absents des champs. Mais qu’épouvantaient-ils vraiment, confectionnés à partir de vieux habits, de vieux chiffons,  de paille et crucifiés à tous vents.  Je crois bien plus à leur formidable capital de sympathie qu’à leur pouvoir d’effarouchement, à force d’observer la capacité de nos oiseaux à s’adapter à leur environnement.

????????????????????????????????????

la pêche est dans le vent

Aujourd’hui, les épouvantails sont revenus symboliquement dans les Jardins de Bacchus où d’ailleurs, Bacchus lui-même s’est invité.

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Les épouvantails sont les amis des enfants, des poètes et de la culture raisonnée, comme j’ai pu le constater lors de ma première visite. Ils donnent de la couleur, de l’humour, de la joie de vivre aux jardins partagés.  Ils sont les clowns joyeux de nos pensées et de formidables liens  alimentant les conversations. Ils nous ressemblent dans nos travers, nos préoccupations ou nos joies. Mais aussi comme un dessinateur talentueux pourrait le faire, ils croquent nos travers ou les travers de certains corps de métier.

Aux jardins de Bacchus, les nombreux épouvantails font vibrer l’esprit jardin et nature et semblent chanter la chanson de l’été.

????????????????????????????????????

le tube de l’été

L’épouvantail traditionnel  est souvent masculin, souvent affublé d’un couvre-chef, je sais gré à certains d’avoir conçu une dame créole qui ne manque pas d’allure.

????????????????????????????????????

Dame créole en son jardin exposé

Il y a là le gardien du jardin, fortement adepte du divin nectar de Bacchus,

????????????????????????????????????

Altela! Hic!

????????????????????????????????????

qui l’eût cru?

????????????????????????????????????

la panoplie du parfait gardien des jardins de Bacchus

copain de bamboche d’Anatole, conçu par notre correspondante Sud-Ouest Chantal (qui est aussi mon amie),

????????????????????????????????????

Buvons un coup fleuri!

 

????????????????????????????????????

Anatole par Chantal

le gardien des roses trémières, Le Drôle d’Oiseau , frère du vent, toujours conçu par Chantal,

????????????????????????????????????

Drôle d’oiseau par Chantal

tout comme l’épouvantail qui nous accueille à l’entrée.  Bacchus évolue au milieu des capucines et les contributeurs à la réflexion sur la nature et les déchets ont fait non des hommes non de paille mais de sacs poubelle qui ne manquent pas de charme lorsque le vent s’engouffre dans leur robe de plastique

????????????????????????????????????

jupes au vent

tandis que  cliquette l’homme de canettes.

????????????????????????????????????

coca mon amour!

En partant il ne faut  pas oublier de saluer les épouvantails qui préfèrent le calme, près d’un banc accueillant

????????????????????????????????????

venez donc me tenir compagnie

ou dans les bras d’un chêne.

????????????????????????????????????

auprès de mon arbre je vivais heureux

 

Petite anecdote : lorsque j’ai fait une série de photos : il y avait de la joie au jardin tout bruissant des échos de la fête récente. Pendant que je photographiais, un groupe d’enfants commentaient chaque épouvantail. Bacchus retenait leur attention lorsque  à un moment donné, ils m’ont vue et très à l’aise, après un moment d’hésitation dû à mon appareil photo ? à mon immobilité ? à ma joie de les observer ? Ou bien peut-être à mon habillement peu conventionnel, l’un d’entre eux a soudain tourné ses grands yeux vers moi et dit en me regardant : » oh ! je croyais que c’était un épouvantail« !

L’épouvantail

Les cheveux en bataille
Le corps en brin de paille
Vêtu d’un vieux chandail,
C’est l’épouvantail.


Il fait peur aux moineaux
Aux corneilles, aux corbeaux,
À tout oiseau qui piaille,
C’est l’épouvantail.


Est-ce que tu oserais
Le toucher, l’embrasser,
Le prendre par la taille,
Cet épouvantail
?

Corinne Albaut

????????????????????????????????????

Zébulon

 

 

Il y a donc une certaine empathie entre les non épouvantables épouvantails et moi et je ne voudrais pas clore ce billet sans faire un saut dans « le Magicien d’Oz » auprès de Dorothée qui veut aider l’épouvantail, véritable  homme de paille à qui ne manque apparemment qu’une cervelle.

« ça ne me dérange pas d’avoir les jambes, les bras et le corps empaillés, au contraire : on ne risque pas de me faire du mal. Si on me marche sur les orteils ou qu’on m’enfonce une épingle, ça n’a aucune importance, puisque je ne sens rien. Mais je ne veux pas qu’on me traite de sot, et si ma tête, au lieu d’avoir une cervelle comme la vôtre, reste bourrée de paille, comment apprendrai- je jamais quelque chose ? »

Mais au fait quelle est la vie des épouvantails dans les jardins de Bacchus lorsque le parc est fermé au public ?

????????????????????????????????????

au soleil les salades

Un petit détour encore du côté du Magicien d’Oz pourrait semer le trouble en nous.

« Comme Dorothée dévisageait gravement l’étrange face peinte de l’Épouvantail, elle eut la surprise de le voir cligner lentement de l’œil dans sa direction. Tout d’abord, elle crut s’être trompée : au Kansas aucun Épouvantail ne cligne de l’œil ; mais voilà que le mannequin lui adressait un signe amical de la tête. Elle descendit alors de la barrière et s’approcha, tandis que Toto courait autour du pieu en aboyant. – Bonne journée, dit l’Épouvantail d’une voix plutôt enrouée. – Vous avez parlé ? demanda la fillette, très étonnée. – Sans doute, répondit l’Épouvantail ; comment allez-vous ? – Assez bien, merci, répliqua poliment Dorothée ; et vous ? – Ça ne va pas fort, dit l’Épouvantail en souriant, car c’est bien ennuyeux d’être là, perché nuit et jour, à effrayer les corbeaux. – Vous ne pouvez  pas descendre ? – Non, ce pieu est enfoncé dans mon dos. Si vous vouliez bien me l’ôter, je vous en serais très reconnaissant. Dorothée se hissa jusqu’aux deux bras et enleva le mannequin, qui, bourré de paille, ne pesait pas lourd. – Merci beaucoup, dit l’Épouvantail, une fois posé à terre. Je me sens un autre homme. Dorothée était très intriguée ; un homme en paille qui parlait, qui s’inclinait et lui emboîtait le pas, tout cela lui paraissait plutôt bizarre. »

Maïté L

à suivre…

 

Entre la misère et le monde rêvé: un mur d’eau et un mur d’indifférence

juin 8th, 2015

LES MOTS D’ALPHATHANOROMEGA:

« Mais entre « un mur d’eau »… et « un mur de lumière… !!!
Il y a le mur du son…
Le coeur joue du tambour…
Une poésie éclot… »

 

LES MOTS DE RE CHAB

unnamed

photo: naufragés maliens sur les côtes italiennes

Provenance Maliactu.net

PASSER LE MUR DE L’EAU

C’est sec, épineux, et ici on mange des pierres .

On survit comme on peut .

Et puis ceux qui ne peuvent pas,

Mangent leur désespoir.

Ils se décident alors, à franchir le mur.

Un mur différent des autres.

Pas de béton, ni de barbelés.

Il s’étend à l’horizontale,         liquide.

Tes frères ont embarqué

Dans des bateaux si lourdement chargés,

Qu’ils penchent de leur poids de misère .

La mer, puisque c’est elle,

Se termine dans les esprits, quelque part,

Bien au-delà de l’horizon ,

Par des pays que l’on dit riches .

C’est              ce que dit la télévision,

Le rêve est à portée de mer.

On ne sait ce qui est vrai,

( Ceux qui sont partis ne sont pas revenus ) ,

Le rêve entretient l’illusion,

Nombreux sont les candidats,

Ils ont misé leur vie pour un voyage

qui n’a rien d’une croisière :

Ils ont chèrement payé les passeurs

Comme en jouant à la roulette :

Faire confiance au destin,      aveugle

Sans savoir où il mène.

Les dés jetés sur le tapis bleu  :

Avec la question

« Coulera, coulera pas ? « 

Cela ne dépend plus de toi

Le mur d’eau        reste à franchir :

C’est un espace sauvage,

Avec tous ses dangers

La progression est lente ;

Elle n’en finit pas

On dit qu’il y eut de nombreux naufrages,

On dit,    (  car les morts ne parlent pas  ) ,

Mais les cris, avec le gémissement du vent,

Ou les vagues hostiles,

Qui se lancent avec fracas

Contre la frêle coque  …..

Si tu vois un jour les îles,

Des pays étrangers,

Tu auras eu la chance, beaucoup de chance,

– remercie les dieux –

De voir de tes yeux

Cette carte postale   ! –

Que tu pourrais envoyer,

– Si tu survis,-

Une fois arrivé  ,

A ceux de ton pays natal.

Maintenant, il te faut plonger,

Nager,           nager  jusqu’à épuisement

Car          la traversée ne comprend

pas de canots pour  naufragés.

Après cette épreuve redoutable,

Migrant, si ton corps

T’as permis d’arriver à bon port,

Te voilà sur le sable .

Mendiant de la vie

Avec une dizaine de rescapés  .

Ils ont eu comme toi la chance,

Que le hasard leur ait souri,

Touristes malgré eux, arrivés

Dans un club de vacances .

D’autres se sont échoués,

Dans la nuit, dans ce havre.

Mais ils sont immobiles,

Sur la plage lisse.

Ce sont des cadavres,

Que vient compter la police.

Au concert des nations,

Le mur de la mer,

Est aussi une frontière ,

D’où suinte la misère,

Celle des pays en guerre.

Un mur des lamentations .

Au sujet des touristes  « malgré  eux »…on pourra  se reporter  au film de Costa-Gavras,  « Eden à l’Ouest »

qu’à cet article tout récent relatant la juxtaposition des « vrais » touristes, aux migrants, sur l’île de Kos  ( Grèce )

***

DES ECHOS A BRISER L INDIFFERENCE

Regardez aussi par-ici chez Roger qui ne manque pas de s’indigner  et de le faire savoir grâce à ses écrits et surtout  en édifiant ses œuvres de land art.

http://rogerdautais.blogspot.fr

***

MES ECLATS DE MOTS

Un mur d’indifférence

On les dit sans-abri,

 sans papiers
Sans domicile fixe…

Pays de naissance : oublié

Dans la guerre, la misère

Les tueries, les massacres

L’ignominie.

Ils se sont abîmés

Dans le refus des recrutements mafieux.


Personnages mouvants

Devenus « migrants »

Le mot est aigre, acide pour les nantis.

Ils ont risqué leur vie.

On la leur a prise

En toute impunité

Et jetée à la mer

Contre pactole.

Poches retournées

Désespérément vides

Et rêves rapidement brisés.

S’ils en réchappent

Epuisés

Au milieu des cadavres empilés

Affamés

Traumatisés

Parqués

Emprisonnés

Leur vie vacille

Ou bien
Ils n’ont pour ciel de lit
Que la Voie Lactée,
Une fenêtre déchirée
Dans le tissu élimé
De la vie.
Sur un tas de journaux
Bien ficelé
Pour ne pas répandre
La misère,
Ils étendent leurs maux
où les mots ne rencontrent
Que froid, silence
Et regards fuyants.


De leur passé d’êtres blessés

niés
Ne restent que des yeux vides
De souvenirs gommés,
Arrachés,
Oubliés,
Dans une absence de grenier.
Chez « ces gens-là »,  on n’a pas d’armoire
Seulement la clé des champs
en sautoir de jours noirs

Des camps d’infortune

La promiscuité

Des barbelés

Des  déserts

et des montagnes

traversés.


Chez « ces gens-là »

On n’a  dans ses poches
Que la vie de l’instant…
Et si les jours cassent les nuits,
et si les nuits attaquent les jours
Une seule dignité reconnue
par de trop rares hommes et femmes phares
sur les marées des déshérités.
Indifférence coupable

Peu de chantres de la misère

Pour les sans-abri, les sans-papiers
Les sans-domicile fixe.


Les mains dans les poches pour les réchauffer,
Les pieds usés de trop espérer
La voix cassée des déshérités…

Ils restent là,  à la merci de ceux qui les recueillent.

C’est la loterie

La loi du numéro

Le croupissement

Deux mondes qui s’entrechoquent

Dont un ignore l’autre

Devinez lequel…

L’expulsion

Les camions

Les frigos

L’enfer toujours recommencé.

Mais quand tout cela s’arrêtera-t-il ?

Maïté L

***

Cette semaine dans Télérama, la une mais aussi un article  » Le grand Naufrage »

LE CRI DE TELERAMA:

making-of d’une photo de une saisissante

  • Traduction : Martine Massenavette
  • Publié le 11/06/2015.
  • le-cri-de-telerama-making-of-d-une-photo-de-une-saisissante,M229557
  • Un bateau isolé, une mer calme et la mort qui rôde… La photo d’Alfredo D’Amato, photographe italien, illustre la une de notre magazine, cette semaine, consacrée au drame des migrants. Mais comment l’a-t-il prise ? Explications.
  • Alfredo D’Amato est né en 1977. Après des études dans les domaines du documentaire, de l’art et du design, il s’est tourné vers la photographie et mène des projets sur le long terme. En 2014, il a collaboré avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.
  • “Dans la nuit du 3 octobre 2013, 368 Africains avaient péri après que leur bateau eut chaviré près de l’île de Lampedusa. Leur mort avait provoqué la consternation et c’est alors que le gouvernement italien avait chargé une flottille composée de 851 hommes embarqués sur cinq navires, de secourir les migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée.
  • Il avait fallu deux jours au San Giorgio, le vaisseau principal sur lequel j’avais embarqué, pour atteindre sa zone d’affectation à environ 200 miles des côtes libyennes. Mais nous avons dû attendre quelques jours encore que la mer se soit calmée pour lancer les opérations de sauvetage. Depuis l’hélicoptère dans lequel j’avais pris place, nous avions repéré un radeau en caoutchouc avec environ 200 personnes à bord, puis un autre en bois bleu , puis un autre, et la mer avait semblé d’un coup recouverte de ces frêles embarcations.
  • A l’approche du San Giorgio les gens s’agitaient et criaient à l’aide. Un homme tendait un bébé à bout de bras pour nous faire comprendre qu’il y avait des enfants à bord. A la fin de la journée plus de 1200 personnes avaient été secourues : des malades, des blessés, des femmes enceintes, tous hébétés par leur effroyable périple, trempés et souvent sans chaussures, ils s’étaient effondrés sur le bateau. Ils devraient attendre encore deux jours avant d’accoster en terre d’accueil, mais cela ne représentait rien en comparaison avec ce qu’ils avaient vécu, comme l’avait fait remarquer un Nigérien, la chemise maculée de sang. Puis les téléphones portables avaient recommencé à émettre. L’excitation des migrants était devenue palpable. Certains avaient agrippé des sacs en plastiques scotchés dans lesquels ils avaient enfermés des habits neuf achetés spécialement pour leur arrivée dans leur nouvelle vie. Les femmes avaient changé leurs voiles et s’étaient parfumées, les enfants avaient recommencé à jouer.”
  • L’opération Mare Nostrum a permis de sauver 160 000 personnes avant d’être remise en cause par le gouvernement de Bruxelles et remplacée par le controversé projet Triton, mené par la communauté européenne.
  • le-cri-de-telerama-making-of-d-une-photo-de-une-saisissante,M229658

***

 

LA CONTRIBUTION D’ALEZANDRO

 

Mourir sur une plage ou mourir naufragés,

Sur un rafiot sordide, impasse aux libertés,

Le cœur dans la tourmente et les yeux chavirés,

Tournés une ultime fois vers l’exil mythifié,

Abandonnés des hommes en toute lâcheté,

Et d’une Europe obèse en manque d’humanité,

Vouloir glaner sa place pour simplement oser,

Une vie sans entrave, un brin de dignité,

L’espoir d’une nouvelle chance et ne pas crever

Seuls, résolument seuls tels des chiens sans collier.

***

LA CONTRIBUTION DE SERGE

« Quel sujet complexe que celui des flux migratoires qui ne sont pas près de se tarir. Le monde de demain verra ce phénomène s’intensifier. La genèse est à trouver du côté de situations politiques instables, dictatures, droits de l’homme bafoués, terrorisme, guerres. L’occident a une grande part de responsabilité dans ce qui se produit en Asie Mineure. Bush en s’en prenant à Saddam Hussein pour de mauvais prétextes à déstabilisé complètement une région déjà partitionnée au début du 20e siècle par les anglais et les britanniques. Je suis d’accord sur le fait qu’il est scandaleux de laisser les italiens confrontés à la majorité des flux migratoire. Je n’ai jamais eu une bonne opinion sur l’Europe qui s’est construite autour de la protection du capital au détriment des citoyens. Ce qui se passe actuellement ne fait que me conforter dans mon opinion.
Je voudrais élargir aussi les points de vue : La France a une grand responsabilité sur la déstabilisation du système politique libyen (fût-il oh combien imparfait) mais on mesure le résultat des courses – pays vivant dans l’anarchie et une guerre civile totale, déstabilisation du Sahel imposant une présence militaire permanente.
Quant aux Etats Unis, il ne me semble pas qu’ils contribuent à éponger les flux migratoires dont ils sont en grande partie responsable en ce qui concerne le conflit en Irak et en Syrie. »

Tout contre les murs, l’étoffe du temps – L’article est en cours d’écriture

avril 28th, 2015

« Ainsi le mur dans ses pierres est-ce un motif pour dire où nous en sommes. Elévation des pierres et des mots. La langue creuse les fondations, l’herbe reprend notre mémoire Nous écoutons ce qui rassemble en nous d’autres lieux et d’autres temps où rien ne fut inscrit. »
 GEORGES DRANO

????????????????????????????????????

**

Nous voici partis pour  explorer le livre des murs et leurs diverses « géographies »; avec leurs strates semblables à celles sur lesquelles s’élèvent les villes(la vie aussi?) et dont on découvre l’histoire pas à pas.

Et comme dans chaque balade, il y aura des allers simples et des retours, des livres à ciel ouvert et d’autres dans les entrailles de la terre,une ouverture vers le street art, des témoignages discrets et d’autres éclatants de couleurs, des digressions au fil de la pensée, des bonds de pierre en pierre, de fleur en fleur, de parfum du passé en lumière du présent: ainsi se tisse l’étoffe du temps.

***

1 par Re Chab

des murs  (  le chant des plantations ….)

-Elle s’accroche dans les creux,

Dessine des arabesques ,
Des floraisons au sein
des murs arides .
Et cela grandit,

D’abord en lichens,
Recouvrant petit à petit,
L’écriture penchée
« défense d’afficher »,
Encore visible sur l’enduit.

Il disparaît à plusieurs endroits,
Révèle des pierres,   bien jointoyées,
Où bientôt ,          pointe de la couleur,
Un rose insolent,
Une fleur .

Elle échappe au sévère,
Et          s’est trouvée une autre nature,
Autant de vie,
A défier            le ciment
En un nouveau printemps.

????????????????????????????????????

***

2 en écho

P1060337

Mur, muret ou muraille ?

Il y a des murs qui disent oui

Et d’autres qui disent non.

 

Ils s’habillent de ciment

Se lissent, s’oublient

Se murent dans l’oubli

Se cachent à la vue

Se dérobent, se neutralisent

Même les ombres ne s’y arrêtent guère.

 

D’autres  se dévoilent au passant,

Et l’affichent ROUGE

Ou bien disent à la face du monde

A l’œil et au doigt s’y promenant

Qu’ils sont accueillants.

Ces murs généreux

Nous renvoient la chaleur

Lorsque notre énergie est morte

Ou bien nous épaulent

Lorsque nous semblons rendre l’âme.

 

Mot à mot sur le mur primitif

Les pensées prennent vie

Les fleurs de lumière  s’y lovent

Sans terre, sans eau mais si vives

Qu’on y lit le livre du printemps

Parfois, l’automne y fait ses gammes

En chevelure frissonnante de feuilles

En guirlande de lierre prospère

Où le lézard joue à la balancelle.

 

Soudain l’horizon s’illumine

D’une fleur des chants

D’un arbre jailli de ses entrailles.

Le mur a parlé, le mur fait racine

Et la vérité s’élève vers le ciel.

Qui fit un mur, édifia un tableau

Qui fit une barrière la vit prendre mot

Qui planta un arbre lutta contre poussière

Qui lut le proverbe fut initié

A la langue des signes.

Maïté L

clairière

photo prise en bordure du parc de la sérénité/ Mérignac 33

***

3-Petite suite

Vois-tu ce que les murs cachent,

Avec leur robe de ciment,

Leurs cheveux de piquants,

aux tessons qui dépassent… ?

a

 

Ce que certains interdisent,

C’est d’abord le regard :

Devant le corps, une barre,

Contre la convoitise…

 

Je ne sais s’ils sont accueillants,

Si ce sont ceux qui enferment,

En montrant leur épiderme

Même s’il est verdoyant.

 

Et, il est vrai, plus sympathique,

S’il est couvert de lierre,

Qu’hérissé de barres de fer,

Et autres piques.

 

Mais ce peut être le mur d’enceinte,

Prolongeant les pentes escarpées,

D’où l’on ne peut s’échapper,

Qui symbolise la contrainte.

b

 

-photo perso        – enceinte  de Loropeni ( Burkina-Faso)

 

Celui de la prison,

Ou la loi se fait ciment,

la logique de l’enfermement,

Enrobée de béton.

 

Celui de la ville,

Qui se barricade,

Et joue la canonnade,

De peur qu’on la pille…

c

 

 

Celui du mur de la honte,

Qui tronçonne les quartiers,

( c’est pour mieux vous châtier,

Qu’on les monte ) !

 

Alors je préfère ceux,

Qui se manifestent,

Que les graffiti contestent,

Ou qui sont moins belliqueux.

d

 

 

La verticale est un obstacle,

Dressé contre la nature,

Et je n’aime les murs,

Qu’en tant qu’habitacle.

 

Ou bien ceux qui parcourent la campagne,

Et n’évoquent pas le bagne…

Pour séparer les champs,

Comme dans les îles d’Aran,

e

photo; murs  sur l’île  d’Aran ( Irlande)

RC

***

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

4- C’est l’histoire d’un mur amer…

Acte I : Dans les jardins :

Il y eut toutes ces années d’enfances

De simples haies de verdure

Livrant le passage à des jeux sans fin,

Trois maisons sans frontières

Et des poursuites, et des rires entre les arbres :

Les bambous, le tilleul

Le lilas et le chêne

L’immense magnolia aux feuilles vernissées

Et le vieux cerisier…

 

Acte II : Un jour la maison fut à vendre : ils ne l’avaient jamais aimée.

 

Le vieux cerisier abandonné
Fait ses adieux sans avoir démérité
Aux oiseaux et au vent.
Arbre courage à la généreuse blancheur
Il défie les tristes panneaux
Posés à la hâte sur le portail
Grinçant à deux vantaux.
A vendre. Propriété tombée en disgrâce.
La villa se décompose les volets clos
A l’ombre du magnolia et du vieux tilleul.
Les chats , passagers du silence
Effacent les ans sur le seuil usé.
J’ai mal au tendre aubier de l’an
A ses branches murmurant aux passants,
Que les oiseaux n’auront pour tout festin,
Qu’une parade en pétales blancs.
Le cerisier touchera terre
Avant le prochain printemps.

Acte III : Fin des arbres.

 Peu de temps après l’écriture de mon poème « le vieux cerisier » une pelle mécanique arriva et j’assistai au carnage : la chute sauvage des arbres arrachés, cassés.

Le cerisier n’eut droit à aucun égard.

 

Acte IV : Les travaux de construction :des murs montent, montent…

Musiques de vie

Un matin ordinaire
à l’éveil d’un chantier:
Soudain, quelques bribes
d’un chant de son pays.
Mais qu’il est loin l’été à recoudre les racines!
Des marteaux de non cadence
et un klaxon en transbordement
du sable, du sable qui dégouline,
des fausses pyramides
des plages où la sueur
Vient faire barrage au gel.
Des pelles silencieuses
à tournebouler la terre
Tam tam de grosses caisses
et flon flon mécanique en béton
Un matin si ordinaire…
Au loin résonnent encore des pépins amers
Des clameurs, des nuits de rancoeur
et de fronde,
couleur de feu, couleur de sang.
J’ai peur
Quand les mots enflent,
Quand les gestes dérapent,
Nous laissant Marionnettes pensantes
De tous ces mondes parallèles.
Marionnettes aux aguets
spectateurs ou acteurs
Nous écoutons
tous ces grains de l’hiver
ces musiques de vie
si emmêlées.
Qu’on ne sait
qui tire
les ficelles….

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

 

Acte V :Fin

Le  grand bâtiment ouvert au public, le grand cube construit nous  cache les ciels enflammés du crépuscule. Il y a quelques jours encore, je les apercevais dans le miroir des fenêtres.

Nous appelions de tous nos vœux la construction d’un mur, d’une palissade nous rendant notre vie, un semblant d’intimité, nous séparant de nos nouveaux voisins

Il est là, en bois….

C’est l’histoire d’un mur, l’histoire d’une page qui se tourne, un point de rencontre entre la nostalgie d’un passé révolu et la raison.

 

Mais il est  toujours aussi  vrai que « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.

reflets-042

Maïté L

***

5-par Re chab

 

Muraille


Autant il s’agit d’une masse,

Qui se dresse,

Mais qu’il a fallu jauger,

C’est à dire évaluer,

Dans son volume futur,

De pierres, de ciment,d’armatures…

Et combien de camions ont été nécessaires,

Mais aussi les tranchées, les soubassements,

Les drains d’où l’humidité s’échappe  ;

 

Autant il s’agit de la mettre en œuvre,

Cette muraille ;

De soulever le poids d’une pierre,

De l’aligner sur la voisine,

De l’épanneler,

De choisir la bonne assise,

Le bon angle,

De l’élever progressivement,

D’utiliser les grues,

D’extraire le sable de carrière….

1

 

 

La construction s’arque-boute

Sur elle-même,

Pèse de sa propre masse,

Sur sa verticale,

Sur les pierres de la base,

Sur les fondations.

Elle joue la carte de la durée,

Et déjoue même dans la mémoire,

Son origine,

Le pourquoi de sa présence ici….

2

 

( mur  d’enceinte  de Rome, construit par Aurélien)

 

Elle clôture la propriété,

S’orne d’arcades,

Se pare de meurtrières,

D’un chemin de ronde,

S’élève en tours,

Gravit les pentes,

Dessine les contours de la ville,

Puis   jusqu’à la démesure,

Une frontière,

( La Muraille de Chine .)

 

La marque de la puissance,

La verticale de l’arrogance,

Mais qui porte en son sein,

La crainte,

Celle de ceux dont on se protège,

Et qui parviendront,

A trouver le défaut de la cuirasse,

Si la vigilance chancèle,

Si les dynasties faiblissent,

Et se diluent dans le temps.

3

 

 

 

Car c’est justement le temps,

Qui morcèle les murs.

L’envahisseur viendrait

Davantage de l’intérieur,

Si d’autres usages font,

Que la muraille n’est plus utile,

Ou finit par encombrer  :

On s’en sert de carrière,

On l’arase, on la perce,

D’autres constructions s’adossent à elle….

4

 

Offerte aux intempéries,

Elle suit le cours des choses,

Se ride et se lézarde,

Et il n’est pas rare que des racines

La soulèvent, pénètrent les interstices,

Lui donnent un fruit,

Et qu’à la poussée de la terre,

Quelques pierres se détachent,

Et même , que des pans entiers

Se décrochent                       comme par lassitude…

5

 

(chute  d’un des remparts  de Parthenay)

***

6- Le château de Bonaguil ou  la force tranquille

????????????????????????????????????

Bonaguil  M Ladrat

 

Aujourd’hui sans doute, il pleure contre ses flancs

Des larmes de pluie, des pétales odorants

Mais la muraille en rit : les larmes viennent heurter en vain l’infini.

Le temps n’a pas de prise sur le bâti, sur le château

Qui d’un lointain enfoui  sous les strates nous fait signes.

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

 

Mais quand vient l’été

 Alors, le soleil généreux du Sud-ouest

Effleure les pierres où le vent vient baguenauder

A l’ombre du sentier pentu.

Le regard s’élève ou  bute… Contre la lourde porte

Où vient s’engouffrer notre imagination

Devant quelques costumes entrevus :

De longues et lourdes robes nous font rêver

Tout comme les armures où jouent les reflets.

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

 

Bonaguil se dévoile lentement…

De loin il campe en majesté sur son éperon rocheux.

 Il faut prendre le temps de s’en approcher, faire halte à ses pieds

Laisser monter l’émotion, s’y  sentir accepté

Autorisé  à caresser de la main le destin des pierres

 Et du regard admirer leur tourbillon, leur audace.

Pénétrer dans le cocon d’entre les murs nous entraîne

Vers les tours aux plafonds blonds et circulaires

Dans l’enfilade des pièces,  devant la grande cheminée

De la salle d’apparat où flambaient des troncs entiers

Dispersant  leurs étincelles et leurs jeux d’ombres.

Et puis s’asseoir à la table massive, prendre la plume maladroitement

S’essayer à la  calligraphie en mode médiéval…

Si loin de toutes ces flèches fusant des archères

Leur préférer l’instant-bulle  fugitif  des cœurs de lumière.

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

Bonaguil, pierre après pierre nous fut conté

Lui, le château peu à peu restauré, jamais abandonné.

 Aujourd’hui, Bonaguil n’en finit pas de vibrer

 Laissant à ses visiteurs une émotion profonde.

Maïté L

????????????????????????????????????

Bonaguil M Ladrat

http://www.chateau-bonaguil.com/fr

***

Les vivres de l4art 2014a

Les Vivres de l’Art/ Bordeaux 2014

7-_ Par Rechab le 31 05 15

Ce sont des façades qui portent en elles les fatigues.

L’envers de la surface décrépite,maintenant offert sur l’extérieur

L’air les traverse, et les intérieurs s’éparpillent.

Avec leurs entrailles de câbles, de tuyaux, de conduits, qui sont, de la sorte,   comme dans nos corps, les circuits que nous portons,                sans en avoir forcément conscience.

On sait que le sang pulse, que l’oxygène nous est nécessaire, que les nerfs transmettent les sensations, et permettent le mouvement.

 

Les maisons sont alors ces corps, laissées pour compte, mais leurs murs encore debout.

Sentinelles, marquées de la pulsation du passé.

Tu peux voir, leurs papiers peints, changeant selon les étages, une mosaïque de couleur, des gris, des roses, des verts…. et la destination des pièces :

Une mise en scène involontaire, préservant ,  par l’ombre, l’emplacement où les meubles et les tableaux sont restés immobiles,      sur l’échelle des années .

Les alignements verticaux des lavabos et des baignoires, les portes,     qui ne débouchent plus sur rien.

Comme si la vie était suspendue aux ustensiles,           hésitant entre sa disparition et le témoignage.

Une rampe d’escalier serpente, à la façon d’une colonne vertébrale.

Des pigeons s’y accrochent.

C’est une falaise écorchée.

Le clos est ouvert, donné au vent : un corps déchiré sur l’indifférence ;         sans intention de montrer.

Même pas le corps disséqué de la « leçon d’anatomie »

 

 

Le regard y plonge, et c’est presque indécence.

????????????????????????????????????

Bordeaux Les Vivres de l4art 2014

(  j’avais  déjà  écrit  il y a longtemps  quelque  chose  sur  ce thème, visible ici)…

 

 

 

 

 

 

Rêves perlés d’estuaire et son échappée belle -page2

avril 14th, 2015

unnamed

18

C’est peut-être l’ivresse,

Qui me fait voir un lion à deux têtes,

Et peut-être le vin de messe,

Participe à la fête…

 

la muraille verticale,

Supporte même un éléphant,

Qui s’extrait d’une cathédrale,

.vous m’en direz tant !

unnamed (1)

(éléphant de la cathedrale  de Trani – Italie)

 

Aussi quand je lis Aliénor,

J’ai quelques doutes sur ma santé,

Si je perds un peu le Nord,

( Vénus prête à enfanter ) .

 

Tout juste sortie du lit,

La barque d’un coquillage,

Dans la peinture de Botticielli,

Aborde nos rivages.

 

C’est avec elle,

Que l’enfant vagit,

S’envolant d’une nacelle ,

De mythologie .

 

On a des doutes sur le réel,

Un pied à cheval dans le merveilleux,

Aux enfants il pousse des ailes,

Et le ciel reste radieux .

 

Ce qu’on y voit ne sont pas des avions,

Mais le passage des déesses,

Et du char d’Apollon,

Ne tenant pas ses chevaux en laisse…

Le_Char_d'Apollon, 1868 via les amis de musées - www.ffsam.org

 

 

 

Tout leur est permis,

Et à portée de main,

Des collines d’Italie,

Le monde est un grand jardin,

 

C’est une terre d’abondance,

Ensoleillée et humide ,

Tout le monde danse,

Dans le jardin des Hespérides….

 

Si Hercule se souvient,

De ces lieux,

Et des plus anciens,

C’est qu’un demi-dieu

 

Toujours se doit,

De raconter des histoires,

Et celles de ses exploits,

Pour nous rafraîchir la mémoire…

 

Moi j’aime la poésie,

Et la peinture ,

J’y cueille de la fantaisie

Dans ses plus petits murmures…

 

Tout cela me parle d’imaginaire,

Et m’amuse,

En faisant interpréter les mystères,

Des nymphes et des muses….

 

C’est en quelque sorte

A travers l’art,

Ouvrir d’autres portes,

Et boire le nectar …

 

Que nous offre Bacchus …

Pas de sensations fades,

Même avec les icônes russes,

Du musée de Léningrad,

 

Qui nous regardent, sévères,

Dans leur cadre doré…

>   Allez,         je vide un verre,

Avant qu’il ne soit évaporé…

 

Et s’il faut que je trinque,

C’est parce qu’encore,

Dans le labyrinthe,

Je dois affronter le Minotaure .

 

Le pauvre est enfermé à double tour,

Sans voir le soleil…

Moi je vois l’issue de secours,

A travers la bouteille…

 

Il ne sait pas où le chemin le mène,

Ne pouvant pas lire  l’avenir dans sa tisane,

  • j’ai trouvé la sortie de l’arène,

( grâce au fil d’Ariane )

 

Qu’il y ait eu ou non combat,

Ou délit de fuite,

On parle encore beaucoup ici bas,

L’imagination permet d’inventer la suite

 

Sans pour autant abuser,

Des parquets cirés,

Des salles des musées,

–  il reste possible de délirer –  …

 

Ce dont jamais je ne me prive

N’étant pas Prométhée enchaîné,

Qu’il faudrait que l’on délivre,

Du rocher le maintenant prisonnier…

 

 

RC

***

 

19

14/04/15

Au cœur de ces libations

 Je me sens rasséréné

Et dans notre divine virée

J’entrevois ma libération.

 

Je goûte à la verte absinthe

Laissée sur le bord de la vie

Par Toulouse-Lautrec inassouvi

Parti cependant sans une plainte.

port-de-Roy2

 

Mais… des effluves marins

Franchissent les hauts murs

De ce lieu aux desseins obscurs

Que j’oublierai sans doute demain

 

 

Là-bas la corne de brume

Appelle au rassemblement

 Je dois fuir  le casernement

Sans aucune amertume.

 

Icare en mots ressuscité

Par la grâce d’une plume

Surgit tout nu de l’écume

Où il s’était pauvrement abîmé.

3 08 08 246

 

Pour survoler la ville assoupie

Point n’est besoin de trompette

Icare, sors-moi de ma cachette

 En profitant de la fin de la nuit.

 

A toi s’offre une autre chance

Nous ne sommes pas loin je pense

De cette barque isolée dans les remous

Tu pourras avec moi réaliser ton rêve fou.

 

Nous survolerons la ville austère

Nous serons les évadés à tire d’ailes

Les oubliés devenus complices fraternels

En quête d’un destin solidaire.

3 08 08 255

 

Partons en direction du pont

Avant que le soleil n’illumine le matin

Sous les arches commence le chemin

Qui nous mènera tout droit vers l’horizon.

 

Je suis comme ces barques en bois

Venues du fond des âges : elles s’étiolent,

Se délitent ; ce sont des symboles

A garder des courants d’air sournois.

 

Au fond de l’estuaire il est un royaume

Loin des parquets cirés, des salles de musées

Où tout est permis, même délirer

La barque nous y mènera : home ! Sweet home.

Maïté L

***

20

Oh, mais méfie-toi de l’absinthe,

( non pas que je prône les privations ),

mais il est bien connu que cette boisson,

n’a pas qu’un tendre vert dû à sa teinte…

 

Je me rappelle de cette dame hébétée,

Qui a un drôle d’air,

Juste en-dessus de son verre,

  • Allez, A votre santé ! –
  • unnamed

–   

–     Degas    – le  verre  d’absinthe

 

 

Allons ce n’est qu’une petite dose,

Et hop ! Un petit apéro !

  • on va pas s’noyer dans un verre d’eau ! –

Et ça aide à chasser le morose …

 

Voila le bar qui tangue,

On commande des blanc-cass,

Autres breuvages ( et j’en passe )

Et même à saveur de mangue …

 

 

Et s’il faut qu’on écluse,

Tous les apéritifs,

Cà tient de l’exploit sportif,

Style « radeau de la Méduse »

unnamed

 

 

 

Car on peut donner dans l’exotique,

Voyager ainsi coûte moins cher,

Que mettre le bateau à la mer …

Ou même un canot pneumatique…

 

Quitte à boire la tasse,

Nous revoilà dans l’océan,

Qui s’étend indéfiniment ,

….   Grand bien nous fasse,

tasse  mer

 

 

Si la soif peut s’étancher

Avec un café-crème,

J’irai trinquer avec les sirènes,

( Par-dessus bord, se pencher …).

 

Il n’est pas sûr qu’elles apprécient ce breuvage,

Elles préfèrent me rendre un peu fou,

En provoquant des remous,

Et que la tasse se partage.

 

Qu’à cela ne tienne,

Elle vont me servir de guide,

Dans l’étendue liquide,

Ce sera une bien douce peine…!

J Waterhouse

 

 

                            peinture  J Waterhouse

 

Mais je ne m’attendais pas,

– j’ai peut-être trop parlé –

A ce que l’eau fût salée,

( et trop pour assaisonner le repas)

 

Je vais laisser ça aux sirènes :

Là où elles sont,

En compagnie des poissons,

Elles seront les reines…

divin breuvage

 

Et question de boire,

Je préfère les bouteilles,

Marquées au seau du cep vermeil,

aux tisanes « saveurs du soir »

 

Si je fais appel à mes souvenirs,

-autant que faire, je puisse –

C’est un goût de réglisse ,

Pour mieux se préparer à dormir…

 

Je vais plutôt quitter la mer,

( et tant pis pour toute cette eau )

Pour transformer ce vaisseau,

En engin inter-planétaire…

extrait J Bosh La tentation de St Antoine

 

–                            (extrait de tableau  J Bosch: la tentation de StAntoine )

 

 

Hop, voilà que je me marre,

Je lui ajoute des ailes,

Avec de la colle en gel,

Et voilà que je démarre…

unnamed (1)

 

 

Je compte bien remplir mon quart,

Avec du jus de nuages,

Si je capte un orage,

A leur ombre: – pas de souci pour Icare…

 

On dit même que l’imagination,

Aurait poussé les voiles,

Jusqu’à aller tutoyer les étoiles…

Tu vois jusqu’où va la passion !

 

Mais la boisson est mauvaise conseillère,

J’ai cru voir des druides,

A travers le verre vide…

Allez —         je reprends une bière !

unnamed

 

 Re Chab

***

21

 

« Dois-je vous dire où nous allions en ce très-court voyage ? Il fut rapide et comme un rêve, le but importe peu »

                                                                                     Odilon Redon

Photo011

Tutoyer les étoiles

A tu, à toi

La nuit tue

La nuit bue

Jusqu’à la lie

Le verre renversé

Et sonne la cloche

Contre le vaisseau

De l’espace.

11 05 2010 028

Déjà je m’envole

Icare sur mes talons

Je vire, je monte, appuie sur les boutons

C’est un jeu d’enfant

 Que la marelle d’antan

11 05 2010 058

Elle esquive les nuages

Qui doucement

S’en vont à la dérive

DSC_0427

Je choisis l’un deux

Avec oreiller incorporé

Pour nous y poser

Sous les astres animés

D’oreilles intergalactiques

De tics à clignotements

De ponts brillants.

3 08 08 267

Je cligne des yeux embrumés

Tu t’impatientes dans le bain

Dans les vapeurs célestes

16 10 10 261

Ici nul breuvage râpeux

Mais un brouillard

A siroter à la paille

A découper en tranches

Nulle gourmandise sournoise

Sucrée et  voilée d’interdits

16 10 10 284

Juste le ciel en escaliers

Et le soleil dispensé

A chaque étage franchi.

Là-bas Je n’ai que trop parlé

Et l’écho me parvient

Du brouhaha terrestre tandis que

La bouche en o

J’étouffe les sons.

03 12 10 026

Ici je ferai mon trou

Et  me reposerai  sur la voie lactée.

J’aspire au bon heurt du premier orage

Je serai le roi tu seras le bouffon

Nous aurons nos oracles

Nos cœurs battants

Nos milliers d’années

Rassemblées en petites coupures

Mais ici rien ne sert de compter

Au monopoly du cœur

Tout n’est qu’apesanteur.

08 02 2011 015

Je ferme les volets

Icare dans ses ailes s’est lové

Je peux reposer en toute liberté

Tournez vaisseau dans l’univers

Au bal des planètes, vous êtes convié.

Maïté L/16-04-15

***

22

19-04-15

voie lactée

« Seuls quelques grains brillants,

Parsèment les années -lumière, »

 

Le trajet dans l’espace,

Prend appui sur le vide.

La fusée voyage au cœur du noir,

On ne sait même si elle progresse,

Tant l’échelle du temps,

Se dilate en apesanteur….

 

Un temps qui dépasse,

Le vaisseau intrépide ,

Sans qu’on puisse s’en apercevoir,

Une si frêle forteresse,

Allant de l’avant ,

( le vol des migrateurs

 

vers d’autres planètes ) .

Seuls quelques grains brillants,

Parsèment les années -lumière,

La voie lactée, la plus proche,

Est un bain de vapeurs célestes,

La destination reste incertaine …

 

C’est comme un voyage dans la tête,

Ou comme un jeu d’enfant,

Quand on ferme ses paupières ,

On se réfugie sous une cloche,

En oubliant les soucis terrestres,

Et refermant ses antennes .

 

Je referme aussi les volets,

J’invente les oracles,

Et mille aventures,

En suivant ta marelle :

Plonger dans le temps, à l’envers,

Loin de la gravité,

 

Des étoiles en chapelets

Je crois aux miracles

En petites coupures

Arrivé sur la case ciel,

Bondir dans ton univers,

Et l’espace rêvé de l’été.

RC

  ***

23

20-04-15

DSC_0126

« Tu regarderas, la nuit, les étoiles. C’est trop petit chez moi pour que je te montre où se trouve la mienne. C’est mieux comme ça. Mon étoile, ça sera pour toi une des étoiles. Alors, toutes les étoiles, tu aimeras les regarder… Elles seront toutes tes amies… » Le Petit Prince

*

Devant le hublot, Le Petit Prince

En route vers sa minuscule planète

Chevauchait un ruban d’étoiles

Venant coiffer le chapeau de la Terre.

 

Il aimait l’été comme je l’aime

Ses grillons dans les prairies

et ses grenouilles près de la source

Ses nuits veloutées et ses étoiles filantes.

 

J’aime aussi l’étoile du Berger

Allumant la nuit de son feu brillant

Et la Lune dans son dernier quartier

Dans les cyprès du ciel étoilé.

 

Au vent de terre, au vent de mer

Succède le vent de l’univers

Où Van Gogh se perdit corps et âme

 Quelque part en Provence.

 

Jaune était son monde

Roué d’oliviers, de cigales

Orange claquait la vie

Et rouge sang finit le cri.

 

Tout cela n’est que souvenir

Faisons route pour les quatre saisons

La case ciel est bien plus profonde

Qu’une envolée de bête à bon dieu.

 

Mille fourmis de Vénus dansent

Sur la sarabande des étoiles

Le vaisseau conduit à travers le monde

Des ombres au chemin de lumière.

 

Au pied des réverbères, seule

Une fleur de lune attend son prince

Ou bien son jardinier des cœurs

Nous le reconnaîtrons à son rire.

 

L’univers est bien trop grand

Pour qu’on le foule du pied

Mais dans  la tête, tu as raison

Fleurissent les miracles.

 

Ils ont la saveur douce de l’été

Au rendez-vous des étoiles

L’hémisphère nord, l’hémisphère sud

N’ont plus besoin de boussole.

 

 Sur la terre des histoires

Seul point fixe du nord magnétique

Une infinie tendresse nous relie

Au Petit Prince de cet univers tournoyant.

Maïté L

***

24

22 04 15

C’est, extrait du livre de l’enfance,

Le Petit Prince, qui met le pied

Sur une planète fragile ,

(sculpture: Sadko )

 

On y entend, si on écoute, une brise

Qui chante dans les arbres, la vie

loin de avions qui passent

 

Et la caresse chaude des jours de l’été.

Le Petit Prince progresse, il ne lui faut pas longtemps

Pour  passer au-delà des sables des déserts , le gué

 

Des îles aux continents, sans se mouiller les pieds.

Il s’interroge avec insistance, sur la forme des montagnes,

Le silence blanc des déserts, l’aventure des rivières

 

La succession des villes, et des maisons jouets

Sagement alignées, le long des routes,

Et les supermarchés,           sont une grande attraction.

 

S’il veut dessiner des moutons, demander son chemin,

Il n’obtient pas de réponse, car on ne le comprend pas,

Déjà les hommes se barricadent chez eux , derrière leurs frontières,

 

Et ne se comprennent pas d’une région à l’ autre :

Mais au-delà de ces  murs on entend de la musique

Elle qui passe sans qu’on puisse l’arrêter  :   ♫  ♫

 

Comme le vol des colombes

Sur la frêle planète  :

On entend, si on l’écoute,

 

Tout de l’amour, et des langages, sans paroles.

La planète, ne disant rien,

finit par tout nous dire…

 

D’une  fleur  de lune,

Le bouquet  des étoiles,                          *  *  *

Leur dialogue  sans boussole …              ☼

Reparti dans  ses lointains  rivages,

Notre Petit Prince, désigne les étoiles amies,

Qui toujours, nous  sourient

 

peinture  J Mirò:  petit  chien aboyant à la luneImages intégrées 1

 

Et scintillent aussi,

Confrontées  à leur mouvement suspendu,

Au cœur  du zodiaque….

J Miro : cercle  rouge, étoile

®

 

***

Rêves perlés d’estuaire /page 1

avril 6th, 2015

Il a suffi d’une rencontre en écriture entre deux inconnus: Re Chab et moi-même pour faire jaillir des éclats de mots depuis mars 2015 et faire remonter au grand jour un article de 2012. J’en suis très heureuse et je remercie Re Chab.

Bien sûr toute personne souhaitant se joindre à nous sur ce sujet ou bien un autre de son choix est la bienvenue.

Evidemment, nous ne savons ni l’un ni l’autre quand cet échange s’arrêtera, puisqu’il se déroule au gré de notre envie…

Je vous propose donc le journal de nos éclats de mots à partir de l’article originel se trouvant ici:

http://www.eclats-de-mots.fr/2012/10/07/reves-perles-destuaire/
23-02-08-123

 

 

Rêves  perlés d’estuaire

Bois de rose dans l’or du couchant
Perles de brume à peine voilée
et bleu-gris jeté dans les filets
des carrelets juchés sur leurs pieux
partis à la rencontre de la marée.

 

Quand les rêves de silence
conduisent au bord de l’eau…

Soudain,

tout contre notre cœur frissonnant
 tremblent les reflets émouvants

d’une barque comme posée
sur la ligne des flots…

 

                                                                                                                                               Les roseaux sur le devant de la scène

 opinent du bonnet et se courbent
en offrande à la brise
compagne discrète des premières virées.

Février descend sur l’estuaire apaisé

Il est temps de suivre les lueurs

Menant à la ville trop tôt retrouvée.

© Maïté L/ 2012

***

2/

03 03 2015

C’est une barque portée  par les  flots,

Ainsi, contre ton cœur,

Il y a la douceur de ton reflet,

Il embrasse ton visage,

Comme tu les fais de tes vagues,

Avec le mien.

 

Nous sommes portés,

Par une  étendue si vaste :

Que la conscience se dissout,

Re Chab

***

3/

03 03 15

Dans un morceau d’infini

le soir se dissout, s’amenuise

Se faufile tout contre la joue

où tambourine une larme

Où s’inscrit le chemin de rosée.

Une ombre grandit

Dans les yeux, dans les pensées

Une absence, le temps trop vite parti

Vers d’autres bords d’eaux.

Maïté L

***

4/

04 03 15

Dans un infime  clapotis,

Je tends  l’oreille

Aux ponts  jetés  sur la mer,

De ceux  qui suspendent les îles

 

Quand  l’ombre de ton absence grandit,

Et la perte  du soleil,

La larme  rejoint l’amer,

Et de ma main en coquille,

 

Je crois entendre encore le bruit…

Faut-il rester  en veille,

Parcourir le chemin à l’envers  ? …

A mesure que mes yeux  s’écarquillent,

 

Avant de se fondre dans la nuit,

Luttant  contre le sommeil,

Dans lequel se perd,

L’ espoir, comme une chandelle vacille

Re chab

***

5/

040315

L’espoir, comme une chandelle vacille
S’amenuise au fil des années
Allo? Ta voix devient si ténue
Tes gestes si lointains
Au coin d’une photo jaunie.
L’hiver nous envahit.
Ou bien est-ce la vieillesse ?
Quand ce soir au vent du nord
Les eaux se coloraient
en bleu, en nuit, en bleus de vie
Et que le clapotis claquait sur le sable
Où l’hiver prenait ses aises sur le rivage
Ne laissant à la plage que
Si peu de sable, quelques traces
De pas, de griffes, de pattes et de cristaux
Immobiles les mouettes balancées
Au gré des flots et les roseaux
Ces biffures du paysage en rangs serrés.
L’hiver nous assassine et pourtant je suis vivante
Vive, ment et dément le passé récent
La nuit, le sommeil retrouvé, les voix
Du tangage de la barque,
Dans le plumetis des oiseaux repliés
Dans la nuit, perdre pied, s’enivrer de…

Maïté L

***

6/

05 03 15

Nous perdons pied  dans la nuit,

La barque  elle -même,

Suspendue  à un fil,

Ne reconnaît plus  ni le ciel,

Ni les  rives.

 

Les mouettes  ont  replié  leurs  ailes,

Et se résignent au jour  enfui.

Les  eaux  prennent   de l’épaisseur,

Celle  d’une masse  d’encre,

Qui sommeille sur les  couleurs.

 

C’est  comme  si l’hiver  était descendu,

Poussé sur le bord

De l’embarcation

Par le vent  du nord.

Lui qui emporte  ta voix

 

Devenue  si lointaine,

Et presque  éteinte,

Si pâle  qu’on l’entend à peine,

Comme si la vie  se diluait

Au fil des années,

 

Egrenées  par un long parcours,

Sans laisser de trace à la surface de l’eau,

Si lasse, qu’elle ne dessine pas de sillage,

Ou bien est-ce  cette  barque  elle-même,

Qui fait  du sur-place,

 

Arrêtée même,    par le temps …

Re Chab

***

7/

05 03 15

La barque seule, arrêtée, dans les bras de la nuit

Ecoute de la vie lointaine le chant des sirènes.

 

Dans les profondeurs des eaux claquemurées

L’Histoire enfoncée, un village perdu, ses murmures.

 

Emportés par la boue, le limon, les algues

D’eaux douces, vaste linceul aux habits fanés.

 

Barque iceberg, plus petite entité visible

Des fonds parviennent les ondes des fantômes surannés.

 

Plus d’hiver. Que du passé. Plus de printemps

Dans les sans lumières, l’origine où gît la barque.

 

Le bois infini à toucher du doigt le souffle du présent

Tandis que s’enfuient les stigmates du temps passé.
Présent. Passé. A venir. Je ne sais. Je ne sais pas.

Je ne sais plus l’alphabet du sillage, celui du village.

 

Les pleins, les déliés des vagues, leur courbe de respiration

Les aspirations de l’avenir qui bulle à la surface.

 

Du visible, de l’invisible, du cœur qui pianote

Sur la peau où repose la barque, sur le fil de la nuit.

 

La nuit fait son lit

A l’abri

Des ronces

Où perle une goutte

Une seule…

Maïté L

***

8/

06 03 15

La passion du jour  a sombré
Au coeur  du liquide,
En une boule  orange,
Qui s’accroche  aux  vagues.

La solitude  s’accroche
au creux  des rochers,
Déjà tapis dans l’ombre.
C’est  le  refuge des crabes  et coquillages .

Ils soupirent dans le sable,
Au sanctuaire  redevu  vierge
de  présence humaine,
que l’on  remarque  toutefois .

Avec des restes  de filets,
Et objets de plastique épars
Dont la mutilation interroge l’origine.
Et l’idée même de leur usage.

Les  étoiles de mer s’étirent,
Et jouissent  du silence,
Seulement perturbé,à marée descendante
Par le clapotis des eaux.

Entre chien et loup,
On pourrait distinguer,
Un enchevêtrement de formes,
Retenues par les écueils.

Ce sont des bois flottés,
Lentement sculptés et érodés,
Des totems de branches,
N’ayant plus souvenir de feuilles.

Et aussi des planches au profil adouci,
Qui parlent des épaves,
Des morceaux qui conservent parfois,
Des traces de couleur.

Enfin ce qu’on peut distinguer encore,
Avant que ne s’installe  la nuit,
Qui se referme  doucement,
Sur le rivage  déserté..

Re Chab

***

9/

09 03 15

Les bois flottés 09/03/15

 

Au soir rougeoyant de passion du jour

Au petit soir orange et mandarine éclaboussé

Entre chien et loup  à l’abri de la dune se glisse

Le monde des bois flottés, le petit peuple

Des êtres de légende, échoués sur le ruban de la côte.

Ils se penchent, ils se voûtent, ils se tordent, ils frissonnent

Ils grimacent, ils s’allongent, s’alanguissent sur le sable

Ils s’écaillent, ils abritent plumes de mouette

S’entortillent dans des filets de pêcheur

Se dressent tels des totems tutélaires

Se fusèlent vers la marée, habitent l’estran

Ou bien se cachent tout contre la dune

S’habillent des ombres ou de rubans d’algues

Cliquètent tels des fantômes aux colliers de moules

Ou rêvent de destins sauveurs d’humanité

 Aux gloutons festins de plastique ou de boulettes.

Parfois dépositaires d’un pendant de sirène

Lorsque s’assoit une branche d’étoile de mer

Ils lancent un bras vers d’hypothétiques amis humains

Qui se mettent à leur hauteur pour écouter le refrain de la mer.

Doucement je m’accroupis ,  Marie de la dune, Rose des sables

Pierre de lune, Stella des marées, je convoque les secrets

Les colimaçons discrets, les fils de la pensée

Les mirages du soir…tandis que sur leurs frêles planches

Les hommes- grenouille luttent…

Maïté L

***

10/

10 03 15

La passion du jour  a sombré
Au coeur  du liquide,
En une boule  orange,
Qui s’accroche  aux  vagues.

La solitude  s’accroche
au creux  des rochers,
Déjà tapis dans l’ombre.
C’est  le  refuge des crabes  et coquillages .

Ils soupirent dans le sable,
Au sanctuaire  redevenu  vierge
de  présence humaine,
que l’on  remarque  toutefois .

Avec des restes  de filets,
Et objets de plastique épars
Dont la mutilation interroge l’origine.
Et l’idée même de leur usage.

Les  étoiles de mer s’étirent,
Et jouissent  du silence,
Seulement perturbé,à marée descendante
Par le clapotis des eaux.

Entre chien et loup,
On pourrait distinguer,
Un enchevêtrement de formes,
Retenues par les écueils.

Ce sont des bois flottés,
Lentement sculptés et érodés,
Des totems de branches,
N’ayant plus souvenir de feuilles.

Et aussi des planches au profil adouci,
Qui parlent des épaves,
Des morceaux qui conservent parfois,
Des traces de couleur.

Enfin ce qu’on peut distinguer encore,
Avant que ne s’installe  la nuit,
Qui se referme  doucement,
Sur le rivage  déserté…

Re Chab

 

***

11/

16 03 15

JEUX D’OMBRE

Sur le rivage déserté, l’ombre de l’ombre

Happe

L’ombre du rivage aux rivages de l’ombre

L’ombre du vide, le vide silence du clapotis

Dans la marge

Clapotis après clapotis s’échine le rivage

Dessine,

 Divague,

 Resquille

Au tourbillon des âmes, des vagues de vagues

Hors-tout.

S’enroulent les idées, s’arriment nos ombres

Aux branches décharnées, implorantes de la nuit.

Le sable redevenu froid se dérobe à l’or du jour

Se teinte de gris, de désamour de la nuit, des traces

Traquées

Réfugiées

Dans la minuscule vie, des trous minuscules, repérés.

 Soupçons

 Que le vent emplit d’oreilles du vide, d’échardes d’entre les dunes.

Pourtant

Sur les mamelons refuge, sans yeux, sans voix, sans poids

 Seuls les frissons

Dérivent en friselis. Nues les planches de bois disjointes

Pied après pied à la ceinture de

Nue, La nuit bleue, trépasse dans l’indifférence

De bleue à noire au fond de l’encrier venu de si loin.

La nuit a posé la plume, rendu les armes non loin de l’encrier

Refermé doucement  le souffle des mille et une nuits

Sur le rivage abandonné, déserté, douce, doucement

Désert doux et vide, rivage désert, soumis à l’inconnu…

Maïté L

***

12/

24 03 15

Je suis soumis à l’inconnu,

Le rivage déserté, où la vue se dérobe,

Laisse s’enrouler les idées,

Au tourbillon de l’âme,

Trempée dans l’encre, bleu-nuit ,

Où peut-être des chimères,

S’emparent de mon esprit.

 

Je suis soumis à l’inconnue,

Une femme entr’aperçue,

Aussitôt disparue,

Et la rue, rendue à son indifférence,

S’est enfoncée dans la nuit ,

Occupée par le vent,

Et ses échardes froides.

 

Les jeux d’ombre mouvants,

Les yeux ternes des réverbères,

Me font douter,

Dans les marges de la lumière,

D’une vision, qui divague,

Entre chimère, imagination

Et réalité.

 

Quelle est-elle,

La réalité : celle de ma conscience,

Ou celle, que j’ai cru percevoir,

Frêle silhouette,

Vite rendue aux marges du silence,

Où je risque mes pas,

Comme au-dessus du vide… ?

 

Soumis à l’inconnu ( e )

 

Re Chab

 ***

13/

26 03 15

Estuaire… Es-tu cette statue, ce pauvre hère

A la recherche du nord magnétique

Dans les courants d’air

Sur les courants d’eau

Et  le chemin de la lumière ?

 

Ou bien d’une écharpe nouée à la diable

Trois fils, une frange, se balancent-ils ?

Un sillage, quelques fragances

De nuit, d’herbe humide, de ciel constellé

S’enroulent-ils autour de ton doigt ?

 

 Toi, L’inconnu(e), au pied du réverbère

Dans le halo blafard et solitaire

Ecoutes-tu les battements de ton cœur

Qui frappent la cadence sombre

Des veines cognant à tes poignets ?

 

D’où te viennent ces pas pressés

Ce souffle court, ces cheveux en bataille

Cette lutte incertaine contre la sensation

Des grands espaces délétères

Dont les lucioles sont absentes ?

 

Ce soir, l’estuaire rime avec suaire

Les stigmates du jour ont ouvert la plaie

Tandis que dans ta bulle tu dessines le présent

Le temps lui qu’on assassine sur une page de la nuit

Va-t-il  rendre l’âme au parapet de demain ?

Maïté L

***

 

14/

03 04 15

J’étais  l’inconnu au pied  du réverbère,
Les battements  de mon cœur  se sont figés,
Un jour, sous des néons blafards…
L’horloge  s’est arrêtée,   de même,
Le souffle s’est fait absent,
Je cherchais un chemin,

Qui n’est plus ceux  qu’empruntent les hommes,
Le monde auquel j’appartiens,
M’est soudain devenu inconnu.
Peut-être que ces espaces délétères,
M’avaient  soudain transporté,
Dans un ailleurs  étanche…
 
Les stigmates  du jour,
Ont franchi la barrière  de l’eau.
Les algues étaient comme des cheveux,
Balayés par le courant,
Et cachaient presque en totalité
La statue  engloutie ;

Elle apparaissait sévère,
Le bras dressé 
Dans une brume liquide,
Peut-être dans un mouvement de nage immobile,
Cherchant à remonter le cours  du temps,
Et le chemin vers la lumière.

C’est un inconnu solitaire,
Au bronze incrusté de coquillages,
Qu’on a remonté des profondeurs…
Les muscles  saillants, l’attitude  fière,
C’était peut-être le gardien d’un temple,
Dont il ne reste rien du souvenir 

Son regard  était creusé,
Et  scrutait sans  comprendre,
Notre époque, aux avenues rectilignes,
Parcourues  d’automobiles ;
A son visage, on voyait qu’il regrettait
Son monde silencieux, au cœur de l’estuaire.

Re Chab

***

15

/04 04 15

 Hors le monde du silence

 

Quelle est cette lumière ? Qu’on  m’éloigne de votre souffle rauque

Moi qui me baignais et me régénérais dans des eaux dormantes !

Les algues me coiffaient, la boue enveloppait mon corps d’athlète

Et je paressais bienheureux dans cette somptueuse parure d’éternité.

Nul besoin de soleil mais à moi l’ombre, l’ambre et la rouille ! 

 

Au cœur de l’estuaire, tant et tant de bateaux engloutis

Et mes semblables de chair, de peau, de sentiments

Couchés, dépouillés sur les terres de fonds marins.

Les armes se sont tues et quelques boulets de canon

Creusent leur nid que sillonnent les silures, ces  vieux épouvantails

A cheval entre deux mondes : celui de la nuit et celui des berges.

 

Autour de moi quelques moteurs toussotent et crachotent

Nul jamais ne m’aurait ramené dans ses filets de crevettes.

Les pétroliers aussi tracent leur route aveugle vers la pleine mer.

Moi l’inconnu, venu, sans ma sirène vouée aux dieux et

Aux sacrifices sous les piliers et les arcades du temple abandonné

Moi que la drague n’avait jamais atteint, on m’arrache de force

On me contraint à la parole que je ne voulais pas donner.

Ce monde d’en-dessous m’appartient. On le croit disparu

Il est juste en sommeil comme ces graines qui attendent leur heure.

 

 Livré au regard impudique des passants, la lumière m’aveugle

Me brûle, m’incendie tandis que je déchiffre une langue inconnue

Des signes d’impatience chez vous, les sourds au passé oublié.

Mon cœur est d’or, mon cœur est de bronze ; il sonne silence

Quand le vôtre tambourine et s’affole dans votre vie de zombies.

 Votre vie est si décousue qu’elle s’éparpille en lambeaux

 Sur le macadam et dans vos prisons et vos cages de verre…

 

Votre monde bruit de l’impossible silence

Votre monde suinte de lumière trop crue

Votre monde délétère n’est pas fait pour moi :

Qu’on me rendre à mon mille-feuille du passé !

Maïté L

***

16/

07 04 15

alors…

 

Aux souvenirs des fonds de vase,

J’étais couché sur le flanc,

Et regardais passer les ans,

Les hélices des moteurs, leur emphase,

Sous une lumière glauque,

Le passage soyeux des sirènes,

Où les marins se promènent

Une agitation d’une autre époque,

Et son pesant d’atmosphères,

Sous l’épaisseur de l’eau,

Qu’ignorent les bateaux,

Semblant suspendus en l’air.

 

Je suis gardien d’un monde disparu.

Les poissons me frôlent,

Sans prononcer la moindre parole,

Mais voilà qu’il a fallu,

Que j’interrompe mon monologue,

Que je pensais engagé pour une durée illimitée,

Sans pour autant prétendre à l’éternité,

Et voilà que les archéologues

Veuillent à tout prix que je quitte

La douce gangue du temps,

Les eaux aux accents caressants,

Où depuis si longtemps j’habite.

 

S’il faut que je m’en éloigne

Et que je sois placé au sec…

S’il faut que je parle au nom des Grecs

On s’attend à ce que je témoigne,

Que je délivre des messages,

Exposé, comme un personnage de foire,

Sans même me permettre de m’asseoir

N’ayant comme entourage,

Que des objets ébrêchés,

Placés dans des vitrines,

Sentant presque la naphtaline,

  • donc, plutôt des déchets.

 

Cette parole que l’on attend,

Comment pourrais-je avec mon grand âge,

Interpréter ces nouveaux langages,

Même en ouvrant les oreilles en grand ?

Pour moi-même, tant d’années de silence ,

M’ont amené à la réserve,

Et ont soudé mes lèvres,

( Plutôt comme une délivrance ) :

On ne peut pas faire des discours,

Même les plus savants,

En les dispersant au vent,

Car ce qui fut dit, est sans retour….

Re Chab

***

17/

10 04 15 Arrivée au Musée d’Aquitaine(Bordeaux)

Rencontre entre immortels

 

Passé le seuil océanique,

Dont le souvenir s’estompe déjà

Dans les voies de garage

Indignes d’un voyageur du passé

 Me voilà jeté à la face de la terre.

Je suis désormais ce prisonnier

Dans le temps foudroyé

D’une mémoire où la nuit est reine.

 

Vais-je enfin retrouver le silence

Dans ces lieux où les pas

Epousent le moelleux du sol

Tandis que mes geôliers éphémères

Se reflètent dans les vitrines

Où semble s’écrire l’Histoire ?

 

Posé dans un coin, sans égard

 Pour mon âge vénérable

Je reste là à déchiffrer l’abandon

 Et les mystères de la nuit noire…

 

Quand

Soudain s’anime une vie

Jusque-là invisible

Au commun des mortels.

Un carnaval de sagaies

Une danse d’ossements,

Un parfum de jarres aux huiles précieuses

Autour d’un foyer et d’ombres mouvantes.

Des paires d’yeux en pointillé

Reprennent leur dialogue

 Dans le musée  en révolution.

 

Jupiter me guide en maître des flammes

Tandis qu’Hercule se souvient…

Lui qui connaît les villas gallo-romaines

Baignées de soleil, au bord de l’estuaire

Lui qui, autrefois,

Buvait à la coupe des dieux, la douce ambroisie

Et le  précieux nectar venu sur les premiers ceps.

Quelle est cette prière qui monte de l’orante

Aux accents royaux de pierre et de gascon

De notre chère Aliénor d’Aquitaine

Venue en voisine de son palais de L’Ombrière

Tandis que le temps et l’espace abolis

Font discourir Montaigne et Montesquieu.

Vénus est  prête à enfanter

 Dans les vapeurs des outre-mers

 Des vents de sucre caramélisé et de rhum

Au pied de la goélette  au mouillage

Voiles déployées, lourdes chaînes cliquetantes.

Le lion aux deux langues, rôde solitaire

Et respire la nuit comme un enchantement…

Maïté L

 

 

 

 

 

 

 

 

Invisibles, Introuvables, Les Girondins absents du Monument–4–

mars 30th, 2015

a

Depuis le temps que je vous parle de ce monument aux Girondins, vous ne verrez pas l’ombre d’une représentation des Girondins. Pas plus à l’air libre que sous la colonne.

b1

En son temps, Stendhal, visitant Bordeaux et ses environs s’en est ému en ces termes :

« C’est en vain jusqu’ici que j’ai cherché les noms des immortels Girondins, qui se trompèrent sans doute, mais acquirent une gloire immortelle. Peut-être qu’ils ont encore des envieux à Bordeaux, comme Barnave à Grenoble. Dès que ces êtres vulgaires auront cessé d’avoir voix au chapitre, Bordeaux honorera Vergniaud. »

STENDHAL, âgé de 55 ans parcourt la France. Son «  Voyage de Bordeaux à Valence  en 1838» ne paraîtra qu’en 1927, après sa mort.

b

La plus grande place d’Europe, les Quinconces sur laquelle ce trouve le monument a été aménagée quelques années avant la venue de Stendhal. Sous la place se trouvent à la fois des vestiges du Château Trompette et des blockhaus de la seconde guerre mondiale.

c

 

d

En 1828 furent érigées les colonnes rostrales qui en délimitent l’accès du côté du fleuve .

e

en 1858  les sculptures de Montaigne.

Vous pouvez retrouver Montaigne chez Tania .

 

f

Montaigne et Montesquieu prirent place latéralement.

« Les Girondins (se veulent) disciples de Montaigne, ils sont sensibles aux différences qui distinguent les personnalités ».

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Victurnien_Vergniaud

g

 

Enfin, mais seulement en 1989, une plaque commémorative est apposée sur le monument pour rendre hommage aux députés girondins suivants :François Bergoeing, Henri Boyer-Fonfrède, Jean-François Ducos, Armand Gensonné, Marguerite- Elie Guadet, Jacques Lacaze, Jean-Antoine Lafargue de Grangeneuve Pierre Victurien Vergniaud .

h

Vergniaud avait défini son groupe aux éléments d’origines géographiques variées comme celui « des amants de la liberté ».

Voici les dernières paroles de VERGNIAUD

« Francis Alluaud vient voir VERGNIAUD. Mais il a  peine à reconnaître son oncle dans le détenu au teint hâve et aux habits salis.

L’ancien avocat lui tend les bras : »Mon enfant, rassure-toi. Et regarde-moi bien. Quand tu seras un homme, tu diras que tu as vu Vergniaud, le fondateur de la République, dans le plus beau temps et dans le plus glorieux costume de sa vie. Celui où il souffrait la persécution des scélérats et où il se préparait à mourir pour les hommes libres ».

L’Histoire de la Terreur ne s’est pas arrêtée avec la disparition des Girondins. Arrive un moment où il faut toujours jeter le masque.

k

Ce personnage est là pour nous le rappeler. Portons haut la République sur les traces de ces illustres prédécesseurs.

l

Interrogeons-nous sur la signification de ce sourire de pierre, un de ces mascarons comme ceux qui peuplent les façades, les rues de la ville, non pas des masques de Carnaval mais de véritables visages passagers du temps et des soubresauts de la société. Celui-ci a un sourire que nous espérons depuis longtemps, un sourire généreux comme peuvent en avoir encore les enfants…

« La vie n’est pas une plaisanterie,
Tu la prendras au sérieux,
Mais au sérieux à tel point,
Qu’adossé au mur, par exemple, les mains liées
Ou dans un laboratoire,
En chemise blanche avec de grandes lunettes,
Tu mourras pour que vivent les hommes,
Les hommes dont tu n’auras même pas vu le visage,
Et tu mourras tout en sachant
Que rien n’est plus beau, que rien n’est plus vrai que la vie. »

NÂZIM HIKMET/ Il neige dans la nuit et autres poèmes

***

Les citations historiques sont extraites du livre :

Histoire des Girondins :

Hélène TIERCHANT :

HOMMES DE LA GIRONDE OU LA LIBERTE ECLAIREE

***

Et parce que c’est sans doute mon symbole préféré…

J’en termine ainsi avec le sujet.

i

j

Le bestiaire du Monument aux Girondins et de ses fontaines–3–

mars 23rd, 2015

b

Moi Gallus gallus en bronze, le coq gaulois à cheval sur deux mots latins, symbole venu remplacer le lys, moi la vigie haut placée, je surmonte souvent les monuments aux morts, celui-ci ne faisant pas exception à la règle.

a1

Je porte la signature d’ALPHONSE DUMILÂTRE et de VICTOR RICH.

c

Tourné vers le soleil levant et le fleuve, dans mon chant silencieux mais puissant et infini, car commencé durant la nuit, je suis accompagné d’un important bestiaire de mammifères et batraciens, d’animaux symboliques disséminés sur le monument ou bien dans la rocaille des fontaines.

Certains jours de grand vent, les mécanismes des fontaines régis en sous-sol  s’arrêtent et c’est l’occasion de mieux apercevoir mes congénères.

d

En tout premier lieu,  ils se voient de loin, les fameux  quadriges de chevaux de GUSTAVE DEBRIE .

e

Archétypes fondamentaux, apparaissant dans toute leur fougue, ils traversent le temps, mêlant les trois éléments : l’air, l’eau et le feu solaire.

f

 

Marins ou reptiliens, ils participent de part et d’autre de la colonne, au « triomphe de la République »en rappelant ses lois : exaltation du Bonheur dans la paix, le travail, la sécurité, la fraternité en jetant à bas le mensonge, le vice et l’ignorance.

g

Durant la seconde guerre mondiale, en 1943, ces chevaux faisaient partie des  sculptures  emportées par l’occupant dans leur collecte de  métaux et vendus 30 f le kilo. Retrouvés à Angers en 1945, les groupes de sculptures en bronze n’ont été remis en place qu’à partir de 1982 après avoir longuement dormi sous le Pont d’Aquitaine. Entre temps, leurs socles avaient disparu aussi !

h

Les chevaux hennissent tandis que rugit le lion symbole de force. Ici dans toute la splendeur de sa crinière.

i

On le retrouve aussi à 4 reprises de chaque côté de la colonne,

j

entourant la plaque commémorative rendant hommage aux Girondins.

k

Ailleurs  un couple joue avec un dauphin chevauché par un enfant : encore une image du bonheur.

l

Un peu partout, les grenouilles semblent avoir avalé une perle

m

mais il n’en est rien.

n

Dommage ! j’aurais bien voulu croire encore un peu aux contes de fées

n1

 

assise dans un char en forme de coquille Saint-Jacques : vous aussi ?

o

Tandis que L’allégorie de la Garonne caresse un cygne,

p

 

celle de la Dordogne se rapproche de la ferme (et du foie gras ?) avec à ses genoux un canard blanc : ce sont les plus beaux !

J’aurai sans doute oublié de voir quelque animal tapi dans les roseaux… Mais rassurez-vous, si vous passez par ici, un peu partout dans la ville il reste beaucoup à voir et vous verrez que le bestiaire est très riche.

Vous pouvez aussi vous plonger dans le livre de RICHARD ZEBOULON, photographe : BESTIAIRE DE BORDEAUX, un zoo près de chez nous/ Editions Cairn

Dialogue de femmes: le Monument aux Girondins -2-

mars 8th, 2015

Femmes, femmes, femmes…

8

En ce jour du 8 mars, je m’autorise une lecture féminine du Monument aux Girondins et de ses nombreux symboles.

1

Lorsque nous levons bien haut les yeux vers le ciel, tout en haut de la colonne, à 43 m voici la FEMME-OISEAU célébrant la République triomphante: elle représente le Génie de la Liberté brisant ses chaînes.

9

10

« Les Girondins veulent libérer la femme de la condition servile où les préjugés l’ont maintenue jusqu’alors.

Ils ont drainé dans leur sillage des femmes comme Olympe de Gouges, Sophie de Condorcet, Manon Roland ou Anne Therwagne dite Théroigne de Méricourt, l’amazone de la Liberté, pour n’en citer qu’une poignée. »

Hélène Tierchant

2

J’aime tout particulièrement la colonne côté Allées de Tourny et ses trois femmes représentant pour  la plus élevée:

 la ville de BORDEAUX

3

et pour les deux autres à la pose alanguie accompagnée de leur cygne, LA GARONNE ET LA DORDOGNE.

4

 

5

Ne me demandez pas qui est qui. Chacune traverse des paysages variés, a une histoire personnelle et vient mêler ses eaux avant de finir dans l’estuaire de la Gironde.

6

Elles en ont des choses à se dire; des secrets d’histoires, de neige et de bois flotté, de gabarres et de mascaret; des histoires de ponts et de droits de passage, de commerce… Elles vont de la montagne à la mer dans un dialogue continu.

J’aime leur complicité .

7

Mais comment en ce jour ne pas penser à Olympe de Gouges qui écrivit une Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne  sur les pas de madame de Staël comme l’avait fait un an plus tôt une anglaise:Mary Woolstonecraft.On vous dira que c’était dans l’air du temps mais elle a défendu avec la même fougue l’abolition de l’esclavage des noirs.

Elle a eu plus de détracteurs que de défenseurs mais si vous voulez en savoir davantage, vous pouvez plonger dans le livre OLYMPE DE GOUGES: DES DROITS DE LA FEMME A LA GUILLOTINE/OLIVIER BLANC/ EDITIONS TAILLANDIER.

Et, comme la défense de ces causes ne l’empêchait pas d’apprécier les hommes je me permets la citation de Khalil Gibran:

« Lorsque la main d’un homme touche la main d’une femme, tous deux touchent le cœur de l’éternité; »

11

à suivre…