Archive for septembre, 2011

La mésaventure de Claouey/ Jane de boy

mercredi, septembre 28th, 2011

***

« Regardez bien sa carte. Le Bassin est un grand livre qui se lit comme les lignes de la main. C’est un système sanguin qui palpite au rythme des marées et qui unit pour l’essentiel sudistes et nordistes, face à ceux qui voudraient encore opposer leurs clochers. Un temps des puristes ont imaginé de le débaptiser. Baie, baie, baie, ont fait quelques moutons. Pour l’heure, chacun rivé sur la ligne bleue et verte d’Arguin, s’inquiète d’être un jour obligé- oh ! dans combien de siècles !- de l’appeler lagune. »

Jean-Claude Garnung, préface du livre «  Je vous écris du Bassin d’Arcachon »

***

***

Lorsque nous sommes allés à Arès, c’était avec l’espoir de nous faufiler entre les Prés-Salés afin d’atteindre par le sentier du littoral Jane de Boy et Claouey.  Mais il faut être vigilant avec les heures de marées et si l’eau n’était qu’un liseré semblant toucher Arcachon au loin, il fallut se rendre à l’évidence : la plupart des marcheurs étaient sur le retour et l’eau gagnait du terrain. L’eau affleurait sous les semelles alors que quelques instants auparavant les chemins étaient encore secs. Le paysage prend une autre dimension qu’ il vaut mieux le contempler depuis le petit pont de fer ou depuis la partie du sentier qui surplombe ces zones mouvantes.

***

***

Aussi, le lendemain, nous avons joué la carte de la facilité et de la sécurité en nous rendant directement au petit port de Claouey d’où nous pourrions aisément, en passant par la plage, aller jeter un œil du côté de Jane de Boy, intrigués que nous étions par ce drôle de nom dont on ne connaît pas avec certitude l’origine. Toponymie d’origine  anglaise? Il ne faut pas rêver ! Alors… boy est-il peut-être le bois en gascon ? La seule certitude : La famille de Boy est une vieille famille de Lège
et dans les archives on trouve plusieurs Jean de Boy. Notre imagination faisant le reste, nous n’allions pas être déçus : non pas que le lieu fut transcendant mais plutôt parce que nous allions être définitivement classés dans la catégorie des terriens ignorants du Bassin. Nous avions pourtant  pris soin, avant de partir, de consulter les horaires de marées.

Nous étions en hiver et n’allions pas rencontrer âme qui vive à l’exception d’un travailleur de la mer pour lequel nous fûmes transparents.

 La marée était basse. Nous prîmes notre temps pour contourner la première plage, puis la seconde et comme une marée ne reste pas basse bien longtemps, nous avions déjà remarqué, à hauteur de la deuxième plage que l’eau s’approchait des pontons. Pour ma part, je veille toujours à ménager mes arrières et je prenais déjà des repères au cas où : une dune boisée  à escalader si la marée venait jusque là et un escalier menant à un portail permettant aux imprudents de regagner la terre ferme…

***

***

Déjà Jane de Boy se laissait deviner. Nous pouvions continuer à flâner tranquillement. Un dernier virage et nous arrivâmes.

C’est sans doute le port le moins organisé et les cabanes ne retinrent pas notre attention. Mais jamais nous ne perdîmes de vue les cabanes d’Arès qui au loin ressemblaient à des dents posées sur le Bassin. Partout de très jolies barques attendaient leur heure de retrouver la mer.

***

***

Et la mer n’en finissait pas de monter au point que nous avons repris le chemin du retour mais passé le virage une surprise nous attendait  sur la plage très rétrécie. La dune dite « des journalistes » était très haute et nous ne la monterions qu’en dernier recours (et en plus elle est grillagée !)car il nous apparut que renoncer au bord de mer voulait dire des km à pied par la route ! Restait la solution de l’escalier et du portail qui à notre grande surprise n’était autre que la sortie sur la plage d’un camping. Combe de malchance, le vent se renforçait !

Mais un camping a aussi une entrée sur rue qui pour nous serait une sortie salvatrice ! Que nenni ! Un camping municipal au mois de janvier est fermé à double, triple et quadruple tour !

Escalader les portails ? Je ne pus m’y résoudre ayant peur d’être prise pour une cambrioleuse de mobil homes ! Restait à longer toute la palissade pour tenter de trouver une issue. Je ne pus résister à la vue en surplomb du Bassin, à hauteur de ce fameux portail pour  voir ce piège qui s’était refermé sur nous. Que la municipalité me pardonne ! Le vent était devenu si fort que je ne pus jamais refermer ce fichu portail convenablement ! Pendant ce temps, l’Homme cherchait l’issue qu’il finit par trouver dans les broussailles. Elle fit l’affaire et nous descendîmes en pente raide, jusqu’à la route, entre les ronces, les arbousiers, les pins et les tapis de mousse.

***

***

Revenus à notre point de départ, nous avons savouré le calme du petit port de Claouey. Le soir venait doucement entre les bateaux. Ce soir-là, comme c’est bizarre ! je n’ai pas rapporté de photo des installations ostréicoles de Claouey. Je restai simplement les yeux dans les yeux avec les eaux facétieuses du Bassin ! Le Bassin est peut-être un grand livre qui se lit comme les lignes de la main mais la méthode de lecture est en supplément non fourni !

***

Maïté L

*******

 

Arès:Guirlandes de mouettes

samedi, septembre 24th, 2011

 

Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D’une aile inquiète et folle vole sur la mer.
Tout ce qui m’est cher,
D’une aile d’effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

  Mouette à l’essor mélancolique,
Elle suit la vague, ma pensée,
À tous les vents du ciel balancée,
Et biaisant quand la marée oblique,
Mouette à l’essor mélancolique.

Ivre de soleil

                        Et de liberté,
Un instinct la guide à travers cette immensité.
La brise d’été
Sur le flot vermeil
Doucement la porte en un tiède demi-sommeil.


Parfois si tristement elle crie
Qu’elle alarme au loin le pilote,
Puis au gré du vent se livre et flotte
Et plonge, et l’aile toute meurtrie
Revole, et puis si tristement crie !


Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D’une aile inquiète et folle vole sur la mer.
Tout ce qui m’est cher,
D’une aile d’effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

                                                Verlaine

*****

Des arbres avec des guirlandes de mouettes, comme c’est beau… gballand

*****

frôlement d’ailes
frôlement d’eau
frémissement à travers brume
jeux de couleurs
sur le miroir du regard.
être vivant ici
sur la pointe du coeur

Omillou

Arès en tous sens(suite)

mercredi, septembre 21st, 2011

***

Des cabanes colorées aussi…

***

***

Un tout petit port: deux rues seulement.

***

***

Nous sommes en janvier: mais les ostréiculteurs ont les pieds dans l’eau.

***

***

***

La pensée suit le chemin qui mène de l’arbre à la Femme Océane et vice-versa.

***

***

Si toutes les mouettes d’Arès se donnent rendez-vous ici, c’est la fête!

***

***

Doucement, doucement, à pas de velours…

*******

 

D’Arès à Bordeaux: femmes de légendes

mardi, septembre 20th, 2011

***

 Un jour de tempête et d’orage, un Lutin devint un peu fou : il parlait aux arbres, aux cailloux ; il courait en tous sens. Puis lui vint l’idée d’un piège et il s’empara de

la Demoiselle

qu’il enferma dans la Cabane du Résinier. La Demoiselle trouva bien vite le moyen de se délivrer et grâce au chant des oiseaux elle reprit le chemin de son Royaume. Désormais, la Demoiselle ne se montra plus sous sa vraie apparence. Aujourd’hui, ne reste que la Cabane du Résinier pour s’informer sur les pratiques du gemmage des pins.

La Demoiselle, devenue femme, hante-t-elle toujours les pins  dont François Mauriac disait :

« Mais qu’ils sont calmes aujourd’hui entre le sable et l’azur! Chacun porte sur son écorce une cigale pour l’endormir. A l’horizon, leur foule pressée sur la crête des dunes pâles sépare les eaux et le ciel…. »

A quelques kilomètres des dunes, elle n’a sûrement pas entendu beaucoup de cigales cet été : l’été fut vraiment trop bref et trop arrosé.   Dans son royaume Vert, situé sur la réserve des Prés Salés d’Arès le souvenir de la Demoiselle ne se dévoile qu’en secret, sur quelque bout de parchemin ou dans l’oreille du vent.

Ne reste plus qu’à méditer là où la terre, l’océan et le ciel ne font qu’un, sur les petits chemins de végétation rase où la marée s’insinue à l’approche de la nuit, petits chemins qu’il faut connaître sous peine de se retrouver prisonniers aussi de la marée.

Et puis face au Bassin, au bout des cabanes d’Arès, nourrie d’embruns et de traits de lumière

la Femme Océane

ondule, douce, sensuelle; femme liane, souvenir de la forêt tropicale, montant à l’assaut du ciel, elle fait vague, elle fait corps, elle fait peau.

Niangon

est son nom et son cœur rose bat au rythme des saisons. Au baiser du soleil répond la caresse ; à la caresse, la fluidité des eaux, les doigts et les frissons; aux eaux, la matrice, l’aventure de la coquille ; à la coquille, les pieux, le sel et les pierres ; Les pierres acérées et la laine; les pierres aiguisent leurs dents au gré du vent et rafraîchissent la laine étendue sur l’océan.
Les moutons ont chevauché l’accord des dernières vagues à l’assaut des prés.
Filez écheveaux de laine, parsemés sur la conche. Plus près des cieux, une touche de blanc mousseux sur ciel d’argent.
Et quand la pierre de laine habillera ses échos, tous les chevaux du monde écumeront les mugissements d’avant silence. Au loin les cabanes de chasseurs, le petit pont, les petites et les grandes rivières. La nuit viendra  en demi- teintes où la Femme Océane tentera quelques touches d’or.

 Bordeaux,

ce matin, le hasard de la rencontre. Si près de  l’hôpital, le square où suinte la maladie, la souffrance et soudain,

Femme Euterpa

Pao Rosa

s’élance, entre les arbres. Femme d’air, femme d’eau, même combat de douceur encore. Une si belle rencontre qui vague dans la ville, qui vague dans la ville de la ville, une muse des pavés, dans la compagnie des arbres et des vélos : un hommage aux soignants : ce n’est pas si courant. Une bulle de soie. Les veines apparentes et la main serpente.

Femmes, il vous aime, IL vous love au creux de nos paysages.

   Les lieux: Arès, port ostréicole

Bordeaux:esplanade du CHU

Le sculpteur: PIOS

http://dominique.pios.pagesperso-orange.fr/exposition.htm

 

http://dominique.pios.pagesperso-orange.fr/presentation.htm

Et en toute liberté, sur la base de l’histoire de la Demoiselle lue un jour: Maïté L

 

 

 

Boïens et Boïennes des bords de l’Eyre à Biganos

vendredi, septembre 9th, 2011

***

N’y a-t-il pas matière à réflexion quand on sait que les habitants de Biganos s’appellent les Boïens et que ce nom à traversé l’Histoire pour arriver jusqu’à nous.

 Les Boïates(probablement apparentés aux  Boïens, peuple d’origine celtique) s’ étaient  installés autour du bassin d’Arcachon vers la fin du IIIème siècle après J-C.

Boios, cité gallo-romaine (probablement située sur la commune de Biganos) se trouvait entre Losa(Sanguinet) et Burdigala(Bordeaux).

Biganos se trouve à la croisée du Sud -Bassin et du Nord-Bassin.

***

***

A noter  dans la région,une forte densité de lieux terminés en » os », ce qui  signifie le plus souvent(mais pas toujours) « domaine de »: par exemple Andernos est le domaine d’Anderne. Qu’en est-il de Biganos: je n’ai pas trouvé de certitude dans le livre :

« TOPONYMIE gasconne » de Bénédicte et Jean-Jacques Fénié.

***

***

Le port de Biganos est le seul port en eaux profondes  situé au bord de l’Eyre , en plein delta de cette rivière qui alimente le Bassin en eaux douces.Le port  vit au rythme des marées.Les bateaux viennent se lover dans ses divers canaux et il n’est pas rare d’apercevoir des kayaks sur l’Eyre (communément appelée la Leyre).

***

***

L’Eyre est le résultat de la confluence dans le département voisin des Landes de la Petite Leyre et de la Grande Leyre.

***

***

Les cabanes que l’on peut  admirer ici sont  très colorées. A leur origine, elles étaient construites  en bois de récupération, d’épaves, en branchages recouvertes de verdure(probablement des fougères, de la brande ou des genêts). Abris précaires utilisés selon la richesse du lieu en pêche elles ont été aménagées en pin lorsque les pêcheurs se sont sédentarisés et que l’activité ostréicole s’est développée.

***

***

Situées sur le domaine maritime, ces cabanes faisaient l’objet d’une concession et étaient attribuées pour usage professionnel exclusivement.Il semble que leur transformation en  habitation, interdite au début, fut ensuite tolérée à la belle saison.

***

***

***

CHARLES DANEY,

auteur des Contes de la Mer, de la Lande et du Vent,

aux éditions Loubatières

nous livre un « vrai-faux témoignage », afin de nous faire rêver.Dans le conte  » Gwen, légende celte« , il a su se souvenir des Boïens; d’Is, la ville engloutie, le vieux Roi serait venu confier son bien le plus précieux, sa fille aux Boïens: Gwen aux cheveux verts.

Et s’il situe l’action aux abords d’Arcachon, il termine son conte sur ces mots:

« Prenez garde d’oublier Gwen et ses  verts cheveux.Tant qu’elle les gardera, la ville se blottira sous les arbres, les dunes vertes l’emporteront sur les blondes et nos ancêtres les Boïens nous protègeront de la fureur des flots ».

***

***

Notre promenade boïenne se termine sur ce dialogue d’oiseaux.

*******

crédit photo : Maïté L à l’exception de la carte du Bassin d’Arcachon trouvée sur le net.

Couleurs cabanes dans un écrin méconnu: Biganos

mercredi, septembre 7th, 2011

Et ce qu’elles m’inspirent…

***

 ***

Cabanes d’enfance

Cabanes de vacances

De solitaires errances

Cabanes d’eau

Loupiots dans les roseaux

Blottis dans leur nid comme des oiseaux

***

***

Cabane se pare de brande ou de fougères

A l’orée de la forêt usagère

 Se cache un petit pied-à-terre

Nous portons tous en nous

Nos rêves de bâtisseurs fous

Nos repères de petits filous

De cathédrales éphémères

De grottes bâties sous la mer

Dont nous serions propriétaires.

***

***

Même dans un carton

Où faire le dos rond

A en perdre l’horizon

On peut quand même naviguer

Et cultiver ses visées

Vers des contrées inexplorées

***

***

Se raconter des histoires

Remplir son quotidien d’illusoire

Depuis son observatoire

S’isoler en pleine nature

Du temps qui passe n’avoir cure

Vivre au ras de la verdure

***

***

Compter ses trésors, ses bouts de ficelle

Perché dans les arbres-nacelles

 Au bout  du bout de l’échelle

Et dans la chaleur du foin

Etre tout près, laisser croire qu’on est loin

Prendre les étoiles et la lune à témoin

***

***

Avec un marteau, des planches et quelques clous

Un pinceau,  un drap, le tout sens dessus-dessous

Jouer les loups de mer un drapeau à la proue

Il ne manque que quelques mots

Dans cet écheveau de possibles, un scénario

Un seul, pour jouer à si j’étais un héros.

***

Toutes ces cabanes-ci sont très sérieuses: ostréicoles: pour cultiver les huîtres dit-on. Je vois aussi qu’ici on cultive un art de vivre: le vélo et le barbecue, les grandes tablées, les rires et le bon temps sont au rendez-vous d’un dimanche après-midi au bord de l’eau.

Les souvenirs de cabanes, j’en ai quelques uns, au milieu de tous ces mots accompagnant le petit port charmant de Biganos.

*******

Andernos, le souvenir de Sarah Bernhardt

jeudi, septembre 1st, 2011

La couleur préférée de Sarah Bernhardt était le violet et j’ai retrouvé cette couleur particulière dans l’église Saint Eloi, près du port ostréicole où elle aimait à déguster des huîtres, puisqu’elle habitait tout près.

Elle a séjourné durant deux ans dans la station car, après avoir été opérée à la clinique Saint Augustin de Bordeaux, elle devait rester à proximité pour un suivi de sa convalescence.

***

***

***

L’église romane Saint Eloi et son clocher indépendant jouxtant l’abside ont été construits au XI ème siècle/XIIème siècle.A noter une fresque gothique du XV ème siècle dédiée à Sainte Quitterie. De magnifiques vitraux lui donnent, avec le soleil cette coloration presque irréelle, comme celles d’un arc-en-ciel posé sur la plage.

L’église Saint Eloi était sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

***

***

***

«Andernos, quelque soit la promenade que l’on fasse, on est entouré de beauté »

Sarah Bernhardt.

***

http://hommage.sbernhardt.free.fr/

 

*******