Les carrelets ces cabanes du rêve

La pêche  dans l’estuaire et sur la côte est une longue tradition.Les carrelets ces étranges cabanes suspendues entre ciel et eau par tous les temps font partie du paysage traditionnel. pourtant, les deux tempêtes , celle de 1999 et celle de 2009 ont eu raison de beaucoup d’entre eux. Avec leurs allures de cabanes tchanquées, parfois posés  au bout d’une barre rocheuse comme celle du Pont du Diable, ils défient la marée, le vent et c’est un vrai plaisir de les voir tout au long des deux rives de l’estuaire.


Je ne suis pas sûre que de nos jours ils servent encore à remonter dans le large filet tendu sur le cadre les crevettes, mulets , soles … en quantité ,comme au temps jadis. Pourtant les petites crevettes blanches de l’estuaire cuisinées à l’anis sont un régal.


Autrefois sur l’estuaire, les hommes étaient tout autant agriculteurs que pêcheurs. Leurs bateaux étaient filadières; ils sont aujourd’hui yoles ou bateaux libellules. Ces appellations sont encore là pour titiller notre imagination de terriens citadins tout comme les carrelets.


Mais encore faut-il aimer avoir le visage cinglé par les vents. Encore faut-il aimer la solitude lorsque ces mêmes vents élèvent autour de vous des remparts de sifflements semblables à des mélopées mélancoliques . Encore faut-il avoir le pied marin  et se sentir prêt à sombrer dans les flots à la première vague enhardie d’une tempête.


Les carrelets , chers payés , et pas à la portée de la première bourse qui passe, sont-ils dans l’imaginaire un des derniers refuges de cette vie en communion avec l’eau de la mer dont nous avons gardé la trace jusque dans nos vibrations internes?

Imaginez: la mer et rien que la mer. Du lever au coucher de soleil et par tous les temps. Sur la dernière photo, je les ai vus un soir d’exception où ils allaient bientôt être touchés par la neige.Le ciel avait des allures de grand galop, malgré l’impassibilité apparente des carrelets.Il se tramait quelque chose dont nous n’avions pas l’idée. Ils étaient là, glacés, transis, comme nous et spectateurs ces carrelets,  ces frêles cabanes de l’estuaire et de la côte sauvage.

Maïté L

Et puis aussi côté Médoc, voyez ici:

http://alienor.multiply.com/photos/album/104#

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *