Mortagne-sur-Gironde, des avant-goûts de tempête

Langues des signes

ont

traversé les âges.

Lyre

dans les reflets de geste et d’épopée

L’eau du troubadour vient des remparts plus au sud.

Ports antiques à saveur de tempête et de grain

Loin des Conches redoutées , convoitées au nord

Et tout contre la falaise,

l’ombre

dans le timon et la bouée.

Tout n’était qu’apparente sérénité aux abords des yoles de Saintonge.

Ici pas  d’estran mais des desseins de boue où sont enfouis

Le poids de l’Histoire, la douce province et la casquette des marins .

Canards

dans le vent faisant rage,

cliquetis

puis gémissements de ferraille

Le ciel

jeté par-dessus le sorcier de la falaise

Le ciel

Jeté sur le souvenir, par-dessus le port

et les hurlements dans la nuit

Par la fenêtre ouverte

Où viennent s’écraser

Les gouttes rondes

Mitraillées

Sur les réverbères

Et les vitres

De la Maison du Meunier.

photos et texte : Maïté L

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *