Ma petite île d’un soir, vue du ciel-3-

cliquer sur la photo pour voir l’île dans son écrin

*******

Ma petite île d’un soir

L’écrin où glisser

Ma liberté de penser


Au joyau dans son écrin

Posé sur l’océan du tranchant de la lame

Comme un copeau d’écorce frappé du sceau

De luminescence lunaire argentifère.


Ma petite île d’un soir

L’écrin où glisser

Ma liberté de voler



Aux nuages pesants, à ceux qui apportent

Leur brume semblable aux contrées d’Avalon

Au temps d’automne tissé et métissé

Au soleil venant de ses harmonies colorées

Caresser les ailes, mon prolongement.



Ma petite île d’un soir

L’ écrin où glisser

Mon oubli de quotidienneté



A la terre nourrie des légendes

Aux forêts saignées, torturées ou généreuses

Aux étangs immobiles témoins

Des roseaux fébriles, des pontons invisibles

A la vie millénaire perpétuée.



Ma petite île d’un soir

L’écrin  où glisser

ma liberté de formuler



Le rêve comme un flambeau allumé de mort en mot.

Il n’y a pas de morte saison.


Le 16 octobre 2010

*******

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *