Le Domaine de Certes:Et le regard se fit de flûte et de cristal-2-

Un poète

« Laissez-le vivre sans lui faire de mal!

Laissez-le s’en aller; c’est un rêveur qui passe;

C’est une âme angélique ouverte sur l’espace,

Qui porte en elle un ciel de printemps auroral. »

EMILE NELLIGAN


RIEN

Qu’un point, un bouquet de biffures            

RIEN

que le vent sifflant glace

Bleu métal alentour

La digue sue en ocelles d’argent

Pas à pas crissent, la vie glisse vers l’harmonie

Epie l’eau qui s’enfuit au loin, si loin

Des heures serties dans les lys de l’hiver.

Les marées retrouvant les chenaux primitifs de la mer

Grisent le regard aux diamants tremblants.

RIEN                                                          

Temps immobile rare

Sculptant le tronc, sculptant le visage.

Présage.

RIEN

Qu’un léger rideau de roseaux

Monde à monde l’océan; dans la poche cristal du beau temps.

Maïté L


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *